#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 3)

z_belgiquedocile_02_592

La contribution d’aujourd’hui est un peu hétéroclite parce qu’elle comprend une note de lecture, des impressions sur le dépouillement d’archives et un commentaire sur les réactions que j’ai eues suite aux deux premiers épisodes (1 et 2).

  • J’ai enfin lu des parties de l’ouvrage par lequel j’aurai dû commencer: le rapport publié par le CEGES en 2007 suite à une demande du gouvernement belge, afin de déterminer les responsabilités des autorités belges au sujet de la spoliation et la déportations des juifs en Belgique, La Belgique docile. Frank Seberechts y consacre un chapitre aux “Affaires sociales” (p. 517-545). Dans une ordonnance du 1er juin 1942 l’occupant règle “l’exercice de l’art de guérir par les juifs”. Contrairement à ce qu’écrit Seberechts (p. 518) l’ordonnance n’indique pas que les médecins non juifs ne peuvent plus soigner les patients juifs.1 Mais dans les mois qui suivent un système médical séparé pour médecins et patients juifs se met en effet en place. Seberechts retrace d’une manière plus détaillée cette politique de séparation pour la province d’Anvers où deux exceptions sont prévues: les soins des enfants et la lutte contre la tuberculose (p. 520). Un peu plus loin, dans un sous-chapitre intitulé “Soins aux personnes handicapées”2, l’auteur indique qu’une troisième exception semble avoir existé pour les patients psychiatriques mais qui ne semble pas reposer sur un ordre écrit. Le sous-chapitre est très court – à peine plus d’une page – et consiste en une énumération non exhaustive d’asiles psychiatriques où des patients psychiatriques juifs ont été internés après l’été 1942. Le livre confirme donc l’existence de patients psychiatriques répertoriés comme juifs dans les asiles belges jusqu’à la fin de la guerre sans aller plus loin dans l’analyse3.
  • Après le dépouillement de deux registres d’admission, je me suis aujourd’hui intéressé aux registres médicales de 1941 à 1943. Je reprends ce que j’en avais écrit dans l’épisode 2: “il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive.” Je n’ai pas réussi à terminer le dépouillement donc pas de graphique comme pour le registre d’admission, mais deux remarques. Premièrement, dans le registre médical ne sont consignés que les patients en service fermé – ce qui est logique comme le registre est obligatoire dans le cadre du régime de la collocation. Mais malgré le fait que je travaille depuis quelques années sur la psychiatrie en Belgique je n’avais encore jamais eu la chance de travailler sur les deux sortes de registres en même temps pour m’en rendre compte. Deuxièmement, des personnes indiquées comme “israélite” dans le registre d’admission ne le sont pas dans le registre médical et inversement.
  • Et ceci m’amène au dernier point. Suite aux deux premiers épisodes j’ai eu plusieurs retours. Il est d’ailleurs intéressant que ces gens – que je remercie – préfère écrire des mails que mettre leurs remarques dans les commentaires. J’ai eu le plus de réactions concernant mon malaise concernant l’identification des “israélites”. Les uns me conseillent de me limiter aux identifications de l’époque, en ne m’intéressant pas au sort des juifs mais aux personnes considérées comme telles4, d’autres avouent se poser les mêmes questions. Yasmina Zian me propose la solution suivante: “Si tu veux travailler sur les traitements des juifs dans une institution psychiatrique, tu dois « identifier » comme étant « juif » l’individu qui a été identifié par l’institut psychiatrique comme étant « juif ». Si tu inclus dans ton groupe « juif », des gens qui n’ont pas été identifiés comme tels, alors ça peut poser problème. Si par contre tu veux retracer des parcours de vie ou étudier les stratégies mises en place par des juifs pour échapper à la déportation, alors c’est intéressant d’intégrer dans « tes identifiés juifs » ceux qui n’ont jamais été considérés comme juifs par une quelconque autorité… Les réflexions qui m’ont le plus aidée, c’est des passages de Saerens et Schreiber dans leur thèse respective, qui explique ce qu’ils entendent par juifs. Vu que leur perspective de recherche est différente, leur définition l’est aussi, sans qu’elles se contredisent pour autant.” Le problème qui subsiste est celui de l’écriture: est-ce que l’absence du mot “israélite” implique que l’institution – dans mon cas l’Institut de Psychiatrie – n’a pas identifiée le patient comme “israélite” ou est-ce qu’elle a juste décidé de ne pas le mettre par écrit? Un moyen de trouver peut-être un début de réponse à la question est le passage aux archives de la police des étrangers qui ne semble pas avoir éprouvé de réticences à mettre l’étiquette “israélite”: le but serait donc de comparer les registres d’admission de l’Institut de Psychiatrie avec les dossiers de la police des étrangers.

 

 

  1. Trouvant la description que l’auteur donnait de cette ordonnance un peu flou, j’ai essayé de la trouver. J’avais un souvenir vague que le CEGES avait scanné ces ordonnances mais impossible de les retrouver sur le site internet du CEGES. C’est grâce à un travail de fourmis réalisé à Florence autour d’une banque de données de sources numérisées (EHPS) que je tombe sur le sous-page du site du CEGES qui contient la version numérisée des ordonnances. Je crois que le moteur de recherche du CEGES devrait connaître une refonte. []
  2. Il s’agit en fait d’une partie consacrée aux patients psychiatriques. Je me demande si le mot “handicap” est un mot de l’époque, un anachronisme de l’auteur ou un terme proposé par le traducteur: Frank Seberechts est néerlandophone et j’utilise la version francophone du livre. []
  3. À aucun moment n’est fait référence à la littérature sur la situation de patients juifs en France ou en Allemagne – que je devrai d’ailleurs revoir également. []
  4. Une lectrice me recommande le livre de Mariot N. et C. Zalc, Face à la persécution, Paris, Odile Jacob, 2010 sur cette problématique. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.