Pieter Lagrou sur un récent débat luxembourgeois… ou presque

Les intervenants au débat 'Kloertext - Lëtzebuerg am Zweete Weltkrich' sur la télé luxembourgeoise
Les intervenants au débat ‘Kloertext – Lëtzebuerg am Zweete Weltkrich’ sur la télé luxembourgeoise

Rituellement, le Luxembourg connaît des débats sur la Deuxième Guerre mondiale1. En 2013, l’ancien archiviste de la section contemporaine Serge Hoffmann, le député socialiste Ben Fayot et l’historien Denis Scuto l’ont relancé autour de la participation des autorités luxembourgeoises dans la persécution des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale2

Une commission sous la présidence de Michel Pauly, un médiéviste, sera probablement mise en place pour conseiller Vincent Artuso dans la réalisation d’un travail dont les contours restent encore à définir3. Il y aura donc un travail historique qui se réalisera mais les enjeux dépassent bien sûr une question purement historiographique. Sur ce blog, Renée Wagener a lancé un appel à la création d’un Institut d’histoire du temps présent au Luxembourg. Une des questions centrales sera la réaction du gouvernement luxembourgeois quant à d’éventuelles excuses qui sont exigées par une partie des acteurs.

Ce mois-ci, la revue française Vingtième Siècle publie un excellent article de Pieter Lagrou, professeur d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles, qui apparaît comme un commentaire critique de la discussion luxembourgeoise des deux derniers mois. Bien sûr, sa contribution a une dimension beaucoup plus large en réfléchissant sur la place de l’histoire du Temps Présent dans les sociétés occidentales. Néanmoins, quatre réflexions me semblent très pertinentes pour la situation actuelle au Luxembourg:

Sur la posture de l’historien, briseur de tabou:

“Le cadavre de l’histoire nationale peut être dégagé rapidement. Le château fort a été pris d’assaut et réduit en ruines. Prétendre attaquer une mémoire nationale supposée hégémonique est aujourd’hui une posture tout aussi pathétique que celle de vouloir la ressusciter.  (…) S’il y a aujourd’hui un deuil inaccompli, ce n’est pas celui du mythe héroïque national, mais tout au plus celui de l’héroïque historien briseur de tabous.” (p. 111)

Sur la “concurrence” des victimes:

“Le front commun de causes minoritaires militant pour une société plus ouverte et pour une participation politique accrue a cédé la place à une multitude de revendications identitaires mutuellement exclusives et engagées dans une concurrence mémorielle. Leurs discours de combat contre l’oubli faussent la donne, car la configuration de l’espace public mémoriel n’est pas binaire, avec un interrupteur en position «  mémoire  » ou « oubli ». La reconnaissance publique est une denrée rare (en termes de place occupée dans les programmes scolaires, de monuments, de musées et de dispositifs législatifs ; en termes, plus vulgairement aussi, d’argent public attribué à telle ou telle cause). C’est donc de son partage qu’il s’agit, de proéminence et de visibilité, toutes choses qui, comme le savent les femmes et les hommes politiques au moment de la photographie de groupe, ne peuvent être obtenues qu’en plaçant les autres à l’ombre de soi-même.” (p. 111-112)

Sur le vocabulaire juridique utilisé par les historiens:

“Le registre juridique offre tout un outillage pour sérier les problèmes, nommer des événements historiques, les classer et les comparer. (…) Une histoire qui reprend les catégories juridiques préétablies sans les interroger est une histoire à ciseaux, c’est-à-dire une addition d’événements réifiés, décontextualisés : le Rwanda, 1994  ; l’Anatolie, 1915  ; la traite atlantique, 17e siècle.  (…) est en cause moins l’intrusion de la justice et des lois mémorielles dans le pré carré de l’historien que l’avidité avec laquelle les historiens ont adopté une nomenclature qui ne leur est pas propre, qu’ils maîtrisent le plus souvent mal, mais qui leur offre une solution de facilité, un prêt-à-penser, un périmètre de la recherche sanctionné par le législateur. ” (p. 113-114)

Sur le non-sens des excuses:

“L’histoire n’est plus un discours critique ou subversif, mais une panacée pour les maux incurables de nos sociétés contemporaines. Des institutions désarmées face à la désaffectation démocratique, la xénophobie et la violence, ou tout simplement peu enclines à produire une réelle analyse du problème, se réfugient dans l’injonction mémorielle. Une nouvelle instrumentalisation de l’histoire est à l’œuvre. Plus les horreurs du passé seront passées en revue, plus nos contemporains adhéreront, par effroi, au modèle actuel de société. Pour dire les choses autrement  : le recours à l’histoire est comme une liturgie célébrant la supériorité du présent sur le passé. D’un côté figurent démocratie et droits de l’Homme, de l’autre, autoritarisme, fascisme, crimes de masse, génocide, Holocauste, racisme, esclavage, croisades et chasses aux sorcières. (…) La culture politique de repentance et d’excuses publiques pour les épisodes criminels du passé renforce cette mise à distance.” (p. 116-117)

L’actuel numéro de la revue Vingtième Siècle peut être acheté dans des bonnes librairies. L’article peut être téléchargé pour 5 euros ici.

  1. Les deux derniers en date avant celui de cette année avaient été la publication de la thèse de Paul Dostert en 1985 et le passage de la Wehrmachtsausstellung au Luxembourg en 2002 []
  2. Le déclenchement de la controverse s’est fait en trois étapes: article de Serge Hoffmann dans le tageblatt en septembre 2012, question parlementaire de Ben Fayot à la Chambre des Députés, carte blance de Denis Scuto à la radio RTL en février 2013. C’est cette dernière intervention qui a provoqué une accélération du débat avec la presse écrite et audiovisuelle qui se fait alors plus largement écho de la problématique []
  3. http://www.tageblatt.lu/nachrichten/story/Wieso-hat-Luxemburg-kollaboriert–22011673 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.