Tag Archives: Luxembourg

VI. Assises de l’historiographie luxembourgeoise. Histoire du temps présent – Bilan et perspectives

Screenshot from 2015-11-04 07-51-06
Le récent ‘Historikerstreik’ sera sûrement un des arrière-fonds de ces Assises.

Institut d’Histoire, Université du Luxembourg
19.11.2015-21.11.2015, Esch-sur-Alzette, Université du Luxembourg,
Campus Belval, Maison du Savoir, Auditoire 3330, 2, avenue de
l’Université, L-4365 Esch-sur-Alzette

Das Institut für Geschichte der Universität Luxemburg veranstaltet in zweijährigem Turnus Tagungen zur luxemburgischen Historiographie, bei denen jeweils historiographische Arbeiten zu einem bestimmten Feld der luxemburgischen Geschichte kritisch betrachtet werden. Die in diesem Jahr stattfindenden VI. Assises de l’historiographie luxembourgeoise befassen sich mit dem Thema Zeitgeschichte. Im Unterschied zu früheren Veranstaltungen sollen diesmal – neben der Bestandsaufnahme – vor allem neuere Forschungsarbeiten präsentiert und vor dem Hintergrund der
rezenten internationalen Entwicklungen in der zeitgeschichtlichen
Forschung diskutiert werden. Continue reading VI. Assises de l’historiographie luxembourgeoise. Histoire du temps présent – Bilan et perspectives

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Le Centenaire de la Première Guerre mondiale au Luxembourg

Screenshot from 2015-07-10 19:29:36
Xavier Bettel rend hommages aux volontaires luxembourgeois engagés dans les armées alliées. © SIP/Charles Caratini

Ce texte a été rédigé pour l’Observatoire du Centenaire à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 
La Première Guerre mondiale est une « petite guerre » dans la mémoire luxembourgeoise. Jugée peu glorieuse par rapport à la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire de ces quatre ans occupe une place réduite dans l’imaginaire du Grand-Duché. Les années de guerre sont compliquées à intégrer dans un récit national. La politique d’accommodation poursuivie par le gouvernement luxembourgeois face à l’occupant allemand et les tensions sociales et politiques exacerbées expliquent que la Première Guerre mondiale devient un non-événement commémoratif dès l’entre-deux-guerres.

 
La commémoration autour du Centenaire de la Première Guerre mondiale confirme ce constat général. Dans un rapport de septembre 2011, Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale , avait noté que la politique attentiste du gouvernement luxembourgeois entre 1914-18 pourrait « expliquer que le Luxembourg ne prévoie pas, pour le moment, d’actions commémoratives spécifiques ».1 Les instituts de recherches historiques directement dépendant du gouvernement luxembourgeois ne pouvaient de prime abord pas jouer leur rôle d’animateur commémoratif officiel, leurs activités de recherche étant focalisées sur la Deuxième Guerre mondiale et l’intégration européenne.2 Le gouvernement luxembourgeois a donc commandé, tardivement, à l’Université du Luxembourg une exposition sur les années de guerre qui aurait dû s’ouvrir en 2015. Après une année de préparation elle a été annulée en mars 2014 pour des raisons budgétaires.3 En absence d’une pratique commémorative propre à la Première Guerre mondiale, les actes mémoriels posés jusqu’à ce jour par l’état luxembourgeois sont peu nombreux. Le 2 août 2014, cent ans après l’invasion, les sirènes d’alarmes ont sonné pendant deux minutes à travers tout le pays et une cérémonie de dépôt de fleurs avait lieu auprès de la Gëlle Fra, un monument commémorant les Luxembourgeois ayant combattu dans les armées alliées et inauguré en 1923. Un an plus tard, en juin 2015, le premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, inaugurait, à l’Hôtel national des Invalides à Paris, une plaque commémorative pour les volontaires luxembourgeois engagés durant la Première Guerre Mondiale aux côtés des armées de l’Entente.4
Cette quasi non-commémoration officielle n’a guère été contrebalancée par des acteurs privés5 : les initiatives mémorielles et historiographiques existantes présentent donc un caractère très éclaté et reposent souvent sur des initiatives personnelles et ponctuelles.

 
Le Centre national de littérature a consacré une exposition importante à l’influence de la Grande Guerre sur la vie culturelle au Luxembourg (novembre 2014 à septembre 2015), exposition qui est accompagnée d’un ouvrage qui dépasse le simple catalogue, en essayant de présenter une synthèse sur l’histoire de la Première Guerre mondiale au Luxembourg à travers le regard des littéraires.6 L’équipe de l’Université du Luxembourg qui avait préparé l’exposition, a sorti un ouvrage collectif rassemblant le travail d’une quinzaine d’historiens luxembourgeois et étrangers sur la Première Guerre mondiale au Grand-Duché : le livre illustre néanmoins la faiblesse de l’historiographie luxembourgeoise sur ces quatre années d’occupation. La plupart des auteurs ne sont pas des spécialistes de la Première Guerre mondiale, mais ont abordé leur thématique de recherche traditionnelle à travers le prisme de la Grande Guerre.7

 
À côté de ces deux initiatives qui s’inscrivent directement dans le cadre de recherches scientifiques, d’autres actions s’orientent davantage vers un public plus large. L’Institut Pierre Werner qui rassemble l’ancien Institut Français et l’ancien Goethe Institut organise un cycle de conférences en invitant les grands noms de l’historiographie internationale avec quelques succès de public notamment pour Christopher Clarke. Le Musée National d’Histoire Militaire de Diekirch, porté par des historiens amateurs essentiellement intéressés par la bataille des Ardennes, a de son côté organisé une exposition dédiée à la Première Guerre mondiale, mais qui n’était ouverte que trois semaine en novembre 1914.

 
Finalement, des journaux comme le quotidien Luxemburger Wort ou l’hebdomadaire d’Lëtzebuerger Land ont, pendant la première année de la commémoration, consacré des articles historiques à intervalles réguliers sur le Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale

 
Cette énumération descriptive montre l’absence d’un véritable fil rouge. Les remous provoqués par l’annulation de l’exposition, le succès rencontré par le livre Guerre(s) au Luxembourg qui a connu très rapidement une deuxième édition, l’affluence aux conférences organisés par l’Institut Pierre Werner montrent un certain élan mémoriel dans la société luxembourgeoise. La raison n’est pas à chercher dans une politique mémorielle particulière. Reste à savoir si cet élan se nourrit d’une vague commémorative européenne par laquelle la société luxembourgeoise a été emportée ou si c’est un symptôme d’un regain d’intérêt interne au Grand-Duché.

 

  1.  Joseph Zimet, “Commémorer La Grande Guerre,” 2011, p. 45. []
  2.  En 2014, le gouvernement luxembourgeois dispose de quatre instituts de recherches historiques : le Centre d’études et de recherches européennes Robert Schuman, le Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, le Centre de documentation et de recherche sur la Résistance et le Centre de documentation et de recherche sur l’enrôlement forcé. []
  3. Une exposition numérique financée par le gouvernement luxembourgeois est maintenant prévue pour fin 2016. []
  4. Bellion, Joe. “Luxemburger in der französischen Armee während des Esten Weltkriegs.” Hémecht 65, no. 3 (2013): 267–98. []
  5. Déjà dans l’entre-deux-guerres, l’absence d’anciens combattants pour porter une mémoire d’en bas avait différencié le Luxembourg de ses pays voisins. []
  6. Daniela Lieb, Pierre Marson, and Josiane Weber, eds., Luxemburg und der erste Weltkrieg : Literaturgeschiche(n) (Mersch: Centre national de littérature, 2014). []
  7. Benoît Majerus, Charel Roemer, and Gianna Thommes, eds., 1914-1918. Guerre(s) Au Luxembourg (Luxembourg: Capybarabooks, 2014). []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

1914-1918: Guerre(s) au Luxembourg

Screenshot from 2014-11-14 18:04:45

Le titre de cet ouvrage collectif Guerre(s) au Luxembourg trouve son origine dans deux constats structure ce livre. C’est que tant d’un point de vue historique que d’un point de vue historiographique, la Première Guerre mondiale au Luxembourg cache sous sa forme singulière de nombreuses guerres.

