Tag Archives: Première Guerre mondiale

La Grande Guerre des historiens belges, 1914-2014

Screenshot from 2014-10-27 17:31:22
Henri Pirenne (8162-1935) et Sophie De Schaepdrijver (°1961), les deux figures titulaires de l’historiographie belge de la Grande Guerre.

Écrit en collaboration avec Bruno Benvindo et Antoon Vrints, l’article présente un bilan critique de l’historiographie belge sur la Grande Guerre. L’objectif est d’analyser la manière dont les historiens belges ont donné un sens à la Grande Guerre depuis 1914. L’ambition n’est nullement de présenter un panorama complet de la production historiographique sur la guerre, mais d’historiciser le rapport qu’ont entretenu en Belgique les historiens professionnels avec ce passé de guerre, en dégageant les grandes tendances qui ont caractérisé l’historiographie du conflit au cours du siècle dernier. Ceci nécessite évidemment de prendre en compte les transformations structurelles qui ont affecté la profession historique au cours du siècle passé. Sous l’influence de processus comme la spécialisation et l’expansion du monde académique, le nombre d’historiens a augmenté de manière exponentielle. Par ailleurs, il y a cent ans, les historiens se concentraient sur le Moyen Âge et les Temps modernes, tandis que l’histoire contemporaine était une branche à peine respectable de la recherche historique : la situation est différente aujourd’hui. Sur le plan méthodologique et conceptuel, les changements n’ont pas été moindres, comme l’indique la succession de « turns » (culturel, linguistique, spatial, etc.) qu’a pris l’historiographie au cours des dernières décennies. Ces mutations du métier d’historien ont eu des conséquences directes sur l’historiographie de la Grande Guerre. Dans leur bilan international de cette historiographie, Antoine Prost et Jay Winter distinguent trois générations dans l’écriture de la guerre 1914-1918 : une première génération d’historiens consiste en des contemporains du conflit, surtout intéressés par les questions militaires et diplomatiques ; une deuxième génération se centre, à partir des années 1960-1970, sur l’histoire sociale de la guerre ; enfin, une troisième génération d’historiens explore, à partir des années 1990, les dimensions culturelles de l’événement 1914-19181. Observe-t-on de semblables générations – qui correspondent aux grands courants de l’historiographie du siècle dernier – parmi les historiens belges de la Grande Guerre ? De manière plus large, l’expérience de la Grande Guerre a-t-elle contribué, comme ailleurs en Europe, à la légitimation de l’histoire contemporaine en Belgique ? Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

P.S. Cet article est paru dans le Journal of Belgium History qui disparaîtra sous sa forme papier suite aux mesures d’économies décidées par le nouveau gouvernement belge.

  1. Prost A. et J. Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La petite guerre au Luxembourg n’aura pas lieu

2915.40693.original
Distribution de pommes de terre à Bonnevoie (1916)
©europeana1914-1918

Depuis un an, une petite équipe d’historiens de l’Université du Luxembourg travaille sur une exposition relative à la Première Guerre mondiale sur demande du gouvernement luxembourgeois. La convention qui règle cette collaboration date encore du gouvernement précédant mais a été confirmée le 10 décembre 2013 par écrit par la nouvelle ministre de la Culture, Maggy Nagel.

En partant du postulat que historiographiquement la Grande Guerre a été fortement négligée, l’exposition qui aurait dû se tenir au Musée Dräi Eechelen en été 2015 était intitulée “La Petite Guerre au Luxembourg”. Afin de renouveler le récit sur ces quatre ans, nous avions prévu d’organiser notre narration autour de cinq verbes: occuper, rencontrer l’occupant, (ne pas) manger, mourir et se souvenir. En automne 2013, nous avions lancé un concours pour des bureaux des scénographes, en janvier 2014 quatre bureaux ont présenté leur projet et un jury composé de membres du ministère de la Culture, des Archives Nationales, du Musée Dräi Eechelen et de l’Université du Luxembourg ont transmis un classement aux autorités responsables. Maintenant le Conseil des ministres a décidé de ne pas assurer le financement, cependant promis contractuellement. Le nouveau gouvernement ne fait pas preuve d’une très grande cohérence.

D’abord parce que depuis quelques mois, cette exposition est utilisée dans le public pour affirmer que le gouvernement n’est pas inactif. Ainsi dans une réponse à une question parlementaire de Fernand Kartheiser d’il y a à peine deux mois, le même Xavier Bettel qui a décidé maintenant d’annuler l’exposition, affirmait encore: “mee konkret kann ech dem Députéierten awer soen, datt eng grouss Ausstellung vun der Uni Lëtzebuerg ënnert dem Titel: ‘La Petite Guerre. Le Luxembourg entre 1914 et 1918’ wäert op d’Bee gestallt gin.” Et depuis lors, cette exposition est régulièrement citée dans la presse nationale et internationale.

Ensuite parce que dans un autre dossier, celui de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), on reproche justement à l’université d’avoir trop délaissé l’époque contemporaine. Cette période semble se limiter pour les instances gouvernementales aux années 1940-1945 qui seraient apparemment le parent pauvre de l’historiographie luxembourgeoise. Comme j’ai essayé de le montrer dans un autre post, la Deuxième est beaucoup mieux étudiée que la Première Guerre mondiale. En 2011, le rapport Zimet résumait la situation luxembourgeoise ainsi: “Sous la conduite de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde, le pays restera cantonné dans une stricte neutralité durant tout le conflit. Cette attitude conduira les Alliés à provoquer le remplacement de la Grande-Duchesse, en janvier 1919, par sa soeur la Grande-Duchesse Charlotte. Ces événements pourraient expliquer que le Luxembourg ne prévoie pas, pour le moment, d’actions spécifiques pour le centenaire de la Première Guerre mondiale”. Est-ce que le refus gouvernemental s’expliquerait par un apparent tabou, sujet tellement cher à la nouvelle ministre et à ses conseillers? Se pose néanmoins la question comment un futur IHTP travaillera convenablement et d’une manière indépendante si le gouvernement peut à tout moment couper des budgets pour la recherche et sa vulgarisation.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts