#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

IMG_20150128_101718631Épisodes 1, 2 et 3.

Ce quatrième épisode résume deux journées de travail; je n’ai pas trouvé le temps d’écrire deux posts séparés. Après les archives de la police de la ville de Bruxelles et les registres d’admissions et médicaux de l’Institut de Psychiatrie à Brugmann, je me suis intéressé aux informations contenues dans les dossiers de la police des étrangers. Elles permettent d’abord de situer “mes” personnages en dehors de leur trajectoire psychiatrique: date d’arrivée (et de départ de Belgique), lieux d’habitation, réseau familial… Mais ces archives permettent aussi de compléter cette trajectoire psychiatrique, voir si la personne a été internée dans d’autres asiles où si le(s) passage(s) à l’Institut sont les uniques contacts avec cet univers. Mon intérêt pour ces archives étaient guidées par la question comment cette institution gérait la catégorisation “juive” ou “israélite”. En fait les dossiers personnels de la police des étrangers sont essentiellement des recueils de documents établis par d’autres administrations. On n’y trouve donc pas de traces de catégorisation/d’identification en tant que “juive”/”israélite” par la police des étrangers: ainsi les formulaires de la police des étrangers ne prévoient pas la case “religion”. L’identification en tant juif de la part des asiles est loin d’être la règle. En ce moment, l’échantillon est encore trop petit pour pouvoir établir une hypothèse. Dans de nombreux dossiers, les fiches envoyées par les hôpitaux psychiatriques ne reprennent pas cette information mais parfois cette information est transmise à la police des étrangers. Ainsi I.S. est colloqué à l’Institut Saint-Camille à Bierbeek. Sur l’avis d’admission d’un étranger envoyé à la police des étrangers, on peut lire “Nationaliteit Poolsche ‘Juif'”1.

Parallèlement, j’ai lu le livre de Jozef Rathé, Gorik Goris et Geert Vandercruys sur les juifs à la colonie de Geel pendant la Deuxième Guerre mondiale2. Le livre s’inscrit d’abord dans un contexte régional bien particulier: les auteurs contestent en fait deux mythes. D’abord l’absence supposée d’un registre des juifs à Geel et ensuite le ‘sauvetage’ des juifs en asile psychiatrique. Ils démontrent qu’une telle liste a existé et que la non-déportation des juifs n’est pas liée pas à une quelconque résistance de la part des autorités belges ou allemandes, mais à un règlement de compte sanglant à l’intérieur du Sipo-SD à Anvers, le jour où la déportation aurait dû avoir lieu. Reste le paradoxe que les Allemands et des organisations de collaboration mettent beaucoup d’énergies à trouver des juifs dans des villes3 alors qu’à Geel des patients clairement identifiés comme juifs ne sont pas déportés.

Finalement, j’ai continué mon dépouillement des registres d’admission et des registres médicaux de l’Institut de psychiatrie à Brugmann. J’ai l’impression – mais cela reste une impression – qu’au début de la guerre il y a moins de patients juifs qu’en 1942 et 1943. L’illustration provient d’un registre d’admission et montre la multiplicité d’identification qui sont possibles. Au moment de l’admission quelqu’un a mis dans la catégorie culte “isr”, par la suite une deuxième personne à ajouter “juive” dans une colonne qui est réservée à la date de sortie de l’institution. Finalement une troisième personne a ajouté “belge” pour cette personne née en Roumanie.

Maintenant je suis particulièrement impatient d’accéder enfin aux dossiers personnels de ces patients.

  1. Archives Générales du Royaume, Police des étrangers, A285.238 []
  2. Rathé J., G. Goris, et G. Vandercruys, De Duitsers kwamen niet : de lotgevallen van de Joodse patiënten in de Geelse kolonie (1940-1945), Geel, MGraphics, 2011. []
  3. Voir par exemple: Saerens L., De jodenjagers van de Vlaamse SS : gewone Vlamingen ?, Tielt, Lannoo, 2007. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.