Francophone comics on World War One (part 1)

"C'était la guerre des tranchées" published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One
“C’était la guerre des tranchées” published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One

 

 

In order to prepare a communication on “Francophone comics on World War One” for a conference cycle on Literature and the Great War at the University of Luxembourg, I tried to establish a complete corpus of volumes1, which gives already an interesting idea of a chronology of publications2.

Continue reading Francophone comics on World War One (part 1)

  1. I used among others: Denéchère B. et L. Révillon, 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant, Cheminements, 2008; CIBDI, Bibliographie sélective de la Première Guerre mondiale dans la bande dessinée, https://fr.scribd.com/doc/199085759/Selection-des-BD-sur-la-guerre-14-18, consulté le 5 mars 2015. []
  2. In 2014, 20 volumes have been published []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

IMG_20150128_101718631Épisodes 1, 2 et 3.

Ce quatrième épisode résume deux journées de travail; je n’ai pas trouvé le temps d’écrire deux posts séparés. Après les archives de la police de la ville de Bruxelles et les registres d’admissions et médicaux de l’Institut de Psychiatrie à Brugmann, je me suis intéressé aux informations contenues dans les dossiers de la police des étrangers. Elles permettent d’abord de situer “mes” personnages en dehors de leur trajectoire psychiatrique: date d’arrivée (et de départ de Belgique), lieux d’habitation, réseau familial… Continue reading #psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Rezension – Heroische Therapien

51dQp9jPlJL._SY344_BO1,204,203,200_«Heroische Therapien». Die deutsche Psychiatrie im internationalen Vergleich 1918–1945. Herausgegeben von Hans-Walter Schmuhl und Volker Roelcke. Göttingen, Wallstein Verlag, 2013. 320 S. I 29.90. ISBN 978.3-8353-1299-9.
«Heroische Therapien» ist ein Sammelband, der aus einem im Juni 2012 in Aachen abgehaltenen Workshop mit dem Titel Der ‹therapeutische Aufbruch› der Psychiatrie in der Zeit zwischen den Weltkriegen. Deutschland im internationalen Vergleich hervorgegangen ist. Der Workshop fand im Kontext eines größeren Forschungsprojektes zur Geschichte der Vorläuferorganisationen der Deutschen Gesellschaft für Psychiatrie und Psychotherapie, Psychosomatik und Nervenheilkunde (DGPPN) in der Zeit des Nationalsozialismus statt. Continue reading Rezension – Heroische Therapien

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Alzheimer in der deutschsprachigen Presse – Geschichte einer Problematisierung (1982-1992)

titel
1898 widmet der Spiegel zum ersten Mal Alzheimer seine Titelgeschichte

Vor 18 Monaten hatte ich einen Beitrag über die Alzheimer-Berichterstattung in der französischen Tageszeitung Le Monde der 1980er Jahre gepostet. Diese Übung hatte sich als hilfreich erwiesen, um eine erste Chronologie der Problematisierung von Alzheimer in Frankreich herauszuarbeiten. Dieser Artikel ist ein ähnlicher Versuch für den deutschsprachigen Raum.1 Continue reading Alzheimer in der deutschsprachigen Presse – Geschichte einer Problematisierung (1982-1992)

  1. Für die quantitative Analyse habe ich auf Zeitungen zurückgegriffen, bei denen eine kostenfreie Volltextsuche über das Web möglich ist. Die Liste der verfügbaren Zeitungen hat die Bayerische Staatsbibliothek zusammengestellt: Der Spiegel*, Die Zeit*, Die Tageszeitung (taz), das Hamburger Abendblatt* und die Neue Zürcher Zeitung (NZZ). Für die qualitative Analyse habe ich mich auf die drei Zeitungen (mit einem * gekennzeichnet) begrenzt, bei denen das Lesen der Artikel nicht kostenpflichtig ist. Ich habe mich auf die ersten Jahre der öffentlichen Problematisierung von Alzheimer beschränkt: der 1982 in der NZZ erschienen Artikel bildet den Anfang: « Transplantation im Gehirn », Neue Zürcher Zeitung, 22/09/1982. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 3)

z_belgiquedocile_02_592

La contribution d’aujourd’hui est un peu hétéroclite parce qu’elle comprend une note de lecture, des impressions sur le dépouillement d’archives et un commentaire sur les réactions que j’ai eues suite aux deux premiers épisodes (1 et 2).

  • J’ai enfin lu des parties de l’ouvrage par lequel j’aurai dû commencer: le rapport publié par le CEGES en 2007 suite à une demande du gouvernement belge, afin de déterminer les responsabilités des autorités belges au sujet de la spoliation et la déportations des juifs en Belgique, La Belgique docile. Frank Seberechts y consacre un chapitre aux “Affaires sociales” (p. 517-545). Dans une ordonnance du 1er juin 1942 l’occupant règle “l’exercice de l’art de guérir par les juifs”. Contrairement à ce qu’écrit Seberechts (p. 518) l’ordonnance n’indique pas que les médecins non juifs ne peuvent plus soigner les patients juifs.1 Mais dans les mois qui suivent un système médical séparé pour médecins et patients juifs se met en effet en place. Seberechts retrace d’une manière plus détaillée cette politique de séparation pour la province d’Anvers où deux exceptions sont prévues: les soins des enfants et la lutte contre la tuberculose (p. 520). Un peu plus loin, dans un sous-chapitre intitulé “Soins aux personnes handicapées”2, l’auteur indique qu’une troisième exception semble avoir existé pour les patients psychiatriques mais qui ne semble pas reposer sur un ordre écrit. Le sous-chapitre est très court – à peine plus d’une page – et consiste en une énumération non exhaustive d’asiles psychiatriques où des patients psychiatriques juifs ont été internés après l’été 1942. Le livre confirme donc l’existence de patients psychiatriques répertoriés comme juifs dans les asiles belges jusqu’à la fin de la guerre sans aller plus loin dans l’analyse3.
  • Après le dépouillement de deux registres d’admission, je me suis aujourd’hui intéressé aux registres médicales de 1941 à 1943. Je reprends ce que j’en avais écrit dans l’épisode 2: “il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive.” Je n’ai pas réussi à terminer le dépouillement donc pas de graphique comme pour le registre d’admission, mais deux remarques. Premièrement, dans le registre médical ne sont consignés que les patients en service fermé – ce qui est logique comme le registre est obligatoire dans le cadre du régime de la collocation. Mais malgré le fait que je travaille depuis quelques années sur la psychiatrie en Belgique je n’avais encore jamais eu la chance de travailler sur les deux sortes de registres en même temps pour m’en rendre compte. Deuxièmement, des personnes indiquées comme “israélite” dans le registre d’admission ne le sont pas dans le registre médical et inversement.
  • Et ceci m’amène au dernier point. Suite aux deux premiers épisodes j’ai eu plusieurs retours. Il est d’ailleurs intéressant que ces gens – que je remercie – préfère écrire des mails que mettre leurs remarques dans les commentaires. J’ai eu le plus de réactions concernant mon malaise concernant l’identification des “israélites”. Les uns me conseillent de me limiter aux identifications de l’époque, en ne m’intéressant pas au sort des juifs mais aux personnes considérées comme telles4, d’autres avouent se poser les mêmes questions. Yasmina Zian me propose la solution suivante: “Si tu veux travailler sur les traitements des juifs dans une institution psychiatrique, tu dois « identifier » comme étant « juif » l’individu qui a été identifié par l’institut psychiatrique comme étant « juif ». Si tu inclus dans ton groupe « juif », des gens qui n’ont pas été identifiés comme tels, alors ça peut poser problème. Si par contre tu veux retracer des parcours de vie ou étudier les stratégies mises en place par des juifs pour échapper à la déportation, alors c’est intéressant d’intégrer dans « tes identifiés juifs » ceux qui n’ont jamais été considérés comme juifs par une quelconque autorité… Les réflexions qui m’ont le plus aidée, c’est des passages de Saerens et Schreiber dans leur thèse respective, qui explique ce qu’ils entendent par juifs. Vu que leur perspective de recherche est différente, leur définition l’est aussi, sans qu’elles se contredisent pour autant.” Le problème qui subsiste est celui de l’écriture: est-ce que l’absence du mot “israélite” implique que l’institution – dans mon cas l’Institut de Psychiatrie – n’a pas identifiée le patient comme “israélite” ou est-ce qu’elle a juste décidé de ne pas le mettre par écrit? Un moyen de trouver peut-être un début de réponse à la question est le passage aux archives de la police des étrangers qui ne semble pas avoir éprouvé de réticences à mettre l’étiquette “israélite”: le but serait donc de comparer les registres d’admission de l’Institut de Psychiatrie avec les dossiers de la police des étrangers.