Du point de vue historique, il y a tout d’abord la plus évidente : l’occupation d’un Grand-Duché par un Empire. Avec la violation de la neutralité luxembourgeoise par les troupes allemandes débute une occupation militaire qui durera plus de quatre ans. Tout au long de ces années, environ 5000 soldats allemands sont stationnés au Luxembourg et vont cohabiter – de manière parfois conflictuelle, mais pas toujours – avec la population locale. Pendant qu’une partie des expatriés luxembourgeois décide de s’engager dans les rangs des armées française ou belge et fera donc l’expérience de la guerre des tranchées, la population restée au pays fera l’expérience de l’occupation, élément central du phénomène de « guerre totale » que constituera pour la première fois la Première Guerre mondiale.

Cette occupation militaire et la présence importante de troupes qui l’accompagne, ne parvient cependant pas à apaiser les tensions qui traversent la société luxembourgeoise depuis plusieurs décennies déjà. L’opposition politique entre la droite et la gauche continue avec la même violence qu’avant la guerre et va plonger le pays dans une période d’instabilité politique accrue suite à la mort du Premier Ministre Paul Eyschen en 1915. Mais cette instabilité ne se limitera pas au monde politique car les années de guerre ravivent d’autres conflits encore : le monde ouvrier se radicalise dans son opposition au patronat suite à la détérioration des conditions de vie de toute une population, les citadins sans terres envient les ruraux dont la situation alimentaire est moins catastrophique, les pourfendeurs de la monarchie trouvent de nouveaux arguments républicains dans le positionnement de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde pendant la guerre, la définition de ce qu’est un « vrai Luxembourgeois » connaît un premier moment paroxystique et les visées annexionnistes de l’Allemagne puis de la Belgique interrogent la légitimité d’un Luxembourg indépendant. Autant d’éléments qui font des années 1914-1918 au Luxembourg une histoire complexe et ambigüe et qui font qu’on peut effectivement parler « des guerres » pour décrire l’expérience luxembourgeoise de 1914-1918. Bien que se trouvant à une certaine distance du front et ne faisant pas partie des belligérants, le Luxembourg connaîtra la guerre, celle des bombardements alliés sur les sites industriels et ferroviaires, mais aussi celle du front intérieur que les nations belligérantes n’étaient pas les seules à devoir affronter.

Cette histoire d’un pays profondément divisé qui doit faire face à des crises internes et externes est difficilement conciliable avec le master narrative prédominant d’une nation luxembourgeoise traversant fièrement les intempéries de l’histoire, raison probable pour laquelle dès 1945, la Première Guerre mondiale fut reléguée, sur le plan mémoriel, derrière la Seconde Guerre mondiale. Avec un siècle de recul, on peut clairement affirmer qu’au Luxembourg, la « Grande Guerre » est restée une petite guerre sur le plan historiographique.

Si le Centième anniversaire de ce premier conflit mondial a quelque peu remis cette histoire sur l’agenda des historiens, beaucoup de travail de recherche reste à faire avant de pouvoir proposer une vue d’ensemble sur l’histoire de cette Première guerre mondiale au Luxembourg. Le pluriel de « guerre » se réfère donc également au livre-même que vous tenez entre les mains. Son plus grand défaut – l’absence d’un fil rouge cohérent – s’explique par la faiblesse de la recherche sur cette petite guerre – historiographiquement parlant. Rassembler des auteurs autour de ces quatre années reste un pari difficile au Luxembourg. Les historiens racontent chacun leur guerre et semblent encore loin de présenter un récit de la guerre. La diversité des approches des différents sujets se reflète aussi dans le recours à des types de sources distincts selon les auteurs : cartes postales, annonces publicitaires, manuels d’histoire, articles de journaux, roman, et documents d’archives. Si l’absence d’un fil conducteur ne favorise pas l’élaboration d’une vue d’ensemble sur cette guerre, l’hétérogénéité des récits a tout de même un avantage considérable : elle permet de s’ouvrir à des approches qui dépassent l’histoire politique très prédominante dans le cadre de la Grande Guerre au Luxembourg. L’histoire sociale mais surtout l’histoire culturelle font – tardivement – leur entrée sur scène et permettront ainsi de développer un autre regard sur l’expérience de la Première Guerre mondiale au Luxembourg.

Pour conclure cette brève introduction, il reste à dire au lecteur que ce livre apparaît aussi dans le contexte de la polémique autour de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Reflétant avant tout le rapport ambigu que le Luxembourg entretient avec ce passé de la Première Guerre mondiale, mais aussi celui qui existe entre politique et histoire, cette polémique a surtout montré une chose : il y a dans la population une envie, mais aussi un besoin de connaître l’histoire de cette guerre. Cet ouvrage ne prétend pas répondre à lui seul à ce besoin, mais il propose des regards croisés sur ces quatre années de guerre qui permettront, on l’espère, une meilleure appréhension du sujet. A ces fins, ce livre s’adresse à un public large en se présentant comme un ouvrage qui se fonde sur une méthodologie scientifique tout en choisissant une approche de communication qui se veut accessible au grand public.

Si cet ouvrage permet d’apercevoir plusieurs guerres, il permettra aussi, on l’espère, de générer l’intérêt du public autour de l’histoire cette Première guerre mondiale qui a si profondément marqué le pays, que ce soit sur le plan politique, économique, social ou culturel.

Benoît Majerus, Charel Roemer & Gianna Thommes

Pour avoir cet article en pdf, cliquez ici.

 

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La Première Guerre mondiale au Luxembourg en infographies

Screenshot from 2014-09-18 21:28:24Il y a six mois, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé que l’exposition prévue au Musée Drei Eechelen et préparée par Charel Roemer, Gianna Thommes et moi-même n’aura pas lieu. L’écho dans la presse était étonnamment grand et depuis lors nous sommes tous les trois contactés régulièrement pour participer à des initiatives diverses et variées.  Il y a 2-3 mois, Jan Hilken s’adressait à nous pour collaborer à un nouveau magazine luxembourgeois, intitulé 137p5.com, qui propose du journalisme infographique sur le Luxembourg. Dans leur deuxième numéro, nous avons réalisé cinq infographies consacrées à la Première Guerre mondiale au Grand-Duché en reprenant des sujets de l’exposition annulée: “Occupation of Luxembourg”, “Chronicle of Luxembourg”, “Air Attacks”, “Hunger” et “D’Gëlle Fra”. L’expérience a été très intéressante: Jan Hilken a réussi à mettre en images nos textes trop longs et remplis de notes en bas de page. En voyant les cinq récits proposés par Jan, je reste frustré par l’approche textuelle à laquelle les historiens restent viscéralement attachés. Est-ce qu’on verra un jour des mémoires et thèses infographiques?

Le magazine peut être acheté dans les bons magasins de journaux et sur le site de 137p5.com. Les cinq infographies dédiées aux années 14-18 peuvent être téléchargées ici.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

[Guest post] Die Europawahl im Lichte der Wahlarithmetik

Screenshot from 2014-05-26 15:11:59Bei der gestrigen Europawahl ging es nicht um sechs Sitze sondern eigentlich nur um einen. Die Sitzverteilung erfolgt nach dem d’Hondt-Verfahren, das als besonders ungünstig für die kleinen Parteien bekannt ist: Je geringer die Zahl der zu vergebenden Mandate, desto grösser die Verzerrung zwischen den prozentualen Stimmenanteilen der Parteien und der Sitzverteilung. Selbst bei erdrutschartigen Verlusten der vier im Europaparlament vertretenen Parteien waren der CSV zwei und den drei anderen ein Sitz sicher.

