Category Archives: History of Psychiatry

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 2)

Le dos du registre d'admission consulté
Le dos du registre d’admission consulté

En arrivant aux archives du CPAS de Bruxelles, je vois que l’archiviste m’a fait remonter dans la salle de lecture deux registres d’admission datant de 1941-1942 et quatre registres médicaux de la même époque.

Le premier registre contient essentiellement des informations importantes pour la gestion administrative du patient : nom, prénom, état civil, adresse, son culte, dates d’entrée et de sortie, le moyen de transport vers l’Institut de Psychiatrie et le prix , la personne qui a demandé la collocation (le plus souvent la famille ou la police)1, la capacité financière (indigent ou patient payant), dates de notification à la sûreté publique2 et le lieu vers lequel le patient part lorsqu’il quitte l’hôpital (retour à sa maison ou transfert dans un autre hôpital psychiatrique). Les informations sur la folie se limitent à une seule rubrique qui ne s’articule qu’autour de deux notions : « affection nerveuse » ou « affection mentale ». Dans le premier cas, le patient est placé en service ouvert, dans le deuxième cas en service fermé.

Le deuxième registre est plus détaillé sur la maladie du patient: il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation3 et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours4, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive5.

Je commence avec le registre d’admission qui couvre l’été 1942, le moment où la politique de répression allemande contre les juifs connaît son paroxysme. Le premier patient du registre (n°1942-342) est une femme belge qui entre à l’Institut de Psychiatrie le 19 mai 1942. J’ouvre un mon logiciel tableur6 et décide d’y introduire d’une manière détaillée que les patients que je ‘suppose’ juifs – pour les patients ‘non-juifs’, je note juste le numéro de registre pour pouvoir rapidement évaluer la part de patients ‘juifs’. En une demie-journée je n’arrive pas à dépouiller l’entièreté du registre. Ceci est non seulement lié au fait que le nombre de patients juifs n’est pas négligeable, mais également au fait que d’autres informations attirent mon attention: des patients luxembourgeois et chinois, des patients qui viennent des prisons sous contrôle des Allemands, des patients « placées sous les ordres de l’autorité allemande », etc. Même s’ils ne sont pas du tout liés à ma recherche, je transcris leurs cas dans le tableur  : d’autres sujets de recherche s’annoncent et ne se réaliseront probablement pas7. Je perds également pas mal de temps parce que j’ai mal construit les catégories de mon tableur que je refais à trois reprises8. Lorsque je quitte la salle de consultation, je suis arrivé au patient (n°1943-386). Il me reste encore 5 pages – sur une page se trouve une dizaine de patients – à dépouiller.

La lecture est également moins rapide parce que ce qui est ‘juif’ pose difficulté. Le plus simple c’est de se fier au culte qui est systématiquement marqué. La personne9 qui remplit le registre d’admission utilise le plus souvent « israélite », parfois « juif »10. Mais en lisant le registre d’une manière attentive, on découvre d’autres patients qui sont probablement juifs, mais dont la rubrique culte indique « s.c. ». Ce travail de ‘dénicher’ des patients juifs me rend mal à l’aise. Je suppose que d’autres chercheurs ont déjà été confrontés à des problèmes similaires – si vous avez des idées/références cher lecteur, la rubrique « commentaires » attend vos suggestions.

Nombre d’entrées de patients juifs11

 

5/1942 6/1942 7/1942 8/1942 9/1942 10/1942 11/1942

0

4

3

5

9

4

0

 

12/1942 1/1943 2/1943 3/1943 4/1943 5/1943

2

2

3

3

0

1

Ce que je trouve assez étonnant c’est que l’hôpital continue à utiliser des catégories qui dans le contexte de la persécution allemande pose des sérieux problèmes. Même après les rafles de l’été 1942, le culte des patients est noté d’une manière systématique. Il est clair qu’on ne cache pas les juifs aux autorités allemandes12, mais on ne transmet pas non plus les informations aux services de l’occupant: aucun de ces juifs n’a été arrêté à l’Institut de Psychiatrie par la police allemande13. Après ces quelques heures de dépouillement dans les archives de la Ville de Bruxelles et du CPAS, ce qui m’intrigue le plus c’est l’absence de toute trace de la persécution des juifs: la guerre y est complètement absente. Je suis sûr qu’elle va néanmoins apparaître dans d’autres archives. Pour quelques-uns des noms, la banque de données de Yad Vashem indique qu’ils sont passés par Malines et puis par Auschwitz14. Et puis le chiffre assez élevé du mois de septembre 1942 (moment de la rafle) n’est probablement pas innocent. Plusieurs pistes s’ouvrent dorénavant au niveau archivistique:

  • dépouiller l’entièreté du registre des admissions pour les années de guerre, et éventuellement également pour les années 1930 pour pouvoir mieux contextualiser 1940-44,
  • regarder si les juifs admis se retrouvent également dans les registres médicaux et si des dossiers de patients individuels existent pour eux,
  • commencer à contacter les hôpitaux psychiatriques vers lesquels les juifs sont souvent envoyés après quelques semaines à l’Institut de Psychiatrie. En effet, celui-ci étant un service universitaire, les patients chroniques et/ou pas très intéressants pour l’enseignement sont envoyés en province. Des patients juifs se retrouvent ainsi à Duffel, Gheel, Titeca, …15
  • me renseigner sur les archives de la sûreté.

Mais après ces deux premiers épisodes rapprochés, il faudra attendre mi-janvier pour la suite. Entretemps je dois finir trois entrées pour l’encyclopédie virtuelle sur la Première Guerre mondiale, une autre guerre qui ne me lâche pas.

  1. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 125-142 []
  2. En fait, les dates d’entrée et de sortie des patients étrangers sont systématiquement transmises à la sûreté publique. Cette institution surveille les étrangers, mais je ne sais pas sur quel texte législatif est basé ce flux d’informations entre psychiatrie et service de renseignement civil. []
  3. Ce certificat est une obligation légale. []
  4. La loi belge est précise à ce niveau: “Pendant chacun des cinq premiers jours de son admission, l’aliéné sera visité par le médecin de l’établissement. Celui-ci consignera sur un registre à ce destiné, coté et paraphé comme il est dit à l’article 22, ses observations et le jugement qu’il en aura tiré” Sander A., Die Irrengesetze in Frankreich, Genf, den Niederlanden, England, Norwegen, Belgien und Schweden, Berlin, August Hirschwald, 1863, p. 182. []
  5. Ce registre-là je ne l’ai pas ouvert pour le moment, mais il y a quelques mois, en travaillant sur l’arrivée du concept de schizophrénie en Belgique, j’ai consulté ce même type de registre pour les années 1920. Je crois donc savoir ce que je vais y trouver. []
  6. Excel en bon français, mais comme je n’utilise pas Microsoft mais LibreOffice ça ne s’appelle pas Excel. []
  7. J’ai encore des centaines de photocopies que j’ai collectées lors de ma thèse mais que je n’ai jamais utilisées pour un article ou un livre. []
  8. Au début je n’avais repris que les catégories du registre d’admission qui me semblaient les plus intéressantes. Or comme ce qui est intéressant au début ne l’est plus nécessairement après un dépouillement d’une heure et inversement, je dois refaire une partie du dépouillement.  []
  9. Probablement une infirmière. []
  10. Une des vérifications à faire, c’est de regarder quels sont les mots utilisés dans l’entre-deux-guerres. []
  11. En ce moment, je n’y ai intégré que les patients où le culte est explicitement indiqué comme « israélite » ou « juif ». Des patients connaissent plusieurs entrées. Le transfert d’un service ouvert vers un service fermé est répertorié comme une nouvelle entrée. En écrivant ces lignes, je me rends également compte que j’aurais dû noter pour les patients non-juifs leur date d’entrée et pas seulement leur numéro de registre afin de pouvoir calculer le pourcentage de patients juifs, mois par mois. []
  12. Est-ce que les responsables allemands étaient au courant de ces registres? Je crois bien que non ? []
  13. Je suis curieux ce que la sûreté d’état fait avec ces informations: je me rends de plus en plus compte que je dois lire La Belgique docile avant d’avancer: probablement que je vais y trouver des réponses à la plupart de mes questions []
  14. Nouveau problème: comment gérer la protection de la vie privée: les noms sont publiés sur le site de Yad Vashem mais je n’ai probablement plus le droit de m’y référer directement car cela indiquerait leur passage en psychiatrie, chose que je n’ai pas le droit de divulguer. []
  15. Pas sûr que ces hôpitaux aient tous un service d’archives. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 1)

Au début était un rapport de la SDN sur la traite d'enfants et de femmes dans l'entre-deux-guerres
Au début était un rapport de la SDN sur la traite d’enfants et de femmes dans l’entre-deux-guerres

Ce blog qui aurait dû être un carnet de recherche est devenu de plus en plus un simple outil d’autopromotion: il témoigne peu d’une recherche en train de se faire. La semaine passée je suis tombé sur une archive qui m’a intriguée. En ce moment, je ne suis pas payé pour travailler sur la thématique qui y apparaît et je n’ai pas le temps d’y consacrer plusieurs semaines de recherche. Je sens néanmoins que dans les prochains mois je vais y revenir régulièrement dans des moments de temps libre. Et je vais essayer de documenter le cheminement, les questions, les impasses, les excitations… de cette recherche en ramenant le blog, au moins par moments, à sa première raison d’ordre d’être.

Il y a quelques mois, Jean-Michel Chaumont de l’Université catholique de Louvain et Magaly Rodriguez Garcia de la Vrije Universiteit Brussel m’ont demandé de participer à un de leurs projets. Ils sont en train de préparer une édition de documents relatifs à la prostitution et à la traite des êtres humains, produits par la Société des Nations (SDN) durant l’entre-deux-guerres1.

Des dizaines de villes ont été visitées par des ‘experts’ de la SDN parmi lesquels un certain Paul Kinsie, particulièrement prolifique, qui sera au centre de ce projet d’édition. Afin de rendre les rapports de Kinsie plus compréhensibles, les deux chercheurs demandent à des historiens de contextualiser les écrits, ville par ville. Ayant déjà travaillé avec Jean-Michel Chaumont2 et ayant publié sur la prostitution à Bruxelles pendant la Première Guerre mondiale3, ils me proposent de faire le bilan de la recherche sur l’histoire de la prostitution à Bruxelles. Cette contextualisation de 2500 mots aurait dû être un travail de 2-3 jours, mais je me rends rapidement compte que l’historiographie, très prolixe sur le 19e siècle, est presque complètement silencieuse pour l’entre-deux-guerres4: un retour aux Archives de la Ville de Bruxelles (AVB) s’impose donc. C’est un lieu que je connais bien, car j’y ai passé trois ans, jour après jour, pour écrire ma thèse sur la police bruxelloise5 : mais je n’y avais plus mis les pieds depuis longtemps. En expliquant mon problème à l’archiviste, ce dernier m’annonce qu’il y a maintenant un inventaire sommaire des archives de la police pour l’entre-deux-guerres, inexistant il y a dix ans. Plusieurs références renvoient à la prostitution, mais je me rends compte qu’il y a également une boîte d’archives consacrée aux “malades mentaux” pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui relie mon sujet de thèse et mon sujet de post-doc: je la commande donc également, par curiosité. La boîte contient essentiellement des avis de collocation (le nom qu’on donne en Belgique à l’hospitalisation forcée) de police. On y trouve la date, le nom, l’état civil, la profession, la demeure et la motivation de sa collocation6. Voilà un exemple de motivation:

“Je soussigné (…) docteur en médecine, etc., requis par le Commissaire 1ère division certifie avoir personnellement vu, exploré et interrogé la nommée B(…) C(…) née à Pabjanice le 20 avril 1911, célibataire et déclare qu’elle est atteinte d’une maladie mentale qui se caractérise par les symptômes suivants : psychose craintive, hallucinations (croit qu’on va la tuer), fugues répétées. J’estime que la susnommée est atteinte de psychose dépressive, affection mentale et qu’il est indispensable tant dans l’intérêt de sa santé que de la sécurité publique, de la mettre en observation dans un établissement spécial, pour y être soumise au traitement que réclame son état. Bruxelles, le 14 décembre 1942 (…) Nom et adresse de la personne qui s’est chargée de la garde des biens délaissés par la malade : ne possède plus rien à l’adresse on ignore où se trouvent ses effets.”7

En feuilletant ce dossier consacré à 1942, je tombe rapidement sur des noms à consonance juive (le formulaire ne contient pas des renseignements quant à la nationalité ou au “culte”) comme Adlersztejn, Israel, Wajntraub. J’ouvre Firefox – les AVB offrent entretemps le wifi – et lance les noms sur Google. Et pour la troisième personne que j’essaie, Google me renvoie au site de Yad Vashem. Le mémorial israélien est en train de construire une banque de données qui contient des juifs persécutés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Uszar Wajntraub y est répertorié: né à Varsovie dans les années 1920, elle est emprisonnée pendant la guerre à Malines d’où elle part le 31 octobre 1942 avec le convoi XVII vers Auschwitz. Voilà le résumé des informations contenues sur le site de Yad Vashem. Date de naissance et lieu de naissance correspondent avec ceux trouvés dans l’archive policière.

De prime abord il n’y a rien d’étonnant que des juifs passent par l’hôpital psychiatrique mais deux sujets me taraudent:

  • à ce que je sache il n’y a pas encore de travaux sur les juifs en tant que patients dans les hôpitaux en Belgique entre 1940 et 1945,
  • le rôle que la police communale joue dans la collocation pendant la guerre.

Il y a 11 ans j’avais publié un article sur l’implication de la police communale dans les rafles de juifs à Bruxelles en 19428. Je relis donc l’article notamment pour me retrouver dans la chronologie. À deux reprises – juillet et septembre 1942 – l’occupant allemand demande à la police de participer à des rafles. À deux reprises, la direction refuse ce qui n’empêche pas les Allemands de lancer la grande rafle bruxelloise le 3 septembre 1942. Une des frustrations de l’époque – vu l’absence d’archives – était de savoir ce que le “simple” agent de police faisait lorsqu’il rencontrait dans son travail quotidien une personne juive. Et là je me trouve face à des archives qui donnent des indices partielles. Lorsque la police communale est face à une personne – juive ou non – qui montre des signes de déséquilibre mentale, elle l’envoie à l’hôpital psychiatrique, et ce même après la rafle du 3 septembre 1942.

La question que je me pose dès lors est celle de savoir quelle est la trajectoire de ces personnes une fois internées à l’asile. Je prends un nom au hasard et l’envoie à l’archiviste du Centre Public d’Action Sociale de la ville de Bruxelles (CPAS) qui conserve les dossiers de patients de l’Institut de Psychiatrie de Brugmann, l’asile de référence pour la région bruxelloise. Ce sont des archives que je connais également très bien comme elles ont servi de base pour mon post-doc9. La réponse de l’archiviste est négative: il n’y a pas de dossier de patient à ce nom. Mais en même temps, il m’annonce que le CPAS a découvert récemment les registres d’admissions et les registres médicaux de l’Institut de Psychiatrie10 et que je pourrai les consulter.

Je me rends néanmoins compte de plusieurs problèmes dont le plus important est mon ignorance historiographique. J’ai quitté l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale et de la persécution des juifs depuis presque dix ans. Or en Belgique la recherche a été particulièrement féconde entre autres grâce à un rapport écrit à la demande du Sénat et sur injonction du gouvernement fédéral visant à examiner l’implication éventuelle des autorités belges dans l’identification, la persécution et la déportation des Juifs entre 1940 et 1944. Je suis néanmoins trop impatient de voir ces nouvelles archives: au lieu de passer d’abord par un travail bibliographique – comme je l’impose à mes étudiants – je prends rendez-vous avec l’archiviste.

Je m’interroge également sur un angle mort de Parmi les fous. J’y raconte une histoire de la psychiatrie en choisissant une approche thématique en refusant explicitement une chronologie que je trouve souvent trop politique. Le sujet de ma thèse – la Deuxième Guerre mondiale – n’y apparaît guère: cette absence est probablement liée à un “trop de guerres” pendant la thèse. Maintenant elle revient.

  1. Chaumont a déjà utilisé ces rapports dans Le mythe de la traite des Blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009. []
  2. Majerus B., « La concurrence des experts. Ou qui a le droit de dire ce qu’est la “traite des blanches” dans l’Allemagne de Weimar », Recherches sociologiques et anthropologiques, 2008, vol. 39, no 1, p. 41‑54. []
  3. Majerus B., « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre: contrôle et pratique », Crime, Histoire et Sociétés, 2003, vol. 7, no 1, p. 5‑42. []
  4. À l’exception de l’article suivant: François A. et C. Machiels, « Une guerre de chiffres: L’usage des statistiques par les discours abolitionniste et règlementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948) », Histoire & mesure, 5 décembre 2007, XXII, no 2, p. 103‑134. []
  5. Majerus B., Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007. []
  6. Ce formulaire standardisé est prescrit par la loi. []
  7. Archives de la Ville de Bruxelles, fonds de la police communale, boite 126-273. []
  8. Majerus B., « Logiques administratives et persécution anti-juive. La police bruxelloise et les arrestations de 1942 », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, 2003, no 12, p. 181‑217. []
  9. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013. []
  10. Des archives qui n’existaient pas au moment de la rédaction de Parmi les fous. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Workshop – Histoire, archives et psychiatrie : Quelles perspectives pour la Belgique (16 mai 2014)

Screenshot from 2014-04-04 20:41:39

9h Accueil et mots de bienvenue
Anne Roekens

9h30 L’historien et la pratique de la recherche
Présidence Xavier Rousseaux

Kaat Wils, KULeuven, « Les prémices de l’histoire de la psychiatrie en Belgique (19e s.) : quelques perspectives ».

Marie-Claude Thifault, Université d’Ottawa, « Les dossiers médicaux psychiatriques du 20e siècle. Terrain d’enquête pour les étudiant-e-s de l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa ».

Jean-Noël Missa, Université libre de Bruxelles, « La naissance de la psychiatrie biologique et les archives de l’Institut Titeca à Bruxelles ».

10h30 Pause café

11h00 Les archives psychiatriques en question
Présidence Xavier Rousseaux

Karel Velle, Archives générales du Royaume/Het Rijksarchief in Belgïe, « L’intérêt des archives médicales et psychiatriques pour la recherche ».

Paul Drossens, Christophe Martens, Archives générales du Royaume/Het Rijksarchief in Belgïe, « Des sources pour l’histoire de la défense sociale : possibilités de recherches, tri et consultabilité».

Emmanuel Bodart, Archives générales du Royaume/ Het Rijksarchief in Belgïe, « État des lieux de l’action des Archives de l’État pour la préservation et le contrôle de l’ouverture à la recherche des archives historiques des hôpitaux psychiatriques ».

12h Discussions

12h30 Lunch

14h Table ronde
« Quel avenir pour les archives des institutions psychiatriques privées et publiques? »
Animée par Veerle Massin

Avec la participation de :
Nathalie Berriau, Ascodcopsy – réseau documentaire en santé mentale

Luc de Kezel , Service Archives Frères de la Charité/ Dienst Archief Broeders van Liefde – Gent.

Catherine Gazillot, Ascodcopsy – réseau documentaire en santé mentale

Jos Rathé, Historien, membre du Comité consultatif de l’OPZ Geel /Adviescomité Archief OPZ Geel.

15h Pause café

15h30 Table ronde
« Décoder les archives psychiatriques : nouveaux axes de recherche »

Animée par Benoît Majerus

Avec la participation de :

Christoph Brüll, Université de Liège

Justine Ducastel, Université catholique de Louvain

Yohann Vanhonacker, Université catholique de Louvain

Sophie Richelle, Université du Luxembourg

Sophie Soukias, Cegesoma

Christine Van Everbroeck, Musée royal de l’Armée et de l’histoire militaire

16h30 Conclusions
par Xavier Rousseaux

17h Visite de l’exposition
« Asiles. Des ombres à la lumière »

Si vous souhaitez participer à l’événement, vous pouvez contacter : Anne Roekens (anne.roekens@unamur.be) et Veerle Massin (veerle.massin@uclouvain.be).

Cet événement est organisé conjointement par : l’Université de Namur (Anne Roekens), l’Université catholique de Louvain, Centre d’histoire du droit et de la justice (Xavier Rousseaux, Veerle Massin),  l’Université du Luxembourg (Benoît Majerus). Avec le soutien du FSR-FNRS et du Pôle d’Attraction Interuniversitaire IAP “Justice & Populations”.

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

[Book announcement] With the mad. A social history of psychiatry in the 20th century

Screenshot from 2013-11-11 10:48:05

The challenge of this book is to tell the story of psychiatry in the 20th century not through psychiatric handbooks or nosological controversies, but through the daily life of one asylum. This approach enables to discover  actors that are still largely excluded from the traditional narrative on psychiatry be it patients but also nurses, social workers… This historiographical gaze gives new readings of classical themes in the field such as the spatial settings of enclosure or the link between knowledge and power. It also questions the chronology by revisiting the so-called chemical revolution in the 1950s or the deinstitutionalisation from the 1960s on.

Patients’ records are a fascinating material to get access to psychiatric practice. The organisation of work, the forms of knowledge, the medical gaze, the experience of mental illness by the patient or the physician are all topics that are too often described and analysed through medical reports or through the published literature in psychiatric journals. Considering these questions from below offers an intriguing insight in the tensions between discourse and practice, between representation of a field and its actual functioning.

This book is part of a larger narrative that goes beyond a historiography of psychiatry still too often entangled in a dichotomous narrative: medical progress or disciplinarisation. Combining micro-history and sciences studies, it hopes to participate in the historicisation of a topic difficult to grapple, but particularly rich for a history of the 20th century through the margins.

To get the two first chapters, click here.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Histoire, archives et psychiatrie: Quelles perspectives pour la Belgique?

Screenshot from 2013-11-04 19:58:28

Cette journée vise à souligner l’importance d’un questionnement commun et public sur l’histoire de la psychiatrie et sur le sort à réserver aux archives du secteur de la santé mentale. Concrètement il s’agit, d’une part, d’établir un « panorama » des recherches en cours en histoire de la psychiatrie en Belgique et, d’autre part, de poser la question délicate du traitement des archives des institutions psychiatriques en Belgique. Ces deux objectifs ont une résonance particulière à l’heure où l’histoire de la psychiatrie connait un renouveau incontestable et où les questions de protection de la vie privée et du secret médical, aussi légitimes soient-elles, tendent à primer sur la liberté de la recherche.

Au niveau international, l’histoire de la psychiatrie s’est remarquablement développée au cours de ces trente dernières années. C’est qu’au-delà du traitement réservé et souvent imposé aux personnes taxées de « folie », les modes d’exclusion et de prise en charge des « aliénés » se révèlent particulièrement révélateurs des normes et des marges qu’une société tend à définir. Cette approche sociétale de la psychiatrie s’est récemment doublée d’une étude plus concrète des pratiques curatives et du quotidien des malades et donc, d’une meilleure connaissance des populations soignantes et soignées, des patients et des rapports thérapeutiques.

En Belgique, l’histoire de la psychiatrie en est à ses balbutiements mais connaît de récents développements tant dans les universités francophones que flamandes ; elle suppose de dépasser l’analyse des textes théoriques au profit des sources sur les pratiques psychiatriques. Si quelques travaux ont ouvert le champ de recherche (entre autres Nys et al. 2002, Missa 2006, Majerus 2013), de nombreuses questions restent à explorer ou à généraliser à l’ensemble du pays, comme les liens entre initiatives publiques et privées, les discours et pratiques thérapeutiques, la formation et la spécialisation des professionnels de la santé mentale, les rapports entre certains milieux sociaux et la psychiatrisation. Une telle généralisation suppose de multiplier les études locales, comme en témoigne une série de recherches récentes. Pour l’historien, il est indispensable de continuer à ouvrir et développer ce champ de recherche, ce qui n’est possible que par une collaboration avec les institutions productrices d’archives.

Une fois lancés sur leur terrain d’investigation, les chercheurs sont confrontés à d’importantes difficultés liées à l’accessibilité d’archives qui s’explique par le caractère privé des institutions et de la documentation ou par le secret médical. Comment faciliter la communication avec les institutions psychiatriques privées ? Ces dernières abritent des mines d’information dans leurs archives : registres, dossiers des patients, archives administratives, documents iconographiques voire objets. Face à cette documentation, elles sont en droit de se poser des questions : que faire des archives qui dorment dans les institutions? Quels sont les champs de recherche encore à explorer grâce à elles? Est-il utile de se pencher sur un passé parfois difficile et déjà malmené par certains historiens (antipsychiatrie)?

Cette journée vise à donner la parole à des

  • chercheurs qui feront état de leurs projets dans le domaine de l’histoire de la psychiatrie et de leur utilisation des archives qui y sont liées
  • responsables des institutions psychiatriques qui gèrent l’accès et le traitement d’une telle documentation
  • archivistes qui mettent en place les modalités qui garantissent à la fois liberté de la recherche et protection de la vie privée.

Cet événement est organisé conjointement par :

Benoît Majerus, Université du Luxembourg

Veerle Massin, CHDJ, Université catholique de Louvain

Anne Roekens, Université de Namur

Xavier Rousseaux, CHDJ, Université catholique de Louvain

Avec le soutien du FRS-FNRS“Justice & Populations”. et du Pôle d’Attraction Interuniversitaire IAP

Pour une proposition d’intervention ou une demande de participation, vous pouvez contacter, avant le 30 décembre 2013 : Anne Roekens : anne.roekens@unamur.be ou  Veerle Massin : veerle.massin@uclouvain.be

Le programme définitif sera communiqué en janvier 2014. La journée « Histoire, archives et psychiatrie : quelles perspectives pour la Belgique » se déroulera le 16 mai 2014 à l’Espace Léon Cassiers de l’Hôpital psychiatrique du Beau Vallon (Namur).

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

[Guest post] Review of Orangerie by Tom Weidig

index
We are all caught in our own brain showing us one unique perspective of the world when in fact there are billions. Orangerie is a documentary that transports you to a place most of us have never experienced: the psychiatric ward.
Many documentaries carry a message, an ideological message on how you should interpret this other world. Orangerie does not. The two authors have managed to subdue their ideology and merge into the background. The result is a series of cuts from the ward’s traffic cams of the most
interesting bits. It is a great pleasure to be the invisible observer of life on a psychiatric ward. And it’s not just a documentary about the patients. It is also about the staff on the psychiatric ward.
If a group of friends visits a new country, rarely do they agree on what they see. Here is what I saw. I felt a bizarre and surreal atmosphere bordering towards the comical, especially during group therapy sessions. The patients came across as vegetables, please forgive me the politically incorrect term, and as leaves of plants that haven’t been watered for some time. They had no real life inside of them. They spoke of their discomfort without me feeling their discomfort. They had a great thirst for their medication. Psychopharmaca is the key for understanding their behaviour. Had you visit a ward 100 years ago, they would have had plenty of energy to do destructive things. Now, they are just vegetables, which is an improvement but not the solution. Therefore, I didn’t feel sadness but rather relieve for them to have found a safe haven that can psychosocially and neurochemically stabilize them.
Who is the patient? Ironically, some staff exhibited border-line behaviour and felt vulnerable. Had I just seen their face, gestures or dress style, I could have thought that they were patients. In a professional business environment, they would have been the ones standing out and not coping with the pressures. Many put on the brave face of the psychologically stable and confident, when intuitively I felt that they probably also have issues, less severe but nevertheless, in their lives. A show of more vulnerability might have decreased the patient’s perceived gap to the normal world. But I empathize with them on the heavy administrative loads and the centrally dictated rules that make a personalized treatment difficult.
Well, that is what I took from the journey, rightly or wrongly. Go and see Orangerie and dive into the psychiatric ward. It is good for your personal development.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts