Lectures – Charle/Discordance

Cette année je donnais pour la première  fois un de ces grands cours d’introduction sur l’histoire de l’Europe aux 19e et 20e siècles pour les étudiants en première année. Si j’ai trouvé l’expérience concluante à plusieurs niveaux (e.a. expérience Twitter), l’absence d’un véritable fil rouge me posait problème et explique également pourquoi les étudiants avaient parfois l’air un peu perdus. J’étais donc tout content lorsque j’ai vu que Christophe Charle sortait un livre intitulé Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité. Charle est un des historiens français que je lis beaucoup parce qu’il offre un mélange stimulant entre l’histoire sociale et politique.

Je me disais que la question de la modernité pourrait être le fil rouge qui me manquait et le livre de Charle l’échafaudage autour duquel (re)construire ce cours. Après avoir lu les 400 pages, j’ai de nouvelles idées pour différentes séances du cours, mais dans son intégralité j’ai plutôt été déçu et ceci pour trois raisons.

La première est la focalisation sur la France. Un des plaisirs de lire Charle est sa maîtrise de l’historiographie européenne (France, Angleterre, Allemagne et Italie).1 Prendre la France comme « sismographe central de la modernité européenne » (p. 339) pour le 19e siècle me semble un retour vers une historiographie nationale que je croyais dépassé et qui me semble dès la deuxième moitié du 19e siècle difficilement défendable.

Deuxièmement Charle pratique dans plusieurs chapitres une histoire culturelle certes intéressante à lire mais pas très satisfaisante au niveau méthdologique parce que peu reliée à d’autres contextes. Les longues exégèses de l’œuvre de Saint-Simon, Courbet ou Zola m’ont étonné de la part d’un historien qui s’était jusque-là profilé comme un historien du social pas comme un littéraire ou un historien de l’art.

Dernière déception : l’absence totale de l’histoire coloniale. Les deux mots-clés de son titre « modernité » et « discordance des temps » auraient justement permis un jeu intéressant entre périphérie et marge. Pour ne prendre qu’un exemple de mon propre domaine de recherche. Richard Keller2 a récemment argumenté que la modernité psychiatrique du 20e siècle – pour faire bref l’extrahospitalier – est née non pas dans la métropole mais dans les colonies.

Donc, en conclusion, j’ai ressenti ce livre comme un recul historiographique d’un auteur que j’apprécie beaucoup.



Cite this blog post
Benoit Majerus (2011, December 29). Lectures – Charle/Discordance. notebook. Retrieved April 16, 2024, from https://majerus.hypotheses.org/88

  1. par exemple Charle, Christophe. La crise des sociétés impériales : Allemagne, France, Grande-Bretagne, 1900-1940 : essai d’histoire sociale comparée. Paris: Seuil, 2001. []
  2. Keller, Richard. Colonial madness : psychiatry in French North Africa. Chicago: University of Chicago Press, 2007. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

About Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.