Book Review – Volkmann, Hans-Erich. Luxemburg im Zeichen des Hakenkreuzes

Après la lecture des 530 pages, le livre de Hans-Erich Volkmann laisse un goût de trop peu. Ce sentiment n’est pas lié aux chapitres qui forment le cœur même du livre, à savoir la politique économique de l’Allemagne nazie par rapport au Luxembourg de 1933 à 1944. L’auteur y livre une étude très nourrie en se focalisant sur la sidérurgie et le monde bancaire. En adoptant le point de vue de l’occupant – le lecteur luxembourgeois aurait peut-être préféré le choix inverse – le spécialiste de l’histoire économique allemande des années nationales-socialistes remet le cas luxembourgeois dans une perspective plus large. Il approfondit les quelques pages que Paul Dostert avait consacrées à cette problématique dans sa thèse, publiée il y a déjà 25 ans. Cette monographie confirme l’importance du concept de « polycratie » pour comprendre les échecs mais également les succès de la gouvernance nationale-socialiste. Les controverses entre le Gauleiter Gustav Simon et Hermann Göring dans sa fonction de dirigeant des Reichswerke, les confrontations entre la Dresdner Bank et la Deutsche Bank font apparaître un occupant beaucoup moins homogène que sa représentation dans l’historiographie luxembourgeoise. Malheureusement Volkmann se lance peu dans la comparaison avec les autres territoires occupés ce qui aurait permis de dégager dans quelle mesure la situation du Luxembourg avait été spécifique. Les chapitres qui suivent de près les archives sont donc intéressants par leur richesse factuelle.

Mais dès que l’auteur quitte le propre de son sujet et qu’il se lance dans des interprétations plus larges, son absence de connaissance de l’historiographie luxembourgeoise ainsi qu’un style pour le moins malheureux soulèvent de nombreuses questions. Concernant l’identité luxembourgeoise, ses constats sont le plus souvent anachroniques ce qui n’est guère étonnant vu que son ouvrage de référence est un article de Nicolas Margue de 1937 (!). Ses propres analyses sont souvent marquées par des clichés nationaux, peu dignes d’un historien au début du 21e siècle, ainsi lorsqu’il parle du « ausgeprägter merkantiler Sinn de[r] Luxemburger » (p. 21). Son vocabulaire – notamment l’utilisation récurrente de la « Völkerpsychologie » – rappelle étrangement la terminologie des années 1920 et 1930. Ses comparaisons sont souvent de mauvais goût. Les intentions allemandes en 1940, même en excluant le volet antisémite, ne sont pas comparables avec celles de la Belgique et la France en 1918 (p. 24). De même, justifier l’intérêt pour les continuités qui perdurent au-delà de la fin de l’occupation en parlant de l’introduction du vin par la Rome antique sur la Moselle laisse apparaître une conception historique pour le moins douteuse. (p. 497). Finalement la formulation de certaines phrases est plus que malheureuse surtout lorsqu’elle ne permet pas de faire la distinction entre des paraphrases de l’idéologie nazie et l’opinion de l’auteur. Les chapitres d’introduction et de conclusion dans lesquels l’auteur sort du cadre purement économique posent donc clairement problème à tel point que je suis étonné que la « Fondation nationale de la Résistance » ait soutenu financièrement la publication de ce livre.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.