Category Archives: Non classé

La Commerzbank au Luxembourg (1969-2024)

À l’heure où la Commerzbank annonce son retrait, en 2024, de la place financière luxembourgeoise1, c’est un bout de son histoire et de son patrimoine « bancaire» qui s’en va. Lorsqu’elle s’installe au Luxembourg en juin 1969, elle est la deuxième banque allemande après la Dresdner Bank en 1967 à choisir le Luxembourg comme pays européen pour une forte expansion internationale à venir.2 La Commerzbank International S.A. in Luxembourg (CISAL) est sa première filiale étrangère. Par la suite, elle va ouvrir des dépendances à Londres et à New York, ensuite à Tokyo et Singapour.3 Les banques allemandes vont connaître pendant une vingtaine d’années une croissance régulière. Dès 1974, elles dépassent en nombre les banques d’autres pays étrangers.

Tableau 1 – Banques (allemandes) au Luxembourg4

Dans les années 1960 et 1970, la place financière luxembourgeoise s’internationalise rapidement grâce aux différents euromarchés. La Commerzbank va devenir un acteur important pour l’octroi de prêts à grande échelle et de financements publics. Le succès de la CISAL est immédiat: très vite, ses bilans mensuels sont distribués dans les organes de décision en Allemagne. Les crédits que la société mère allemande accorde sont rapidement couverts à 20-30% par les euromarchés à travers sa filiale luxembourgeoise . Dès 1971, celle-ci contribue à 6% de tous les bénéfices du groupe.5 A la fin des années 1970, la CISAL réussit même à occuper la place de deuxième banque allemande installée au Luxembourg en tenant compte des dépôts (8 462 millions de dollars), derrière la Dresdner Bank (9596 millions de dollar) mais devant la Deutsche Bank (8 227 millions de dollars)62: normalement elle occupe la troisième place derrière ses deux concurrentes. L’importance des banques allemandes en général et de la Commerzbank en particulier dans les années 1970 ressort entre autres des sommes de bilans. Fin des années 1970, la CISAL représente presque 8% du total des avoirs des banques au Luxembourg.

Tableau 2 – Pourcentage des actifs de la CISAL sur le total des actifs des banques au Luxembourg

Même si les risques relatifs aux euromarchés provoquent parfois des inquiétudes au siège à Francfort, la Commerzbank va utiliser le Luxembourg comme une des plateformes importantes pour ses activités internationales: à côté de la CISAL, elle ouvre pas moins de neuf autres sociétés avec des profils commerciaux particuliers, généralement à vocation régionale, comme la Société internationale d’investissement pour la Yougoslavie (S.A.). (IICY), la Société Internationale Financière pour les Investissements et le Développement en Afrique (SIFIDA) ou l’Union de Banques Arabes et Européennes S.A. (UBAE). 7

Vu la place importante que la CISAL occupe au Luxembourg, il n’est guère étonnant que ses représentants jouent dans différentes arènes politiques et économiques au Luxembourg comme on peut le voir à travers les trois exemples suivants:

  • Comme des dirigeants d’autres grandes banques (allemandes), les membres des directions de la maison mère sont régulièrement invités au Luxembourg. En 1974, Robert Dohm, membre du directoire de la Commerzbank, intervient ainsi à un colloque bancaire portant sur “L’orientation des mouvements internationaux de capitaux” organisé par l’Institut Universitaire International de Luxembourg: sa présence est relevée par l’Ambassade de Suisse au Luxembourg qui suit de manière très détaillée le développement de la place financière luxembourgeoise.8
  • D’autre part, des membres de l’équipe de direction au Luxembourg ont un accès direct à des hauts fonctionnaires luxembourgeois pour faire entendre leur voix. Ainsi en 1977, Ulrich Damm qui dirige la CISAL au Luxembourg a une entrevue avec Raymond Kirsch, conseiller de gouvernement au MInistère des Finances, pour influencer l’accord de double imposition que le Luxembourg est en train de négocier avec l’Allemagne qui “résoud certes les problèmes d’Arbed” mais “pas le problème des banques allemandes établies au Luxembourg.” Damm n’hésite pas à formuler des menaces à peine voilées: s’il n’y a pas de solution, les banques vont s’installer dans d’autres endroits avec des “pertes pour le fisc luxembourgeois”. Il tient également un plaidoyer pour admettre des provisions plus importantes dans le bilan, comme en Suisse, ce qui permettrait aux banques d’immuniser une partie de leurs bénéfices. 9
  • Finalement, des membres de la Commerzbank sont également présentes dans les différentes commissions de l’Association des Banques et Banquiers Luxembourg (ABBL): ainsi en 1991, elle a deux représentants dans les commissions techniques de l’ABBL: Klaus Tjaden dans la commission “Promotion de la place financière” et Ralf Kreikenbaum dans la commission “Métaux précieux”.10
Jacques Loesch - un relais luxembourgeois précieux

La CISAL bénéficie pendant 32 ans du soutien de l’avocat luxembourgeois Jacques Loesch qui rentre dans son Conseil d’Administration dès sa création en 1969 et en devient son vice-président en 1972, un CA ou siègent sinon exclusivement des cadres allemands. Né en 1928, Jacques grandit dans une famille d’avocats. Son grand-père fondateur de l’étude familiale en 1896 avait été dans le conseil d’administration dans la BIL dans l’entre-deux-guerres. Son père, Alfred, avait été maréchal de la Cour entre 1947 et 1964; son oncle, Fernand, député du parti de la droite de 1932 à 1940, puis du parti chrétien-social de 1948 à 1954 siégeait au Conseil d’Administration de la BIL entre 1948 et 1973. Alfred et Fernand Loesch étaient des acteurs importants dans l’entre-deux-guerres lorsque le Luxembourg devient une première fois un offshore financial center à travers les nombreuses holdings qui s’y créent à ce moment.11
Après son droit à Paris, Jacques rejoint l'étude familiale qui est spécialisé en droit des sociétés. 12 En 1972, il s'associe à Jean-Claude Wolter. En 1999, le bureau devient De Bandt, van Hecke, Lagae & Loesch, Luxembourg et en 2002 Linklaters & Loesch, dont il demeurera associé jusqu'à sa soixante-dix-neuvième année.
Après avoir présidé le Jeune Barreau en 1958-59, il se retrouve à la tête de l’Ordre des avocats en 1985-86. Il est inscrit dans plusieurs réseaux de sociabilités importants au Luxembourg: membre de la Section des sciences morales et politiques, co-fondateur de la British Chamber of Commerce for Luxembourg, membre fondateur du Lions Club Luxembourg, chambellan à la cour et pendant un moment même responsable pour l’administration des biens du Grand-Duc… Il est par ailleurs consul honoraire de la Turquie des années 1960 aux années 1980.
Si à ce stade de nos recherches nous ne trouvons pas mention de sa participation à d'autres conseils d'administration de banques, il est à partir de 1989 et au moins jusqu'en 1998, président du conseil d'administration de Soludec, l'un des principaux promoteurs immobiliers du Luxembourg très actifs dans la production de bureaux à destination des acteurs de la place financière.

La CISAL se caractérise par une politique bancaire particulièrement risquée dans les années 1970: par rapport à d’autres banques allemandes installées au Luxembourg, son taux de fonds propres par rapport au total du bilan est particulièrement bas.13 Ceci est d’ailleurs considéré comme problématique par le Comité de Direction du Commissariat au Contrôle des Banques suite à l’écroulement d’Herstatt, sans que ceci semble néanmoins avoir conduit à une intervention auprès de la CISAL.14

Comme une des banques importantes de la place financière luxembourgeoise, la Commerzbank est souvent présente à travers des publicités dans les encarts qui se publient régulièrement dans la presse internationale: ici un numéro spécial publié en 1983 dans le International Herald Tribune.

La CISAL sera profondément touchée par la crise de l’euromarché à la fin des années 1970. Wolfgang Perlwitz, son directeur, semble assez désillusionné en 1980 lorsqu’il déclare “The golden years are over, not only for the German banks but for everyone”.15 La Commerzbank est particulièrement touchée parmi les banques allemandes et Paul Lichtenberg, membre du conseil d’administration de la maison mère s’interroge même s’il ne faut pas fermer la filiale luxembourgeoise.16

Comme d’autres banques allemandes, la Commerzbank va essayer de répondre à cette crise en développant davantage le private banking. En 1985, la société mère décide d’investir davantage ce marché en créant trois équipes à Francfort, Düsseldorf et Hambourg. La CISAL et une nouvelle structure créée en 1985 à Zurich – Commerzbank (Schweiz) AG – seront leurs principaux dispositifs à l’étranger. C’est notamment pour les fonds d’investissement que le Luxembourg se montre attractif: en 1988 la CISAL crée avec la Bayerische Vereinsbank la ADIG-Investment Luxemburg S.A. En trois ans, entre 1986 et 1989, le bilan augmente presque de 11%, les bénéfices sont multipliés par 4.17 Dans les années 1990, ce service donne lieu à plusieurs scandales retentissants.18 Malgré ceci, le marché des clients privés continue à être développé dans les années 2000: la Commerzbank aura le réseau le plus dense en Allemagne de private-banking avec quatre “Kompetenzzentren” étrangers: Zurich, Genève, Luxembourg et Singapour. 19 Au milieu des années 2015, de nouvelles accusations contre la Commerzbank sont formulées dans le cadre de cas d’évasion fiscale. 20

Le siège

En 1969, quand la dizaine d'employés de la Commerzbank pose ses valises dans la capitale luxembourgeoise, le Luxembourg est assuré d’être une des trois capitales de l'Europe, mais n'a pas encore accédé au statut de place financière internationale. Les premiers locaux de la Commerzbank se situent au 11, rue Notre-Dame dans la ville haute, juste à l'arrière de l'hôtel de ville. La CISAL demeurera fidèle à sa première implantation pendant près de 35 ans malgré une croissance importante de ses collaborateurs.Aujourd'hui encore l'on se réfère dans certains documents officiels, au bâtiment de la rue Notre-Dame, comme à l'ancien siège de la Commerzbank. Cela en dépit de sa nouvelle affectation comme siège du Ministère des Affaires étrangères.

Une banque promotrice

Si aujourd'hui les banques sont majoritairement locatrices de leurs locaux, il en était encore autrement dans les années 2000. En 2006, CB Building Kirchberg, appartenant à la Commerzbank fait construire le nouveau siège au Kirchberg, par les architectes Hermann & Valentiny et la Soludec. Si le Boulevard Royal et ses alentours continuent de rassembler l'essentiel des effectifs de la place, les années 2000 voient le Kirchberg se renforcer comme nouvelle polarité bancaire. En 2008, la crise des subprime met fin à ce déplacement des banques vers le Kirchberg. En 2016, la Commerzbank toute à sa restructuration, cède certaines de ses activités et se sépare de son siège. Cela tout en demeurant locataire, enfin jusqu'en 2024.

La crise financière de 2008, rebat profondément les cartes. La consolidation bancaire est en marche. La dynamique est en faveur des mégafusions, la Commerzbank y joue sa partition en procédant au rachat de la Dresdner Bank en 2009. Peu après, au nom de la sacro-sainte course aux économies d’échelle, l’heure est venue de se désengager des activités non rentables, ou minoritaires. Une série de fusion, cession, et cessation d’activité se succèdent : En 2008, la State Street fait main basse sur la branche fonds d’investissements. En 2010, les filiales luxembourgeoises de la Dresdner et de la Commerzbank sont fusionnées. En 2011, l’UBAE (branche historiquement orientée vers le Proche Orient) ferme ses portes. En 2016, une petite banque suisse de gestion de fortune, la Julius Bär reprend l’activité de “private banking”. En 2018, la Société générale rachète ce qui restait de la branche de gestion d’actifs. De plan social en restructuration, cession, recentrage etc. Commerzbank a progressivement perdu de sa “substance”, cet attribut si cher à la place financière.

Matteo Calabrese, Othmane Djebbar et Benoît Majerus

  1. Nadia Di Pillo, « Commerzbank in Luxemburg schließt 2024 ihre Türen », Wort, février 2021 []
  2. Cette manière de raconter l’histoire de l’arrivée des banques allemandes fait abstraction de l’implication des banques allemandes dans le système bancaire luxembourgeois au 19e siècle et de leur rôle joué pendant la Deuxième Guerre mondiale où la Commerzbank s’était déjà installé une première fois au Luxembourg, plus précisément à Esch-sur-Alzette: Gilbert Trausch et Marianne de Vreese, Luxembourg et les banques: de la révolution industrielle au 7e centre financier mondial, Luxembourg, Banque Indosuez, 1995, p. 44. []
  3. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, Siedler Verlag, 2020, p. 18. []
  4. https://www.bcl.lu/fr/statistiques/series_statistiques_luxembourg/11_etablissements_credit/index.html (consulté le 23 mars 2021). []
  5. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 337. []
  6. Bulletin d’Information de la BIL, vol. 8, n°170, 5 septembre 1980, p. 2. []
  7. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 318. []
  8. Bundesarchiv Bern boîte E2001E, rapport de l’Ambassade de Suisse au Luxembourg au Service économique et financier du Département politique fédéral (10 décembre 1974). []
  9. Archives Nationales du Luxembourg, Ministère des Finances, boîte 07299, note de Raymond Kirsch à Jacques F. Poos (12 mai 1977). []
  10. Archives de la BGL, classeur ABBL-1, Composition des commissions techniques (novembre 1991). []
  11. Fernand Ensch, Die luxemburgische Holdinggesellschaft, Inauguraldissertation, Universität Basel, Basel, 1933. []
  12. Interview de Benjamin Zenner avec Jacques Loesch (16 juillet 2021). []
  13. Manfred Ferber, « Die deutschen Banken in Luxemburg 1979/80 », Zeitschrift für das gesamte Kreditwesen, 1980, vol. 16, no 13, p. 770. []
  14. Archives Nationales du Luxembourg, CSSF, boîte 16979, procès-verbal du Comité de direction (16 septembre 1975). Sur Herstatt voir: Emmanuel Mourlon-Druol, « ‘Trust is good, control is better’: The 1974 Herstatt Bank Crisis and its Implications for International Regulatory Reform », Business History, 17 février 2015, vol. 57, no 2, p. 311‑334. []
  15. Archives Nationales du Luxembourg, Ministère des Finances, dossier presse (1980), Institutional Investor (non daté). []
  16. Financial Times, 11 September 1981, p. VI. []
  17. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, Siedler Verlag, 2020, p. 401. []
  18. manager magazin, « Commerzbank: Ermittlungen gegen tausende Kunden », 2 juillet 1999. []
  19. Dieter Ziegler, Friederike Sattler, et Stephan Paul, Hundertfünfzig Jahre Commerzbank 1870-2020, op. cit., p. 528. []
  20. Bernard Thomas, « Péchés originels », Lëtzebuerger Land, 13 mars 2015. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

It’s a man’s world. Les femmes dans les conseils d’administration des banques au Luxembourg

Décrire la place des femmes dans les banques au Luxembourg par la chanson écrite par James Brown en 1966 est bien sûr complètement trompeur. Les femmes ont toujours représenté une part importante de l’emploi bancaire au Luxembourg même si cette question n’a guère encore été abordée dans l’historiographie1 . D’une manière générale, ce n’est que récemment que les historien.nes s’intéressent aux “femmes qui comptent” pour reprendre le titre du séminaire animé par Sabine Effosse et Laure Quennouëlle-Corre à Paris.

Tableau 1 – Pourcentage des femmes dans l’emploi des établissements de crédits au Luxembourg2

La féminisation de la main-d’œuvre au Luxembourg dans l’après Deuxième Guerre mondiale a également conduit à une forte féminisation de l’emploi dans les établissements de crédits, mais comme nous le montrerons dans cette courte contribution, sans féminisation des instances dirigeantes. Pour ce faire, nous nous basons sur une analyse des conseils d’administrations de banques installées au Luxembourg. Les CA, même s’ils ont perdu un peu de leur centralié depuis les années 1990 par rapport aux conseils de direction, qui prennent plus d’importance à partir de ce moment, sont des observatoires parlant des enjeux de pouvoir qui traversent le milieu bancaire.

Une banque de données provisoire

En septembre 2020, une équipe d’étudiants du Master en Histoire Européenne Contemporaine et de chercheurs  au Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) a commencé à construire une banque de données autour de la place financière du Luxembourg. Dans un premier temps, elle s’est limitée à relever toutes les banques qui se sont installées au Luxembourg, leurs conseils d’administration et leur implantation géographique au Luxembourg. Ces données ont été rassemblées à partir de trois sources:

  • l’Annuaire des Sociétés Anonymes du Grand-Duché de Luxembourg, un recueil bi-annuel publié entre 1948 et 1986 (17 éditions),
  • le Bulletin trimestriel du Commissariat au contrôle des Banques de 1977 à 1985 (33 éditions) et la Newsletter de la CSSF de 2001 à juin 2020 (233 éditions),
  • et des rapports annuels de certaines banques.

Cette banque de données comporte des biais importants. Elle est loin d’être complète. La période d’avant 1945 n’est guère couverte. L’Annuaire n’est pas une documentation officielle et n’a pas vocation à répertorier la totalité des banques établies au Luxembourg. À partir de 1985, la banque de données ne comporte des éléments que pour un nombre très réduit de banques (cf note en bas de page 3). Au moment de la publication de ce blog, la banque de données comprend 489 banques et 2117 personnes ayant été membres d’un conseil d’administration. : les résultats présentés ici sont donc à considérer comme provisoires.

Des chiffres éloquents

En tout, nous avons recensé 46 femmes (soit 2.1%) parmi les 2117 membres de conseil d’administration répertoriés dans notre banque de données. Une analyse basée sur l’Annuaire, qui donne un aperçu assez global des banques représentées à la place financière entre 1945 et 1985, montre l’absence presque complète de femmes dans les conseils d’administration pendant cette période.

Leur représentation est tellement faible que les outils graphiques habituels ne permettent pas de visualiser leur présence.

Tableau 2 – Administrateurs dans les CA 1948-1985 (nombre absolu)

 

Leur apparition dans les CA à partir des années 1960 ne change pas véritablement la donne. Leur pourcentage est extrêmement faible et le reste jusqu’à aujourd’hui.

Tableau 3 – Administratrices dans les CA 1948-1985 (pourcentage)

 

Ce premier recueil qui se focalise sur les années 1945-1985 doit être nuancé par un second corpus. En effet, nous disposons pour quelques banques de séries allant jusqu’à aujourd’hui. On y voit une augmentation des femmes dans les CA, augmentation toute relative, à partir des années 1980. Le tableau 3 nous livre deux éléments intéressants. D’une part, cette augmentation n’est pas nécessairement continue comme on le voit dans le cas de la Banque Internationale à Luxembourg (BIL) ou de la Banque Générale du Luxembourg (BGL). D’autre part, une action volontariste comme celle entreprise à l’intérieur de la Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat (BCEE), notamment sous la pression de son actionnaire, l’État luxembourgeois, peut conduire à une féminisation conséquente et apparemment permanente.

Tableau 4 – Pourcentage de femmes dans le CA entre 1970 et 2019 (pourcentage)3

Cette extrême sous-représentation des femmes ne se retrouve pas seulement au niveau des conseils d’administration, mais semble également être de mise à l’intérieur des Conseils de direction, qui gagnent en importance à partir des années 1980. Cette hypothèse devra être affinée, puisque nous ne disposons pour le moment que de données concernant la BGL, pour laquelle le C2DH a effectué une recherche plus détaillée dans le cadre du centenaire de cette banque. Les femmes y entrent encore plus tard que dans le conseil d’administration.

Tableau 5 – Hommes et femmes dans le comité de direction de la BGL entre 1980 et 2019 (nombre absolu)

Des biographies

À côté de cette approche chiffrée, il nous a semblé intéressant de présenter brièvement trois femmes ayant siégé dans des conseils d’administration de banques installées au Luxembourg à trois moments, sans que leur biographie ne soit nécessairement à considérer comme représentative.

Olga Vaucoret

Dans la première phase de l’historiographie des femmes, les historien.nes se mettaient à la recherche de la première femme médecin, de la première femme aviatrice, de la première femme députée…4. Cette approche est aujourd’hui largement dépassée et c’est donc un peu par entêtement démodé que nous avons malgré tout choisi de consacrer quelques lignes à la première femme siégeant au conseil d’administration d’une banque au Luxembourg. Olga Vaucoret, une administratrice de sociétés habitant à Paris, entre au conseil d’administration de la Caisse Hypothécaire du Luxembourg en 1966 et dans celui de la Créditerm en 1969. La première banque a été créée en 1930 et s’est spécialisée dans les crédits hypothécaires. On y trouve deux notables luxembourgeois, avocats et hommes politiques, Emile Hamilius et Jean Bech ainsi que René Franck, ex-commissaire au contrôle des banques ayant rejoint la BIL en 1959. Les autres membres sont des Français dont Gustave Stricker et Olga Vaucoret, représentant des actionnaires étrangers. Olga Vaucoret va y rester jusqu’en 1983. Plus récente, Créditerm est créée en 1961 et réuni elle aussi du capital français, représenté par Stricker et Vaucoret, et les deux avocats luxembourgeois Emile Hamilius et Jean Bech. Mais l’entreprise ne semble pas porter ses fruits: elle elle est dissoute en 1972. Représentant probablement des investisseurs qui ne voulaient pas apparaître publiquement, Olga Vaucoret reste aussi peu tangible pour les historiens que les hommes et femmes qu’elle représente.

Colette Flesch 

Colette Flesch est une personnalité luxembourgeoise aussi connue du monde politique que des milieux sportifs ou économiques.

En effet, on ne la présente plus guère comme sportive, puisqu’elle compte à son actif des participations en tant qu’escrimeuse aux jeux olympiques de 1960, 1964 et 1968. Dans la vie politique nationale, sa carrière s’étale sur plus de 50 ans. Elle est élue députée du Parti libéral (DP) pour la première fois en 1968 à tout juste 30 ans, et le demeurera entre 1969 et 1980. Elle sera réélue de 1984 à 1989 et à nouveau entre 2004 et 2009. Elle est la première femme bourgmestre de la capitale du Grand-duché de Luxembourg (élue en 1970 à l’âge de 32 ans). Réélue en 1975, elle quittera cette fonction en 1980 à l’occasion d’une coalition gouvernementale avec Pierre Werner (1980-1984) dans laquelle elle occupera les postes de vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, du commerce extérieur, de la coopération, de l’économie, des petites et moyennes entreprises et de la justice. En parallèle et en plus de ces rôles sur la scène nationale, elle est membre du parlement européen (MPE) de 1969 à 1980, à sa sortie du gouvernement de 1984 à 1985, puis de 1989 à 1990 et de 1999 à 2004. Entre 1990 et 1999, cette fois au sein de la commission européenne, elle exerce les fonctions de Directeur-Général de l’Information, de la Communication et de la Culture et à l’Audiovisuel.

À ces nombreux rôles dans les affaires municipales, nationales et européennes, s’en ajoute un, moins connu: celui d’actrice de la place financière luxembourgeoise et d’administratrice d’entreprise. C’est d’abord sous ses mandatures de bourgmestre qu’est entamée la grande mue du boulevard Royal en Wall Street sur Alzette. Comme le rapporte Josée Hansen, à cette période “la Ville de Luxembourg gagne en influence, construit sa place financière, et le boulevard Royal « allait refléter l’image d’un pays moderne ouvert sur l’avenir » (Robert L. Philippart), avec des bâtiments en hauteur, Forum Royal, KBL, agence Arsenal et Hamilius.”5 Rôle sur lequel il demeure à noircir des pages. Mais plus directement, au cours de ces mêmes années, Colette Flesch a été la première femme à participer au conseil d’administration de la BGL (1971-1979). Elle mit à nouveau ses talents d’administratrice au service de la Dresdner Bank, de loin la plus grosse banque, en termes de bilan, de la place financière des années 1980 et siégea à son conseil d’administration de 1986 à 1991 et entre 1999 et 2003. Colette Flesch est, avec Lydie Polfer (actuelle Bourgmestre de la ville de Luxembourg), une des deux seules femmes à avoir occupé cette fonction. À ses mandats dans la banque s’en ajoutent d’autres au sein de la CLT-RTL. Colette Flesch apparaît donc au cœur des dynamiques qui ont façonné et qui façonnent peut-être encore le Luxembourg contemporain.

Sarah Khabirpour

Après des études de droit et de gestion de haut niveau, Sarah Khabirpour a commencé une carrière précoce en tant que conseillère du gouvernement, d’abord au ministère de la justice en 2003, puis au ministère des Finances à partir de 2009. Dans les deux cas, elle a travaillé sous la direction de Luc Frieden, chef des deux ministères respectivement dans le deuxième et le quatrième gouvernement de J-C Juncker. En 2009, elle devient également membre du conseil d’administration de la CSSF et, en 2012, membre de la Société de la Bourse de Luxembourg.

Khabirpour “entre” dans notre base de données en 2013. Cette année-là, elle est nommée conseiller général au sein du conseil d’administration de la BIL – sur les conseils de ce même Luc Frieden (Les Echos 8/10/2013). À la BIL, en 2014, elle devient “Head of strategy, regulatory affairs, and MarCom”. En 2017, on la retrouve à la Banque de Luxembourg, où elle a occupé jusqu’en 2020 le poste de “Chief Compliance Officer” au sein du directoire.

En octobre 2013, Sarah Khabirpour fait les gros titres de la presse financière internationale en raison du conflit d’intérêts potentiel qu’implique sa nomination par le gouvernement à la présidence de la CSSF. Derrière ce choix, on trouve encore Luc Frieden6. Le ministre des Finances voulait que son conseiller principal occupe ce poste aussi prestigieux que central. Mais, là n’est pas le scandale attendu. Celui découle du fait que, à la tête de la CSSF, elle demeure membre des conseils d’administration de la Bourse de Luxembourg et de la BIL, cette dernière institution étant contrôlée par la CSSF. La presse étrangère qualifie cette situation de délicat mélange d’audités et de contrôleurs. En effet, la nomination a été immédiatement suivie de plaintes de ProtInvest (Association Luxembourgeoise de Protection et de Défense des Investisseurs), qui a vu l’un de ses membres perdre dans un litige avec la BIL. Or le litige en question a fait l’objet d’une médiation de la CSSF et de Sarah Khabirpour. Rien d’étrange à cela, a rassuré J-C Juncker. Le Premier ministre luxembourgeois a en effet réduit cette affaire à une mesure de représailles de la part de ProtInvest contre la CSSF à la suite du litige tranché par le le second en défaveur du premier7.

Il n’en reste pas moins que Sarah Khabirpour a démissionné la même année de sa fonction de présidente et de membre du conseil d’administration de la CSSF. À partir de 2014, elle a poursuivi sa carrière dans le seul secteur bancaire, entre la BIL et la Banque de Luxembourg.

Conclusion

Récemment, la presse s’est fait écho de deux études qui prenaient également le conseil d’administration comme un indicateur pour mesurer l’égalité des sexes à l’intérieur des entreprises. Au Luxembourg, la ministre de l’Égalité des chances Taina Bofferding annonçait début février 2021 que, dans les établissements publics et sociétés où l’’Etat luxembourgeois est impliqué, le taux de femmes au sein des conseils d’administration a augmenté, au cours des cinq dernières années, de 27,41% à 34,99% dans les établissements publics et de 24,69% à 31,14% dans les sociétés8. Au même moment, Le Monde montre combien la loi du 27 janvier 2011, instaurant un quota de 40 % de femmes dans les conseils d’administration des grands groupes, a profondément changé la situation en France9. Au début des années 2010, on recensait moins de 10% d’administratrices dans les grandes entreprises cotées du CAC 40. Aujourd’hui, ce taux est de 44,6%. Ces deux exemples, ainsi que le cas de la BCEE, montrent clairement combien la féminisation d’un des lieux de pouvoir du capitalisme, les conseils d’administration, est une question de volonté (politique).

Matteo Calabrese, Jo Diseviscourt, Othmane Djebbar, Benoît Majerus

 

  1. Benoît Majerus et Benjamin Zenner, « Too small to be of interest, too large to grasp? Histories of the Luxembourg financial centre », European Review of History, 18 mai 2020, p. 1‑15. []
  2. Statistiques historiques : 1839-1989, Luxembourg, STATEC, 1990 et statistiques de la Banque Centrale de Luxembourg: https://www.bcl.lu/fr/statistiques/series_statistiques_luxembourg/11_etablissements_credit/index.html (dernière consultation: 25 janvier 2021). []
  3. Lorsqu’il n’y a pas de barre, il n’y a aucune femme dans le CA pour la décennie. Sous le terme générique ING se trouve le Crédit Européen pour les années 1980 à 2003 puis ING Luxembourg S.A. []
  4. Exemplaire pour cette approche voir pour le Luxembourg: Germaine Goetzinger (ed), « Wenn nun wir Frauen auch das Wort ergreifen … »: 1880-1950 : Frauen in Luxemburg, Luxembourg, Ministère de la Culture, 1997. []
  5. Hansen, Josée, “L’hypercentre change“, in: d’Lëtzebuerger Land 19 décembre 2014.. []
  6. Financial Times du 6/10/2013 ; Les Échos du 8/10/2013 []
  7. Financial Times 6/10/2013 []
  8. Gläichstellung vu Fra a Mann: Taux u Fraen a Verwaltungsréit an ëffentlechen Institutioune klëmmt, https://www.rtl.lu/news/national/a/1664570.html, consulté le 2 février 2021. []
  9. Marie Charrel, Isabelle Chaperon, et Juliette Garnier, « ‘Les stéréotypes et le plafond de verre sont encore puissants’ : le long chemin vers la parité dans les directions des entreprises », Le Monde.fr, 26 janvier 2021. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Strandgut aus dem Jahre 2020

Im Forum Artikel werden Lehrstuhl-Entscheidungen in Verbindung mit der Nation-Branding Initiative der luxemburgischen Regierung gebracht.

In der letzten Forum Ausgabe stellt Michel Pauly folgende Frage: “Keine Luxemburger Geschichte mehr an der Uni?” Darauf kann man sehr einfach antworten: Doch. Oder um es Forum-artig zu machen, als Strandgut-Rubrik.

“S’interroger constamment sur le placement de cette relation bilatérale dans un contexte plus vaste : la concentration sur deux petits pays européens ne doit pas verser dans le nombrilisme. De par leur histoire et leur situation géopolitique, les relations belgo-luxembourgeoises s’inscrivent inévitablement dans des contextes historiques et géographiques plus larges. Cette remise en perspective en fait précisément un objet d’histoire digne d’intérêt.”

Christoph Brüll, Les relations belgo-luxembourgeoises depuis 1919. Perspectives historiques et historiographiques, in : Franz Clément (éd), Les Belges et le Grand-Duché : histoire, actualité, perspectives. Actes du colloque du 5 février 2020.

“In political terms, European integration and multilateral co-operation enabled Luxembourg to become an equal partner in the decision-making processes and leadership of European organizations. In economic terms, these features gave the country the tools it needed to forge a development model that could underpin the creative growth of its social market economy, while preserving the majority of its vital interests—particularly the steel industry and the financial centre—over the long term.”

Elena Danescu (2020) “Luxembourg Economy Facing Challenges: A Historical Overview.” In Hartly C. (Ed). Western Economy 2021. Western Europe Book Series. Routledge, Abington:UK, 2020.

“The Rockefeller Mission, the French Comité national, the Institut Pasteur and their representatives served the League as authoritative resources in the national struggle with more conservative-minded Catholic actors as well as labour unions and socialist organisations”

Klaus Dittrich, « Embracing Allied Approaches to Public Health: Luxembourg’s Industrial Elites and the Rockefeller Mission against Tuberculosis in France after the First World War », Bulletin of the History of Medicine, 2020.

‘In the microcosm of European Union law, Pierre Pescatore’s status is almost legendary. Not only was he one of the drafters of the two Treaties of Rome, […] he is also considered to be one of the most influential judges the European Court of Justice has known.[…] To the broader public, however, he remains largely unknown, even in his home State, Luxembourg.’

Fritz Vera, ‘Activism on and off the bench. Pierre Pescatore and the law of integration’, Common Market Law Review, vol. 57, n° 2, 2020, pp. 475 – 502.

Als Großherzogin Charlotte 1945 an Kalinin, den damaligen Regierungschef „nicht als Herzogin, sondern als Mutter“ schrieb, um die Luxemburger Jungs aus Tambow rauszuholen, war ihr menschlicher Ansatz zwar lobenswert, verfehlte aber das Ziel. Kalinins Frau saß im GULag (1938–1946) und er konnte nichts für sie tun. Was die Luxemburger Jungs betraf, gingen die Ziele der Partei vor. Zuerst mussten alle sowjetischen BürgerInnen gesammelt werden, die an der Front, in der sowjetischen Industrie und Landwirtschaft gebraucht wurden, dann kämen eure Jungs zurück, schrieb Kalinin. Über das Datum heißt es – „bald“.

Inna Ganschow, 100 Jahre Russen in Luxemburg. Geschichte einer atomisierten Diaspora, Luxemburg, Fondation Lydie Schmit, 2020.

“While the 1970s and 1980s are often described as turning points in repair history – repair services are said to have gradually disappeared and become obsolete at this time because of the availability of cheap consumer products and the new throwaway culture –, the repair statistics for Luxembourg do not confirm a decline in repair over this time period.”

Stefan Krebs & Thomas Hoppenheit (2020). Questioning the Decline of Repair in the Late 20th Century: the Case of Luxembourg, 1945-1990. In Liliane Hilaire-Pérez et al. (Hg.). Technical cultures of repair from prehistory to the present day. Brepols

“En 1880, l’Administration des Postes entame la mise en place du réseau téléphonique national et installe les premiers téléphones. Déjà en juillet 1880, Monseigneur Johannes Koppes, évêque de la Ville de Luxembourg, conclut une convention avec Félix Neuman, Directeur des Postes et Télégraphes, sur le raccordement de son poste téléphonique au bureau central de Luxembourg, en voie de construction. Le raccordement est réalisé le premier octobre 1885.”

 Aurélia Lafontaine, https://www.175joerpost.lu/.

“Part of the reportage included photos and comments regarding the journey, by plane, to Luxembourg and back: “Some people still don’t realise that there really is a landlocked country in the middle of Europe with four dishy Djs putting over the 208 programmes and seeing that the tapes which are recorded in Hertford Street, London, are flown out on time and are broadcast in the correct place on the schedule”. Both elements help shape the transnational image of Radio Luxembourg.”

Richard Legay, Commercial Radio Stations and their Dispositif. Transnational and Intermedial Perspectives on Radio Luxembourg and Europe n°1 in the Long Sixties, PhD Thesis, University of Luxembourg, 2020.

“However, travelling for touristic reasons (not only going back to visit family in Portugal or Italy), as well as other leisure activities or volunteering/community work, is something very recent in the life of Luxembourg migrants.”

Anita Lucchesi, For a New Hermeneutics of Practice in Digital Public History. Thinkering with memorecord.uni.lu, PhD thesis, University of Luxembourg, 2020.

D’Défaite vum Däitschen Keeserreich um Enn vum Eischten Weltkrich an d’Bestëmmungen vum Versailler Vertrag 1919 haten enorm Auswierkungen op d’Industriepolitik vum Gelsenkirchener Konzern an domat och op d’Zukunft vun der Terre Rouge-Schmelz. De ganzen lénksrheinesche Wirtschaftsraum, vun Oochen iwwert Letzebuerg an dén vum Däitschen Räich 1871 annexéierten Deel vun Louthrengen, dén bis dohin dem Däitschen Zollverein ugehéiert huet, gouf elo ausenanergerappt.

Jacques Maas um 100komma7 den 26. Februar 2020

“En concevant la rue de l’Alzette comme une large et longue artère commerciale et en voyant ce boulevard et ses rues parallèles et perpendiculaires comme un tout, il a vraiment créé la ville moderne d’Esch. Le vieux noyau du bourg intra muros était caractérisé par des rues étroites, l’absence d’alignement et les différences de dimension des édifices ainsi que par le voisinage pêle-mêle de petites maisons de journalier ou d’artisan, de rustiques maisons-ferme et de grands immeubles de rapport.”

Denis Scuto, “Introduction historique sur Esch-sur-Alzette de 1901-1918”, in : BUCHLER, Georges/GOEDERT, Jean/LORANG, Antoinette/REUTER, Antoinette/SCUTO, Denis/WEBER, Christof, Guide historique et architectural Esch-sur-Alzette, Esch-sur-Alzette/Mersch, C2DH/capabarabooks, 2020, p. 76.

“In the period I focus on, the 1920s until the early 1970s, public authorities did not take migrants and foreigners living in Luxembourg into consideration when they devised policies related to culture. Furthermore, cultural policy was implemented exclusively by men for a very long time.”

Fabio Spirinelli, “Empowering History: On the Role of Historians in Today’s Society, 23/04/2020, https://www.c2dh.uni.lu/thinkering/empowering-history-role-historians-todays-society

« La politique sociale du Luxembourg pour les anciens légionnaires a été façonnée par des processus transnationaux (principalement le développement des droits des anciens combattants en France et en Belgique) et réclamée par d’anciens légionnaires et défenseurs de leur cause, acteurs transnationaux par excellence. »

Venken, Machteld. “Les anciens légionnaires et la protection sociale au Luxembourg. Une approche transnationale”, in Camarda, Sandra; Sauer, Arnaud; Scuto, Denis; Reinert, François (eds.) Légionnaires : Parcours de Guerre et de Migrations entre le Luxembourg et la France. Silvana Editoriale : Milan, 2020.

“Les politiciens rassemblés autour de Loutsch sont unis par un adversaire commun qui ne se situe d’ailleurs pas là où nous l’attendrions intuitivement, c’est-à-dire du côté des socialistes, mais plutôt du côté des libéraux qu’ils soupçonnent d’être liés au ‘grand capital’ et en plus au ‘capital étranger’.”

Paul Zahlen, La Luxembourgeoise. 100 ans d’assurance privée au Grand-Duché, Luxembourg, La Luxembourgeoise, 2020.

“Le potentiel ‘explosif’ de l’affaire Ambrosiano au Luxembourg ne résidait donc point dans les activités criminelles de Roberto Calvi en Italie (…) mais plutôt dans le manque de transparence et les pratiques de compétition fiscale déloyale dans un contexte international qui était caractéristique du modèle d’affaires de la place luxembourgeoise dans les années 1980”.

Benjamin Zenner, « Banco Ambrosiano: les sociétés holding et la place financière luxembourgeoise », Entreprises et histoire, 2020, no 101, p. 89.

 

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La race, un mot ancien … Vraiment ?

Par Eloïse Adde

Dans une récente interview publiée dans le Quotidien1, Denis Scuto affirme que, dans un certain discours qu’il entend passer au crible sans cependant en désigner précisément les énonciateurs (il parle vaguement des populistes), l’identité serait devenue un euphémisme pour parler de la race qui n’aurait plus très bonne presse aujourd’hui. Le présupposé est racoleur, un brin provocateur … il n’en demeure pas moins extrêmement problématique.

Tout d’abord, le mot race n’a rien d’ancien. Il figurait depuis 1958 dans la constitution de la Ve République française et c’est seulement cet été, en 2018, qu’il en a été retiré2. Ce retrait pourrait être interprété comme la confirmation rétrospective d’un recul effectif de son usage. Or c’est plutôt l’inverse … Alors que son emploi dans la constitution française depuis 1946 traduisait la volonté de renouer avec l’héritage des Lumières et de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 après la Deuxième guerre mondiale, on l’a supprimé pour ne pas alimenter les théories de la race en recrudescence3. Il suffit de constater le pullulement des groupes « suprémacistes blancs » aux USA pour se convaincre que la racialisation du monde social qui sert de substrat à leur idéologie est un processus toujours vivace aujourd’hui. Le mot et la notion de race sont loin d’avoir disparu du paysage.

D’ailleurs, les concernés sont les premiers à vivre dans leurs corps l’actualité de la race, et ce de manière quotidienne. Nombreux sont les Africains, Roms et autres Asiatiques qui se sentent « racisés » comme ils l’expriment eux-mêmes, dans l’espace public, stigmatisés du fait qu’ils n’appartiennent pas à la communauté dominante, elle-même définie sur la base de critères d’apparence physique. Signalons au passage l’hypocrite dénonciation d’un racisme anti-blanc portée par les groupes identitaires qui retournent le problème pour invalider les revendications des populations réellement stigmatisées et relativiser la notion de racisme (et donc aussi hypostasier la notion de race) alors que ce dernier repose sur une non-conformité physique au modèle souverain, dans notre cas : celui façonné par l’homme blanc.

Il faut être blanc et se faire le truchement d’une vision étriquée du monde pour affirmer sans vergogne – avec même une bienveillance sincère – qu’on ne parle plus de race aujourd’hui et qu’on lui a substitué la notion plus édulcorée d’identité.

Mais c’est encore sur le plan de la démonstration logique que l’amalgame est irrecevable. Race et identité se côtoient souvent, l’un alimentant l’autre, et vice-versa, mais les deux ne sont pas interchangeables.

L’identité peut englober la race, se fondant parfois sur elle. Mais l’identité peut être renvoyer à de nombreux autres marqueurs – ce que l’auteur illustre lui-même en évoquant son identité religieuse, plurilingue ou encore sportive …

Là où les deux se distinguent plus nettement, c’est que la race repose sur la mise en avant de critères physiques concrets, visibles, que personne ne peut nier. Ce n’est pas en rejetant le bien-fondé scientifique ou génétique de l’existence des races que l’on mettra fin au racisme et à la construction bien réelle de la race sur laquelle il repose. Les suprémacistes se passent sans mal des démonstrations des biologistes pour continuer de croire et de claironner que les blancs sont supérieurs aux noirs qui, eux, se situent tout au bas de la complexe échelle des races, après les juifs, les Asiatiques et les Hispaniques. L’hégémonie économique des « Occidentaux » et la domination de leurs représentations culturelles à l’échelle mondiale leur suffit amplement. D’ailleurs, il n’est pas besoin d’aller chez les suprémacistes pour déceler des marques de racisme. Dans ses romans nourris de ses expériences personnelles, l’écrivaine nigériane Chimananda Ngozi Adichie vise bien plutôt les blancs bien intentionnés et donneurs de leçons qui accumulent les faits de racisme sans même s’en rendre compte, entre culpabilité et aveuglement par rapport à la violence de leur domination totalisante4.

Au risque de froisser les oreilles bien-pensantes, l’affirmation selon laquelle les humains auraient en commun 99,9 % de leur patrimoine génétique semble même remise en cause aujourd’hui par les travaux des chercheurs en génétique. L’étude fine du génome humain dévoile l’existence de différenciations héréditaires stables qui, au-delà des seules apparences (couleur de peau, chevelure, etc.), permettent de remonter aux origines géographiques lointaines des individus ou d’expliquer leur vulnérabilité à certaines maladies5. Les différences génétiques observées selon les régions du monde ne correspondent naturellement pas à la notion de race telle qu’elle est généralement utilisée, et surtout ces différences n’ont aucune influence sur les capacités cognitives ou comportementales des individus. Le caractère presque dérangeant de cette mise en perspective est révélateur de la charge idéologique qui imprègne de telles recherches, tant du côté des adeptes du racisme que de ceux qui s’y opposent, et, en creux, de la difficulté à en penser les ressorts du fait de la tabouisation dont fait l’objet la notion de race.

Après les crimes commis durant la Seconde Guerre Mondiale, on pensait qu’il suffirait de convoquer la science et donc l’affirmation selon laquelle les races n’existent pas sous le scalpel du biologiste pour annihiler le problème. C’était nier les enjeux véritables qui président dans l’existence de la notion de race. Si des hommes ont commencé à prendre en compte les différences physiques, et ce bien avant que Gobineau6 ne donne un vernis scientifique à des pratiques et à des croyances plus anciennes (cf. le génocide des Indiens d’Amérique ou la traite négrière au XVIe siècle), c’était pour mieux en opérer le classement et la hiérarchisation et ainsi légitimer de manière incontestable une domination et une exploitation qui profitait à certains et en desservait d’autres. Plus qu’un problème de biologie (ou de linguistique), la race est une question sociale et (géo)politique que l’étude des chromosomes parvient peut-être à masquer, certainement pas à éradiquer.

Complexifier la réalité pour démasquer la stratégie recelée dans les usages linguistiques est louable. Et c’est bien la mise en perspective de l’historien qui permet de prendre du recul avec des évidences qui s’imposent trop facilement dans la vie de tous les jours. Néanmoins, contrairement à ce qui semble être annoncé, ce n’est pas du tout ce que l’auteur réalise ici. En plus de superposer deux notions qui ne sont pas équivalentes, il convoque une signification positiviste de l’identité parfaitement inappropriée. Il précise certes avec raison que l’identité est multiple et que l’on cumule plusieurs identités. Mais il ne suffit pas d’avoir un pénis pour se sentir homme et avoir une identité masculine, comme le soulignent les travaux déjà anciens de Judith Butler sur la « construction performative de l’identité sexuelle »7 et les débats sur le transgenre. En outre, si l’on est athée, on a difficilement une identité religieuse puisque l’athéisme retire toute pertinence à l’existence des religions.

L’important n’est de surcroît pas de lister toutes les manières dont l’individu s’actualise au quotidien, mais de déceler l’unité et le mode selon lequel ces différents choix et pratiques s’entrelacent et opèrent. Naïvement, rappelons que l’identité est une construction et le résultat d’interactions. L’individu ne s’individualise pas tout seul et il n’arbore pas telle ou telle identité sur la base de choix catégoriques et mûrement réfléchis. Il le fait par rapport aux différents collectifs dans lesquels il s’inscrit de manière simultanée, par rapport à l’interaction des différents groupes entre eux et à la place qu’il occupe dans cette architecture8.

L’identité est un produit complexe qui peut effectivement intervenir dans plusieurs domaines de la vie mais est nécessairement le reflet d’une position et d’un positionnement dans la société. Elle intervient dans le cadre d’une stratégie plus ou moins consciente qui vise à la survie, à la reproduction, à la stabilisation d’un groupe ou d’un individu par rapport à d’autres groupes et individus. Elle fonctionne tant de manière centrifuge, du collectif aux individus qui le composent, que centripète, vers les autres collectifs et individus avec lesquels ce collectif est en rapport. Elle est de ce fait mouvante selon les objectifs et les rapports de force en présence, un même marqueur identitaire n’ayant pas la même signification selon l’individu qui l’arbore et le contexte dans lequel il intervient.

Il importe de soulever les manigances qui naturalisent les évidences au profit de certains et au détriment des autres. Mais encore faut-il que cela n’ait pas pour conséquence de pétrifier la représentation selon laquelle les races sont une invention au service des discours populistes de droite afin de mieux diaboliser ces derniers. Le risque serait de passer à côté de la véritable compréhension du racisme, fléau répandu aussi bien à droite qu’à gauche.

1 L’interview du lundi : Denis Scuto. « Le mot identité remplace l’ancien terme de race », Le Quotidien, 1/10/2018, https://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/denis-scuto-le-mot-identite-remplace-lancien-terme-de-race/

2 L’Assemblée supprime de la Constitution le mot « race » et interdit la « distinction de sexe », Le Monde, 12/07/2018, https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/12/l-assemblee-supprime-dans-la-constitution-le-mot-race-et-interdit-la-distinction-de-sexe_5330615_823448.html

3 Cf. la sensibilisation en ce sens réalisée par Bernadette Hétier et Pierre Mairat, coprésidents du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les peuples (MRAP), L’humanité, 29/3/2013, https://www.humanite.fr/societe/opinion-l-inquietante-resurgence-des-theories-de-l-518514

4 Chimananda Ngozi Adichie, Americanah, 2013.

5 Bertrand Jordan, L’humanité au pluriel, 2009.

6 Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines, 1855.

7 Judith Butler, Gender Trouble, 1990.

8 Norbert Elias, Die Gesellschaft der Individuen, 1939 ; Georges Simondon, L’individuation psychique et collective, Aubier, 1989.

Call for Abstracts – European Journal for Nursing History and Ethics (ENHE)

 

Call for Abstracts
European Journal for Nursing History and Ethics (ENHE)
Second Issue 2019
The European Journal for Nursing History and Ethics is an interdisciplinary Open Access  and peer-­reviewed eJournal spanning the Humanities, Nursing Science, Social Sciences, and Cultural Studies. The journal is published online once a year with each edition having an individual theme. In addition, all volumes provide an open section that contains articles on various topics.
The Journal is seeking contributions to the open section and themed section.

Theme  2019:  “Bads”  in  nursing:  Negative  experience  as  an  impetus  to  reform  in  nineteenth  and  twentieth centuries
The theme for 2019 has been agreed in Cooperation with the Swiss Society of the History of Health and Nursing (GPG-­HSS) and the European Association for the History of Nursing (EAHN)
Deadline for abstracts: November 30th, 2017

Cultural expectations of ‘good care’ change according to context. They vary according to time and place. They are constantly shaped and reshaped by knowledge and techniques of health professions; by bodily and emotional needs and sensations; by symbols and rituals of attention and of sympathy; by religious ideas; and by views of justice, of caring human relations and of the person’s dignity. Individual experiences sometimes harmonise with expectations so that patients, and their nurses all feel satisfied.  But  sometimes  things  can  and  do  go  wrong.  Bad  things  can  happen –  and  these  can  be  compounded by the failure of systems to intervene, to ‘turn things around’. Those involved can be left  with  negative  experiences  and  may  suffer  consequences.  According  to  the  Dutch  Philosopher  Annemarie Mol such experiences are termed ambiguously as “bads” in care: “There is something else that bothers me. It is that somehow writing about the goods of care is just too nice. Too cosy. There are also bads to address, but how to do so?” (Mol 2010, 229)

The second issue of the European Journal for Nursing History and Ethics will provide an opportunity for scholars from a range of disciplines to debate historical and ethical research relating to this subject. It will consider both individual and collective experiences of nursing; explanations for bad care; and descriptions of ways in which individuals and groups have attempted to find impetus for reform. The history of Europe and its colonies in the 19th and 20th centuries contain many examples of socalled “bads” in healthcare. During this time science based medical knowledge and techniques gained a powerful position within the logics of care and within the systems and practices of health professions. “Good” nursing was redefined. And yet, the materiality, symbolisms and rituals of care continued to be understood in terms of the Judao-­Christian religious context, coupled with bourgeois ideas of social justice, moral behaviour and human dignity. Through decades, different cultures of care responded to what they considered “bad” in attention, protection or kindness. During the “Age of Extremes” (1914-­1991) – to use the term coined by Eric Hobsbawm – totalitarian ideologies and race biology, dictatorial regimes, authoritarian societies and economies at war put pressure on the multifaceted cultures of care. From the 1960s onwards, organisations of victims and of patients, social and feminist movements as well as critical scholars launched historical studies and social inquiries to disclose neglect, failures of care, mistreatments and abuse in medical, psychiatric and foster care institutions in past and present. These processes are still ongoing and they contribute to reforms in healthcare, to acts of apology, to compensation and to commemorative cultures.

The aim of the Second Issue of the European Journal for Nursing History and Ethics is to enlarge our understanding of how nurses were interlinked with “bads” in healthcare, of how they addressed and responded to negative experiences and how they contributed to the reform of healthcare in the 19th and 20th centuries.

The European Journal for Nursing History and Ethics calls for contributions from scholars who can present research relating to negative experiences of and with nurses. Their starting point should be the individual or the collective experience of nurses and/or of patients and family members with bad care. They should find answers to these questions: What shaped experience of “bads” as the actors addressed  them?  Whom  did  they  make  responsible  for  their  negative  experiences?  How  did  they  explain them? What did they claim? How did the actors involved deal with the negative experiences? How  did  those  made  responsible  for  “bads”  respond  to  re-­‐establish  their  standards  of  good  healthcare, reputation and trustworthiness? How did this process contribute to reforms in healthcare?

The CfA for the special theme of the European Journal for Nursing History and Ethics is related to the International Conference „’Bads’ in healthcare: Negative experience as an impetus to reform in nineteenth and twentieth centuries“, 21/22.6.2018 in Winterthur, Switzerland, see further information : https://gpg-­‐hss.ch/category/european-­conference-­2018/

Please note the following remarks on the concept of the European Journal for Nursing History and Ethics:
The journal creates a dialogue between the history and the ethics of nursing while providing new impulses for advancing the subfields of the history as well as the ethics of nursing. Historians are asked to include the ethical dimension of the topic into their research project; researchers interested in ethics are requested to reflect on the historical dimensions of their projects. This does not mean, however, that articles on ethics should be preceded by a historical overview in the style of a manual. Rather the latest developments and socio-­political debates that have led to the current issues in the ethics of nursing should be put in their historical context and be used in the analysis. Likewise papers on the history of nursing should address ethical questions within the historical context or refer to current issues in the ethics of nursing. The journal publishes research both on European History and the history of the reciprocal relationships and entanglements of European and non-­European societies.

The journal only publishes original contributions. The authors agree when submitting their script that their text has not already been submitted or published elsewhere.

Please submit your abstract (max 500 words) in English and separately a short CV until November 30th,  2017  to  Prof.  Dr.  Susanne  Kreutzer  kreutzer@fh-­muenster.de  and  PD  Dr.  Karen  Nolte:  karen.nolte@uni-wuerzburg.de

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

IMG_20150128_101718631Épisodes 1, 2 et 3.

Ce quatrième épisode résume deux journées de travail; je n’ai pas trouvé le temps d’écrire deux posts séparés. Après les archives de la police de la ville de Bruxelles et les registres d’admissions et médicaux de l’Institut de Psychiatrie à Brugmann, je me suis intéressé aux informations contenues dans les dossiers de la police des étrangers. Elles permettent d’abord de situer “mes” personnages en dehors de leur trajectoire psychiatrique: date d’arrivée (et de départ de Belgique), lieux d’habitation, réseau familial… Continue reading #psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts