Category Archives: Lectures / Readings

Lecture – d’Almeida/Ressources

L’idée est intéressante : que font les gardien(nes) des camps de concentration et d’extermination dans leur loisir ? Et comment ces loisirs nous renseignent-t-ils sur la nature du national-socialisme et de l’histoire des camps au 20e siècle ? Fabrice d’Almeida s’intéresse ainsi aux livres commandés pour les bibliothèques, aux instruments utilisés par les gardes, aux chansons qu’ils chantaient le soir, à leur manière d’organiser des fêtes que ce soient le solstice d’hiver ou l’enterrement d’un SS… Thématiques que je trouve toutes passionnantes et sûrement révélatrices. Mais l’insatisfaction est réelle après la lecture des 250 pages et ceci à deux niveaux.

Premièrement la plupart des sujets sont abordés d’une manière trop superficielle. Ceci me semble entre autres lié à une focalisation sur des archives certes encore inexploitées et donc intéressantes – listes, factures… de fournitures des camps – mais qui auraient nécessité un croisement avec d’autres sources – procès d’après-guerre, témoignages… – pour leur donner l’épaisseur nécessaire.

Deuxièmement – et c’est un défaut majeur de la « shoalogie » terme consacré par Jacques Ehrenfreund, shoalogie que l’auteur juge d’une manière bienveillante – l’étude bascule en permanence entre singularité et universalité de son sujet. d’Almeida hésite ainsi en permanence entre deux positions contradictoires. Fil rouge involontaire, ce « non-choix » saute aux yeux dès l’introduction où l’auteur écrit d’une part qu’« [i]l faut définitivement rompre avec une vision où les camps sont conçus comme des organes isolés de la société » pour souligner quelques lignes plus tard que la gestion des camps « est pour les dirigeants nazis l’occasion de mettre en application leurs idées dans un périmètre bien délimité, où nul parasitage de leur pouvoir n’intervient. » (p. 14).

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lectures – Charle/Discordance

Cette année je donnais pour la première  fois un de ces grands cours d’introduction sur l’histoire de l’Europe aux 19e et 20e siècles pour les étudiants en première année. Si j’ai trouvé l’expérience concluante à plusieurs niveaux (e.a. expérience Twitter), l’absence d’un véritable fil rouge me posait problème et explique également pourquoi les étudiants avaient parfois l’air un peu perdus. J’étais donc tout content lorsque j’ai vu que Christophe Charle sortait un livre intitulé Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité. Charle est un des historiens français que je lis beaucoup parce qu’il offre un mélange stimulant entre l’histoire sociale et politique.

Je me disais que la question de la modernité pourrait être le fil rouge qui me manquait et le livre de Charle l’échafaudage autour duquel (re)construire ce cours. Après avoir lu les 400 pages, j’ai de nouvelles idées pour différentes séances du cours, mais dans son intégralité j’ai plutôt été déçu et ceci pour trois raisons.

La première est la focalisation sur la France. Un des plaisirs de lire Charle est sa maîtrise de l’historiographie européenne (France, Angleterre, Allemagne et Italie).1 Prendre la France comme « sismographe central de la modernité européenne » (p. 339) pour le 19e siècle me semble un retour vers une historiographie nationale que je croyais dépassé et qui me semble dès la deuxième moitié du 19e siècle difficilement défendable.

Deuxièmement Charle pratique dans plusieurs chapitres une histoire culturelle certes intéressante à lire mais pas très satisfaisante au niveau méthdologique parce que peu reliée à d’autres contextes. Les longues exégèses de l’œuvre de Saint-Simon, Courbet ou Zola m’ont étonné de la part d’un historien qui s’était jusque-là profilé comme un historien du social pas comme un littéraire ou un historien de l’art.

Dernière déception : l’absence totale de l’histoire coloniale. Les deux mots-clés de son titre « modernité » et « discordance des temps » auraient justement permis un jeu intéressant entre périphérie et marge. Pour ne prendre qu’un exemple de mon propre domaine de recherche. Richard Keller2 a récemment argumenté que la modernité psychiatrique du 20e siècle – pour faire bref l’extrahospitalier – est née non pas dans la métropole mais dans les colonies.

Donc, en conclusion, j’ai ressenti ce livre comme un recul historiographique d’un auteur que j’apprécie beaucoup.

  1. par exemple Charle, Christophe. La crise des sociétés impériales : Allemagne, France, Grande-Bretagne, 1900-1940 : essai d’histoire sociale comparée. Paris: Seuil, 2001. []
  2. Keller, Richard. Colonial madness : psychiatry in French North Africa. Chicago: University of Chicago Press, 2007. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lectures – Ballenger/Alzheimer

At the moment, I am trying to write a proposal for the FNR, the Luxembourgish Research Fund, in order to launch a research project on the construction of “age” as a social and political problem. The central methodological book is from Joseph Gusfield The culture of public problems : drinking-driving and the symbolic order but as you can see from the title, it is not very related to the specific topic I want to study, i.e.

  • how “old age” became a topic for scientific discourses in Europe from the 1950s on,
  • how old people are treated in asylums since the 19th century,
  • how “old age” is today a “challenge” for different public administrations and NGOs in Luxembourg.

One of the most interesting books I recently read on the topic is by Jesse Ballenger and is entitled Self, Senility, and Alzheimer’s Disease in Modern America. Even if he focuses on America, several points were particular interesting.

First, he distinguishes three periods. From the late 19th-century on, age-related diseases were considered as something irreversible: prophylactic advise wa of no use. In the 1930s, a more psychosocial model became predominant. Psychiatrist David Rothschild was particularly important in this change by looking beyond the deterioration of brain tissue and proposing a psychodynamic explanation. Finally, in the late 1960s, brain pathology became again the focus of gerontologists. This periodisation – biology, social, biology – is characteristic for other topics in the history of medicine and psychiatry.

Second, he brilliantly analyses a move he calls “gerontological persuasion” (p. 56), which took off in the late 1930s and which successfully postulates the possibility of successful aging. This redefinition was however only possible if the boundaries between normal aging and disease were clearly identified. Gerontology such as defined by sociologists, physicians, psychologists… became the science to negotiate these shifting junctures. The emergence of Alzheimer as the “disease of the century” in the late 1970s played an important role in this constant rearrangement of what had to be considered pathological and what was defined as natural aging.

Third, the American historian who has worked for ten years as a nursing assistant in a couple of hospitals before starting his PhD, succeeds in avoiding the debates between “positivists” and “constructionists”: he does not discuss if dementia/Alzheimer had or has an increasing prevalence but is more interested in the different meanings people attached to it. Thereby he shows how in the 19th century senility was mainly a problem for the “white man” and how in the second half of the 20th century gender was no longer central but class still played a role as Alzheimer was mainly “illustrated” through people from the middle class.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Book Review – Volkmann, Hans-Erich. Luxemburg im Zeichen des Hakenkreuzes

Après la lecture des 530 pages, le livre de Hans-Erich Volkmann laisse un goût de trop peu. Ce sentiment n’est pas lié aux chapitres qui forment le cœur même du livre, à savoir la politique économique de l’Allemagne nazie par rapport au Luxembourg de 1933 à 1944. L’auteur y livre une étude très nourrie en se focalisant sur la sidérurgie et le monde bancaire. En adoptant le point de vue de l’occupant – le lecteur luxembourgeois aurait peut-être préféré le choix inverse – le spécialiste de l’histoire économique allemande des années nationales-socialistes remet le cas luxembourgeois dans une perspective plus large. Il approfondit les quelques pages que Paul Dostert avait consacrées à cette problématique dans sa thèse, publiée il y a déjà 25 ans. Cette monographie confirme l’importance du concept de « polycratie » pour comprendre les échecs mais également les succès de la gouvernance nationale-socialiste. Les controverses entre le Gauleiter Gustav Simon et Hermann Göring dans sa fonction de dirigeant des Reichswerke, les confrontations entre la Dresdner Bank et la Deutsche Bank font apparaître un occupant beaucoup moins homogène que sa représentation dans l’historiographie luxembourgeoise. Malheureusement Volkmann se lance peu dans la comparaison avec les autres territoires occupés ce qui aurait permis de dégager dans quelle mesure la situation du Luxembourg avait été spécifique. Les chapitres qui suivent de près les archives sont donc intéressants par leur richesse factuelle.

Mais dès que l’auteur quitte le propre de son sujet et qu’il se lance dans des interprétations plus larges, son absence de connaissance de l’historiographie luxembourgeoise ainsi qu’un style pour le moins malheureux soulèvent de nombreuses questions. Concernant l’identité luxembourgeoise, ses constats sont le plus souvent anachroniques ce qui n’est guère étonnant vu que son ouvrage de référence est un article de Nicolas Margue de 1937 (!). Ses propres analyses sont souvent marquées par des clichés nationaux, peu dignes d’un historien au début du 21e siècle, ainsi lorsqu’il parle du « ausgeprägter merkantiler Sinn de[r] Luxemburger » (p. 21). Son vocabulaire – notamment l’utilisation récurrente de la « Völkerpsychologie » – rappelle étrangement la terminologie des années 1920 et 1930. Ses comparaisons sont souvent de mauvais goût. Les intentions allemandes en 1940, même en excluant le volet antisémite, ne sont pas comparables avec celles de la Belgique et la France en 1918 (p. 24). De même, justifier l’intérêt pour les continuités qui perdurent au-delà de la fin de l’occupation en parlant de l’introduction du vin par la Rome antique sur la Moselle laisse apparaître une conception historique pour le moins douteuse. (p. 497). Finalement la formulation de certaines phrases est plus que malheureuse surtout lorsqu’elle ne permet pas de faire la distinction entre des paraphrases de l’idéologie nazie et l’opinion de l’auteur. Les chapitres d’introduction et de conclusion dans lesquels l’auteur sort du cadre purement économique posent donc clairement problème à tel point que je suis étonné que la « Fondation nationale de la Résistance » ait soutenu financièrement la publication de ce livre.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts