1914-1918: Guerre(s) au Luxembourg

Screenshot from 2014-11-14 18:04:45

Le titre de cet ouvrage collectif Guerre(s) au Luxembourg trouve son origine dans deux constats structure ce livre. C’est que tant d’un point de vue historique que d’un point de vue historiographique, la Première Guerre mondiale au Luxembourg cache sous sa forme singulière de nombreuses guerres.

Du point de vue historique, il y a tout d’abord la plus évidente : l’occupation d’un Grand-Duché par un Empire. Avec la violation de la neutralité luxembourgeoise par les troupes allemandes débute une occupation militaire qui durera plus de quatre ans. Tout au long de ces années, environ 5000 soldats allemands sont stationnés au Luxembourg et vont cohabiter – de manière parfois conflictuelle, mais pas toujours – avec la population locale. Pendant qu’une partie des expatriés luxembourgeois décide de s’engager dans les rangs des armées française ou belge et fera donc l’expérience de la guerre des tranchées, la population restée au pays fera l’expérience de l’occupation, élément central du phénomène de « guerre totale » que constituera pour la première fois la Première Guerre mondiale.

Cette occupation militaire et la présence importante de troupes qui l’accompagne, ne parvient cependant pas à apaiser les tensions qui traversent la société luxembourgeoise depuis plusieurs décennies déjà. L’opposition politique entre la droite et la gauche continue avec la même violence qu’avant la guerre et va plonger le pays dans une période d’instabilité politique accrue suite à la mort du Premier Ministre Paul Eyschen en 1915. Mais cette instabilité ne se limitera pas au monde politique car les années de guerre ravivent d’autres conflits encore : le monde ouvrier se radicalise dans son opposition au patronat suite à la détérioration des conditions de vie de toute une population, les citadins sans terres envient les ruraux dont la situation alimentaire est moins catastrophique, les pourfendeurs de la monarchie trouvent de nouveaux arguments républicains dans le positionnement de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde pendant la guerre, la définition de ce qu’est un « vrai Luxembourgeois » connaît un premier moment paroxystique et les visées annexionnistes de l’Allemagne puis de la Belgique interrogent la légitimité d’un Luxembourg indépendant. Autant d’éléments qui font des années 1914-1918 au Luxembourg une histoire complexe et ambigüe et qui font qu’on peut effectivement parler « des guerres » pour décrire l’expérience luxembourgeoise de 1914-1918. Bien que se trouvant à une certaine distance du front et ne faisant pas partie des belligérants, le Luxembourg connaîtra la guerre, celle des bombardements alliés sur les sites industriels et ferroviaires, mais aussi celle du front intérieur que les nations belligérantes n’étaient pas les seules à devoir affronter.

Cette histoire d’un pays profondément divisé qui doit faire face à des crises internes et externes est difficilement conciliable avec le master narrative prédominant d’une nation luxembourgeoise traversant fièrement les intempéries de l’histoire, raison probable pour laquelle dès 1945, la Première Guerre mondiale fut reléguée, sur le plan mémoriel, derrière la Seconde Guerre mondiale. Avec un siècle de recul, on peut clairement affirmer qu’au Luxembourg, la « Grande Guerre » est restée une petite guerre sur le plan historiographique.

Si le Centième anniversaire de ce premier conflit mondial a quelque peu remis cette histoire sur l’agenda des historiens, beaucoup de travail de recherche reste à faire avant de pouvoir proposer une vue d’ensemble sur l’histoire de cette Première guerre mondiale au Luxembourg. Le pluriel de « guerre » se réfère donc également au livre-même que vous tenez entre les mains. Son plus grand défaut – l’absence d’un fil rouge cohérent – s’explique par la faiblesse de la recherche sur cette petite guerre – historiographiquement parlant. Rassembler des auteurs autour de ces quatre années reste un pari difficile au Luxembourg. Les historiens racontent chacun leur guerre et semblent encore loin de présenter un récit de la guerre. La diversité des approches des différents sujets se reflète aussi dans le recours à des types de sources distincts selon les auteurs : cartes postales, annonces publicitaires, manuels d’histoire, articles de journaux, roman, et documents d’archives. Si l’absence d’un fil conducteur ne favorise pas l’élaboration d’une vue d’ensemble sur cette guerre, l’hétérogénéité des récits a tout de même un avantage considérable : elle permet de s’ouvrir à des approches qui dépassent l’histoire politique très prédominante dans le cadre de la Grande Guerre au Luxembourg. L’histoire sociale mais surtout l’histoire culturelle font – tardivement – leur entrée sur scène et permettront ainsi de développer un autre regard sur l’expérience de la Première Guerre mondiale au Luxembourg.

Pour conclure cette brève introduction, il reste à dire au lecteur que ce livre apparaît aussi dans le contexte de la polémique autour de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Reflétant avant tout le rapport ambigu que le Luxembourg entretient avec ce passé de la Première Guerre mondiale, mais aussi celui qui existe entre politique et histoire, cette polémique a surtout montré une chose : il y a dans la population une envie, mais aussi un besoin de connaître l’histoire de cette guerre. Cet ouvrage ne prétend pas répondre à lui seul à ce besoin, mais il propose des regards croisés sur ces quatre années de guerre qui permettront, on l’espère, une meilleure appréhension du sujet. A ces fins, ce livre s’adresse à un public large en se présentant comme un ouvrage qui se fonde sur une méthodologie scientifique tout en choisissant une approche de communication qui se veut accessible au grand public.

Si cet ouvrage permet d’apercevoir plusieurs guerres, il permettra aussi, on l’espère, de générer l’intérêt du public autour de l’histoire cette Première guerre mondiale qui a si profondément marqué le pays, que ce soit sur le plan politique, économique, social ou culturel.

Benoît Majerus, Charel Roemer & Gianna Thommes

Pour avoir cet article en pdf, cliquez ici.

 

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.