La Commerzbank au Luxembourg (1969-2024)

À l’heure où la Commerzbank annonce son retrait, en 2024, de la place financière luxembourgeoise1, c’est un bout de son histoire et de son patrimoine « bancaire» qui s’en va. Lorsqu’elle s’installe au Luxembourg en juin 1969, elle est la deuxième banque allemande après la Dresdner Bank en 1967 à choisir le Luxembourg comme pays européen pour une forte expansion internationale à venir.2 La Commerzbank International S.A. in Luxembourg (CISAL) est sa première filiale étrangère. Par la suite, elle va ouvrir des dépendances à Londres et à New York, ensuite à Tokyo et Singapour.3 Les banques allemandes vont connaître pendant une vingtaine d’années une croissance régulière. Dès 1974, elles dépassent en nombre les banques d’autres pays étrangers.

Tableau 1 – Banques (allemandes) au Luxembourg4

Dans les années 1960 et 1970, la place financière luxembourgeoise s’internationalise rapidement grâce aux différents euromarchés. La Commerzbank va devenir un acteur important pour l’octroi de prêts à grande échelle et de financements publics. Le succès de la CISAL est immédiat: très vite, ses bilans mensuels sont distribués dans les organes de décision en Allemagne. Les crédits que la société mère allemande accorde sont rapidement couverts à 20-30% par les euromarchés à travers sa filiale luxembourgeoise . Dès 1971, celle-ci contribue à 6% de tous les bénéfices du groupe.5 A la fin des années 1970, la CISAL réussit même à occuper la place de deuxième banque allemande installée au Luxembourg en tenant compte des dépôts (8 462 millions de dollars), derrière la Dresdner Bank (9596 millions de dollar) mais devant la Deutsche Bank (8 227 millions de dollars)62: normalement elle occupe la troisième place derrière ses deux concurrentes. L’importance des banques allemandes en général et de la Commerzbank en particulier dans les années 1970 ressort entre autres des sommes de bilans. Fin des années 1970, la CISAL représente presque 8% du total des avoirs des banques au Luxembourg.

Tableau 2 – Pourcentage des actifs de la CISAL sur le total des actifs des banques au Luxembourg

Même si les risques relatifs aux euromarchés provoquent parfois des inquiétudes au siège à Francfort, la Commerzbank va utiliser le Luxembourg comme une des plateformes importantes pour ses activités internationales: à côté de la CISAL, elle ouvre pas moins de neuf autres sociétés avec des profils commerciaux particuliers, généralement à vocation régionale, comme la Société internationale d’investissement pour la Yougoslavie (S.A.). (IICY), la Société Internationale Financière pour les Investissements et le Développement en Afrique (SIFIDA) ou l’Union de Banques Arabes et Européennes S.A. (UBAE). 7

Vu la place importante que la CISAL occupe au Luxembourg, il n’est guère étonnant que ses représentants jouent dans différentes arènes politiques et économiques au Luxembourg comme on peut le voir à travers les trois exemples suivants:

  • Comme des dirigeants d’autres grandes banques (allemandes), les membres des directions de la maison mère sont régulièrement invités au Luxembourg. En 1974, Robert Dohm, membre du directoire de la Commerzbank, intervient ainsi à un colloque bancaire portant sur “L’orientation des mouvements internationaux de capitaux” organisé par l’Institut Universitaire International de Luxembourg: sa présence est relevée par l’Ambassade de Suisse au Luxembourg qui suit de manière très détaillée le développement de la place financière luxembourgeoise.8
  • D’autre part, des membres de l’équipe de direction au Luxembourg ont un accès direct à des hauts fonctionnaires luxembourgeois pour faire entendre leur voix. Ainsi en 1977, Ulrich Damm qui dirige la CISAL au Luxembourg a une entrevue avec Raymond Kirsch, conseiller de gouvernement au MInistère des Finances, pour influencer l’accord de double imposition que le Luxembourg est en train de négocier avec l’Allemagne qui “résoud certes les problèmes d’Arbed” mais “pas le problème des banques allemandes établies au Luxembourg.” Damm n’hésite pas à formuler des menaces à peine voilées: s’il n’y a pas de solution, les banques vont s’installer dans d’autres endroits avec des “pertes pour le fisc luxembourgeois”. Il tient également un plaidoyer pour admettre des provisions plus importantes dans le bilan, comme en Suisse, ce qui permettrait aux banques d’immuniser une partie de leurs bénéfices. 9
  • Finalement, des membres de la Commerzbank sont également présentes dans les différentes commissions de l’Association des Banques et Banquiers Luxembourg (ABBL): ainsi en 1991, elle a deux représentants dans les commissions techniques de l’ABBL: Klaus Tjaden dans la commission “Promotion de la place financière” et Ralf Kreikenbaum dans la commission “Métaux précieux”.10
Jacques Loesch - un relais luxembourgeois précieux

La CISAL bénéficie pendant 32 ans du soutien de l’avocat luxembourgeois Jacques Loesch qui rentre dans son Conseil d’Administration dès sa création en 1969 et en devient son vice-président en 1972, un CA ou siègent sinon exclusivement des cadres allemands. Né en 1928, Jacques grandit dans une famille d’avocats. Son grand-père fondateur de l’étude familiale en 1896 avait été dans le conseil d’administration dans la BIL dans l’entre-deux-guerres. Son père, Alfred, avait été maréchal de la Cour entre 1947 et 1964; son oncle, Fernand, député du parti de la droite de 1932 à 1940, puis du parti chrétien-social de 1948 à 1954 siégeait au Conseil d’Administration de la BIL entre 1948 et 1973. Alfred et Fernand Loesch étaient des acteurs importants dans l’entre-deux-guerres lorsque le Luxembourg devient une première fois un offshore financial center à travers les nombreuses holdings qui s’y créent à ce moment.11
Après son droit à Paris, Jacques rejoint l'étude familiale qui est spécialisé en droit des sociétés. 12 En 1972, il s'associe à Jean-Claude Wolter. En 1999, le bureau devient De Bandt, van Hecke, Lagae & Loesch, Luxembourg et en 2002 Linklaters & Loesch, dont il demeurera associé jusqu'à sa soixante-dix-neuvième année.
Après avoir présidé le Jeune Barreau en 1958-59, il se retrouve à la tête de l’Ordre des avocats en 1985-86. Il est inscrit dans plusieurs réseaux de sociabilités importants au Luxembourg: membre de la Section des sciences morales et politiques, co-fondateur de la British Chamber of Commerce for Luxembourg, membre fondateur du Lions Club Luxembourg, chambellan à la cour et pendant un moment même responsable pour l’administration des biens du Grand-Duc… Il est par ailleurs consul honoraire de la Turquie des années 1960 aux années 1980.
Si à ce stade de nos recherches nous ne trouvons pas mention de sa participation à d'autres conseils d'administration de banques, il est à partir de 1989 et au moins jusqu'en 1998, président du conseil d'administration de Soludec, l'un des principaux promoteurs immobiliers du Luxembourg très actifs dans la production de bureaux à destination des acteurs de la place financière.

La CISAL se caractérise par une politique bancaire particulièrement risquée dans les années 1970: par rapport à d’autres banques allemandes installées au Luxembourg, son taux de fonds propres par rapport au total du bilan est particulièrement bas.13 Ceci est d’ailleurs considéré comme problématique par le Comité de Direction du Commissariat au Contrôle des Banques suite à l’écroulement d’Herstatt, sans que ceci semble néanmoins avoir conduit à une intervention auprès de la CISAL.14

Comme une des banques importantes de la place financière luxembourgeoise, la Commerzbank est souvent présente à travers des publicités dans les encarts qui se publient régulièrement dans la presse internationale: ici un numéro spécial publié en 1983 dans le International Herald Tribune.

La CISAL sera profondément touchée par la crise de l’euromarché à la fin des années 1970. Wolfgang Perlwitz, son directeur, semble assez désillusionné en 1980 lorsqu’il déclare “The golden years are over, not only for the German banks but for everyone”.15 La Commerzbank est particulièrement touchée parmi les banques allemandes et Paul Lichtenberg, membre du conseil d’administration de la maison mère s’interroge même s’il ne faut pas fermer la filiale luxembourgeoise.16

Comme d’autres banques allemandes, la Commerzbank va essayer de répondre à cette crise en développant davantage le private banking. En 1985, la société mère décide d’investir davantage ce marché en créant trois équipes à Francfort, Düsseldorf et Hambourg. La CISAL et une nouvelle structure créée en 1985 à Zurich – Commerzbank (Schweiz) AG – seront leurs principaux dispositifs à l’étranger. C’est notamment pour les fonds d’investissement que le Luxembourg se montre attractif: en 1988 la CISAL crée avec la Bayerische Vereinsbank la ADIG-Investment Luxemburg S.A. En trois ans, entre 1986 et 1989, le bilan augmente presque de 11%, les bénéfices sont multipliés par 4.17 Dans les années 1990, ce service donne lieu à plusieurs scandales retentissants.18 Malgré ceci, le marché des clients privés continue à être développé dans les années 2000: la Commerzbank aura le réseau le plus dense en Allemagne de private-banking avec quatre “Kompetenzzentren” étrangers: Zurich, Genève, Luxembourg et Singapour. 19 Au milieu des années 2015, de nouvelles accusations contre la Commerzbank sont formulées dans le cadre de cas d’évasion fiscale. 20

Le siège

En 1969, quand la dizaine d'employés de la Commerzbank pose ses valises dans la capitale luxembourgeoise, le Luxembourg est assuré d’être une des trois capitales de l'Europe, mais n'a pas encore accédé au statut de place financière internationale. Les premiers locaux de la Commerzbank se situent au 11, rue Notre-Dame dans la ville haute, juste à l'arrière de l'hôtel de ville. La CISAL demeurera fidèle à sa première implantation pendant près de 35 ans malgré une croissance importante de ses collaborateurs.Aujourd'hui encore l'on se réfère dans certains documents officiels, au bâtiment de la rue Notre-Dame, comme à l'ancien siège de la Commerzbank. Cela en dépit de sa nouvelle affectation comme siège du Ministère des Affaires étrangères.

Une banque promotrice

Si aujourd'hui les banques sont majoritairement locatrices de leurs locaux, il en était encore autrement dans les années 2000. En 2006, CB Building Kirchberg, appartenant à la Commerzbank fait construire le nouveau siège au Kirchberg, par les architectes Hermann & Valentiny et la Soludec. Si le Boulevard Royal et ses alentours continuent de rassembler l'essentiel des effectifs de la place, les années 2000 voient le Kirchberg se renforcer comme nouvelle polarité bancaire. En 2008, la crise des subprime met fin à ce déplacement des banques vers le Kirchberg. En 2016, la Commerzbank toute à sa restructuration, cède certaines de ses activités et se sépare de son siège. Cela tout en demeurant locataire, enfin jusqu'en 2024.

La crise financière de 2008, rebat profondément les cartes. La consolidation bancaire est en marche. La dynamique est en faveur des mégafusions, la Commerzbank y joue sa partition en procédant au rachat de la Dresdner Bank en 2009. Peu après, au nom de la sacro-sainte course aux économies d’échelle, l’heure est venue de se désengager des activités non rentables, ou minoritaires. Une série de fusion, cession, et cessation d’activité se succèdent : En 2008, la State Street fait main basse sur la branche fonds d’investissements. En 2010, les filiales luxembourgeoises de la Dresdner et de la Commerzbank sont fusionnées. En 2011, l’UBAE (branche historiquement orientée vers le Proche Orient) ferme ses portes. En 2016, une petite banque suisse de gestion de fortune, la Julius Bär reprend l’activité de “private banking”. En 2018, la Société générale rachète ce qui restait de la branche de gestion d’actifs. De plan social en restructuration, cession, recentrage etc. Commerzbank a progressivement perdu de sa “substance”, cet attribut si cher à la place financière.

Matteo Calabrese, Othmane Djebbar et Benoît Majerus

  1. Nadia Di Pillo, « Commerzbank in Luxemburg schließt 2024 ihre Türen », Wort, février 2021 []
  2. Cette manière de raconter l’histoire de l’arrivée des banques allemandes fait abstraction de l’implication des banques allemandes dans le système bancaire luxembourgeois au 19e siècle et de leur rôle joué pendant la Deuxième Guerre mondiale où la Commerzbank s’était déjà installé une première fois au Luxembourg, plus précisément à Esch-sur-Alzette: Gilbert Trausch et Marianne de Vreese, Luxembourg et les banques: de la révolution industrielle au 7e centre financier mondial, Luxembourg, Banque Indosuez, 1995, p. 44. []
  3. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, Siedler Verlag, 2020, p. 18. []
  4. https://www.bcl.lu/fr/statistiques/series_statistiques_luxembourg/11_etablissements_credit/index.html (consulté le 23 mars 2021). []
  5. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 337. []
  6. Bulletin d’Information de la BIL, vol. 8, n°170, 5 septembre 1980, p. 2. []
  7. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 318. []
  8. Bundesarchiv Bern boîte E2001E, rapport de l’Ambassade de Suisse au Luxembourg au Service économique et financier du Département politique fédéral (10 décembre 1974). []
  9. Archives Nationales du Luxembourg, Ministère des Finances, boîte 07299, note de Raymond Kirsch à Jacques F. Poos (12 mai 1977). []
  10. Archives de la BGL, classeur ABBL-1, Composition des commissions techniques (novembre 1991). []
  11. Fernand Ensch, Die luxemburgische Holdinggesellschaft, Inauguraldissertation, Universität Basel, Basel, 1933. []
  12. Interview de Benjamin Zenner avec Jacques Loesch (16 juillet 2021). []
  13. Manfred Ferber, « Die deutschen Banken in Luxemburg 1979/80 », Zeitschrift für das gesamte Kreditwesen, 1980, vol. 16, no 13, p. 770. []
  14. Archives Nationales du Luxembourg, CSSF, boîte 16979, procès-verbal du Comité de direction (16 septembre 1975). Sur Herstatt voir: Emmanuel Mourlon-Druol, « ‘Trust is good, control is better’: The 1974 Herstatt Bank Crisis and its Implications for International Regulatory Reform », Business History, 17 février 2015, vol. 57, no 2, p. 311‑334. []
  15. Archives Nationales du Luxembourg, Ministère des Finances, dossier presse (1980), Institutional Investor (non daté). []
  16. Financial Times, 11 September 1981, p. VI. []
  17. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, Siedler Verlag, 2020, p. 401. []
  18. manager magazin, « Commerzbank: Ermittlungen gegen tausende Kunden », 2 juillet 1999. []
  19. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 528. []
  20. Bernard Thomas, « Péchés originels », Lëtzebuerger Land, 13 mars 2015. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.