Tag Archives: France

Francophone comics on World War One (part 1)

"C'était la guerre des tranchées" published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One
“C’était la guerre des tranchées” published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One

 

 

In order to prepare a communication on “Francophone comics on World War One” for a conference cycle on Literature and the Great War at the University of Luxembourg, I tried to establish a complete corpus of volumes1, which gives already an interesting idea of a chronology of publications2.

Continue reading Francophone comics on World War One (part 1)

  1. I used among others: Denéchère B. et L. Révillon, 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant, Cheminements, 2008; CIBDI, Bibliographie sélective de la Première Guerre mondiale dans la bande dessinée, https://fr.scribd.com/doc/199085759/Selection-des-BD-sur-la-guerre-14-18, consulté le 5 mars 2015. []
  2. In 2014, 20 volumes have been published []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La maladie d’Alzheimer dans journal ‘Le Monde’ des années 1980 – une esquisse

Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d'Alzheimer en France
Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d’Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer est une maladie récente. Bien qu’ayant été nommée pour la première fois avec ce nom au début du 20e siècle par Emil Kraepelin, elle ne fait sens pour dire un nouveau problème public que depuis une quarantaine d’années. Elle a dépassé aujourd’hui la tuberculose ou l’infarctus parmi les maladies les plus souvent nommés. Seuls le cancer et le SIDA la dépasse au nombre de citations dans le corpus anglophone des livres scannés par Google1. Si aux États-Unis, cette nouvelle visibilité a été acquise dès la fin des années 1970, en Europe en général, et en France en particulier, le processus est un peu plus tardif.

À partir du journal Le Monde, une première chronologie sera établie2.

Articles dans Le Monde dans lesquels Alzheimer est mentionné

1976 1977-81 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 2012

1

0

1

1

0

1

10

11

5

13

11

124

Dans les années où Le Monde découvre Alzheimer, l’actualité médicale est suivie par des journalistes spécialisés dans le domaine et qui sont pour deux d’entre eux des médecins de formation : Claude Escoffier-Lambiotte3 et Franck Nouchi4.

La qualité de ces journalistes explique probablement pourquoi, les articles font souvent preuve d’une certaine précocité. Ainsi le paradigme cholinergique5 trouve des échos dans Le Monde dès le début des années 1980. Le premier article scientifique sur cette question ne sera publié en France qu’en 19886.

Au niveau scientifique, Le Monde restera adepte pendant les années 1980 du paradigme cholinergique et n’évoque pas d’autres hypothèses comme celle sur les origines virales ou celle liée à l’aluminium. La maladie d’Alzheimer est essentiellement décrite comme une perte de la mémoire, les autres symptômes ne sont guère pris en compte. Elle apparaît comme pathologie mnémonique et dans des articles pointus sur la neurologie et dans des articles qui apparaissent en dehors des pages médicales comme la couverture de la mort de Rita Hayworth, la première VIP clairement identifiée comme étant atteinte d’Alzheimer, dans les pages cinéma.7. Ainsi le critique de cinéma du Monde, Michel Braudeau écrit lors de sa mort en 1987 : « Convaincue de ” son incapacité au bonheur “, elle entre en maladie, se retire de ce monde, de son vivant. La maladie d’Alzheimer qui la frappe dès 1981 est incurable. Elle n’a plus de mémoire. »8. Et dans une de ses chroniques humoristiques qui retrace un entretien téléphonique, l’écrivaine française Claude Sarraute utilise le même topos : « Ils avaient entendu dire que t’étais très fatiguée… Ils parlaient même de la maladie d’Alzheimer. _ C’est quoi ? _ Ben… Heu… C’est une espèce de sénilité précoce, tu vois. Tu reconnais plus les gens. Tu perds la mémoire. C’est ce qu’avait Rita Hayworth. _ C’est qui ? »9. À travers le cas de Rita Hayworth, une autre évolution devient visible. Dans un premier temps, l’évocation de la maladie était limitée aux pages médicales du journal. Mais dès la moitié des années 1980, des articles dans d’autres rubriques évoquent Alzheimer qui devient même une affaire à potentiel économique à en croire Le Monde. Lors de l’arrêt partiel de la centrale nucléaire de Saint-Laurent, un des maires des communes touchées essaie de compenser les pertes d’emplois et de revenu par la construction d’une maison de retraite de 80 lits et une clinique pour les anciens atteints par la maladie d’Alzheimer.10.

Le Monde inscrira très rapidement la maladie d’Alzheimer dans la problématique plus large du vieillissement. Certes, à travers la maladie d’Alzheimer, on joue également sur la distinction fine entre vieillissement – processus normale – et maladie – processus pathologique. En même temps, lorsqu’on parle d’Alzheimer on parle de vieillissement et inversement. En 1985, Franck Nouchi écrit d’une manière prémonitoire : « la maladie d’Alzheimer, pourrait bien faire figure de maladie numéro un du vingt et unième siècle »11 Et l’année suivante, le même auteur se fait écho d’une étude lancée par les laboratoires Bristol-Myers parmi des chercheurs pour dresser le tableau des maladies de l’an 2000. Première « maladie » mentionnée : le vieillissement dont la déclinaison pathologique comprend le cancer, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer ou la dépression.12

Dans les années 1980, l’expertise sur lequel se base les articles est souvent d’origine nord-américaine que ce soit pour le pourcentage des personnes touchées par Alzheimer, pour les prévisions et pour les couts qu’Alzheimer va occasionner pour les systèmes de santé13. Du côté français, plusieurs médecins sont interrogés par les journalistes du Le Monde sans qu’il y a un expert particulier qui se cristallise. On y trouve néanmoins beaucoup de personnalités qui joueront un rôle important par la suite comme Françoise Forette, une des « metteurs en scène » de la maladie d’Alzheimer en France jusqu’à aujourd’hui, Jean-François Forin, neurologue, Annick Alperovitch, neurologue et épidémiologiste, François Boller, neurologue ou Yvon Lamour, neurologue. Ce qui devient évident à travers ces quelques noms est la montée en puissance des neurologues dès les années 1980 pour parler du vieillissement14. Certes, la focalisation sur Alzheimer constitue un biais. Mais la maladie d’Alzheimer devient un signifiant central pour dire le vieillissement et les neurologues occupent le terrain médiatique d’une manière maximale en dépit des démographes (importants experts du vieillissement dans l’immédiat après-guerre), des psychiatres ou des gériatres.

La difficulté d’appréhender cette « nouvelle » maladie transparaît également à travers la fluctuation des chiffres de personnes atteintes par Alzheimer. Dans un premier temps, les journalistes du Monde ne dispose que de chiffres américains et ce n’est qu’à la toute fin de la période envisagée que le chiffre de 300 000 malades d’Alzheimer en France est évoqué… en se référant à un article du Monde de 1986 qui lui parlait die 300 000 personnes atteintes de démence sénile.15.

Nombres de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer selon des articles parus dans Le Monde

1982 1985 1986 1988 1989 1989
États-Unis 1.5 millions 2 millions 2-3 millions 2 millions
France 300 000 250 à 300 000 400 000

 

  1. Sur les limites de cet outil cf. Ruiz É., « Google labs Books Ngram Viewer : un nouvel outil pour les historiens ? » []
  2. Pour effectuer ce coup de sonde, une recherche du mot « Alzheimer » a été réalisée dans les archives du Le Monde dont tous les articles depuis 1944 sont accessibles en ligne. []
  3. Claude Escoffier-Lambiotte est chroniqueuse médicale au Le Monde entre 1956 et 1988. []
  4. Franck Nouchi est chroniqueur médical au Le Monde entre 1985 et 1994. []
  5. Le paradigme cholinergique est le paradigme dominant dans les années 1980 et 1990 pour expliquer la maladie d’Alzheimer. Il part de l’hypothèse que le mauvais fonctionnement d’un neurotransmetteur du nom d’acétylcholine est à la base des symptômes qui s’observent auprès des patients atteints d’Alzheimer. Formulée à la fin des années 1970 par des chercheurs américains, cette explication réintroduit la pathologie dans l’explication d’Alzheimer et va donner une place centrale à la bio-médicalisation de la maladie. Comme les médicaments développés à partir de ce paradigme n’ont pas produit les effets souhaités, ce paradigme est aujourd’hui beaucoup plus contesté. Ballenger J.F., Self, senility, and Alzheimer’s disease in modern America : a history, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006, p. 92-101. []
  6. Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345 351. []
  7. Sur l’importance de cette actrice américaine pour la mise en mot de ce qu’est Alzheimer voir Ballenger J., « Disappearing in Plain Sight. Public Roles of People with Dementia in the Meaning and Politics of Alzheimer’s Disease », S. Jacyna et S. Casper (dir.), The Neurological Patient in History, Rochester, University of Rochester Press, 2012, p. 109‑128 pour les États-Unis et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012 pour la France. Il est d’ailleurs surprenant de relever que seuls les Américains semblent mourir d’Alzheimer dans les 1980. Les quatre nécrologies dans Le Monde qui évoquent la maladie d’Alzheimer sont tous consacrées à des Américains. []
  8. Braudeau M., « La mort de Rita Hayworth la bombe douce », Le Monde,  17 mai 1987. []
  9. Sarraute C., « Je me tire », Le Monde, 07/11/1987. []
  10. Ambroise-Rendu M., « Brennilis, Saint-Laurent, Pierrelatte… Quand le nucléaire s’en va », Le Monde, 02/01/1990. []
  11. Nouchi, Franck. “Vieillir sans vieillir.” Le Monde, 5 août 1985. []
  12. Nouchi F., « Le malade imaginé », Le Monde, 11 mars 1987. []
  13. Ainsi sans être cités explicitement, les prévisions de Katzmann, R. “The Prevalence and Malignancy of Alzheimer’s Disease: a Major Killer.” Archives of Neurology no. 33 (1976): 217–218 sont régulièrement évoquées. []
  14. Voir sur ce sujet Guillemard A.-M., Le déclin du social. Formation et crise des politiques de la vieillesse, Paris, PUF, 1986 et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012. []
  15. Cette difficulté de « stabiliser » Alzheimer est également frappant dans la littérature scientifique notamment autour de la discussion des taux de fréquence parmi la population qui à la fin des années 1980 varie entre 0.3 et 1 % selon les ouvrages consultés (( Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

“Population” et vieillissement

Dès le premier numéro de la revue "Population" le vieillissement est un sujet central pour l'INED avec e.a. un important article de Jean Daric
Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric

Avec la fin du semestre, je recommence à trouver un peu de temps à écrire et à retourner dans les “archives”. Comme pour chaque nouveau projet – j’en ai eu trois jusqu’ici : police pendant les deux guerres mondiales, lieux de mémoire au Luxembourg, psychiatrie au 20e siècle – celui sur le ‘vieillissement’ (FRAMAG) pose le problème de l’appréhension. Au moins dans sa formulation il était clair : comment le vieillissement est-il devenu un problème public. Sophie Richelle étudiera la problématique au 19e siècle à travers une microhistoire des institutions. Iris Loffeier s’intéressera aux politiques publiques d’aujourd’hui. Et moi, je travaillerai sur l’émergence de la problématique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Dans un premier temps, je me disais que j’allais y entrer par la médecine et l’émergence de la gérontologie. Mais je commence à avoir des doutes si c’est la bonne porte, même si je continue  à m’intéresser à François Bourlière, le gérontologue français des années 1950 et 19601. Pour l’Allemagne, la psychologie me semble en ce moment la piste la plus intéressante notamment autour d’une étude longitudinale qui a été réalisée à Bonn par Hans Thomae et Ursula Lehr2. En ce qui concerne la France, j’étais frappé par la faible présence des médecins dans le rapport Laroque de 19623 qui est souvent considéré, peut-être à tort, comme un moment de rupture4. En m’intéressant un peu à ce rapport, un autre acteur semblait devenir plus important à savoir l’Institut National d’Études Démographiques (INED). J’ai dévoré le livre de Paul-André Rosental5 qui offre avec le terme de “politiques de population” une grille de lecture intéressante, mais qui n’aborde pas la question du vieillissement, préférant utiliser l’histoire de la démographie historique pour raconter les années 1950 de l’INED.

Dans un premier temps, j’ai seulement relevé les contributions de la revue Population qui, dans leur titre, parlaient de « vieillissement », « personnes âgées »,…6. Si on se limite à une simple analyse quantitative, on s’aperçoit que le sujet est présent d’une manière régulière dans la revue dès sa création en 1946 pour disparaître complètement dans les années suivant la publication du rapport Laroque.7

Tableau 1: Contributions dans Population dédiées au vieillissement par année

 Screenshot from 2013-06-13 10:58:35

 

Deuxième élément, l’articulation de la problématique est assurée par quatre personnes : Alfred Sauvy, Jean Daric, Paul Vincent et Paul Paillat. Le premier est le directeur de l’INED et donne le ton de la discussion avec son livre Richesse et population régulièrement cité, au moins dans les années 19508. Jean Daric, ingénieur de formation, rentre en 1942 au Comité de Direction de la Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains, communément appelée Fondation Alexis Carrell. Jusqu’à son décès en 1957, c’est monsieur « vieillissement » à l’intérieur de l’INED. À côté de l’activité professionnelle des femmes, les personnes âgées constituent son principal champ d’activité sur lequel il publie. Il représente l’INED (et ainsi également la France ?) sur des congrès internationaux consacrés à la gérontologie naissante9. Paul Vincent, polytechnicien a également commencé sa carrière à la Fondation Carrell où il le seul démographe travaillant à plein temps10. En 1945 il devient chef de la section d’études quantitatives et de conjoncture démographique de l’INED. Son centre d’intérêt ne se focalise pas sur les personnes âgées, mais c’est un sujet qu’il touche à plusieurs reprises11. Avec la mort de Jean Daric, c’est Paul Paillat qui prend la relève pour couvrir la discussion autour du vieillissement au moins jusqu’au début des années 1960. Il participe activement à la rédaction du rapport Laroque.12

Parmi les nombreuses thématiques abordées dans ces contributions, j’aimerai brièvement en aborder trois.

  • La pratique d’Alfred Sauvy et également de l’INED se revendique en permanence du souci de neutralité. Cette « rationalité pratique »13 qui se légitime par la revendication d’une apparente efficacité politique était la griffe de Sauvy dans les années trente, pendant Vichy et également dans l’après-guerre. Dans les articles de Population, cette argumentation est omniprésente. Dans un article programmateur publié dans le premier numéro Jean Daric écrit en 1946 : « “La question doit, en tout cas, être étudiée en dehors de tout préjugé d’opinion ou de doctrine. L’importance de ce problème, le peu de diffusion dont ont bénéficié jusqu’ici ces données, ont conduit l’Institut national d’études démographiques à inscrire au programme de ses activités cette enquête sur le vieillissement démographique et les possibilités de prolongation de la vie active. (…) Organisme d’études, l’Institut n’a pas qualité pour dicter des solutions aux problèmes de population. Son rôle doit comporter la diffusion des données de fait mal connues, la reconnaissance des possibilités nouvelles, la communication aux Pouvoirs publics des résultats de ses travaux. »14 Et 14 ans plus tard, Paul Vaillat écrit : « nous laisserons de côté cet aspect important qui peut engager tout le système socio-politique. Notre but est seulement de fournir des données de base à une politique rationnelle. »15.
  • Derrière ce souci de neutralité se cache dès le début un combat pour un rallongement de la période de travail qui rappelle directement les discussions qui se déroulent aujourd’hui en France et en Europe. Pour les auteurs de Population, le vieillissement conduit à des conséquences « d’ordre matériel » qui n’ont qu’une solution : prolongation de la vie active jusqu’à 65 ans. Certes d’autres solutions sont énumérées comme l’amélioration du rendement de l’homme, l’accroissement des producteurs16 ou l’accroissement de la durée de travail. Mais celles-ci sont chaque fois rejetées. Dans une note sur une enquête qui portait notamment sur la perception du vieillissement dans la population française, H.B.17 résume la position de l’INED : « L’hostilité persistante du public à l’idée de toute prolongation éventuelle de la vie active s’accompagne d’une ignorance très accusée des simples données de fait sur la population inactive âgée. »18.
  • Finalement, les chercheurs de l’INED prennent à contre-courant l’opinion très répandue selon laquelle le vieillissement serait dû à l’allongement de la vie. Pour l’INED qui définit le vieillissement comme la part grandissante de personnes de plus de 60 ans dans la population totale, c’est plutôt la baisse de la natalité qui explique le vieillissement. Moins il y a des jeunes, plus la part des personnes âgées augmentent. Issu de plusieurs généalogies natalistes des années 1930, l’Institut continue donc à mener ce débat dans la France des années 1940 et 1950.

 

 

  1. Binet L. et F. Bourlière, Précis de gérontologie, Paris, Masson, 1955. Il dirigera aussi une unité de l’INSERM consacrée aux questions gérontologiques. []
  2. Lehr U. et H. Thomae (dir.), Formen seelischen Alterns: Ergebnisse der Bonner Gerontologischen Längsschnittstudie (BOLSA), Stuttgart, Enke, 1987. []
  3. Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Rapport de la commission d’étude des problèmes de la vieillesse, Paris, La Documentation Française, 1962. []
  4. Un exemple parmi d’autres : Laroque G., « Trentième Anniversaire – I », Gérontologie et Société, 1997, no 81, p. 5‑6. []
  5. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003. []
  6. Je suis bien conscient que dans beaucoup d’autres articles comme dans la rubrique « La situation démographique » le vieillissement est également abordé []
  7. En 1962 Alfred Sauvy quitte la direction de l’INED. []
  8. Sauvy A., Richesse et population, Paris, Payot, 1943. Je dois encore le lire. []
  9. « Jean Daric », Population, 1957, vol. 12, no 3, p. 397‑400. []
  10. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003, p. 75. []
  11. Calot G., « In Memoriam : Paul Vincent », Population, 1979, vol. 34, no 6, p. 979‑984. []
  12. J’ai ensuite un trou dans sa biographie car je ne le retrouve que dans les années 1970 où il va intégrer la Fondation Nationale de Gérontologie. Il y fondera la revue Gérontologie et Société qu’il dirigera jusqu’au début des années 2000. Il sera un des personnages centraux dans la gérontologie (sociale) en France et s’illustrera par de nombreuses publications. []
  13. Rosental, p. 121. []
  14. Daric J., « Vieillissement démographique et prolongation de la vie active », Population, 1946, vol. 1, no 1, p. 69‑78. []
  15. Paillat P., « Les moyens d’existence des personnes âgées : le schéma démo-économique », Population, 1960, vol. 15, no 1, p. 10. []
  16. Notamment à travers l’immigration qui semble constituer l’angle mort de beaucoup de théoriciens du vieillissement notamment dans leurs projections dans lesquelles l’immigration est souvent absente. []
  17. Je n’ai pas réussi à identifier le personnage []
  18. B. H., « Le vieillissement et l’information du public », Population, 1957, vol. 12, no 1, p. 147‑148. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts