Category Archives: Articles

La Grande Guerre des historiens belges, 1914-2014

Screenshot from 2014-10-27 17:31:22
Henri Pirenne (8162-1935) et Sophie De Schaepdrijver (°1961), les deux figures titulaires de l’historiographie belge de la Grande Guerre.

Écrit en collaboration avec Bruno Benvindo et Antoon Vrints, l’article présente un bilan critique de l’historiographie belge sur la Grande Guerre. L’objectif est d’analyser la manière dont les historiens belges ont donné un sens à la Grande Guerre depuis 1914. L’ambition n’est nullement de présenter un panorama complet de la production historiographique sur la guerre, mais d’historiciser le rapport qu’ont entretenu en Belgique les historiens professionnels avec ce passé de guerre, en dégageant les grandes tendances qui ont caractérisé l’historiographie du conflit au cours du siècle dernier. Ceci nécessite évidemment de prendre en compte les transformations structurelles qui ont affecté la profession historique au cours du siècle passé. Sous l’influence de processus comme la spécialisation et l’expansion du monde académique, le nombre d’historiens a augmenté de manière exponentielle. Par ailleurs, il y a cent ans, les historiens se concentraient sur le Moyen Âge et les Temps modernes, tandis que l’histoire contemporaine était une branche à peine respectable de la recherche historique : la situation est différente aujourd’hui. Sur le plan méthodologique et conceptuel, les changements n’ont pas été moindres, comme l’indique la succession de « turns » (culturel, linguistique, spatial, etc.) qu’a pris l’historiographie au cours des dernières décennies. Ces mutations du métier d’historien ont eu des conséquences directes sur l’historiographie de la Grande Guerre. Dans leur bilan international de cette historiographie, Antoine Prost et Jay Winter distinguent trois générations dans l’écriture de la guerre 1914-1918 : une première génération d’historiens consiste en des contemporains du conflit, surtout intéressés par les questions militaires et diplomatiques ; une deuxième génération se centre, à partir des années 1960-1970, sur l’histoire sociale de la guerre ; enfin, une troisième génération d’historiens explore, à partir des années 1990, les dimensions culturelles de l’événement 1914-19181. Observe-t-on de semblables générations – qui correspondent aux grands courants de l’historiographie du siècle dernier – parmi les historiens belges de la Grande Guerre ? De manière plus large, l’expérience de la Grande Guerre a-t-elle contribué, comme ailleurs en Europe, à la légitimation de l’histoire contemporaine en Belgique ? Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

P.S. Cet article est paru dans le Journal of Belgium History qui disparaîtra sous sa forme papier suite aux mesures d’économies décidées par le nouveau gouvernement belge.

  1. Prost A. et J. Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lieux de mémoire: the end

the-endIn 2005, I began a project at the university of Luxembourg, together with other colleagues, on Luxembourgish lieux de mémoire. We tried to bridge the gap between academic history and public memory by publishing a “book with footnotes” and a “book with a lot of images“. End of 2006, the project was finished and I started working on a history of psychiatry but the lieux de mémoire continued to haunt me. The topic remained extremely popular among academics and conferences continued to be organised. I drifted more and more from the Luxembourgish lieux de mémoire to a more general historiographical reflection on lieux de mémoire. My last article on this theme, entitled “The ‘lieux de mémoire’: a place of remembrance for European historians?”, tries to write a histoire au troisième degré1: how the lieux de mémoire became a lieu de mémoire for the European historiography in the last twenty years. If you want to read more, click here.

  1. Nora P., « Pour une histoire au second degré », Le Débat, 1 novembre 2002, n° 122, no 5, p. 24‑31. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Espaces psychiatriques, espaces religieux

Screenshot from 2014-05-06 06:34:15L’article “Espaces psychiatriques, espaces religieux” publié dans un ouvrage coordonné par Anne Roekens est l’essai d’accorder davantage de place à la religion dans l’histoire de la psychiatrie. En Belgique, les congrégations sont largement majoritaires dans la gestion des hôpitaux psychiatriques. Mais dans les autres pays européens où leur poids est peut-être moins important, elles jouent aussi un rôle central dans les soins, au moins jusqu’au milieu du 20e siècle. Or à part quelques chercheurs comme Hervé Guillemain1, l’historiographie de la psychiatrie n’a guère accordé de l’attention à ce facteur essentiel.

Ainsi l’architecte Jan Haché, en charge de la construction de l’asile du Beau-Vallon, illustre à travers ses constructions – bâtiments religieux (église, maison paroissiale…) et, pour reprendre l’expression d’Erving Goffman2

, « espace total » (couvents, hôpitaux…) – la double aspiration architecturale : psychiatrique et religieuse. Comme dans les autres sites occupés par les Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie, espaces religieux et psychiatrique sont étroitement imbriqués.

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici.

 

  1. Guillemain H., Diriger les consciences, guérir les âmes : Une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses, 1830-1939, Paris, Découverte, 2006. []
  2. Goffman E., Asylums : essays on the social situation of mental patients and other inmates., Harmondsworth, Penguin, 1961. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lieux de mémoire – A European transfer story

9780340991886After a mixed experience as co-editor of a Lieux de mémoire-volume on Luxembourg1, I tried in the last years to reflect more on the history and the circulation of this concept in Europe.

The abstract of a chapter I published in a book edited by Stefan Berger and Bill Niven reads as follow:

If an imaginary European History Academy had to choose the word of the last 20 years in historiography, then undoubtedly lieux de mémoire – realms of memory, or Erinnerungsorte in German – would be on the short list. The writings of Pierre Nora on lieux de mémoire have successfully created a meta-concept able to unite the growing studies on memory. Rarely has a notion coined by one person spread so rapidly through the Western academic world. But the homonym of the translations can be treacherous, hiding a heterogeneity of meanings. The following chapter will try to answer three questions. In which intellectual context did the original lieux de mémoire emerge? What was the discursive subtext of the whole enterprise? And how was the theoretical frame translated into practice? In a second step, I will try to trace the European success of the concept by analysing how the French paradigm of lieux de mémoire was introduced into other national historiographic traditions.

If you want to read the whole article, click here.

  1. Kmec S., B. Majerus, M. Margue, et P. Peporté (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg. Usages du passé et construction nationale, Luxembourg, Saint-Paul, 2007. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La Sipo-SD en Belgique. Une police faible

indexL’article La Sipo-SD en Belgique a une très longue histoire de gestation. En 2004, le CIERA organise une journée d’étude sur la  répression des résistances en Europe occupée (1939-1945). J’étais au début de ma thèse et je venais de découvrir les travaux de Gerhard Paul et Klaus Mallmann1 qui n’avaient pas encore trouvé des “adeptes” en Belgique. J’ai donc essayé d’appliquer leur lecture au cas belge. Le projet d’en faire un numéro spéciale pour la revue Vingtième Siècle n’aboutissait pas à l’époque.

Sept ans plus tard, la Fondation Auschwitz organise une journée d’étude sur le siège de la Gestapo à Bruxelles suite à une discussion sur un éventuel classement des caves des bâtiments. Les murs y sont couverts de graffitis des prisonniers2, graffitis qui risquent néanmoins de disparaître.

Je redécouvre mon papier… et une littérature qui est devenue plus abondante sur le sujet pour la France (Gaël Eismann, Bernd Kasten, Laurent Thierry…) et la Belgique (Robby Van Eetvelde, Insa Meinen…). La journée devient donc intéressante parce que les interprétations sont bien sûr différentes. Les organisateurs de la journée publient les actes du colloque dans leur ecollection Entre histoire et mémoire. Je décide de passer par une revue avec comité de lecture car une évaluation allait décider en 2012 de ma titularisation, l’Université du Luxembourg ayant repris le modèle américain de la tenure track.

Le résumé de l’article

L’article propose une relecture de la Sipo-SD, — présentée souvent comme une police toute-puissante, en Belgique occupée. Cette police allemande est essentiellement une petite institution bureaucratique qui fonctionne comme police ré-active et non proactive. Notre argument se construit autour de trois thèses. Premièrement, la Sipo-SD n’est qu’un appareil répressif parmi d’autres. Deuxièmement, son positionnement dans le dispositif policier allemand n’est pas déterminé par des phénomènes de concurrence avec d’autres institutions allemandes, notamment l’administration militaire. Troisièmement, cette police politique ne forme pas un bloc homogène mais est traversée par plusieurs lignes de partage.

Pour télécharger l’article, cliquez ici.

  1. Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo: Mythos Und Realität. Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995 et Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo Im Zweiten Weltkrieg : “Heimatfront” Und Besetztes Europa. Darmstadt: Primus, 2000. []
  2. Ponteville I. (dir.), Avenue Louise 347 : dans les caves de la Gestapo, Brussels, Buch edition, 1996. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

L’invention de l’immigré

Ethno-roman, l'autobiographie parue récemment de Tobie Nathan, un des psychiatres les plus influents en France sur la question de 'psychiatrie' et 'immigration'
Ethno-roman, l’autobiographie parue récemment de Tobie Nathan, un des psychiatres les plus influents en France sur la question de ‘psychiatrie’ et ‘immigration’

L’idée pour cet article1 est née lors d’un séminaire avec des étudiants de l’Université libre de Bruxelles en 2007-08. Julie Richel y a réalisé un travail intitulé: “La santé mentale des migrants. Étude sur la santé mentale des migrants à travers les dossiers médicaux de l’hôpital universitaire section psychiatrie de Brugmann de novembre 1959 à mars 1978”. Le sujet me semble très intéressant, j’ai repris les dossiers de patients que Julie Richel avait lu, j’en ai ajouté et essayé de contextualiser davantage l’analyse. En conclusion, nous écrivons:

“La découverte de l’immigré par la psychiatrie belge se fait dans la deuxième moitié du 20e siècle. Certes Johannes Hofer avait déjà intitulé en 1678 sa thèse de doctorat défendu à Bâle: ‘Nostalgie ou mal du pays’, le sujet est resté longtemps absent du champ psychiatrique en général. Mais la médecine définit depuis bien plus longtemps les frontières entre le Nous et l’Autre. La psychiatrie est donc en partie un nouveau venu et fait partie d’un champ plus large d’experts (sociologues, prêtre-ouvrier, psychologues…) qui à partir des années 1950 ne semblent plus participer plus à « la fabrique de la race » (Dorlin) mais qui (ré)inventent l’Autre à travers une approche culturaliste annonçant d’une certaine manière l’approche ethnopsychiatrique qui commence à se diffuser à partir de la deuxième moitié des années 1970.”

Entretemps – l’article a été introduit en 2010 – j’ai poursuivi la réflexion en commençant à travailler sur la France et l’Allemagne qui ont donné lieu à deux interventions2et l’espoir d’en faire un jour un vrai projet de recherches.

Comme pour un autre article publié l’année passée chez Genèses3, le fait de passer par une revue avec un comité de lecture sérieux, s’est avéré très payant. Les commentaires d’un des lecteurs anonymes ont été très critiques et m’ont fait découvrir toute une littérature autour du “problème public”. J’aspirais à quelque chose dans ce genre mais sans avoir lu les livres qui me permettait d’aller un peu plus loin. Ces remarques n’ont pas seulement amélioré l’article en question mais ont donné lieu un autre projet de recherches qui s’intéresse à la problématique du vieillissement au 20e siècle, projet qui a débuté début mars 2013.

Pour télécharger le texte, cliquer ici.

  1. Majerus, Benoît, and Julie Richel. “« L’invention » de l’immigré. La psychiatrie belge face à la migration maghrébine dans les années 1960 et 1970.” Le Mouvement Social n° 242, no. 1 (February 1, 2013): 31–44. []
  2. « Psychiater als Migrationsexperten » au workshop Medizin im Kalten Krieg. Medizinische Expertise in der europäischen Zeitgeschichte, Zentrum für vergleichende Europäische Studien – Universität Köln (9 December 2011) et avec Jean Michel Chaumont « L’appréhension de la torture dans un hôpital psychiatrique bruxellois des années 70 : un traumatisme ? » au colloque Les traumatismes de l’Empire. Expressions, effets et usages des violences (post)coloniales – Montpellier, MSH-M, (6 – 7 décembre 2012) []
  3. Majerus B., « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, 2011, vol. 82, no 1, p. 95‑119. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts