#dhiha5

La visualisation très réussie de ma proposition de titre pour le manifeste "Yes We Digital"
La visualisation très réussie de ma proposition de titre pour un manifeste à écrire “Yes We Digital”

Les deux derniers jours, j’ai participé à un cycle de discussions autour des Humanités numériques, cycle organisé par le Deutsches Historisches Institut à Paris et qui est à sa cinquième année. 2013 était plus spécifiquement consacrée aux jeunes chercheurs. Afin de préparer les discussions, les organisateurs avaient lancé un appel à contributions. En tout 25 contributions avaient été rédigées… sur différents blogs et donc accessibles à la discussion avant le début de la conférence. Comme souvent lors de ma participation à des conférences des digital humanities, mes remarques ne suivent pas vraiment un fil rouge.

La keynote était un très beau texte de Christian Jacob qu’il a d’ailleurs mis sur son blog le soir même de son intervention. Il s’est livré à une analyse anthropologique sur ce que “chercher” veut dire, en accordant une grande importance à la culture matérielle dans la recherche quotidienne. Cette contribution a néanmoins également fait apparaitre notre très grande méconnaissance de comment fonctionnent les humanités aujourd’hui. Si les Science and Technologies Studies ont investi la physique, la biologie, la chimie, la biomédicine, elles sont restées muettes sur les sciences humaines. Comme le disait Dominique Bouiller, de Sciences Po, cela reste une black box. À quand des études sur la “social construction of historical facts”, pour reprendre le sous-titre d’un livre de Bruno Latour1

Pendant toute la conférence un certain pessimisme était palpable. La précarité parmi les jeunes chercheurs en digital humanities explique probablement un certain alarmisme qui n’a pas été démenti par certains chercheurs plus établis comme Pascal Arnaud qui affirmait que la recherche transversale inhérente aux #dh était une “activité proche du suicide” pour les jeunes chercheurs. Avec d’autres, je plaidais pour une approche plus optimiste – Yes We Digital – qui souligne les opportunités qu’offrent les #dh. Un des moyens de vivre la transversalité serait d’établir des Maisons des Humanités Digitales (MHD) qui, à l’image des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH), permettraient d’expérimenter ce Miteinander dans le quotidien.

Comme à chaque dh-conférence, beaucoup de personnes twittaient et il y avait un véritable dialogue avec des gens qui n’étaient pas sur place mais qui suivaient les débats par le livestream ou par le flux Twitter. Jamais je suis aussi impliqué dans des conférences qui ne sont pas sur les #dh. J’y vois vraiment un des intérêts et spécificités majeurs de tels happenings. C’est ainsi qu’est également née l’illustration de cet article. A partir d’un tweet où je proposais comme titre d’un manifeste à écrire ‘Yes We Digital’, Martin Grandjean (@GrandjeanMartin) qui nous suivait de la Suisse créait cette affiche que j’adore. Ce tweet a connu le plus grand succès parmi tous les tweets des deux jours: comme quoi les absents (physiquement) n’ont pas toujours tort.

  1. Latour B. et S. Woolgar, Laboratory life : the social construction of scientific facts, Beverly Hills, Sage Publications, 1979. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

3 thoughts on “#dhiha5”

Leave a Reply

Your email address will not be published.