It’s a man’s world. Les femmes dans les conseils d’administration des banques au Luxembourg

Décrire la place des femmes dans les banques au Luxembourg par la chanson écrite par James Brown en 1966 est bien sûr complètement trompeur. Les femmes ont toujours représenté une part importante de l’emploi bancaire au Luxembourg même si cette question n’a guère encore été abordée dans l’historiographie1 . D’une manière générale, ce n’est que récemment que les historien.nes s’intéressent aux “femmes qui comptent” pour reprendre le titre du séminaire animé par Sabine Effosse et Laure Quennouëlle-Corre à Paris.

 

Tableau 1 – Pourcentage des femmes dans l’emploi des établissements de crédits au Luxembourg2

La féminisation de la main-d’œuvre au Luxembourg dans l’après Deuxième Guerre mondiale a également conduit à une forte féminisation de l’emploi dans les établissements de crédits, mais comme nous le montrerons dans cette courte contribution, sans féminisation des instances dirigeantes. Pour ce faire, nous nous basons sur une analyse des conseils d’administrations de banques installées au Luxembourg. Les CA, même s’ils ont perdu un peu de leur centralié depuis les années 1990 par rapport aux conseils de direction, qui prennent plus d’importance à partir de ce moment, sont des observatoires parlant des enjeux de pouvoir qui traversent le milieu bancaire.

Une banque de données provisoire

En septembre 2020, une équipe d’étudiants du Master en Histoire Européenne Contemporaine et de chercheurs  au Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) a commencé à construire une banque de données autour de la place financière du Luxembourg. Dans un premier temps, elle s’est limitée à relever toutes les banques qui se sont installées au Luxembourg, leurs conseils d’administration et leur implantation géographique au Luxembourg. Ces données ont été rassemblées à partir de trois sources:

  • l’Annuaire des Sociétés Anonymes du Grand-Duché de Luxembourg, un recueil bi-annuel publié entre 1948 et 1986 (17 éditions),
  • le Bulletin trimestriel du Commissariat au contrôle des Banques de 1977 à 1985 (33 éditions) et la Newsletter de la CSSF de 2001 à juin 2020 (233 éditions),
  • et des rapports annuels de certaines banques.

Cette banque de données comporte des biais importants. Elle est loin d’être complète. La période d’avant 1945 n’est guère couverte. L’Annuaire n’est pas une documentation officielle et n’a pas vocation à répertorier la totalité des banques établies au Luxembourg. À partir de 1985, la banque de données ne comporte des éléments que pour un nombre très réduit de banques (cf note en bas de page 3). Au moment de la publication de ce blog, la banque de données comprend 489 banques et 2117 personnes ayant été membres d’un conseil d’administration. : les résultats présentés ici sont donc à considérer comme provisoires.

Des chiffres éloquents

En tout, nous avons recensé 46 femmes (soit 2.1%) parmi les 2117 membres de conseil d’administration répertoriés dans notre banque de données. Une analyse basée sur l’Annuaire, qui donne un aperçu assez global des banques représentées à la place financière entre 1945 et 1985, montre l’absence presque complète de femmes dans les conseils d’administration pendant cette période.

Leur représentation est tellement faible que les outils graphiques habituels ne permettent pas de visualiser leur présence.

Tableau 2 – Administrateurs dans les CA 1948-1985 (nombre absolu)

 

Leur apparition dans les CA à partir des années 1960 ne change pas véritablement la donne. Leur pourcentage est extrêmement faible et le reste jusqu’à aujourd’hui.

Tableau 3 – Administratrices dans les CA 1948-1985 (pourcentage)

 

Ce premier recueil qui se focalise sur les années 1945-1985 doit être nuancé par un second corpus. En effet, nous disposons pour quelques banques de séries allant jusqu’à aujourd’hui. On y voit une augmentation des femmes dans les CA, augmentation toute relative, à partir des années 1980. Le tableau 3 nous livre deux éléments intéressants. D’une part, cette augmentation n’est pas nécessairement continue comme on le voit dans le cas de la Banque Internationale à Luxembourg (BIL) ou de la Banque Générale du Luxembourg (BGL). D’autre part, une action volontariste comme celle entreprise à l’intérieur de la Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat (BCEE), notamment sous la pression de son actionnaire, l’État luxembourgeois, peut conduire à une féminisation conséquente et apparemment permanente.

Tableau 4 – Pourcentage de femmes dans le CA entre 1970 et 2019 (pourcentage)3

Cette extrême sous-représentation des femmes ne se retrouve pas seulement au niveau des conseils d’administration, mais semble également être de mise à l’intérieur des Conseils de direction, qui gagnent en importance à partir des années 1980. Cette hypothèse devra être affinée, puisque nous ne disposons pour le moment que de données concernant la BGL, pour laquelle le C2DH a effectué une recherche plus détaillée dans le cadre du centenaire de cette banque. Les femmes y entrent encore plus tard que dans le conseil d’administration.

Tableau 5 – Hommes et femmes dans le comité de direction de la BGL entre 1980 et 2019 (nombre absolu)

Des biographies

À côté de cette approche chiffrée, il nous a semblé intéressant de présenter brièvement trois femmes ayant siégé dans des conseils d’administration de banques installées au Luxembourg à trois moments, sans que leur biographie ne soit nécessairement à considérer comme représentative.

Olga Vaucoret

Dans la première phase de l’historiographie des femmes, les historien.nes se mettaient à la recherche de la première femme médecin, de la première femme aviatrice, de la première femme députée…4. Cette approche est aujourd’hui largement dépassée et c’est donc un peu par entêtement démodé que nous avons malgré tout choisi de consacrer quelques lignes à la première femme siégeant au conseil d’administration d’une banque au Luxembourg. Olga Vaucoret, une administratrice de sociétés habitant à Paris, entre au conseil d’administration de la Caisse Hypothécaire du Luxembourg en 1966 et dans celui de la Créditerm en 1969. La première banque a été créée en 1930 et s’est spécialisée dans les crédits hypothécaires. On y trouve deux notables luxembourgeois, avocats et hommes politiques, Emile Hamilius et Jean Bech ainsi que René Franck, ex-commissaire au contrôle des banques ayant rejoint la BIL en 1959. Les autres membres sont des Français dont Gustave Stricker et Olga Vaucoret, représentant des actionnaires étrangers. Olga Vaucoret va y rester jusqu’en 1983. Plus récente, Créditerm est créée en 1961 et réuni elle aussi du capital français, représenté par Stricker et Vaucoret, et les deux avocats luxembourgeois Emile Hamilius et Jean Bech. Mais l’entreprise ne semble pas porter ses fruits: elle elle est dissoute en 1972. Représentant probablement des investisseurs qui ne voulaient pas apparaître publiquement, Olga Vaucoret reste aussi peu tangible pour les historiens que les hommes et femmes qu’elle représente.

Colette Flesch 

Colette Flesch est une personnalité luxembourgeoise aussi connue du monde politique que des milieux sportifs ou économiques.

En effet, on ne la présente plus guère comme sportive, puisqu’elle compte à son actif des participations en tant qu’escrimeuse aux jeux olympiques de 1960, 1964 et 1968. Dans la vie politique nationale, sa carrière s’étale sur plus de 50 ans. Elle est élue députée du Parti libéral (DP) pour la première fois en 1968 à tout juste 30 ans, et le demeurera entre 1969 et 1980. Elle sera réélue de 1984 à 1989 et à nouveau entre 2004 et 2009. Elle est la première femme bourgmestre de la capitale du Grand-duché de Luxembourg (élue en 1970 à l’âge de 32 ans). Réélue en 1975, elle quittera cette fonction en 1980 à l’occasion d’une coalition gouvernementale avec Pierre Werner (1980-1984) dans laquelle elle occupera les postes de vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, du commerce extérieur, de la coopération, de l’économie, des petites et moyennes entreprises et de la justice. En parallèle et en plus de ces rôles sur la scène nationale, elle est membre du parlement européen (MPE) de 1969 à 1980, à sa sortie du gouvernement de 1984 à 1985, puis de 1989 à 1990 et de 1999 à 2004. Entre 1990 et 1999, cette fois au sein de la commission européenne, elle exerce les fonctions de Directeur-Général de l’Information, de la Communication et de la Culture et à l’Audiovisuel.

