La Grande Guerre des historiens belges, 1914-2014

Screenshot from 2014-10-27 17:31:22
Henri Pirenne (8162-1935) et Sophie De Schaepdrijver (°1961), les deux figures titulaires de l’historiographie belge de la Grande Guerre.

Écrit en collaboration avec Bruno Benvindo et Antoon Vrints, l’article présente un bilan critique de l’historiographie belge sur la Grande Guerre. L’objectif est d’analyser la manière dont les historiens belges ont donné un sens à la Grande Guerre depuis 1914. L’ambition n’est nullement de présenter un panorama complet de la production historiographique sur la guerre, mais d’historiciser le rapport qu’ont entretenu en Belgique les historiens professionnels avec ce passé de guerre, en dégageant les grandes tendances qui ont caractérisé l’historiographie du conflit au cours du siècle dernier. Ceci nécessite évidemment de prendre en compte les transformations structurelles qui ont affecté la profession historique au cours du siècle passé. Sous l’influence de processus comme la spécialisation et l’expansion du monde académique, le nombre d’historiens a augmenté de manière exponentielle. Par ailleurs, il y a cent ans, les historiens se concentraient sur le Moyen Âge et les Temps modernes, tandis que l’histoire contemporaine était une branche à peine respectable de la recherche historique : la situation est différente aujourd’hui. Sur le plan méthodologique et conceptuel, les changements n’ont pas été moindres, comme l’indique la succession de « turns » (culturel, linguistique, spatial, etc.) qu’a pris l’historiographie au cours des dernières décennies. Ces mutations du métier d’historien ont eu des conséquences directes sur l’historiographie de la Grande Guerre. Dans leur bilan international de cette historiographie, Antoine Prost et Jay Winter distinguent trois générations dans l’écriture de la guerre 1914-1918 : une première génération d’historiens consiste en des contemporains du conflit, surtout intéressés par les questions militaires et diplomatiques ; une deuxième génération se centre, à partir des années 1960-1970, sur l’histoire sociale de la guerre ; enfin, une troisième génération d’historiens explore, à partir des années 1990, les dimensions culturelles de l’événement 1914-19181. Observe-t-on de semblables générations – qui correspondent aux grands courants de l’historiographie du siècle dernier – parmi les historiens belges de la Grande Guerre ? De manière plus large, l’expérience de la Grande Guerre a-t-elle contribué, comme ailleurs en Europe, à la légitimation de l’histoire contemporaine en Belgique ? Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

P.S. Cet article est paru dans le Journal of Belgium History qui disparaîtra sous sa forme papier suite aux mesures d’économies décidées par le nouveau gouvernement belge.

  1. Prost A. et J. Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.