Category Archives: Lectures / Readings

Book review – Vum Siggy bis bei d’City

siggy_full

En 1963, pour commémorer le millénaire de la fondation de la ville de Luxembourg en 963, les autorités politiques luxembourgeoises avaient organisé une exposition monumentale aux halles d’exposition du Limpertsberg. 50 ans plus tard, pour un anniversaire moins « impressionnant », la ville a proposé un concours d’artistes pour réaliser une sculpture de Mélusine, gagné par Serge Ecker, et a passé une commande à Lucien Czuga et Roger Leiner pour réaliser « l’histoire de la ville de Luxembourg en B.D. » comme l’annonce le sous-titre de l’ouvrage. dans leur série à succès De Superjhemp, le passé du Luxembourg est un de leurs terrains de jeux de prédilection1. Dès le deuxième album, Dynamit fir d’Dynastie, publié en 1989, Superjhemp rencontre Mélusine, Jean l’Aveugle, Vauban… grâce à un tram qui sert de machine à voyager dans le temps. Dans d’autres albums, un passé souvent folklorique sert également d’arrière-fonds pour raconter les histoires héroïques de Charel Kuddel. Cette mise en récit du passé a probablement été plus performative pour les représentations mémorielles de la société luxembourgeoise que les dizaines de livres d’historiens parus au même moment, à en juger le succès populaire et commercial inégalé de cette série2 et l’omniprésence de l’univers visuel de Leiner dans la publicité, les brochures pédagogiques,…

Continue reading Book review – Vum Siggy bis bei d’City

  1. Dans le champ réduit de la bande dessinée luxembourgeoise, l’histoire du Grand-Duchéest un élément récurrent que ce soit dans la revue Letzebuerger Kanner dans les années 1940, dans la série Deemols de Marc Angel publiée entre 1998 et 2001 ou plus récemment, en 2015, dans De Jas. Eng Eisléker Legend , de Jean-Louis Schlesser et Marc Angel. []
  2. Vum Siggy bis bei d’City s’est d’ailleurs bien venu également : il occupe la première des livres les plus vendus dans la catégorie « fiction » d’août à novembre 2015. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Book review – Europe: The Struggle for Supremacy by Simms

9780465013333_p0_v1_s260x420[This is a slightly longer version of a review published in The English Historical Review]

A summary of more than 550 years of European history on 690 pages is no mean feat, but Brendan Simms’ Europe fails to convince much beyond its ambition.

The author decides to approach Europe’s history through the lens of international relations. After a short prologue on medieval Europe, the author sets off properly with the advent of modern times. The first 200 years of the span are dealt with in 40 pages; half of the book covers the twentieth century. Simms’ aim is to reveal a range of constants in international relations: European powers Continue reading Book review – Europe: The Struggle for Supremacy by Simms

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Narrating Europe

Next year I will teach a course entitled Narrating Europe. How do historians today tell the European story in academic books, on the internet, in museums, in films…? The goal is to make students aware of the advantages and problems of such narratives by discussing it with people working on the topic. In order to prepare the class, I started a small reading group with some colleagues. During this term we will try to go through Norman Davies’ Europe. Written in 1990 by a specialist of Polish-Russian history, the book is certainly one of the most well-known synthesis on Europe. I doubt that is the most-read on the topic: my paperback version from 1997 has 1365 pages. Last week we read the “Introduction” and I would like to stress third points.

  • First of all, Norman Davies loves to experiment with historical writings. In a book on Polish history he tells the story backward, starting with Post-War Poland and then travelling back in time1. In this volume he follows a classical chronological narrative, but by inserting so-called “capsules” he regularly tries to change of scale in his account. He also uses the concept of hyperlinks by frequently referring the readers to other parts of the book.
  • Second, in order to prevent critics to blame him for an essentialist approach of Europe – after all he begins his narrative with prehistory – he presents the different meanings Europe had since the Middle Ages. The geographic discussion of the Eastern frontier, which was first defined as being the Don River and became only in the 18th century the Ural, was particularly interesting to me. The map2, I choose to illustrate this post, shows nicely how many different frontiers cross Europe. Davies also strongly argues against a “Western” definition of Europe by emphasising the place of what we call today Central or/and Eastern Europe.
  • Third, despite this methodological safeguards, Davies does not always escape an essentialist view. This is probably due to the fact, that he stays in a somewhat modern, 19th century approach of history. He clearly hates post-modernism3 and defends a history that has a direct role to play in the the political construction of societies: “Sooner or later, a convincing new picture of Europe’s past will have to be composed to accompany the new aspirations for Europe’s future.” (p. 45). And so even in this “Introduction”, which wants to deconstruct the stories that has been told over Europe, Davies sometimes does not escape these narratives. The most striking example was the central role he gave to Christendom, defined as an amalgamation of classical and barbarian worlds. Its emergence is the moment in history when “European history ceased to be an assortment of unrelated events” (p. 15).
  1. Davies, Norman (2001) Heart of Europe : the past in Poland’s present (Oxford; New York: Oxford University Press). []
  2. Moving frontiers inside Europe (Davies, Norman (1996) Europe : a history (Oxford: Oxford University Press), p. 18 []
  3. “‘Postmodernism’ has been a pastime in recent years for all those who give precedence to the study of historians over the study of the past.” p. 6 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Book Review – Becker/cicatrices

Avec Les cicatrices rouges1 Annette Becker poursuit la réflexion engagée depuis quinze ans sur les régimes d’occupation pendant la Première Guerre mondiale. La professeure de Paris-Ouest-Nanterre a découvert la problématique lorsqu’elle a été nommée à l’Université Charles de Gaulle Lille III, et depuis, elle s’est positionnée comme une des spécialistes de la question dans l’historiographie française mais également internationale. Elle a largement contribué à en faire un des sujets qui ont porté le renouveau historiographique autour de la « Grande Guerre ».

Dans ce livre publié chez Fayard et suivi par Anthony Rowley, l’auteure présente une synthèse bienvenue sur la France et la Belgique qui repose d’une part sur ses propres recherches et d’autre part sur l’historiographie belge particulièrement foisonnante depuis une dizaine d’années. C’est d’ailleurs le manque relatif de travaux sur les territoires occupés à l’Est qui explique son choix géographique : les quelques excursions qu’elle se permet néanmoins dans cette direction montrent tout l’intérêt de tels travaux comparatifs.

En suivant une trace chronologique, Annette Becker nous livre une histoire des occupations en quatorze chapitres qui portent toujours des verbes comme titres : « envahir », « fuir », « être femme », « avoir faim »… Après les « Oubliés de la Grande Guerre », titre d’un premier livre publié en 1998 et consacré entre autres aux territoires occupés, l’historienne française place son ouvrage cette fois sous l’expression de « l’outre-guerre », une guerre qui ne se définit pas par l’opposition entre deux armées séparées par une ligne de front, mais par un état intermédiaire où la violence et l’affrontement ne sont pas pour autant absents. Trois idées traversent ce livre.

Les territoires occupés, 10 départements français du Nord et de l’Est et presque la totalité de la Belgique, représentent un espace où la « culture de guerre », concept développé de concert avec Stéphane Audoin-Rouzeau, est particulièrement visible. Elle explique les violences exercées par l’occupant. Elle donne un cadre de mise en sens pour les populations civiles confrontées à cette situation.

Le temps de l’occupation est également un laboratoire de la guerre totale. Annette Becker souligne l’importance de ces régions pour les nouveaux experts de la guerre qu’il s’agisse de militaires, de médecins ou de juristes. Aussi bien pendant la guerre que dans l’après-guerre, les territoires occupés servent d’espace de projection pour définir la « race allemande », un nouveau « droit des gens » ou expérimenter la déportation de populations jugées hostiles.

Liée à ce deuxième point est une réflexion plus large sur la place de la Grande Guerre dans la généalogie des conflits du XXe siècle et notamment son rapport avec la période ’39-’45.