So hatte bei der Europawahl 2009 die CSV mit weniger als einem Drittel der Stimmen (31,3%) die Hälfte der Sitze bekommen. Um einen Sitz zu erhalten hätte, die ADR, damals und auch heute noch die größte der kleinen Parteien, nicht 7,4% sondern 10,4% Stimmen erhalten müssen.

Im Lichte der Wahlarithmetik stellte sich also nur die Frage, ob die CSV ihren dritten Sitz behalten würde und wenn nicht, wer als stärkste der drei Regierungsparteien diesen 6. Sitz bekommen würde. Um der CSV den sechsten Sitz abzunehmen müssten die Grünen 5% Stimmen mehr haben. Die drei Regierungsparteien haben eine empfindliche Niederlage erlitten und trotz des 13,4 Prozentpunkte-Verlusts behalten sie ihre drei Sitze.

20,8% der Stimmen gehen an Parteien, die von vorne herein keine Chancen auf einen Sitz hatten. Um einen Sitz zu bekommen hätte eine der kleinen Parteien 147.175 Stimmen (12,55%) nötig gehabt. Mehr als die LSAP bekommen hat. Dazu hätte z.B. die ADR 5% zulegen müssen. Sie wäre damit keine „kleine“ Partei mehr und die ganze parteipolitische Landschaft wäre umgekrempelt.

Mit einem anderen Sitzberechnungsverfahren, das eine bessere Umsetzung der Stimmenverhältnisse in Mandate gewährleistet, z.B. dem Sainte-Laguë-Verfahren, hätte die ARD allerdings einen Sitz auf Kosten der CSV bekommen.

Somit stellt die diesjährige Europawahl ein weiteres Argument, für eine Wahlrechtsreform dar, um die Benachteiligung der kleinen Parteien zu beenden.

Screenshot from 2014-05-26 15:15:29

Wikipedia, European elections, nationalism and linguistic turn

This afternoon the Luxemburger Wort, which has close links with Jean-Claude Juncker, candidate of the European People’s Party for President of the European Commission, brought the following story on Martin Schulz.

http://www.wort.lu/de/politik/wahlkampf-endspurt-martin-schulz-spielt-die-nationale-karte-537f13e8b9b3988708029b09
http://www.wort.lu/de/politik/wahlkampf-endspurt-martin-schulz-spielt-die-nationale-karte-537f13e8b9b3988708029b09

In last minute effort, the socialist candidate nationalised his PR in Germany by running ads in national papers arguing that only a vote for the SPD will make a German president of the European Commission. For me, this move of Schulz was quite surprising as he has always argued against national paradigms to solve European problems.

BoTkQmmIEAAHlC3.jpg:largeNo wonder, the topic attracted some attention in Luxembourg, where the General Secretary of Juncker’s party, Laurent Zeimet, pleaded in a tweet to vote for his candidate, a “true European”, which made Jean-Lou Siweck, editor-in-chief of the aforementioned Luxemburger Wort, react.

Screenshot from 2014-05-23 14:11:21Screenshot from 2014-05-23 14:14:07This little discussion made me try a little experiment. I went to the German Wikipedia and changed the following phrase “Jean-Claude Juncker (* 9. Dezember 1954 in Redingen, Luxemburg) ist ein luxemburgischer Politiker.” in “Jean-Claude Juncker (* 9. Dezember 1954 in Redingen, Luxemburg) ist ein europäischer Politiker.” My modification did not even survive a minute.

Screenshot from 2014-05-23 14:17:01

As so often, I lost this editorial war, but I think that there is a more fundamental problem than this individual Juncker entry on the German Wikipedia. At least since the linguistic turn, we all know that words are creating a/the reality. If there should be some day a common European identity, the way of naming politicians working on an European level should no longer be determined by their national identity but by their European identity. Schulz, Juncker, Verhofstadt, Keller/Bové, Tsipras, Sunde/Andersdotter should no longer be qualified as German, Luxembourgish, Belgian, German/French, Greek, Norwegian/Swedish politicians but as European politicians.1.

 

 

 

  1. Interestingly Peter Sunde’s Wikipedia-page use the following expression:  Er hat norwegische und schwedische Wurzeln.” []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts