Qu’est-ce que les Archives Nationales ont-elles à cacher ?

    Ceci n’est pas une page blanche anonymisée par les Archives Nationales (mais ça y ressemble beaucoup)

Le 9 mars 2023, je commande plusieurs dossiers aux Archives Nationales de Luxembourg dont la liasse avec la côte AE-AW-0830. L’inventaire la décrit ainsi : « Correspondance avec le corps consulaire accrédité aux États-Unis, les ressortissants américains, mexicains, canadiens et panamiens ainsi que le Ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché de Luxembourg concernant les candidatures au poste de consul du Grand-Duché de Luxembourg aux États-Unis, au Canada, au Panama et au Mexique ainsi que l’organisation du corps consulaire aux États-Unis. »1 Dans le cadre d’un projet de recherche financé par le FNR et intitulé « Letterbox – Making shell companies visible. Digital history as a tool to unveil global networks and local infrastructures », je m’intéresse notamment aux liens anciens entre le Luxembourg et le Panama dans la gestion des sociétés offshore. Lorsque l’invasion du Luxembourg par l’Allemagne devient une réalité imaginable à la fin des années 1930, plusieurs holdings luxembourgeoises déplacent leur siège vers cette république en Amérique centrale. Depuis lors, l’intensité des relations entre les pays a varié mais ne s’est jamais interrompue. C’est dans contexte que je m’intéresse à ce dossier des Affaires Étrangères.

Le 3 avril, je reçois un refus de consultation pour ce dossier suite en raison du délai de communicabilité de 75 ans (Art. 16(3) de loi sur l’archivage de 2018) pour données personnelles. La loi sur l’archivage prévoit une demande dérogation (art. 17(3)) que j’introduis immédiatement et qui reçoit un avis positif le 19 avril. Je demande dès lors de pouvoir venir regarder le dossier la semaine suivante, mais reçois un refus : « malheureusement les travaux d’anonymisation ne seront pas encore terminés lundi. » Je tombe des nues : jamais les AnLux n’ont pratiqué l’anonymisation des dossiers et cette nouvelle pratique arbitraire ne repose sur aucune nouvelle loi ou arrêté grand-ducal et n’a été annoncée nulle part. J’introduis immédiatement une plainte auprès du Conseil des Archives qui ne peut pas statuer sur la question parce qu’à l’époque, son mandat est arrivé à échéance.

Le 28 juillet 2023 – presque cinq mois après ma demande initiale –, je reçois un mail m’informant que le dossier a été scanné et anonymisé.

Le 29 août 2023, je me présente au plateau du Saint-Esprit. Un collaborateur des AnLux m’y attend, me conduit au sous-sol où une salle spéciale a été aménagée. J’ouvre le document AE-AW-0830 et me rends rapidement compte que tout travail historique devient impossible : ainsi les destinataires et les auteurs des lettres ne sont plus identifiables car leurs noms ont été noircis, rendant une des premières étapes de la critique historique illusoire. Des pages entières, vides, selon le collaborateur des AnLux, sont complètement noires : l’absurdité et l’arbitraire de noircir des pages blanches ne semblent pas poser problème. Cerise sur le gâteau et qui m’a fait interrompre le dépouillement : un collaborateur des AnLux s’est assis à mes côtés surveillant mon dépouillement, apparemment pour m’empêcher de prendre des photos. En 25 ans de travail d’archives sur des dossiers récents et sensibles dans une dizaine de pays (par exemple sur des dossiers psychiatriques des années 1980), je n’ai jamais vu une telle ingérence dans l’autonomie de la recherche.

Ces changements sont intervenus début de l’année 2023 sans qu’une nouvelle loi ait été votée, sans consultation avec les chercheurs et sans communication sur le site des AnLux. Ils sont inacceptables pour plusieurs raisons. L’anonymisation rend le travail élémentaire de l’historien – identifier les acteurs, les relier entre eux – impossible. Ils ne tiennent pas compte d’un élément essentiel dans la pratique historique : il y a bien sûr une différence entre la communication des documents par les archives et leur consultation par le chercheur où celui-ci doit avoir accès à toutes les informations, d’un côté, et la diffusion et/ ou publication des résultats où les noms individuels ne sont souvent pas nécessaires au raisonnement, de l’autre. Par la surveillance individuelle du dépouillement du chercheur, on atteint un stade de contrôle qui est inouï dans un état démocratique.

A côté de ces réflexions générales, cette nouvelle politique a des incidences énormes pour les chercheurs qui ne sont pas dans des temporalités plus longues de celles d’un enseignant-chercheur avec un CDI. Il devient quasiment impossible pour un étudiant en master d’histoire – entre la première idée de mémoire et son dépôt se déroule normalement un an – et même des doctorants d’effectuer encore des travaux sur l’histoire contemporaine luxembourgeoise, vu les délais de communication des documents.

Entre les discours politiques qui soulignent la nécessité de faire l’histoire du pays d’une manière autonome – dans l’accord gouvernemental de 2018 l’histoire contemporaine est énumérée comme un « des domaines de recherche prioritaires »2 – et les pratiques qui rendent cette recherche de plus en plus difficile, voire impossible, l’écart devient de plus en plus important et incompréhensible.

  1. https://query.an.etat.lu/Query/detail.aspx?ID=449982 (29 août 2023) []
  2. Accord de coalition 2018-2023, p. 75. Sur l’autonomie de la recherche historique, voir la réponse récente de Xavier Bettel à Fred Keup suite à une question parlementaire de ce dernier le 6 juillet 2023 (https://www.chd.lu/de/seance/2885). []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Benoit Majerus (August 30, 2023). Qu’est-ce que les Archives Nationales ont-elles à cacher ? notebook. Retrieved July 25, 2024 from https://doi.org/10.58079/r7kk


About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.