À ces nombreux rôles dans les affaires municipales, nationales et européennes, s’en ajoute un, moins connu: celui d’actrice de la place financière luxembourgeoise et d’administratrice d’entreprise. C’est d’abord sous ses mandatures de bourgmestre qu’est entamée la grande mue du boulevard Royal en Wall Street sur Alzette. Comme le rapporte Josée Hansen, à cette période “la Ville de Luxembourg gagne en influence, construit sa place financière, et le boulevard Royal « allait refléter l’image d’un pays moderne ouvert sur l’avenir » (Robert L. Philippart), avec des bâtiments en hauteur, Forum Royal, KBL, agence Arsenal et Hamilius.”5 Rôle sur lequel il demeure à noircir des pages. Mais plus directement, au cours de ces mêmes années, Colette Flesch a été la première femme à participer au conseil d’administration de la BGL (1971-1979). Elle mit à nouveau ses talents d’administratrice au service de la Dresdner Bank, de loin la plus grosse banque, en termes de bilan, de la place financière des années 1980 et siégea à son conseil d’administration de 1986 à 1991 et entre 1999 et 2003. Colette Flesch est, avec Lydie Polfer (actuelle Bourgmestre de la ville de Luxembourg), une des deux seules femmes à avoir occupé cette fonction. À ses mandats dans la banque s’en ajoutent d’autres au sein de la CLT-RTL. Colette Flesch apparaît donc au cœur des dynamiques qui ont façonné et qui façonnent peut-être encore le Luxembourg contemporain.

Sarah Khabirpour

Après des études de droit et de gestion de haut niveau, Sarah Khabirpour a commencé une carrière précoce en tant que conseillère du gouvernement, d’abord au ministère de la justice en 2003, puis au ministère des Finances à partir de 2009. Dans les deux cas, elle a travaillé sous la direction de Luc Frieden, chef des deux ministères respectivement dans le deuxième et le quatrième gouvernement de J-C Juncker. En 2009, elle devient également membre du conseil d’administration de la CSSF et, en 2012, membre de la Société de la Bourse de Luxembourg.

Khabirpour “entre” dans notre base de données en 2013. Cette année-là, elle est nommée conseiller général au sein du conseil d’administration de la BIL – sur les conseils de ce même Luc Frieden (Les Echos 8/10/2013). À la BIL, en 2014, elle devient “Head of strategy, regulatory affairs, and MarCom”. En 2017, on la retrouve à la Banque de Luxembourg, où elle a occupé jusqu’en 2020 le poste de “Chief Compliance Officer” au sein du directoire.

En octobre 2013, Sarah Khabirpour fait les gros titres de la presse financière internationale en raison du conflit d’intérêts potentiel qu’implique sa nomination par le gouvernement à la présidence de la CSSF. Derrière ce choix, on trouve encore Luc Frieden6. Le ministre des Finances voulait que son conseiller principal occupe ce poste aussi prestigieux que central. Mais, là n’est pas le scandale attendu. Celui découle du fait que, à la tête de la CSSF, elle demeure membre des conseils d’administration de la Bourse de Luxembourg et de la BIL, cette dernière institution étant contrôlée par la CSSF. La presse étrangère qualifie cette situation de délicat mélange d’audités et de contrôleurs. En effet, la nomination a été immédiatement suivie de plaintes de ProtInvest (Association Luxembourgeoise de Protection et de Défense des Investisseurs), qui a vu l’un de ses membres perdre dans un litige avec la BIL. Or le litige en question a fait l’objet d’une médiation de la CSSF et de Sarah Khabirpour. Rien d’étrange à cela, a rassuré J-C Juncker. Le Premier ministre luxembourgeois a en effet réduit cette affaire à une mesure de représailles de la part de ProtInvest contre la CSSF à la suite du litige tranché par le le second en défaveur du premier7.

Il n’en reste pas moins que Sarah Khabirpour a démissionné la même année de sa fonction de présidente et de membre du conseil d’administration de la CSSF. À partir de 2014, elle a poursuivi sa carrière dans le seul secteur bancaire, entre la BIL et la Banque de Luxembourg.

Conclusion

Récemment, la presse s’est fait écho de deux études qui prenaient également le conseil d’administration comme un indicateur pour mesurer l’égalité des sexes à l’intérieur des entreprises. Au Luxembourg, la ministre de l’Égalité des chances Taina Bofferding annonçait début février 2021 que, dans les établissements publics et sociétés où l’’Etat luxembourgeois est impliqué, le taux de femmes au sein des conseils d’administration a augmenté, au cours des cinq dernières années, de 27,41% à 34,99% dans les établissements publics et de 24,69% à 31,14% dans les sociétés8. Au même moment, Le Monde montre combien la loi du 27 janvier 2011, instaurant un quota de 40 % de femmes dans les conseils d’administration des grands groupes, a profondément changé la situation en France9. Au début des années 2010, on recensait moins de 10% d’administratrices dans les grandes entreprises cotées du CAC 40. Aujourd’hui, ce taux est de 44,6%. Ces deux exemples, ainsi que le cas de la BCEE, montrent clairement combien la féminisation d’un des lieux de pouvoir du capitalisme, les conseils d’administration, est une question de volonté (politique).

Matteo Calabrese, Jo Diseviscourt, Othmane Djebbar, Benoît Majerus

 

  1. Benoît Majerus et Benjamin Zenner, « Too small to be of interest, too large to grasp? Histories of the Luxembourg financial centre », European Review of History, 18 mai 2020, p. 1‑15. []
  2. Statistiques historiques : 1839-1989, Luxembourg, STATEC, 1990 et statistiques de la Banque Centrale de Luxembourg: https://www.bcl.lu/fr/statistiques/series_statistiques_luxembourg/11_etablissements_credit/index.html (dernière consultation: 25 janvier 2021). []
  3. Lorsqu’il n’y a pas de barre, il n’y a aucune femme dans le CA pour la décennie. Sous le terme générique ING se trouve le Crédit Européen pour les années 1980 à 2003 puis ING Luxembourg S.A. []
  4. Exemplaire pour cette approche voir pour le Luxembourg: Germaine Goetzinger (ed), « Wenn nun wir Frauen auch das Wort ergreifen … »: 1880-1950 : Frauen in Luxemburg, Luxembourg, Ministère de la Culture, 1997. []
  5. Hansen, Josée, “L’hypercentre change“, in: d’Lëtzebuerger Land 19 décembre 2014.. []
  6. Financial Times du 6/10/2013 ; Les Échos du 8/10/2013 []
  7. Financial Times 6/10/2013 []
  8. Gläichstellung vu Fra a Mann: Taux u Fraen a Verwaltungsréit an ëffentlechen Institutioune klëmmt, https://www.rtl.lu/news/national/a/1664570.html, consulté le 2 février 2021. []
  9. Marie Charrel, Isabelle Chaperon, et Juliette Garnier, « ‘Les stéréotypes et le plafond de verre sont encore puissants’ : le long chemin vers la parité dans les directions des entreprises », Le Monde.fr, 26 janvier 2021. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.