[Guest post] Plaidoyer pour la création d’un Institut d’histoire du temps présent au Luxembourg by Renée Wagener

hoffmannLe débat autour du rôle de la Commission administrative lancé par l’historien Serge Hoffmann restera-t-il un phénomène éphémère ? Ou conduira-t-il enfin vers la reconnaissance de l’utilité d’un travail historiographique systématique sur la 2e Guerre mondiale?

1.

Lorsque le 19 septembre dernier, l’historien Serge Hoffmann avait demandé publiquement au premier ministre de se positionner par rapport à la part de responsabilité de l’État luxembourgeois dans l’Holocauste, j’avais posé la question, dans un éditorial de l’hebdomadaire woxx1 si le premier ministre allait « au moins répondre à cette question ». Car à mon opinion, Jean-Claude Juncker avait laissé passer de nombreuses occasions qui s’étaient présentées depuis son avènement au poste de premier ministre, en 1994, pour se saisir de manière proactive des questions difficiles qui se posent toujours au Luxembourg quant à l’époque de la 2e Guerre mondiale.

Maintenant, le jeune historien Vincent Artuso a reçu du gouvernement la mission de faire un travail de recherche sur le rôle de la Commission administrative dans la persécution des personnes de foi juive au Luxembourg lors de l’occupation par les Nazis pendant la 2e Guerre mondiale.

Me suis-je donc trompée sur la volonté du gouvernement d’ouvrir ce dossier ?

2.

D’abord, il faut noter que le gouvernement n’a pas réagi directement à la demande de Hoffmann, mais – après un délai de tout de même trois mois – à la question de parlementaire de Ben Fayot, posée le 28 septembre suite à l’initiative de l’historien.

Le fait que dans la réponse du premier ministre, tombée le 30 janvier 2013, il a été retenu qu’il « semble opportun et nécessaire d’approfondir la recherche concernant cette période » est néanmoins une avancée dans la matière. Juncker a même signalé qu’il se proposait de  « charger quelques historiens, spécialistes en histoire contemporaine, de porter un regard critique sur la période et les événements en question » avant de tirer des conclusions. La mission donnée à Vincent Artuso, qui vient de terminer sa thèse sur « La collaboration au Grand-Duché du Luxembourg durant la Seconde Guerre Mondiale (1940-1945) – Adaptation, Accommodation, Assimilation », témoigne également d’une volonté nouvelle à éclaircir cette époque. D’ailleurs, il est rafraichissant que cette mission revienne à un jeune chercheur, non seulement outillé de par le choix thématique de sa thèse, mais parce qu’il se situe a priori à une certaine distance de l’appareil politique.

Pourtant, des bémols dans la démarche du gouvernement subsistent. Ainsi, un point du moins questionnable est celui du comité d’accompagnement projeté. Selon quels critères sera-t-il composé et qui décidera du choix de ses membres? Un autre aspect, définitivement problématique, est celui de la durée de la mission, qui se limite apparemment à une mi-tâche d’une année. Cela réduit ses possibilités d’approfondir les recherches et même de constituer – comme Vincent Artuso l’a évoqué dans le fort intéressant « Riicht eraus » de la radio 100,7 samedi dernier2 – un aperçu sur le choix des dossiers à examiner. Car il ne faut pas s’imaginer qu’aux Archives nationales, les dossiers concernant la 2e Guerre mondiale aient « déjà » été répertoriés et décrits systématiquement. La récente (re)découverte de Denis Scuto de la fameuse liste d’élèves d’appartenance juive resp. de celle de personnes juives de nationalité polonaise signalé-e-s à l’occupant nazi par les autorités luxembourgeoises illustre le fait qu’actuellement, il est impossible de se faire une vue d’ensemble des dossiers importants.

Cela témoigne autant du peu de ressources humaines (et donc d’estime politique) dont ont pu bénéficier les Archives nationales pendant 70 ans que de l’intérêt des gouvernements qui se sont succédés depuis la guerre pour un travail scientifique sur les responsabilités politiques des autorités luxembourgeoises pour le destin de sa population, notamment juive.

3.