 

 

  1. Trouvant la description que l’auteur donnait de cette ordonnance un peu flou, j’ai essayé de la trouver. J’avais un souvenir vague que le CEGES avait scanné ces ordonnances mais impossible de les retrouver sur le site internet du CEGES. C’est grâce à un travail de fourmis réalisé à Florence autour d’une banque de données de sources numérisées (EHPS) que je tombe sur le sous-page du site du CEGES qui contient la version numérisée des ordonnances. Je crois que le moteur de recherche du CEGES devrait connaître une refonte. []
  2. Il s’agit en fait d’une partie consacrée aux patients psychiatriques. Je me demande si le mot “handicap” est un mot de l’époque, un anachronisme de l’auteur ou un terme proposé par le traducteur: Frank Seberechts est néerlandophone et j’utilise la version francophone du livre. []
  3. À aucun moment n’est fait référence à la littérature sur la situation de patients juifs en France ou en Allemagne – que je devrai d’ailleurs revoir également. []
  4. Une lectrice me recommande le livre de Mariot N. et C. Zalc, Face à la persécution, Paris, Odile Jacob, 2010 sur cette problématique. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 2)

Le dos du registre d'admission consulté
Le dos du registre d’admission consulté

En arrivant aux archives du CPAS de Bruxelles, je vois que l’archiviste m’a fait remonter dans la salle de lecture deux registres d’admission datant de 1941-1942 et quatre registres médicaux de la même époque.

Le premier registre contient essentiellement des informations importantes pour la gestion administrative du patient : nom, prénom, état civil, adresse, son culte, dates d’entrée et de sortie, le moyen de transport vers l’Institut de Psychiatrie et le prix , la personne qui a demandé la collocation (le plus souvent la famille ou la police)1, la capacité financière (indigent ou patient payant), dates de notification à la sûreté publique2 et le lieu vers lequel le patient part lorsqu’il quitte l’hôpital (retour à sa maison ou transfert dans un autre hôpital psychiatrique). Les informations sur la folie se limitent à une seule rubrique qui ne s’articule qu’autour de deux notions : « affection nerveuse » ou « affection mentale ». Dans le premier cas, le patient est placé en service ouvert, dans le deuxième cas en service fermé.

Le deuxième registre est plus détaillé sur la maladie du patient: il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation3 et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours4, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive5.

Je commence avec le registre d’admission qui couvre l’été 1942, le moment où la politique de répression allemande contre les juifs connaît son paroxysme. Le premier patient du registre (n°1942-342) est une femme belge qui entre à l’Institut de Psychiatrie le 19 mai 1942. J’ouvre un mon logiciel tableur6 et décide d’y introduire d’une manière détaillée que les patients que je ‘suppose’ juifs – pour les patients ‘non-juifs’, je note juste le numéro de registre pour pouvoir rapidement évaluer la part de patients ‘juifs’. En une demie-journée je n’arrive pas à dépouiller l’entièreté du registre. Ceci est non seulement lié au fait que le nombre de patients juifs n’est pas négligeable, mais également au fait que d’autres informations attirent mon attention: des patients luxembourgeois et chinois, des patients qui viennent des prisons sous contrôle des Allemands, des patients « placées sous les ordres de l’autorité allemande », etc. Même s’ils ne sont pas du tout liés à ma recherche, je transcris leurs cas dans le tableur  : d’autres sujets de recherche s’annoncent et ne se réaliseront probablement pas7. Je perds également pas mal de temps parce que j’ai mal construit les catégories de mon tableur que je refais à trois reprises8. Lorsque je quitte la salle de consultation, je suis arrivé au patient (n°1943-386). Il me reste encore 5 pages – sur une page se trouve une dizaine de patients – à dépouiller.

La lecture est également moins rapide parce que ce qui est ‘juif’ pose difficulté. Le plus simple c’est de se fier au culte qui est systématiquement marqué. La personne9 qui remplit le registre d’admission utilise le plus souvent « israélite », parfois « juif »10. Mais en lisant le registre d’une manière attentive, on découvre d’autres patients qui sont probablement juifs, mais dont la rubrique culte indique « s.c. ». Ce travail de ‘dénicher’ des patients juifs me rend mal à l’aise. Je suppose que d’autres chercheurs ont déjà été confrontés à des problèmes similaires – si vous avez des idées/références cher lecteur, la rubrique « commentaires » attend vos suggestions.

Nombre d’entrées de patients juifs11

 

5/1942 6/1942 7/1942 8/1942 9/1942 10/1942 11/1942

0

4

3

5

9

4

0

 

12/1942 1/1943 2/1943 3/1943 4/1943 5/1943

2

2

3

3

0

1

Ce que je trouve assez étonnant c’est que l’hôpital continue à utiliser des catégories qui dans le contexte de la persécution allemande pose des sérieux problèmes. Même après les rafles de l’été 1942, le culte des patients est noté d’une manière systématique. Il est clair qu’on ne cache pas les juifs aux autorités allemandes12, mais on ne transmet pas non plus les informations aux services de l’occupant: aucun de ces juifs n’a été arrêté à l’Institut de Psychiatrie par la police allemande13. Après ces quelques heures de dépouillement dans les archives de la Ville de Bruxelles et du CPAS, ce qui m’intrigue le plus c’est l’absence de toute trace de la persécution des juifs: la guerre y est complètement absente. Je suis sûr qu’elle va néanmoins apparaître dans d’autres archives. Pour quelques-uns des noms, la banque de données de Yad Vashem indique qu’ils sont passés par Malines et puis par Auschwitz14. Et puis le chiffre assez élevé du mois de septembre 1942 (moment de la rafle) n’est probablement pas innocent. Plusieurs pistes s’ouvrent dorénavant au niveau archivistique:

  • dépouiller l’entièreté du registre des admissions pour les années de guerre, et éventuellement également pour les années 1930 pour pouvoir mieux contextualiser 1940-44,
  • regarder si les juifs admis se retrouvent également dans les registres médicaux et si des dossiers de patients individuels existent pour eux,
  • commencer à contacter les hôpitaux psychiatriques vers lesquels les juifs sont souvent envoyés après quelques semaines à l’Institut de Psychiatrie. En effet, celui-ci étant un service universitaire, les patients chroniques et/ou pas très intéressants pour l’enseignement sont envoyés en province. Des patients juifs se retrouvent ainsi à Duffel, Gheel, Titeca, …15
  • me renseigner sur les archives de la sûreté.

Mais après ces deux premiers épisodes rapprochés, il faudra attendre mi-janvier pour la suite. Entretemps je dois finir trois entrées pour l’encyclopédie virtuelle sur la Première Guerre mondiale, une autre guerre qui ne me lâche pas.

  1. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 125-142 []
  2. En fait, les dates d’entrée et de sortie des patients étrangers sont systématiquement transmises à la sûreté publique. Cette institution surveille les étrangers, mais je ne sais pas sur quel texte législatif est basé ce flux d’informations entre psychiatrie et service de renseignement civil. []
  3. Ce certificat est une obligation légale. []
  4. La loi belge est précise à ce niveau: “Pendant chacun des cinq premiers jours de son admission, l’aliéné sera visité par le médecin de l’établissement. Celui-ci consignera sur un registre à ce destiné, coté et paraphé comme il est dit à l’article 22, ses observations et le jugement qu’il en aura tiré” Sander A., Die Irrengesetze in Frankreich, Genf, den Niederlanden, England, Norwegen, Belgien und Schweden, Berlin, August Hirschwald, 1863, p. 182. []
  5. Ce registre-là je ne l’ai pas ouvert pour le moment, mais il y a quelques mois, en travaillant sur l’arrivée du concept de schizophrénie en Belgique, j’ai consulté ce même type de registre pour les années 1920. Je crois donc savoir ce que je vais y trouver. []
  6. Excel en bon français, mais comme je n’utilise pas Microsoft mais LibreOffice ça ne s’appelle pas Excel. []
  7. J’ai encore des centaines de photocopies que j’ai collectées lors de ma thèse mais que je n’ai jamais utilisées pour un article ou un livre. []
  8. Au début je n’avais repris que les catégories du registre d’admission qui me semblaient les plus intéressantes. Or comme ce qui est intéressant au début ne l’est plus nécessairement après un dépouillement d’une heure et inversement, je dois refaire une partie du dépouillement.  []
  9. Probablement une infirmière. []
  10. Une des vérifications à faire, c’est de regarder quels sont les mots utilisés dans l’entre-deux-guerres. []
  11. En ce moment, je n’y ai intégré que les patients où le culte est explicitement indiqué comme « israélite » ou « juif ». Des patients connaissent plusieurs entrées. Le transfert d’un service ouvert vers un service fermé est répertorié comme une nouvelle entrée. En écrivant ces lignes, je me rends également compte que j’aurais dû noter pour les patients non-juifs leur date d’entrée et pas seulement leur numéro de registre afin de pouvoir calculer le pourcentage de patients juifs, mois par mois. []
  12. Est-ce que les responsables allemands étaient au courant de ces registres? Je crois bien que non ? []
  13. Je suis curieux ce que la sûreté d’état fait avec ces informations: je me rends de plus en plus compte que je dois lire La Belgique docile avant d’avancer: probablement que je vais y trouver des réponses à la plupart de mes questions []
  14. Nouveau problème: comment gérer la protection de la vie privée: les noms sont publiés sur le site de Yad Vashem mais je n’ai probablement plus le droit de m’y référer directement car cela indiquerait leur passage en psychiatrie, chose que je n’ai pas le droit de divulguer. []
  15. Pas sûr que ces hôpitaux aient tous un service d’archives. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts