“Population” et vieillissement

Dès le premier numéro de la revue "Population" le vieillissement est un sujet central pour l'INED avec e.a. un important article de Jean Daric
Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric

Avec la fin du semestre, je recommence à trouver un peu de temps à écrire et à retourner dans les “archives”. Comme pour chaque nouveau projet – j’en ai eu trois jusqu’ici : police pendant les deux guerres mondiales, lieux de mémoire au Luxembourg, psychiatrie au 20e siècle – celui sur le ‘vieillissement’ (FRAMAG) pose le problème de l’appréhension. Au moins dans sa formulation il était clair : comment le vieillissement est-il devenu un problème public. Sophie Richelle étudiera la problématique au 19e siècle à travers une microhistoire des institutions. Iris Loffeier s’intéressera aux politiques publiques d’aujourd’hui. Et moi, je travaillerai sur l’émergence de la problématique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Dans un premier temps, je me disais que j’allais y entrer par la médecine et l’émergence de la gérontologie. Mais je commence à avoir des doutes si c’est la bonne porte, même si je continue  à m’intéresser à François Bourlière, le gérontologue français des années 1950 et 19601. Pour l’Allemagne, la psychologie me semble en ce moment la piste la plus intéressante notamment autour d’une étude longitudinale qui a été réalisée à Bonn par Hans Thomae et Ursula Lehr2. En ce qui concerne la France, j’étais frappé par la faible présence des médecins dans le rapport Laroque de 19623 qui est souvent considéré, peut-être à tort, comme un moment de rupture4. En m’intéressant un peu à ce rapport, un autre acteur semblait devenir plus important à savoir l’Institut National d’Études Démographiques (INED). J’ai dévoré le livre de Paul-André Rosental5 qui offre avec le terme de “politiques de population” une grille de lecture intéressante, mais qui n’aborde pas la question du vieillissement, préférant utiliser l’histoire de la démographie historique pour raconter les années 1950 de l’INED.

Dans un premier temps, j’ai seulement relevé les contributions de la revue Population qui, dans leur titre, parlaient de « vieillissement », « personnes âgées »,…6. Si on se limite à une simple analyse quantitative, on s’aperçoit que le sujet est présent d’une manière régulière dans la revue dès sa création en 1946 pour disparaître complètement dans les années suivant la publication du rapport Laroque.7

Tableau 1: Contributions dans Population dédiées au vieillissement par année

 Screenshot from 2013-06-13 10:58:35

 

Deuxième élément, l’articulation de la problématique est assurée par quatre personnes : Alfred Sauvy, Jean Daric, Paul Vincent et Paul Paillat. Le premier est le directeur de l’INED et donne le ton de la discussion avec son livre Richesse et population régulièrement cité, au moins dans les années 19508. Jean Daric, ingénieur de formation, rentre en 1942 au Comité de Direction de la Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains, communément appelée Fondation Alexis Carrell. Jusqu’à son décès en 1957, c’est monsieur « vieillissement » à l’intérieur de l’INED. À côté de l’activité professionnelle des femmes, les personnes âgées constituent son principal champ d’activité sur lequel il publie. Il représente l’INED (et ainsi également la France ?) sur des congrès internationaux consacrés à la gérontologie naissante9. Paul Vincent, polytechnicien a également commencé sa carrière à la Fondation Carrell où il le seul démographe travaillant à plein temps10. En 1945 il devient chef de la section d’études quantitatives et de conjoncture démographique de l’INED. Son centre d’intérêt ne se focalise pas sur les personnes âgées, mais c’est un sujet qu’il touche à plusieurs reprises11. Avec la mort de Jean Daric, c’est Paul Paillat qui prend la relève pour couvrir la discussion autour du vieillissement au moins jusqu’au début des années 1960. Il participe activement à la rédaction du rapport Laroque.12

Parmi les nombreuses thématiques abordées dans ces contributions, j’aimerai brièvement en aborder trois.

  • La pratique d’Alfred Sauvy et également de l’INED se revendique en permanence du souci de neutralité. Cette « rationalité pratique »13 qui se légitime par la revendication d’une apparente efficacité politique était la griffe de Sauvy dans les années trente, pendant Vichy et également dans l’après-guerre. Dans les articles de Population, cette argumentation est omniprésente. Dans un article programmateur publié dans le premier numéro Jean Daric écrit en 1946 : « “La question doit, en tout cas, être étudiée en dehors de tout préjugé d’opinion ou de doctrine. L’importance de ce problème, le peu de diffusion dont ont bénéficié jusqu’ici ces données, ont conduit l’Institut national d’études démographiques à inscrire au programme de ses activités cette enquête sur le vieillissement démographique et les possibilités de prolongation de la vie active. (…) Organisme d’études, l’Institut n’a pas qualité pour dicter des solutions aux problèmes de population. Son rôle doit comporter la diffusion des données de fait mal connues, la reconnaissance des possibilités nouvelles, la communication aux Pouvoirs publics des résultats de ses travaux. »14 Et 14 ans plus tard, Paul Vaillat écrit : « nous laisserons de côté cet aspect important qui peut engager tout le système socio-politique. Notre but est seulement de fournir des données de base à une politique rationnelle. »15.
  • Derrière ce souci de neutralité se cache dès le début un combat pour un rallongement de la période de travail qui rappelle directement les discussions qui se déroulent aujourd’hui en France et en Europe. Pour les auteurs de Population, le vieillissement conduit à des conséquences « d’ordre matériel » qui n’ont qu’une solution : prolongation de la vie active jusqu’à 65 ans. Certes d’autres solutions sont énumérées comme l’amélioration du rendement de l’homme, l’accroissement des producteurs16 ou l’accroissement de la durée de travail. Mais celles-ci sont chaque fois rejetées. Dans une note sur une enquête qui portait notamment sur la perception du vieillissement dans la population française, H.B.17 résume la position de l’INED : « L’hostilité persistante du public à l’idée de toute prolongation éventuelle de la vie active s’accompagne d’une ignorance très accusée des simples données de fait sur la population inactive âgée. »18.
  • Finalement, les chercheurs de l’INED prennent à contre-courant l’opinion très répandue selon laquelle le vieillissement serait dû à l’allongement de la vie. Pour l’INED qui définit le vieillissement comme la part grandissante de personnes de plus de 60 ans dans la population totale, c’est plutôt la baisse de la natalité qui explique le vieillissement. Moins il y a des jeunes, plus la part des personnes âgées augmentent. Issu de plusieurs généalogies natalistes des années 1930, l’Institut continue donc à mener ce débat dans la France des années 1940 et 1950.

 

 

  1. Binet L. et F. Bourlière, Précis de gérontologie, Paris, Masson, 1955. Il dirigera aussi une unité de l’INSERM consacrée aux questions gérontologiques. []
  2. Lehr U. et H. Thomae (dir.), Formen seelischen Alterns: Ergebnisse der Bonner Gerontologischen Längsschnittstudie (BOLSA), Stuttgart, Enke, 1987. []
  3. Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Rapport de la commission d’étude des problèmes de la vieillesse, Paris, La Documentation Française, 1962. []
  4. Un exemple parmi d’autres : Laroque G., « Trentième Anniversaire – I », Gérontologie et Société, 1997, no 81, p. 5‑6. []
  5. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003. []
  6. Je suis bien conscient que dans beaucoup d’autres articles comme dans la rubrique « La situation démographique » le vieillissement est également abordé []
  7. En 1962 Alfred Sauvy quitte la direction de l’INED. []
  8. Sauvy A., Richesse et population, Paris, Payot, 1943. Je dois encore le lire. []
  9. « Jean Daric », Population, 1957, vol. 12, no 3, p. 397‑400. []
  10. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003, p. 75. []
  11. Calot G., « In Memoriam : Paul Vincent », Population, 1979, vol. 34, no 6, p. 979‑984. []
  12. J’ai ensuite un trou dans sa biographie car je ne le retrouve que dans les années 1970 où il va intégrer la Fondation Nationale de Gérontologie. Il y fondera la revue Gérontologie et Société qu’il dirigera jusqu’au début des années 2000. Il sera un des personnages centraux dans la gérontologie (sociale) en France et s’illustrera par de nombreuses publications. []
  13. Rosental, p. 121. []
  14. Daric J., « Vieillissement démographique et prolongation de la vie active », Population, 1946, vol. 1, no 1, p. 69‑78. []
  15. Paillat P., « Les moyens d’existence des personnes âgées : le schéma démo-économique », Population, 1960, vol. 15, no 1, p. 10. []
  16. Notamment à travers l’immigration qui semble constituer l’angle mort de beaucoup de théoriciens du vieillissement notamment dans leurs projections dans lesquelles l’immigration est souvent absente. []
  17. Je n’ai pas réussi à identifier le personnage []
  18. B. H., « Le vieillissement et l’information du public », Population, 1957, vol. 12, no 1, p. 147‑148. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

2 thoughts on ““Population” et vieillissement”

  1. La disparition du vieillissement comme sujet dans Population est peut-être liée au fait que la question de la natalité pour laquelle les démographes utilisent le vieillissement les intéresse moins.

Leave a Reply

Your email address will not be published.