Category Archives: History of Gerontology

Histoire des vieux, de la vieillesse et du vieillissement

184638532

Programme de la journée d’étude :

« Histoire des vieux, de la vieillesse et du vieillissement :

Nouvelles perspectives pour un nouveau champ de recherches ? »

Université du Luxembourg – Campus Belval

Maison des Sciences de l’homme – Salle 5 (MSH 00 15 050)

08h30-08h45 : Accueil 

__________

08h45-09h00 : Introduction à la journée

Sophie Richelle – Université du Luxembourg

& Mathilde Rossigneux-Méheust – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

__________ Continue reading Histoire des vieux, de la vieillesse et du vieillissement

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Appel à communication – Histoire des vieux, de la vieillesse et du vieillissement : nouvelles perspectives pour un nouveau champ de recherches?

ImageVieillesse-300x213

(En-tête du papier à lettre du Refuge des Ursulines à Bruxelles, 24 janvier 1919. Archives du CPAS de Bruxelles)

Appel à communication

L’intérêt en histoire pour la vieillesse, le vieillissement et les personnes âgées n’est pas neuf. Les années 1970 voient les premiers écrits sur le sujet. Et s’ils sont restés longtemps à un stade « héroïque » d’une histoire magistrale de « La Vieillesse » (Feller, 2005), depuis, ils se sont multipliés et diversifiés (Thane, 2003).

Cependant l’âge ne connaît pas, comme le genre ou la classe, d’engouement général et reste encore, pour une grande partie, un impensé de l’histoire sociale (Botelho, 2014). Par ailleurs, au regard de l’actualité de la question de la vieillesse – devenue un enjeu incontournable des sociétés occidentales – ce sujet est inextricablement lié au présent. Construites à travers lui, histoires et vieillesses se retrouvent le plus souvent, au niveau de la recherche, dans l’arène des sciences humaines du présent.

Partant de ces deux constats, cette journée d’étude se voudrait un espace de réflexions et d’échanges pour les histoires de vieillesses, comprises dans leur acception la plus large possible :

  • Axe 1 – Personnes et lieux : Via quels groupes (genre, classe, géographie,…) et à travers quels lieux (institution, famille, travail…) peuvent être abordées les vieillesses en histoire ?
  • Axe 2 – Représentations et discours : Via quels discours (littéraire, médical, artistique…) et comment les vieillesses sont-elles représentées ou se représentent-elles à travers l’histoire ?
  • Axe 3 – Expériences et pratiques : Via quelles pratiques ((extra)-ordinarité, corporalité, stratégie, parcours,…) se matérialisent-elles et de quelles manières ?

Ces trois axes, non exhaustifs, ne demandent qu’à être mêlés. Par le partage de ceux-ci, nous espérons au terme de cette journée pouvoir ouvrir une réflexion épistémologique sur les rapports entre vieillesse et histoire : la question du sens, de la cohérence et de la méthodologie d’une telle histoire.

Par ailleurs, l’émergence d’une protection sociale, plus ou moins prise en charge par l’Etat à l’échelle européenne dès le 19e siècle, invite également à penser la question de l’institutionnalisation de cet âge dans un espace plus large que les perspectives nationales pour l’instant envisagées. Cette journée pourrait être le début d’une réflexion d’une histoire européenne de la vieillesse.

Tous les travaux d’histoire sociale, politique et culturelle portant sur des thèmes s’y rapportant sont donc les bienvenus. Pour des raisons de cohérence, nous privilégierons les travaux portant sur les 19e et 20e siècles. Nous encourageons spécialement les travaux originaux venant revisiter l’histoire « classique » de la vieillesse proposée jusqu’à présent et les travaux innovant au niveau de leur démarche, de leurs sources ou de leur contenu.

 Mode de soumission :

Les résumés de +/- 500 mots exposant clairement la recherche, son contexte, et ses matériaux, sont à envoyer sur l’adresse sophie.richelle@uni.lu avant le 15 octobre 2015. Ils feront l’objet d’une sélection par le comité d’organisation. Le comité communiquera son choix autour du 30 novembre 2015. Les communications retenues seront à envoyer à la même adresse le 1er février 2016 (sophie.richelle@uni.lu).

La journée d’étude se déroulera à l’Université du Luxembourg (19 février 2016).

L’hébergement et la nourriture sur place ainsi qu’une participation aux frais de voyage sont pris en charge par le comité d’organisation.

Comité scientifique et d’organisation :

  • Sophie Richelle
  • Mathilde Rossigneux-Méheust
  • Iris Loffeier

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Alzheimer in der deutschsprachigen Presse – Geschichte einer Problematisierung (1982-1992)

titel
1898 widmet der Spiegel zum ersten Mal Alzheimer seine Titelgeschichte

Vor 18 Monaten hatte ich einen Beitrag über die Alzheimer-Berichterstattung in der französischen Tageszeitung Le Monde der 1980er Jahre gepostet. Diese Übung hatte sich als hilfreich erwiesen, um eine erste Chronologie der Problematisierung von Alzheimer in Frankreich herauszuarbeiten. Dieser Artikel ist ein ähnlicher Versuch für den deutschsprachigen Raum.1 Continue reading Alzheimer in der deutschsprachigen Presse – Geschichte einer Problematisierung (1982-1992)

  1. Für die quantitative Analyse habe ich auf Zeitungen zurückgegriffen, bei denen eine kostenfreie Volltextsuche über das Web möglich ist. Die Liste der verfügbaren Zeitungen hat die Bayerische Staatsbibliothek zusammengestellt: Der Spiegel*, Die Zeit*, Die Tageszeitung (taz), das Hamburger Abendblatt* und die Neue Zürcher Zeitung (NZZ). Für die qualitative Analyse habe ich mich auf die drei Zeitungen (mit einem * gekennzeichnet) begrenzt, bei denen das Lesen der Artikel nicht kostenpflichtig ist. Ich habe mich auf die ersten Jahre der öffentlichen Problematisierung von Alzheimer beschränkt: der 1982 in der NZZ erschienen Artikel bildet den Anfang: « Transplantation im Gehirn », Neue Zürcher Zeitung, 22/09/1982. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Call for paper – Ageing: Between Science and Politics

Ageing is often limited to a biological process only.
Ageing is often limited to a biological process only.

Conference Objectives

Since the mid-twentieth century, the ageing population has gradually become a major challenge in the industrialised countries for both politics and research. For long, interest in these topics has been sustained by the evolution of the age pyramid, ‘alarmist demography’ (Katz, 1992) along with the fear of a ‘decline’ in population.

On the one hand, ageing has become a specialisation in many disciplines: medicine, sociology, psychology, to name but three. New ‘regions of knowledge’ (Bernstein, 2007) have been emerging, but unevenly so over time and across space: the sociology of ageing in France, cultural gerontology on the American continent, gerontology and geriatrics all over the world (Achenbaum, 1995; Moulaert, 2012; Leborgne-Uguen, Pennec, 2012). How has ageing become a delineated object and what are the limits that differentiate it from other fields of knowledge? Which features create the contexts for its progressive specialisation? Which epistemological issues do these areas of knowledge face? What effects do they or can they have on their objects?

On the other hand, welfare states also target specific parts of the population for both social and health policies, such as elderly people, people with loss of autonomy, ‘seniors’ or older workers. In Europe, most twentieth-century laws in this field are economic in nature. With the advent of industrial society and the concomitant ‘institutionalisation of the life course’ (Kohli, 1986; Glootz 2009), the object of this legislation has been the livelihood/relief of those who are too old to ensure their survival through work. The implementation of pensions, the mandatory assistance for the elderly poor, or the financial compensations for their ‘dependency’, all these ‘managing’ laws retain a biological approach to ageing. They are based on the idea of a natural decline that must be compensated while representing a threat to national economics. But does this apparent consensus not eclipse local differences?

In addition, we particularly want to question the relationship between policies and knowledge that legitimises and underpins these laws. Which expertise is required? Who holds it? Which hierarchies exist between fields of knowledge in political discourses and actions? Which links are established between production of specific knowledge and the production of ageing policies? How do science and politics nourish each other? To what degree does this division follow a specialisation justified by its object on the one hand, and a division of intellectual and political labour on the other?

The ‘biomedicalisation’ (Foucault, 1976) of elderly persons has already been partially described and studied. But what about the role of social sciences in the circumscription of ageing issues? Research in the social sciences has shown little interest in their own effects on the object of ageing. And yet, the growing attention to professional practices, the professionalisation and lifelong-learning of professional and informal caregivers, etc. seems to mobilise and re-contextualise knowledge from the humanities and social sciences. What effects has the use of such knowledge on the ‘field’? In return, how does this use impact on the disciplines and the production of knowledge?

We invite scholars from the humanities, social sciences, and law to develop local as well as international and comparative approaches to issues related to ageing on one of the following three themes.

Theme 1 – Construction Processes

The first theme aims to trace genealogies of knowledge and politics on ageing. At what times did such concepts emerge, mutate, and eventually come into competition? Which controversies and tensions did these processes produce? Which ‘knowledge’ deserves to be developed, investigated, and/or funded? Who has been taking part in such processes, and what role have these people been playing? This theme particularly invites papers with a historical or socio-historical perspective on ageing.

Theme 2 – The Role of social sciences

This theme invites papers on ‘reflexive’ research in the social sciences at large (or ‘critical’ research in the sense of ‘critical gerontology’ as proposed by Moody, 1993). Which effects did/can/will the production of such knowledge have on its object? How public policy and science frame age? How do they influence each other ? Are their boundaries of old age the same? How do they (re)define these boundaries?

Theme 3 – Specialisation, formation, professionalisation

The third theme looks at jobs and professionals in the public and private administration of ageing: the specialisation of career paths, the extension to existing fields such as social work or nursing, the development of skills transferred to the specificity of the elderly, the reflection on interdisciplinary approaches (case manager, etc.), etc. What contemporary issues run through many practices produced by public policies related to ageing? What areas and what professional practices emerge when ageing is seen as a ‘social problem’ or, conversely, when it is thought of as ‘opportunity’ in notions such as ‘active ageing’ or ‘ageing well’? Which solutions are presented for which issues? What is the expertise of professionals based on? What problems do they face? What questions do they ask themselves? If the culture of evaluation of professional practice now seems transversal, what are its possible specificities in this field?

Conference Organisation

The conference will take place over 12-13 March 2015 in Luxembourg.

How to submit a proposal for a paper?

Proposals for papers can be submitted in French, English, or German. They are limited to 1000 words, but should clearly indicate the methods and theoretical frameworks on which the paper is based.

Papers will be selected by the scientific board of the conference. The chosen speakers will be asked to send a text of maximum 30.000 characters (spaces included) to the conference coordinator. This text will serve as a base to the chairs for the ensuing discussions.

A selection of the best papers will be published.

Schedule
Deadline for the submission of proposals: 31 July 2014
Reply from the scientific board to the speakers: 15 September 2014

Scientific Board

Prof. Dieter Ferring, Head of the Research Unit INSIDE, University of Luxembourg.
Dr Martine Hoffmann, Head of Research at RBS-Center fir Altersfroen, Luxembourg. Ms Lucie Lechevalier-Hurard, PhD student, IRIS-Université Paris XIII, France.
Dr Iris Loffeier, Post-doctoral researcher, IPSE, University of Luxembourg.
Prof. Benoît Majerus, Assistant Professor, Research Unit IPSE, University of Luxembourg.
Dr Thibauld Moulaert, researcher at REIACTIS (France) and associate researcher at the Université Catholique de Louvain and the Université de Liège, Belgium.
Dr Isabelle Tournier, Post-doctoral researcher, INSIDE, University of Luxembourg.
Organisers

Dr Iris Loffeier, post-doctoral researcher, IPSE, University of Luxembourg.
Ms Sophie Richelle, PhD candidate, IPSE, University of Luxembourg.
Ms Johanna Tietje, PhD candidate, IPSE, University of Luxembourg.
Ms Manon Pinatel, PhD candidate, IPSE, University of Luxembourg.

Contact

Framag.conference@uni.lu

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La maladie d’Alzheimer dans journal ‘Le Monde’ des années 1980 – une esquisse

Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d'Alzheimer en France
Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d’Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer est une maladie récente. Bien qu’ayant été nommée pour la première fois avec ce nom au début du 20e siècle par Emil Kraepelin, elle ne fait sens pour dire un nouveau problème public que depuis une quarantaine d’années. Elle a dépassé aujourd’hui la tuberculose ou l’infarctus parmi les maladies les plus souvent nommés. Seuls le cancer et le SIDA la dépasse au nombre de citations dans le corpus anglophone des livres scannés par Google1. Si aux États-Unis, cette nouvelle visibilité a été acquise dès la fin des années 1970, en Europe en général, et en France en particulier, le processus est un peu plus tardif.

À partir du journal Le Monde, une première chronologie sera établie2.

Articles dans Le Monde dans lesquels Alzheimer est mentionné

1976 1977-81 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 2012

1

0

1

1

0

1

10

11

5

13

11

124

Dans les années où Le Monde découvre Alzheimer, l’actualité médicale est suivie par des journalistes spécialisés dans le domaine et qui sont pour deux d’entre eux des médecins de formation : Claude Escoffier-Lambiotte3 et Franck Nouchi4.

La qualité de ces journalistes explique probablement pourquoi, les articles font souvent preuve d’une certaine précocité. Ainsi le paradigme cholinergique5 trouve des échos dans Le Monde dès le début des années 1980. Le premier article scientifique sur cette question ne sera publié en France qu’en 19886.

Au niveau scientifique, Le Monde restera adepte pendant les années 1980 du paradigme cholinergique et n’évoque pas d’autres hypothèses comme celle sur les origines virales ou celle liée à l’aluminium. La maladie d’Alzheimer est essentiellement décrite comme une perte de la mémoire, les autres symptômes ne sont guère pris en compte. Elle apparaît comme pathologie mnémonique et dans des articles pointus sur la neurologie et dans des articles qui apparaissent en dehors des pages médicales comme la couverture de la mort de Rita Hayworth, la première VIP clairement identifiée comme étant atteinte d’Alzheimer, dans les pages cinéma.7. Ainsi le critique de cinéma du Monde, Michel Braudeau écrit lors de sa mort en 1987 : « Convaincue de ” son incapacité au bonheur “, elle entre en maladie, se retire de ce monde, de son vivant. La maladie d’Alzheimer qui la frappe dès 1981 est incurable. Elle n’a plus de mémoire. »8. Et dans une de ses chroniques humoristiques qui retrace un entretien téléphonique, l’écrivaine française Claude Sarraute utilise le même topos : « Ils avaient entendu dire que t’étais très fatiguée… Ils parlaient même de la maladie d’Alzheimer. _ C’est quoi ? _ Ben… Heu… C’est une espèce de sénilité précoce, tu vois. Tu reconnais plus les gens. Tu perds la mémoire. C’est ce qu’avait Rita Hayworth. _ C’est qui ? »9. À travers le cas de Rita Hayworth, une autre évolution devient visible. Dans un premier temps, l’évocation de la maladie était limitée aux pages médicales du journal. Mais dès la moitié des années 1980, des articles dans d’autres rubriques évoquent Alzheimer qui devient même une affaire à potentiel économique à en croire Le Monde. Lors de l’arrêt partiel de la centrale nucléaire de Saint-Laurent, un des maires des communes touchées essaie de compenser les pertes d’emplois et de revenu par la construction d’une maison de retraite de 80 lits et une clinique pour les anciens atteints par la maladie d’Alzheimer.10.

Le Monde inscrira très rapidement la maladie d’Alzheimer dans la problématique plus large du vieillissement. Certes, à travers la maladie d’Alzheimer, on joue également sur la distinction fine entre vieillissement – processus normale – et maladie – processus pathologique. En même temps, lorsqu’on parle d’Alzheimer on parle de vieillissement et inversement. En 1985, Franck Nouchi écrit d’une manière prémonitoire : « la maladie d’Alzheimer, pourrait bien faire figure de maladie numéro un du vingt et unième siècle »11 Et l’année suivante, le même auteur se fait écho d’une étude lancée par les laboratoires Bristol-Myers parmi des chercheurs pour dresser le tableau des maladies de l’an 2000. Première « maladie » mentionnée : le vieillissement dont la déclinaison pathologique comprend le cancer, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer ou la dépression.12

Dans les années 1980, l’expertise sur lequel se base les articles est souvent d’origine nord-américaine que ce soit pour le pourcentage des personnes touchées par Alzheimer, pour les prévisions et pour les couts qu’Alzheimer va occasionner pour les systèmes de santé13. Du côté français, plusieurs médecins sont interrogés par les journalistes du Le Monde sans qu’il y a un expert particulier qui se cristallise. On y trouve néanmoins beaucoup de personnalités qui joueront un rôle important par la suite comme Françoise Forette, une des « metteurs en scène » de la maladie d’Alzheimer en France jusqu’à aujourd’hui, Jean-François Forin, neurologue, Annick Alperovitch, neurologue et épidémiologiste, François Boller, neurologue ou Yvon Lamour, neurologue. Ce qui devient évident à travers ces quelques noms est la montée en puissance des neurologues dès les années 1980 pour parler du vieillissement14. Certes, la focalisation sur Alzheimer constitue un biais. Mais la maladie d’Alzheimer devient un signifiant central pour dire le vieillissement et les neurologues occupent le terrain médiatique d’une manière maximale en dépit des démographes (importants experts du vieillissement dans l’immédiat après-guerre), des psychiatres ou des gériatres.

La difficulté d’appréhender cette « nouvelle » maladie transparaît également à travers la fluctuation des chiffres de personnes atteintes par Alzheimer. Dans un premier temps, les journalistes du Monde ne dispose que de chiffres américains et ce n’est qu’à la toute fin de la période envisagée que le chiffre de 300 000 malades d’Alzheimer en France est évoqué… en se référant à un article du Monde de 1986 qui lui parlait die 300 000 personnes atteintes de démence sénile.15.

Nombres de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer selon des articles parus dans Le Monde

1982 1985 1986 1988 1989 1989
États-Unis 1.5 millions 2 millions 2-3 millions 2 millions
France 300 000 250 à 300 000 400 000

 

  1. Sur les limites de cet outil cf. Ruiz É., « Google labs Books Ngram Viewer : un nouvel outil pour les historiens ? » []
  2. Pour effectuer ce coup de sonde, une recherche du mot « Alzheimer » a été réalisée dans les archives du Le Monde dont tous les articles depuis 1944 sont accessibles en ligne. []
  3. Claude Escoffier-Lambiotte est chroniqueuse médicale au Le Monde entre 1956 et 1988. []
  4. Franck Nouchi est chroniqueur médical au Le Monde entre 1985 et 1994. []
  5. Le paradigme cholinergique est le paradigme dominant dans les années 1980 et 1990 pour expliquer la maladie d’Alzheimer. Il part de l’hypothèse que le mauvais fonctionnement d’un neurotransmetteur du nom d’acétylcholine est à la base des symptômes qui s’observent auprès des patients atteints d’Alzheimer. Formulée à la fin des années 1970 par des chercheurs américains, cette explication réintroduit la pathologie dans l’explication d’Alzheimer et va donner une place centrale à la bio-médicalisation de la maladie. Comme les médicaments développés à partir de ce paradigme n’ont pas produit les effets souhaités, ce paradigme est aujourd’hui beaucoup plus contesté. Ballenger J.F., Self, senility, and Alzheimer’s disease in modern America : a history, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006, p. 92-101. []
  6. Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345 351. []
  7. Sur l’importance de cette actrice américaine pour la mise en mot de ce qu’est Alzheimer voir Ballenger J., « Disappearing in Plain Sight. Public Roles of People with Dementia in the Meaning and Politics of Alzheimer’s Disease », S. Jacyna et S. Casper (dir.), The Neurological Patient in History, Rochester, University of Rochester Press, 2012, p. 109‑128 pour les États-Unis et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012 pour la France. Il est d’ailleurs surprenant de relever que seuls les Américains semblent mourir d’Alzheimer dans les 1980. Les quatre nécrologies dans Le Monde qui évoquent la maladie d’Alzheimer sont tous consacrées à des Américains. []
  8. Braudeau M., « La mort de Rita Hayworth la bombe douce », Le Monde,  17 mai 1987. []
  9. Sarraute C., « Je me tire », Le Monde, 07/11/1987. []
  10. Ambroise-Rendu M., « Brennilis, Saint-Laurent, Pierrelatte… Quand le nucléaire s’en va », Le Monde, 02/01/1990. []
  11. Nouchi, Franck. “Vieillir sans vieillir.” Le Monde, 5 août 1985. []
  12. Nouchi F., « Le malade imaginé », Le Monde, 11 mars 1987. []
  13. Ainsi sans être cités explicitement, les prévisions de Katzmann, R. “The Prevalence and Malignancy of Alzheimer’s Disease: a Major Killer.” Archives of Neurology no. 33 (1976): 217–218 sont régulièrement évoquées. []
  14. Voir sur ce sujet Guillemard A.-M., Le déclin du social. Formation et crise des politiques de la vieillesse, Paris, PUF, 1986 et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012. []
  15. Cette difficulté de « stabiliser » Alzheimer est également frappant dans la littérature scientifique notamment autour de la discussion des taux de fréquence parmi la population qui à la fin des années 1980 varie entre 0.3 et 1 % selon les ouvrages consultés (( Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

“Population” et vieillissement

Dès le premier numéro de la revue "Population" le vieillissement est un sujet central pour l'INED avec e.a. un important article de Jean Daric
Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric

Avec la fin du semestre, je recommence à trouver un peu de temps à écrire et à retourner dans les “archives”. Comme pour chaque nouveau projet – j’en ai eu trois jusqu’ici : police pendant les deux guerres mondiales, lieux de mémoire au Luxembourg, psychiatrie au 20e siècle – celui sur le ‘vieillissement’ (FRAMAG) pose le problème de l’appréhension. Au moins dans sa formulation il était clair : comment le vieillissement est-il devenu un problème public. Sophie Richelle étudiera la problématique au 19e siècle à travers une microhistoire des institutions. Iris Loffeier s’intéressera aux politiques publiques d’aujourd’hui. Et moi, je travaillerai sur l’émergence de la problématique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Dans un premier temps, je me disais que j’allais y entrer par la médecine et l’émergence de la gérontologie. Mais je commence à avoir des doutes si c’est la bonne porte, même si je continue  à m’intéresser à François Bourlière, le gérontologue français des années 1950 et 19601. Pour l’Allemagne, la psychologie me semble en ce moment la piste la plus intéressante notamment autour d’une étude longitudinale qui a été réalisée à Bonn par Hans Thomae et Ursula Lehr2. En ce qui concerne la France, j’étais frappé par la faible présence des médecins dans le rapport Laroque de 19623 qui est souvent considéré, peut-être à tort, comme un moment de rupture4. En m’intéressant un peu à ce rapport, un autre acteur semblait devenir plus important à savoir l’Institut National d’Études Démographiques (INED). J’ai dévoré le livre de Paul-André Rosental5 qui offre avec le terme de “politiques de population” une grille de lecture intéressante, mais qui n’aborde pas la question du vieillissement, préférant utiliser l’histoire de la démographie historique pour raconter les années 1950 de l’INED.

Dans un premier temps, j’ai seulement relevé les contributions de la revue Population qui, dans leur titre, parlaient de « vieillissement », « personnes âgées »,…6. Si on se limite à une simple analyse quantitative, on s’aperçoit que le sujet est présent d’une manière régulière dans la revue dès sa création en 1946 pour disparaître complètement dans les années suivant la publication du rapport Laroque.7

Tableau 1: Contributions dans Population dédiées au vieillissement par année

 Screenshot from 2013-06-13 10:58:35

 

Deuxième élément, l’articulation de la problématique est assurée par quatre personnes : Alfred Sauvy, Jean Daric, Paul Vincent et Paul Paillat. Le premier est le directeur de l’INED et donne le ton de la discussion avec son livre Richesse et population régulièrement cité, au moins dans les années 19508. Jean Daric, ingénieur de formation, rentre en 1942 au Comité de Direction de la Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains, communément appelée Fondation Alexis Carrell. Jusqu’à son décès en 1957, c’est monsieur « vieillissement » à l’intérieur de l’INED. À côté de l’activité professionnelle des femmes, les personnes âgées constituent son principal champ d’activité sur lequel il publie. Il représente l’INED (et ainsi également la France ?) sur des congrès internationaux consacrés à la gérontologie naissante9. Paul Vincent, polytechnicien a également commencé sa carrière à la Fondation Carrell où il le seul démographe travaillant à plein temps10. En 1945 il devient chef de la section d’études quantitatives et de conjoncture démographique de l’INED. Son centre d’intérêt ne se focalise pas sur les personnes âgées, mais c’est un sujet qu’il touche à plusieurs reprises11. Avec la mort de Jean Daric, c’est Paul Paillat qui prend la relève pour couvrir la discussion autour du vieillissement au moins jusqu’au début des années 1960. Il participe activement à la rédaction du rapport Laroque.12

Parmi les nombreuses thématiques abordées dans ces contributions, j’aimerai brièvement en aborder trois.

  • La pratique d’Alfred Sauvy et également de l’INED se revendique en permanence du souci de neutralité. Cette « rationalité pratique »13 qui se légitime par la revendication d’une apparente efficacité politique était la griffe de Sauvy dans les années trente, pendant Vichy et également dans l’après-guerre. Dans les articles de Population, cette argumentation est omniprésente. Dans un article programmateur publié dans le premier numéro Jean Daric écrit en 1946 : « “La question doit, en tout cas, être étudiée en dehors de tout préjugé d’opinion ou de doctrine. L’importance de ce problème, le peu de diffusion dont ont bénéficié jusqu’ici ces données, ont conduit l’Institut national d’études démographiques à inscrire au programme de ses activités cette enquête sur le vieillissement démographique et les possibilités de prolongation de la vie active. (…) Organisme d’études, l’Institut n’a pas qualité pour dicter des solutions aux problèmes de population. Son rôle doit comporter la diffusion des données de fait mal connues, la reconnaissance des possibilités nouvelles, la communication aux Pouvoirs publics des résultats de ses travaux. »14 Et 14 ans plus tard, Paul Vaillat écrit : « nous laisserons de côté cet aspect important qui peut engager tout le système socio-politique. Notre but est seulement de fournir des données de base à une politique rationnelle. »15.
  • Derrière ce souci de neutralité se cache dès le début un combat pour un rallongement de la période de travail qui rappelle directement les discussions qui se déroulent aujourd’hui en France et en Europe. Pour les auteurs de Population, le vieillissement conduit à des conséquences « d’ordre matériel » qui n’ont qu’une solution : prolongation de la vie active jusqu’à 65 ans. Certes d’autres solutions sont énumérées comme l’amélioration du rendement de l’homme, l’accroissement des producteurs16 ou l’accroissement de la durée de travail. Mais celles-ci sont chaque fois rejetées. Dans une note sur une enquête qui portait notamment sur la perception du vieillissement dans la population française, H.B.17 résume la position de l’INED : « L’hostilité persistante du public à l’idée de toute prolongation éventuelle de la vie active s’accompagne d’une ignorance très accusée des simples données de fait sur la population inactive âgée. »18.
  • Finalement, les chercheurs de l’INED prennent à contre-courant l’opinion très répandue selon laquelle le vieillissement serait dû à l’allongement de la vie. Pour l’INED qui définit le vieillissement comme la part grandissante de personnes de plus de 60 ans dans la population totale, c’est plutôt la baisse de la natalité qui explique le vieillissement. Moins il y a des jeunes, plus la part des personnes âgées augmentent. Issu de plusieurs généalogies natalistes des années 1930, l’Institut continue donc à mener ce débat dans la France des années 1940 et 1950.

 

 

  1. Binet L. et F. Bourlière, Précis de gérontologie, Paris, Masson, 1955. Il dirigera aussi une unité de l’INSERM consacrée aux questions gérontologiques. []
  2. Lehr U. et H. Thomae (dir.), Formen seelischen Alterns: Ergebnisse der Bonner Gerontologischen Längsschnittstudie (BOLSA), Stuttgart, Enke, 1987. []
  3. Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Rapport de la commission d’étude des problèmes de la vieillesse, Paris, La Documentation Française, 1962. []
  4. Un exemple parmi d’autres : Laroque G., « Trentième Anniversaire – I », Gérontologie et Société, 1997, no 81, p. 5‑6. []
  5. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003. []
  6. Je suis bien conscient que dans beaucoup d’autres articles comme dans la rubrique « La situation démographique » le vieillissement est également abordé []
  7. En 1962 Alfred Sauvy quitte la direction de l’INED. []
  8. Sauvy A., Richesse et population, Paris, Payot, 1943. Je dois encore le lire. []
  9. « Jean Daric », Population, 1957, vol. 12, no 3, p. 397‑400. []
  10. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003, p. 75. []
  11. Calot G., « In Memoriam : Paul Vincent », Population, 1979, vol. 34, no 6, p. 979‑984. []
  12. J’ai ensuite un trou dans sa biographie car je ne le retrouve que dans les années 1970 où il va intégrer la Fondation Nationale de Gérontologie. Il y fondera la revue Gérontologie et Société qu’il dirigera jusqu’au début des années 2000. Il sera un des personnages centraux dans la gérontologie (sociale) en France et s’illustrera par de nombreuses publications. []
  13. Rosental, p. 121. []
  14. Daric J., « Vieillissement démographique et prolongation de la vie active », Population, 1946, vol. 1, no 1, p. 69‑78. []
  15. Paillat P., « Les moyens d’existence des personnes âgées : le schéma démo-économique », Population, 1960, vol. 15, no 1, p. 10. []
  16. Notamment à travers l’immigration qui semble constituer l’angle mort de beaucoup de théoriciens du vieillissement notamment dans leurs projections dans lesquelles l’immigration est souvent absente. []
  17. Je n’ai pas réussi à identifier le personnage []
  18. B. H., « Le vieillissement et l’information du public », Population, 1957, vol. 12, no 1, p. 147‑148. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts