La Sipo-SD en Belgique. Une police faible

indexL’article La Sipo-SD en Belgique a une très longue histoire de gestation. En 2004, le CIERA organise une journée d’étude sur la  répression des résistances en Europe occupée (1939-1945). J’étais au début de ma thèse et je venais de découvrir les travaux de Gerhard Paul et Klaus Mallmann1 qui n’avaient pas encore trouvé des “adeptes” en Belgique. J’ai donc essayé d’appliquer leur lecture au cas belge. Le projet d’en faire un numéro spéciale pour la revue Vingtième Siècle n’aboutissait pas à l’époque.

Sept ans plus tard, la Fondation Auschwitz organise une journée d’étude sur le siège de la Gestapo à Bruxelles suite à une discussion sur un éventuel classement des caves des bâtiments. Les murs y sont couverts de graffitis des prisonniers2, graffitis qui risquent néanmoins de disparaître.

Je redécouvre mon papier… et une littérature qui est devenue plus abondante sur le sujet pour la France (Gaël Eismann, Bernd Kasten, Laurent Thierry…) et la Belgique (Robby Van Eetvelde, Insa Meinen…). La journée devient donc intéressante parce que les interprétations sont bien sûr différentes. Les organisateurs de la journée publient les actes du colloque dans leur ecollection Entre histoire et mémoire. Je décide de passer par une revue avec comité de lecture car une évaluation allait décider en 2012 de ma titularisation, l’Université du Luxembourg ayant repris le modèle américain de la tenure track.

Le résumé de l’article

L’article propose une relecture de la Sipo-SD, — présentée souvent comme une police toute-puissante, en Belgique occupée. Cette police allemande est essentiellement une petite institution bureaucratique qui fonctionne comme police ré-active et non proactive. Notre argument se construit autour de trois thèses. Premièrement, la Sipo-SD n’est qu’un appareil répressif parmi d’autres. Deuxièmement, son positionnement dans le dispositif policier allemand n’est pas déterminé par des phénomènes de concurrence avec d’autres institutions allemandes, notamment l’administration militaire. Troisièmement, cette police politique ne forme pas un bloc homogène mais est traversée par plusieurs lignes de partage.

Pour télécharger l’article, cliquez ici.

  1. Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo: Mythos Und Realität. Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995 et Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo Im Zweiten Weltkrieg : “Heimatfront” Und Besetztes Europa. Darmstadt: Primus, 2000. []
  2. Ponteville I. (dir.), Avenue Louise 347 : dans les caves de la Gestapo, Brussels, Buch edition, 1996. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.