Les deux conflits en général et leurs occupations en particulier sont en effet et avec raison de plus en plus inscrits dans une lecture comparative et croisée. Cette comparaison entre les deux historiographies m’amène néanmoins aussi aux limites de ce livre. Imaginerions-nous un moment d’intituler aujourd’hui un livre Les cicatrices rouges 40-44. France et Belgique occupées ? On nous reprocherait non sans raison que cette vision victimisante de la population occupée est datée et ne tient pas compte de la complexité des années d’occupation. Or, l’historiographie de la Grande Guerre sur l’occupation continue à livrer un récit assez manichéen opposant d’un côté l’occupant, représenté sur la couverture par un casque à pointe sur une carte de la Belgique et de la France maculée de sang, et d’un autre côté, l’occupé qui n’y apparaît qu’à la façon d’une victime. Cette vision par trop simple ne fait pas justice à un des sujets qui restent parmi les sujets les plus fascinants et riches pour une histoire du XXe siècle.

Ce compte-rendu (ne) sera (pas) publié dans Témoigner entre Histoire et Mémoire.

  1.  BECKER Annette. Les cicatrices rouges : 14-18, France et Belgique occupées. Paris, Éd. Fayard, 2010, 373 p. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Autobiographies of historians

This week the summer term starts at my university in Luxembourg. One of my classes is dedicated to the history of history. How does the definition of what is history changed over the time? How did history became a scientific discipline? How did history became a profession?

I mainly focus on the 20th century. At the end of the term, students have to write a biography of an historian, mainly based on autobiographies, and publish it on Wikipedia. Egohistory is very hype at least since the late 1980s1. In France, the movement has been launched by a collective book edited by Pierre Nora in 1987 (cf. illustration).

I have established a first list of 30 autobiographies. One has been published in the 1970s, two in the 1980s, seven in the 1990s, 15 in the 2000s and five in the young 2010s. Six have been written by women, 23 by men.

If you have other suggestions, please put them into the comments.

 

 

 

  • Barkai Avraham, Erlebtes und Gedachtes : Erinnerungen eines unabhängigen Historikers, Göttingen, Wallstein, 2011.
  • Becker Jean-Jacques, Un soir de l’été 1942: souvenirs d’un historien, Paris, Larousse, 2009.
  • Berend Ivan T., History in my life : a memoir of three eras, Budapest, Central European University Press, 2009.
  • Boucheron Patrick, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.
  • Eley Geoff, A crooked line : from cultural history to the history of society, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2005.
  • Farge Arlette, Quel bruit ferons-nous? Entretiens avec Jean-Christophe Marti, Paris, Prairies Ordinaires, 2005.
  • Friedländer Saul, When memory comes, New York, Farrar Straus Giroux, 1979.
  • Garton Ash Timothy, The file : a personal history, 1st U.S. ed., New York, Random House, 1997.
  • Goff Jacques Le, Une vie pour l’histoire entretiens avec Marc Heurgon, Paris, La Découverte, 2010.
  • Goubert Pierre, Un parcours d’historien : souvenirs, 1915-1995, Paris, Fayard, 1996.
  • Grosser Alfred, Die Freude und der Tod : eine Lebensbilanz, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2011.
  • Hobsbawm Eric, Interesting times : a twentieth-century life, London, Abacus, 2003.
  • Iggers Wilma et Iggers Georg G., Zwei Seiten der Geschichte : Lebensbericht aus unruhigen Zeiten, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002.
  • Judt Tony et Snyder Timothy, Thinking the twentieth century, New York, Penguin Press, 2012.
  • Kaplan Alice, French lessons : a memoir, Chicago, University of Chicago Press, 1993.
  • Klein Fritz, Drinnen und draussen : ein Historiker in der DDR : Erinnerungen, Frankfurt a. M., Fischer, 2000.
  • Laqueur Walter, Mein 20. Jahrhundert Stationen eines politischen Lebens, Berlin, Propyläen, 2009.
  • Milza Pierre, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993.
  • Mosse George, Confronting history : a memoir, Madison, University of Wisconsin, 2000.
  • Niethammer Lutz, Ego-Histoire? : und andere Erinnerungs-Versuche, Wien, Böhlau, 2002.
  • Noiriel Gérard, Penser avec, penser contre : itinéraire d’un historien, Paris, Belin, 2003.
  • Nora Pierre (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.
  • Ozouf Mona, Composition française : retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.
  • Passerini Luisa, Autobiography of a generation : Italy, 1968, Hanover  N.H., University Press of New England, 1996.
  • Steedman Carolyn, Landscape for a good woman : a story of two lives, New Brunswick  N.J., Rutgers University Press, 1987.
  • Stern Fritz, Five Germanys I have known, New York, Farrar  Straus and Giroux, 2006.
  • Veyne Paul, Le quotidien et l’intéressant, Paris, Hachette, 1997.
  • Vidal-Naquet Pierre, Mémoires. 2, Le trouble et la lumière 1955-1998, Paris, Editions du Seuil  ;La Découverte, 1998.
  • Vidal-Naquet Pierre, Mémoires. 1. La brisure et l’attente 1930-1955, Paris, Editions du Seuil  ;La Découverte, 1995.
  • Zemon-Davis Natalie, L’histoire tout feu tout flamme : entretiens avec Denis Crouzet, Paris, Albin Michel, 2004.
  • Zinn Howard, You can’t be neutral on a moving train, Boston, Boston Press, 2004.
  1.  Popkin, Jeremy D. “Ego-Histoire and Beyond: Contemporary French Historian-Autobiographers.” French Historical Studies19, no. 4 (October 1, 1996): 1139-1167 and Vinen, Richard. “The Poisoned Madeleine: The Autobiographical Turn in Historical Writing.” Journal of Contemporary History46, no. 3 (July 1, 2011): 531 -554. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lectures – Benvindo-Peeters/Scherven

En 2002, deux chercheurs du Centre d’Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés Contemporaines, Chantal Kesteloot et José Gotovitch éditaient un livre sur la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale1. Dix ans plus tard, deux chercheurs de la même institution retentent l’exercice. Ils ont choisi la monographie et non pas le recueil d’articles comme leurs prédécesseurs. Organisé autour de quatre lieux – Breendonk, la colonne du Congrès, la tour de l’Yser et la caserne de Dossin – le livre ne se revendique pas du label “lieux de mémoire” mais entend écrire une histoire incarnée des champs mémoriels en Belgique. Les pages sur l’après 1960 sont particulièrement novatrices vu le vide historiographique existant sur la question en Belgique.

L’importance accordée à l’hétérogénéité de la mémoire flamande sur 40-45 est pour moi le point fort du livre. Souvent celle-ci est réduite à la volonté de réhabiliter les collaborateurs néerlandophones. Les chapitres rédigés par Evert Peeters et consacrés à la tour de l’Yser font apparaître une image beaucoup plus complexe. Que ce soit le dynamitage de la tour par des résistants flamands en 1945 et 1946 ou les discussions agitées après 1968, beaucoup d’éléments montrent que la mémoire flamande sur l’occupation n’est pas une mais multiple.

Les limites du livre se situe à deux niveaux. La première se trouve au niveau argumentaire. Les deux auteurs soulignent l’importance de la régionalisation/communautarisation dans la (re)mise en valeur de la mémoire sur la Deuxième Guerre mondiale par des institutions étatiques. Si l’hypothèse est convaincante pour la Flandre, elle l’est nettement moins pour le Sud du pays qui est complètement absent du livre: le livre bascule en fait en permanence entre deux niveaux la Belgique et la Flandre, les francophones n’apparaissent jamais comme groupe identitaire. S’il est possible qu’ils n’en forment pas un, il aurait néanmoins été nécessaire de s’intéresser un peu plus à cette absence.

Deuxième regret: l’absence de nouveauté méthodologique. Finalement le livre s’inscrit dans une histoire politique plutôt classique, enrichie de quelques réflexions d’histoire culturelle. A quelques moments, des pistes plus intéressantes sont poursuivies sans être approfondies. Personnellement j’aurai bien sûr été intéressé par un récit qui donne plus d’intérêt à la culture matérielle de cette mémoire. Une autre porte d’entrée aurait été une histoire des émotions mémorielles. Dans son premier chapitre sur Breendonk, Bruno Benvindo ne l’aborde cependant que brièvement sans que ce thème ne se transforme en fil rouge du livre.

  1.  Gotovitch, José, and Chantal Kesteloot, eds. Occupation, Répression : Un passé qui résiste. Bruxelles: Labor, 2002. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts