Lectures – Benvindo-Peeters/Scherven

En 2002, deux chercheurs du Centre d’Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés Contemporaines, Chantal Kesteloot et José Gotovitch éditaient un livre sur la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale1. Dix ans plus tard, deux chercheurs de la même institution retentent l’exercice. Ils ont choisi la monographie et non pas le recueil d’articles comme leurs prédécesseurs. Organisé autour de quatre lieux – Breendonk, la colonne du Congrès, la tour de l’Yser et la caserne de Dossin – le livre ne se revendique pas du label “lieux de mémoire” mais entend écrire une histoire incarnée des champs mémoriels en Belgique. Les pages sur l’après 1960 sont particulièrement novatrices vu le vide historiographique existant sur la question en Belgique.

L’importance accordée à l’hétérogénéité de la mémoire flamande sur 40-45 est pour moi le point fort du livre. Souvent celle-ci est réduite à la volonté de réhabiliter les collaborateurs néerlandophones. Les chapitres rédigés par Evert Peeters et consacrés à la tour de l’Yser font apparaître une image beaucoup plus complexe. Que ce soit le dynamitage de la tour par des résistants flamands en 1945 et 1946 ou les discussions agitées après 1968, beaucoup d’éléments montrent que la mémoire flamande sur l’occupation n’est pas une mais multiple.

Les limites du livre se situe à deux niveaux. La première se trouve au niveau argumentaire. Les deux auteurs soulignent l’importance de la régionalisation/communautarisation dans la (re)mise en valeur de la mémoire sur la Deuxième Guerre mondiale par des institutions étatiques. Si l’hypothèse est convaincante pour la Flandre, elle l’est nettement moins pour le Sud du pays qui est complètement absent du livre: le livre bascule en fait en permanence entre deux niveaux la Belgique et la Flandre, les francophones n’apparaissent jamais comme groupe identitaire. S’il est possible qu’ils n’en forment pas un, il aurait néanmoins été nécessaire de s’intéresser un peu plus à cette absence.

Deuxième regret: l’absence de nouveauté méthodologique. Finalement le livre s’inscrit dans une histoire politique plutôt classique, enrichie de quelques réflexions d’histoire culturelle. A quelques moments, des pistes plus intéressantes sont poursuivies sans être approfondies. Personnellement j’aurai bien sûr été intéressé par un récit qui donne plus d’intérêt à la culture matérielle de cette mémoire. Une autre porte d’entrée aurait été une histoire des émotions mémorielles. Dans son premier chapitre sur Breendonk, Bruno Benvindo ne l’aborde cependant que brièvement sans que ce thème ne se transforme en fil rouge du livre.

  1.  Gotovitch, José, and Chantal Kesteloot, eds. Occupation, Répression : Un passé qui résiste. Bruxelles: Labor, 2002. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.