Lecture – d’Almeida/Ressources

L’idée est intéressante : que font les gardien(nes) des camps de concentration et d’extermination dans leur loisir ? Et comment ces loisirs nous renseignent-t-ils sur la nature du national-socialisme et de l’histoire des camps au 20e siècle ? Fabrice d’Almeida s’intéresse ainsi aux livres commandés pour les bibliothèques, aux instruments utilisés par les gardes, aux chansons qu’ils chantaient le soir, à leur manière d’organiser des fêtes que ce soient le solstice d’hiver ou l’enterrement d’un SS… Thématiques que je trouve toutes passionnantes et sûrement révélatrices. Mais l’insatisfaction est réelle après la lecture des 250 pages et ceci à deux niveaux.

Premièrement la plupart des sujets sont abordés d’une manière trop superficielle. Ceci me semble entre autres lié à une focalisation sur des archives certes encore inexploitées et donc intéressantes – listes, factures… de fournitures des camps – mais qui auraient nécessité un croisement avec d’autres sources – procès d’après-guerre, témoignages… – pour leur donner l’épaisseur nécessaire.

Deuxièmement – et c’est un défaut majeur de la « shoalogie » terme consacré par Jacques Ehrenfreund, shoalogie que l’auteur juge d’une manière bienveillante – l’étude bascule en permanence entre singularité et universalité de son sujet. d’Almeida hésite ainsi en permanence entre deux positions contradictoires. Fil rouge involontaire, ce « non-choix » saute aux yeux dès l’introduction où l’auteur écrit d’une part qu’« [i]l faut définitivement rompre avec une vision où les camps sont conçus comme des organes isolés de la société » pour souligner quelques lignes plus tard que la gestion des camps « est pour les dirigeants nazis l’occasion de mettre en application leurs idées dans un périmètre bien délimité, où nul parasitage de leur pouvoir n’intervient. » (p. 14).

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.