#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 1)

Au début était un rapport de la SDN sur la traite d'enfants et de femmes dans l'entre-deux-guerres
Au début était un rapport de la SDN sur la traite d’enfants et de femmes dans l’entre-deux-guerres

Ce blog qui aurait dû être un carnet de recherche est devenu de plus en plus un simple outil d’autopromotion: il témoigne peu d’une recherche en train de se faire. La semaine passée je suis tombé sur une archive qui m’a intriguée. En ce moment, je ne suis pas payé pour travailler sur la thématique qui y apparaît et je n’ai pas le temps d’y consacrer plusieurs semaines de recherche. Je sens néanmoins que dans les prochains mois je vais y revenir régulièrement dans des moments de temps libre. Et je vais essayer de documenter le cheminement, les questions, les impasses, les excitations… de cette recherche en ramenant le blog, au moins par moments, à sa première raison d’ordre d’être.

Il y a quelques mois, Jean-Michel Chaumont de l’Université catholique de Louvain et Magaly Rodriguez Garcia de la Vrije Universiteit Brussel m’ont demandé de participer à un de leurs projets. Ils sont en train de préparer une édition de documents relatifs à la prostitution et à la traite des êtres humains, produits par la Société des Nations (SDN) durant l’entre-deux-guerres1.

Des dizaines de villes ont été visitées par des ‘experts’ de la SDN parmi lesquels un certain Paul Kinsie, particulièrement prolifique, qui sera au centre de ce projet d’édition. Afin de rendre les rapports de Kinsie plus compréhensibles, les deux chercheurs demandent à des historiens de contextualiser les écrits, ville par ville. Ayant déjà travaillé avec Jean-Michel Chaumont2 et ayant publié sur la prostitution à Bruxelles pendant la Première Guerre mondiale3, ils me proposent de faire le bilan de la recherche sur l’histoire de la prostitution à Bruxelles. Cette contextualisation de 2500 mots aurait dû être un travail de 2-3 jours, mais je me rends rapidement compte que l’historiographie, très prolixe sur le 19e siècle, est presque complètement silencieuse pour l’entre-deux-guerres4: un retour aux Archives de la Ville de Bruxelles (AVB) s’impose donc. C’est un lieu que je connais bien, car j’y ai passé trois ans, jour après jour, pour écrire ma thèse sur la police bruxelloise5 : mais je n’y avais plus mis les pieds depuis longtemps. En expliquant mon problème à l’archiviste, ce dernier m’annonce qu’il y a maintenant un inventaire sommaire des archives de la police pour l’entre-deux-guerres, inexistant il y a dix ans. Plusieurs références renvoient à la prostitution, mais je me rends compte qu’il y a également une boîte d’archives consacrée aux “malades mentaux” pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui relie mon sujet de thèse et mon sujet de post-doc: je la commande donc également, par curiosité. La boîte contient essentiellement des avis de collocation (le nom qu’on donne en Belgique à l’hospitalisation forcée) de police. On y trouve la date, le nom, l’état civil, la profession, la demeure et la motivation de sa collocation6. Voilà un exemple de motivation:

“Je soussigné (…) docteur en médecine, etc., requis par le Commissaire 1ère division certifie avoir personnellement vu, exploré et interrogé la nommée B(…) C(…) née à Pabjanice le 20 avril 1911, célibataire et déclare qu’elle est atteinte d’une maladie mentale qui se caractérise par les symptômes suivants : psychose craintive, hallucinations (croit qu’on va la tuer), fugues répétées. J’estime que la susnommée est atteinte de psychose dépressive, affection mentale et qu’il est indispensable tant dans l’intérêt de sa santé que de la sécurité publique, de la mettre en observation dans un établissement spécial, pour y être soumise au traitement que réclame son état. Bruxelles, le 14 décembre 1942 (…) Nom et adresse de la personne qui s’est chargée de la garde des biens délaissés par la malade : ne possède plus rien à l’adresse on ignore où se trouvent ses effets.”7

En feuilletant ce dossier consacré à 1942, je tombe rapidement sur des noms à consonance juive (le formulaire ne contient pas des renseignements quant à la nationalité ou au “culte”) comme Adlersztejn, Israel, Wajntraub. J’ouvre Firefox – les AVB offrent entretemps le wifi – et lance les noms sur Google. Et pour la troisième personne que j’essaie, Google me renvoie au site de Yad Vashem. Le mémorial israélien est en train de construire une banque de données qui contient des juifs persécutés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Uszar Wajntraub y est répertorié: né à Varsovie dans les années 1920, elle est emprisonnée pendant la guerre à Malines d’où elle part le 31 octobre 1942 avec le convoi XVII vers Auschwitz. Voilà le résumé des informations contenues sur le site de Yad Vashem. Date de naissance et lieu de naissance correspondent avec ceux trouvés dans l’archive policière.

De prime abord il n’y a rien d’étonnant que des juifs passent par l’hôpital psychiatrique mais deux sujets me taraudent:

  • à ce que je sache il n’y a pas encore de travaux sur les juifs en tant que patients dans les hôpitaux en Belgique entre 1940 et 1945,
  • le rôle que la police communale joue dans la collocation pendant la guerre.

Il y a 11 ans j’avais publié un article sur l’implication de la police communale dans les rafles de juifs à Bruxelles en 19428. Je relis donc l’article notamment pour me retrouver dans la chronologie. À deux reprises – juillet et septembre 1942 – l’occupant allemand demande à la police de participer à des rafles. À deux reprises, la direction refuse ce qui n’empêche pas les Allemands de lancer la grande rafle bruxelloise le 3 septembre 1942. Une des frustrations de l’époque – vu l’absence d’archives – était de savoir ce que le “simple” agent de police faisait lorsqu’il rencontrait dans son travail quotidien une personne juive. Et là je me trouve face à des archives qui donnent des indices partielles. Lorsque la police communale est face à une personne – juive ou non – qui montre des signes de déséquilibre mentale, elle l’envoie à l’hôpital psychiatrique, et ce même après la rafle du 3 septembre 1942.

La question que je me pose dès lors est celle de savoir quelle est la trajectoire de ces personnes une fois internées à l’asile. Je prends un nom au hasard et l’envoie à l’archiviste du Centre Public d’Action Sociale de la ville de Bruxelles (CPAS) qui conserve les dossiers de patients de l’Institut de Psychiatrie de Brugmann, l’asile de référence pour la région bruxelloise. Ce sont des archives que je connais également très bien comme elles ont servi de base pour mon post-doc9. La réponse de l’archiviste est négative: il n’y a pas de dossier de patient à ce nom. Mais en même temps, il m’annonce que le CPAS a découvert récemment les registres d’admissions et les registres médicaux de l’Institut de Psychiatrie10 et que je pourrai les consulter.

Je me rends néanmoins compte de plusieurs problèmes dont le plus important est mon ignorance historiographique. J’ai quitté l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale et de la persécution des juifs depuis presque dix ans. Or en Belgique la recherche a été particulièrement féconde entre autres grâce à un rapport écrit à la demande du Sénat et sur injonction du gouvernement fédéral visant à examiner l’implication éventuelle des autorités belges dans l’identification, la persécution et la déportation des Juifs entre 1940 et 1944. Je suis néanmoins trop impatient de voir ces nouvelles archives: au lieu de passer d’abord par un travail bibliographique – comme je l’impose à mes étudiants – je prends rendez-vous avec l’archiviste.

Je m’interroge également sur un angle mort de Parmi les fous. J’y raconte une histoire de la psychiatrie en choisissant une approche thématique en refusant explicitement une chronologie que je trouve souvent trop politique. Le sujet de ma thèse – la Deuxième Guerre mondiale – n’y apparaît guère: cette absence est probablement liée à un “trop de guerres” pendant la thèse. Maintenant elle revient.

  1. Chaumont a déjà utilisé ces rapports dans Le mythe de la traite des Blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009. []
  2. Majerus B., « La concurrence des experts. Ou qui a le droit de dire ce qu’est la “traite des blanches” dans l’Allemagne de Weimar », Recherches sociologiques et anthropologiques, 2008, vol. 39, no 1, p. 41‑54. []
  3. Majerus B., « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre: contrôle et pratique », Crime, Histoire et Sociétés, 2003, vol. 7, no 1, p. 5‑42. []
  4. À l’exception de l’article suivant: François A. et C. Machiels, « Une guerre de chiffres: L’usage des statistiques par les discours abolitionniste et règlementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948) », Histoire & mesure, 5 décembre 2007, XXII, no 2, p. 103‑134. []
  5. Majerus B., Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007. []
  6. Ce formulaire standardisé est prescrit par la loi. []
  7. Archives de la Ville de Bruxelles, fonds de la police communale, boite 126-273. []
  8. Majerus B., « Logiques administratives et persécution anti-juive. La police bruxelloise et les arrestations de 1942 », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, 2003, no 12, p. 181‑217. []
  9. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013. []
  10. Des archives qui n’existaient pas au moment de la rédaction de Parmi les fous. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.