La surmortalité dans les asiles psychiatriques en Belgique (1914-18)

Black-windows_542931
La situation historiographique

En ce moment, je travaille avec Anne Roekens sur la situation des hôpitaux psychiatriques en Belgique occupée pendant la Première Guerre mondiale et plus spécifiquement sur la question du ravitaillement et de la mortalité dans ces institutions. Le sujet est un black hole historiographique, contrairement à l’étranger où les travaux de Heinz Faulstich pour l’Allemagne, d’Isabelle von Bueltzingsloewen pour la France et de Peter Schwarz pour l’Autriche permettent de voir plus clair.

Non seulement les historiens ne se sont guère intéressés à la question, mais les contemporains des quatre années d’occupation non plus. Si la statistique des aliénés en Belgique est assez détaillée depuis la deuxième moitié du 19e siècle, sa publication s’arrête pour les années 1917 et 1918. Il n’y a donc pas de bilan chiffré au niveau national. À partir des chiffres existants, j’ai essayé d’extrapoler des chiffres pour les années manquantes.

Tableau 1 – Chiffres publiés pour les années 1914-19191

Malades mentaux colloqués Entrants Sortants Décès % décès population2 Mort supplémentaires3
1914

19177

4089

1981

1954

10,9 %

77

1915

19789

3418

1293

2114

11,7 %

257

1916

19545

3604

1300

2572

14,8 %

860

1919

15243

4815

2430

1784

13,3 %

442

À en juger les trois premières années de la guerre, on n’observe pas une hausse importante des sorties (guérison, repris par des parents…) et le nombre des entrants se stabilise après une baisse importante lors de la première année. Si on postule que ces phénomènes ne changent pas fondamentalement pendant les deux dernières années, la baisse importante serait alors uniquement liée à la hausse de la mortalité.

Tableau 2 – Chiffres estimés pour les années 1917-1918

Malades mentaux colloqués Entrants Sortants Décès % décès population Morts supplémentaires
1917

18111

3500

1300

2900

16,1 %

1032

1918

16667

3500

1300

2900

17,4 %

1167

1 Leroy, ‘Un péril social : Le nombre des malades mentaux augmente d’une façon continue en Belgique’, Acta Neurologica et Psychiatrica Belgica, no. 4 (1949): 215–219.

2 Ce pourcentage présenté par Leroy est calculé de manière non-orthodoxe. Normalement pour établir la mortalité, le nombre de décès est divisé par la somme des malades présents au 1er janvier et des entrants pendant l’année Treizième rapport sur la situation des asiles d’aliénées du Royaume(1883-1892) (Bruxelles: Goemaere, 1895), LXII; Heinz Faulstich, Hungersterben in der Psychiatrie 1914-1949: mit einer Topographie der NS-Psychiatrie (Freiburg im Breisgau: Lambertus, 1998), 60.. Alphonse Leroy s’est limité à diviser le nombre de décès par la population présente au 1er janvier de l’année . Pour permettre la comparaison et comme c’est souvent les seules informations dont on dispose pour les années de guerre, nous allons garder cette manière non-orthodoxe.

3 Calculé par rapport à la moyenne des années 1910-1912 où la moyenne de mortalité est de 10,4 %.


Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.