Les gouvernements de Jean-Claude Juncker n’y font pas exception. Un exemple en est le débat autour de la création du Centre de documentation et de recherches sur la Résistance, en 2002, qui me semble être un moment charnière pour l’orientation de la recherche historique sur la 2e Guerre mondiale.

Le 30.8.2002, Jean-Claude Juncker a déposé un projet de loi « portant création d’un Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance ». Le député socialiste Ben Fayot venait de prendre l’initiative, en 2001, pour faire avancer la création d’une commission chargée d’étudier la question des spoliations des biens juifs. En juin 2002, l’exposition « Et wor alles net sou einfach… » avait ouvert ses portes au musée d’histoire de la ville de Luxembourg. En 2002 également, on planifiait déjà le passage de la « Wehrmachtausstellung » à Esch-Belval qui allait ouvrir ses portes le 6.12.2003.

À l’époque, en tant que députée au parlement pour le parti vert, j’étais sidérée par la démarche gouvernementale de vouloir créer un centre axé exclusivement sur le groupe des anciens résistant-e-s. Mes critiques – qui rejoignaient celles d’historiens comme Lucien Blau, Henri Wehenkel ou Denis Scuto – se concentraient sur trois points : primo, la question de l’indépendance d’un institut non pas conçu comme établissement public, mais placé directement sous la tutelle d’un ministère. Secundo, ce ministère n’était pas celui de la culture, de l’enseignement supérieur et de la recherche mais le ministère d’État. Tertio, la mission peu claire du Centre : d’un côté, l’exposé des motifs retenait : « Dès 1995 le Gouvernement a exprimé le vœu que le Centre de Documentation ‘s’occupe de tous les évènements, sans distinction, qui se sont produits au cours de ces années difficiles’. En effet, il est difficile à concevoir que ce Centre de Documentation limite sa tâche à regrouper les seuls documents relatifs à la Résistance. » Mais de l’autre côté, Jean-Claude Juncker insistait sur l’aspect de la continuité entre le nouvel organe et les anciennes structures de commémoration de la Résistance, à savoir le « Conseil national de la résistance », qui par le même projet de loi devait être transformé en « Comité directeur pour le Souvenir de la Résistance » : « [H]ei geet et drëm déi offiziell Vertriedung vun der Resistenz, déi sech Conseil national de la résistance genannt huet, ze ersetze fir hiren eegenen Zweck, och fir hir Selbstdarstellung duerch déi Gremien, déi hei proposéiert gi sinn. » Le projet de loi a été voté en un temps record : dépôt du projet « portant création d’un Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance »  le 30.8.2002, avis du Conseil d’Etat le 22.10.2002, adoption du projet de rapport en commission le 13 12.2002, vote du projet de loi le 19.12.2002. Les amendements que j’avais formulés ont été refusés l’un après l’autre.

Mario Hirsch, en ce temps rédacteur en chef de l’hebdomadaire « d’Lëtzebuerger Land », commentait le 3.1.2003 : « Zu einem Zeitpunkt, da sich Luxemburg anschickt, eine Universität ins Leben zu rufen, ist die Frage tatsächlich angebracht, ob es nicht sinnvoller wäre, neue Forschungsstellen an diese Institution anzubinden, anstatt, wie bisher üblich, das Staatsministerium mit Forschungssatelliten zu umkränzen – ähnlich der Gepflogenheiten des real existierenden Sozialismus, wo die Akademien der Wissenschaften Ableger der jeweiligen Zentralkomitees der Partei waren. »

Tout de même, suite au vote, le premier ministre plaidait pour une séparation entre la commémoration de la Résistance et l’historiographie, en suggérant notamment : « Ech hu guer näischt dergéint wann een de Wee fënnt fir un enger Motioun an iergendengem aneren Text d’Regierung opzefuerderen, esou wéi ugedeit, mä iwwer aner Gremien, dat ze maachen, wat hei suggéréiert ginn ass. »

J’ai répondu à cette suggestion en introduisant une motion qui invitait le gouvernement

« – à mettre en place des structures scientifiques de recherche historique aptes à étudier la 2e Guerre mondiale dans toute son étendue et sous toutes ses facettes;

– à pourvoir ces structures des moyens financiers et des ressources humaines nécessaires;

– à étudier les possibilités d’intégrer dans le concept de la nouvelle Université de Luxembourg le domaine de la recherche historique sur la 2e Guerre mondiale et plus généralement sur l’histoire du 20e siècle. »

Cette motion a été adoptée unanimement par la Chambre le 11.2.2003.

4.

En 2004, l’Université du Luxembourg a ouvert ses portes. Pour ma part, j’ai quitté le parlement et, mon évolution professionnelle me conduisant vers la recherche historique, j’ai rejoint un projet de recherche au sein du Laboratoire d’histoire de l’Université. J’ai donc pu suivre de près l’évolution du dossier.

D’un côté, on constate aujourd’hui que l’invitation exprimée par la Chambre en 2003 de créer des structures scientifiques n’a pas été suivie par le gouvernement, du moins pas dans le sens d’un organe spécifique. Au Laboratoire d’histoire, la 2e Guerre mondiale est un sujet traité, mais comme un sujet parmi tant d’autres. Il n’a pas non plus été pourvu par le gouvernement au financement d’un travail de recherche spécifique sur la 2e Guerre mondiale. Enfin, il n’y a pas eu de réflexion de la part du gouvernement – ni d’ailleurs de l’Université – sur la question comment traiter l’époque de la 2e Guerre mondiale sous un aspect organisationnel. À l’Université, nombre de facteurs influencent les choix thématiques de la recherche, dont les priorités de recherche de l’Université, mais également les critères de sélection du Fonds national de la recherche (qui finance les projets de recherche) auxquels il faut se subordonner, ainsi que les dominantes thématiques des professeur-e-s, ne sont pas les moindres. Il s’avère relativement difficile de prévoir et encore plus difficile de canaliser le choix des sujets scientifiques.

D’un autre côté, le Centre de documentation et de recherche de la résistance fait un travail qui dépasse ce que Jean-Claude Juncker avait annoncé, à savoir de représenter et de commémorer la Résistance. La création de la Commission pour l’étude des spoliations des biens juifs au Luxembourg le montre clairement. Mise en place en 2002 (donc avant la création de l’Université), elle a fonctionné sous la présidence de Paul Dostert, directeur du Directeur du Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance (CDRR), service sous tutelle du gouvernement, et les travaux de recherche ont été menés pour la plus grande partie par les chercheurs de ce centre.

Le Centre de documentation et de recherche de la résistance a été rejoint en 2005 par le Centre de documentation et de recherche sur l’Enrôlement forcé. Le Luxembourg se paie donc le luxe de financer deux centres dont l’objet commun est d’entretenir la mémoire de la guerre – de deux groupes qu’opposent des intérêts très différents, il est vrai. Un troisième groupe, la Communauté juive, n’a pas eu droit à son propre centre, et les recommandations de 2009 de la Commission pour l’étude des spoliations, qui vont dans le sens d’une commémoration plus systématique de la Shoah, n’ont pas été transposées jusqu’ici (ce qu’admet d’ailleurs le premier ministre dans sa réponse à la question parlementaire de Ben Fayot citée en haut). Cette logique d’une « commémoration par groupes » a également comme conséquence qu’un quatrième groupe – de loin le plus important en nombre – est passé sous silence : ceux et celles qui ont vécu la guerre en la subissant dans des conditions plus ou moins difficiles, qui se sont « adapté-e-s » pour survivre ou mieux survivre au régime nazi ou bien qui ont collaboré plus ou moins ouvertement. D’ailleurs, une telle division ne rend pas compte d’une réalité complexe : une même personne a pu évoluer dans un sens ou un autre ou bien même elle a pu à la fois participer à des actes de collaboration et de résistance au cours de l’occupation.

5.

Un regard au-delà des frontières permet de s’apercevoir que d’autres modèles étaient possibles, même en tenant compte de la création tardive de notre université. Ainsi, le « Centre for Historical Research and Documentation on War and Contemporary Society » (CEGESOMA) en Belgique (www.cegesoma.be) est une institution fédérale de recherche consacrée aux guerres et aux conflits du 20e siècle, et à leur impact sur la Belgique. Créé en 1967, il rassemble de la documentation, effectue des recherches et organise des activités académiques et publiques. Au début conçu comme centre de documentation et d’archives sur la 2e Guerre mondiale, et placé sous la tutelle du ministre de l’Éducation nationale, il a élargi sa mission en 1997 à l’histoire du 20e siècle.

En France, l’Institut d’histoire du temps présent (www.ihtp.cnrs.fr) a suivi une voie analogue en ce qui concerne l’élargissement de son domaine de recherche. Fondé en 1978, il est héritier du Comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale fondé en 1951. Mais l‘IHTP est également un laboratoire du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donc d’un établissement public, ce qui lui assure une grande indépendance.

Le « Institut für Zeitgeschichte » en Allemagne (www.ifz-muenchen.de) a également été créé initialement en tant que centre de recherche sur l’histoire du national-socialisme. L’institut fonctionne sous le statut d’une fondation publique.

Un autre exemple inspirant pourrait être le Fritz-Bauer-Institut à Francfort (http://www.fritz-bauer-institut.de/institut.html), une fondation associée à l’Université de Francfort en tant qu’institut et qui intègre les aspects de la recherche, de la documentation et de la pédagogie par rapport à l’Holocaust. Il travaille en étroite collaboration avec le « Leo Baeck Institute » d’études sur l’histoire et la culture juive allemande.

Enfin, aux Pays-Bas, le « Instituut voor Oorlogs-, Holocaust- en Genocidestudies » (www.niod.nl) a suivi sa propre voie. Les premiers plans pour la collecte de matériel sur l’occupation ont déjà été forgés pendant la guerre par des scientifiques. Dès la libération, la population a été invitée à garder les journaux personnels, correspondances et albums photos documentant la guerre. Dans les années 90, le centre a élargi sa thématique en dépassant le cadre national ainsi que le cadre temporel. Il a notamment réalisé le rapport sur le rôle des Pays-Bas à Sebrenica qui a mené à la chute du gouvernement Kok. Il fait partie du « Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences » et se qualifie lui-même d‘« information and knowledge centre ».

6.

Quel avenir pour la recherche scientifique sur la 2e Guerre mondiale au Luxembourg ? D’un côté, les exemples internationaux cités montrent qu’il est difficile de limiter un tel travail historiographique strictement à l’époque de la guerre, et qu’une orientation plus globale sur l’histoire du temps présent est plus productive. Personnellement, je pense cependant que le Luxembourg ferait bien de se donner dans un premier temps la tâche de créer un tableau d’ensemble de la guerre (avec ses antécédents et ses conséquences directes) et d’apporter un effort particulier sur cette époque. Car ce travail scientifique est plus que l’acquittement d’un travail historique négligé, il est indispensable à une approche plus critique, plus nuancée et plus ouverte de notre société envers le passé récent.

Un tel travail serait possible aussi bien dans une démarche chronologique, en élargissant successivement le rayon de la recherche que dans une approche axée plus globalement sur l’étude de l’histoire du 20e siècle, en mettant un accent spécial sur la 2e Guerre mondiale. Cette étude intégrale de la 2e Guerre mondiale devrait évidemment prioritairement combler les lacunes de l’écriture de l’histoire luxembourgeoise: l’antisémitisme et la Shoah, la collaboration, l’histoire sociale et du quotidien, l’histoire économique, l’avant- et l’après-guerre, les aspects régionaux et transnationaux, la politique de la mémoire etc.

7.

La mission accordée par le gouvernement à Vincent Artuso est comme une porte entrouverte vers une recherche plus systématique sur la 2e Guerre mondiale. Sous certaines conditions, elle pourra s’ouvrir davantage ou bien se refermer. Espérons que les différents acteurs impliqués comprennent l’importance de ce moment.

Ainsi, la création projetée d’un comité d’accompagnement du travail du jeune historien peut être productive – si toutes les parties sont représentées – et notamment la communauté juive. Mais elle peut aussi, au pire des cas, virer vers un organe de contrôle politique.

La question doit aussi être posée si un travail si limité au niveau du temps et des ressources humaines est réaliste et productif. En tout cas, il ne faudrait pas que les recherches s’arrêtent avec la décision politique sur une excuse officielle du gouvernement luxembourgeois vis-à-vis de la communauté juive suite aux recherches sur le rôle de la Commission administrative dans la persécution de ses membres. Il est grand temps de systématiser le travail historiographique sur la 2e Guerre mondiale et de rassembler les recherches disparates individuelles dans un effort collectif et collégial.

La volonté de faire un travail systématique et indépendant devrait se manifester par la création d’une structure de recherche permanente, à situer non plus sous la tutelle d’un ministère, mais sous celle de l’Université.

Ceci conduirait également à séparer clairement la commémoration officielle et l’historiographie scientifique. Ne faudrait-il pas d’ailleurs concrétiser les idées d’une fusion des deux centres de documentation et de recherche dans une structure unique, intégrant tous les groupes concernés par la guerre, voire dépassant cette logique des groupes ? Ne faudrait-il pas qu’une telle structure d’organisation et de réflexion sur la mémoire de la guerre soit plus indépendante (par exemple sous a forme d’un établissement public), et que son rôle pédagogique soit mis davantage en avant ? Cette structure pourrait, le cas échéant, être un point de liaison entre le centre de recherche à intégrer à l’Université, les musées sur la 2e Guerre mondiale (notamment le Musée national de la Résistance) et des instituts culturels de l’État tels que la Bibliothèque nationale et les Archives nationales.

Le Luxembourg disposerait ainsi enfin de structures adéquates aussi bien en matière d’historiographie scientifique que de culture de mémoire.

Renée Wagener3

  1. woxx 1181(2012), p. 2. http://www.woxx.lu/id_article/5901 []
  2. http://www.100komma7.lu/lu/d-archiven-vum-radio-100,7/archiv/programmesemissionfiche/n_233980/riicht-eraus []
  3.  Collaboratrice scientifique à l’Université du Luxembourg et membre du projet de recherche PARTIZIP 2, je prépare actuellement une thèse de doctorat ayant comme titre « Die jüdische Gemeinschaft in Luxemburg zwischen Anerkennung und Exklusion. Staatsbürgerliche Anerkennung vs. staatliche und gesellschaftliche Praxis vom Ende des Ersten Weltkriegs bis zum Beginn des 21. Jahrhunderts. » []

5 thoughts on “[Guest post] Plaidoyer pour la création d’un Institut d’histoire du temps présent au Luxembourg by Renée Wagener”

  1. Un commentaire de Henri Wehenkel:

    “Serge Hoffmann a pris une initiative qui a eu le grand mérite de lancer un débat et je ne peux que m’en réjouir.

    J’éprouve seulement quelques réticences à m’engager dans cette demande à Juncker de s’excuser. Ce n’est pas au gouvernement de s’instituer historien ou arbitre de questions historiques. Il ne l’a fait que trop avec Raths et Dostert, je pense au Musée de la Résistance d’Esch, à l’affaire des archives russes, à l’instrumentalisation des travaux d’Emile Krier à des fins révisionnistes, au refus d’accès aux archives Bech etc.

    Je réduirais le rôle du pouvoir à garantir l’accès aux archives, à donner les moyens de la recherche pour tous, à garantir l’indépendance de la recherche et l’existence d’un débat ouvert. Donc, surtout pas clôturer le débat par des excuses. Il y a eu en France un excellent manifeste sur l’usage public de l’histoire dont on pourrait s’inspirer.

    Pour ce qui concerne le rôle de la Commission Administrative, les listes d’enfants juifs et de ressortissants polonais juifs constituent un élément particulièrement tragique, mais ils ne suffisent pas pour comprendre le rôle de celle-ci. Il faudrait la mettre en relation avec d’autres terrains d’action de cette Commission, en particulier son attitude conc. la Compagnie des Volontaires, le fonctionnement de la police et de la justice, l’économie et la diplomatie, les projets pour le retour de la grande-duchesse. Et si on veut comprendre les motivations des acteurs il ne suffit pas non plus d’invoquer les sentiments (antijuifs) de tel et tel, mais il faudrait reconstituer leur vision du monde depuis l’avant-guerre dans sa continuité, càd. leur définition d’une souveraineté réduite, de l’identité luxembourgeoise, de leurs valeurs et de leurs statuts… En coupant l’histoire de l’occupation de l’avant et de l’après, en la compartimentant en histoire des résistants, des malgré nous, des juifs on se condamne en se réclamant des meilleures intentions. Il faut aller voir ce que font les Belges et les Français à ce sujet. Ils se sont émancipés plus tôt et font preuve de plus d’audace.

    Deux remarques finales. J’ai parlé de révisionnisme à propos de Dostert. Je vois un danger non moindre à remplacer le « tous patriotes » par le « tous collaborateurs » ou de remplacer l’histoire de la résistance par un catéchisme des droits de l’homme.

    Toutes ces remarques ne sont pas à considérer comme une critique du texte, bien au contraire. Je suis d’accord sur bien des points et me pose des questions sur la meilleure façon d’agir. Ce qui est sûr c’est que c’est le moment d’agir.”

  2. Un commentaire de Ben Fayot:

    “Il est certain que pas mal d’études se font ces dernières années sur la 2e guerre mondiale et l’impact sur le Luxembourg. Mais il y a peu de débat public permanent et approfondi sur les questions soulevées par la recherche, c’est-à-dire qu’il y a peu de travail de mémoire comme on en constate en Allemagne, p.ex.
    Autre point: l’UdL s’occupe de recherche historique, mais rechigne à se donner des orientations plus précises en matière de priorité sur la 2e guerre mondiale (voir B.Majerus). Il y a donc parfois des high light (Artuso, la nouvelle coqueluche des médias) ou Denis Scuto et les listes scandaleuses sur RTL. Mais la recherche de l’UdL n’est pas publiée (même si Artuso, à l’initiative de qui?, est publié), il n’y a pas beaucoup de livres, il faut être du sérail des historiens pour connaître tout ce qui se fait.
    Donc il serait intéressant d’avoir un institut de l’histoire du temps présent pour susciter des recherches sur des thèmes importants, les publier, les faire discuter publiquement, se mettre en réseau avec les instituts étrangers, et cela dans la durée, patiemment, efficacement.”

    1. Je voudrais rendre attentif Monsieur Fayot à la revue Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise. Transnationale – locale – interdisciplinaire, qui publie depuis 2011 des résumés de pratiquement tous les mémoires de master et dissertations doctorales concernant l’histoire du Luxembourg, et avant tout ceux confectionnés à l’UL. Comme à l’étranger le débat scientifique se déroule dans les revues scientifiques et non pas dans la presse commerciale.
      michel pauly

  3. Il faut absolument lire de dernier livre d’Henry Rousso qui retrace l’histoire de la notion de temps présent mais aussi des Instituts créés pour pratiquer ce type d’histoire en Europe et dans le monde occidental.
    Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012.

  4. Plaidoyer contre la création d’un Institut d’histoire du temps présent

    Lorsque Renée Wagener m’a demandé de publier son “playdoyer” sur ce blog j’étais d’un côté content – le but du blog c’est de permettre une discussion – et d’un autre côté un peu mal à l’aise et ceci pour plusieurs raisons.
    A ma connaissance, jusqu’à ce matin, Vincent Artuso n’a pas encore été officiellement mandaté de faire une étude dont les frontières restent d’ailleurs aussi encore à définir.
    Ensuite, je suis contre la création d’un Institut d’histoire du temps présent tel que le définit Renée.
    Premièrement, prendre comme point de départ la Deuxième Guerre mondiale est une erreur historiographique que les autres pays européens sont en train d’essayer de “réparer” depuis une quinzaine d’années en élargissant leur champ d’étude. On ne peut pas en même temps critiquer la focalisation de la mémoire luxembourgeoise sur la Deuxième Guerre mondiale et exiger la création d’un Institut dont le point de départ est cette même Deuxième Guerre mondiale. Renée regrette qu’au “Laboratoire d’histoire, la 2e Guerre mondiale est un sujet traité, mais comme un sujet parmi tant d’autres”. Je trouve cela très bien.
    Deuxièmement, si tout le monde semble être d’accord que cet Institut devrait être rattaché à l’université du Luxembourg, peu de personnes semblent avoir réfléchi si l’UdL est “capable” d’intégrer un tel Institut. Or, à part le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine et l’Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, la recherche à l’UdL se fait à l’intérieur d’Unités de Recherche interdisciplinaires et de “laboratoires” disciplinaires comme le laboratoire d’histoire. Je ne vois aucun sens à créer une structure supplémentaire.
    Troisièmement, le débat autour de la question se nourrit de quelques incantations rituelles comme celle autour des supposées lacunes de l’historiographie luxembourgeoise. Que celui qui parle encore de lacunes autour de la question de la collaboration lise d’abord les travaux suivants (aucun sujet n’a été plus traité dans l’histoire luxembourgeoise du 20e siècle):
    Vincent Artuso, « La collaboration au Grand-Duché de Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945). Attentisme, coopération, assimilation » thèse en histoire, Université du Luxembourg, Université Paris IV, 2011.
    Lucien Blau, Histoire de l’extrême-droite au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle, Esch-sur-Alzette, Le Phare, 1998.
    Paul Cerf, De l’épuration au Grand-Duché de Luxembourg après la seconde guerre mondiale, Luxembourg, Imprimerie Saint-Paul, 1980.
    Paul Dostert, Luxemburg zwischen Selbstbehauptung und nationaler Selbstaufgabe: Die deutsche Besatzungspolitik und die Volksdeutsche Bewegung 1940-1945, Luxembourg, Imprimerie Saint-Paul, 1985.
    Simone Feys, « La collaboration au Grand-Duché de Luxembourg vue à travers les jugements du Tribunal d’arrondissement de Diekirch » mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2005.
    Benoît Majerus, « Besetzte Vergangenheiten. Erinnerungskulturen des Zweiten Weltkrieges in Luxemburg – eine historiographische Baustelle », Hémecht, 2012, p. 23‑43.
    Benoît Majerus, « Kollaboration in Luxemburg, die falsche Frage ? », in …ët wor alles net esou einfach. Questions sur le Luxembourg et la Deuxième Guerre mondiale, Luxembourg, Musée d’histoire de la ville de Luxembourg, 2002, p. 126‑140.
    Benoît Majerus, « Faiblesse, opportunisme, conviction… Les degrés de l’implication dans la collaboration avec l’Allemagne nationale-socialiste à travers l’exemple des Ortsgruppenleiter luxembourgeois » mémoire de licence, , Université libre de Bruxelles, 1999.
    Cheun NG, « Collaboration et épuration. Les jugements du Tribunal d’arrondissement de Luxembourg » mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2004.
    Lise Piazza, « Collaboration, épuration. Les femmes luxembourgeoises pendant la Deuxième Guerre mondiale » mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
    Hans-Erich Volkmann, Luxemburg im Zeichen des Hakenkreuzes : eine politische Wirtschaftsgeschichte 1933 bis 1944, Paderborn, Schöningh, 2010.
    Mathias Wallerang, Luxemburg unter nationalsozialistischer Besatzung : Luxemburger berichten, Mainz, Gesellschaft für Volkskunde in Rheinland-Pfalz, 1997.
    Henri Wehenkel, « La collaboration impossible », Forum für Politik, Gesellschaft und Kultur, 2006, nᵒ 257, p. 52‑54.
    Claude Wey, « Les fondements idéologiques et sociologiques de la collaboration luxembourgeoise pendant la deuxième guerre mondiale: esquisse d’une étude d’histoire quantitative » mémoire de stage pédagogique, , Luxembourg, 1981.
    Collaboration: Nazification? – Le cas du Luxembourg à la lumière des situations française, belge et néerlandaise, Luxembourg, Archives nationales, 2008.
    et j’en oublie certainement

Leave a Reply

Your email address will not be published.