Category Archives: History of Luxembourg

La Première Guerre mondiale au Luxembourg en infographies

Screenshot from 2014-09-18 21:28:24Il y a six mois, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé que l’exposition prévue au Musée Drei Eechelen et préparée par Charel Roemer, Gianna Thommes et moi-même n’aura pas lieu. L’écho dans la presse était étonnamment grand et depuis lors nous sommes tous les trois contactés régulièrement pour participer à des initiatives diverses et variées.  Il y a 2-3 mois, Jan Hilken s’adressait à nous pour collaborer à un nouveau magazine luxembourgeois, intitulé 137p5.com, qui propose du journalisme infographique sur le Luxembourg. Dans leur deuxième numéro, nous avons réalisé cinq infographies consacrées à la Première Guerre mondiale au Grand-Duché en reprenant des sujets de l’exposition annulée: “Occupation of Luxembourg”, “Chronicle of Luxembourg”, “Air Attacks”, “Hunger” et “D’Gëlle Fra”. L’expérience a été très intéressante: Jan Hilken a réussi à mettre en images nos textes trop longs et remplis de notes en bas de page. En voyant les cinq récits proposés par Jan, je reste frustré par l’approche textuelle à laquelle les historiens restent viscéralement attachés. Est-ce qu’on verra un jour des mémoires et thèses infographiques?

Le magazine peut être acheté dans les bons magasins de journaux et sur le site de 137p5.com. Les cinq infographies dédiées aux années 14-18 peuvent être téléchargées ici.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

De beaux discours, une mauvaise politique – L’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg

File7026
©Ville de Dudelange

L’année 2014 est fort chargée sur le plan commémoratif. Entre le 175e anniversaire du grand-duché du Luxembourg et le Centenaire de la Première Guerre mondiale, 2014 constitue une belle occasion pour se pencher sur la question du rapport entre présent et passé.

L’instrumentalisation des commémorations

Le discours de Michel Pauly à l’occasion du 175e anniversaire du grand-duché a montré combien les gouvernements de 1939 et de 1989 avaient récupéré les commémorations à des fins politiques. Le choix même de la date à célébrer (à savoir 1839 plutôt que 1815 ou 1830) relevait d’une décision politique plutôt que d’une décision historiographique. En 1939, il s’agissait avant tout d’affirmer le caractère indépendant du Luxembourg face aux visions annexionnistes de l’Allemagne nazie. Quoi de mieux dès lors que d’organiser des festivités en grande pompe qui seront célébrées jusque dans les plus petits villages du pays. Dans un contexte de poussée nationaliste, les festivités de 1989 revêtent une dimension politique elles aussi. Le discours de Gilbert Trausch – célébrant l’image d’une nation homogène qui a su résister à l’Occupant nazi durant la Seconde Guerre mondiale et ainsi aboutir en tant que nation – vise aussi à rassurer une population inquiétée par une hausse de l’immigration et un taux de natalité décroissant.

Les festivités de 2014 ont été d’un tout autre style que celles d’il y a 75 ou 25 ans. Leur austérité aurait eu de quoi enchanter le FMI. Aux précédentes festivités pompeuses, joyeuses et pleines de liesse populaire a succédé cette année un événement très localisé et finalement assez peu festif. Pour reprendre les paroles d’Astrid Lulling à propos de la commémoration de 2014, les fanfares locales fêtent plus somptueusement leurs anniversaires. Force est donc de constater que le gouvernement actuel, contrairement aux précédents, n’essaie pas de récupérer cette commémoration à des fins politiques. Les festivités de 2014 montrent que le Luxembourg ne semble plus avoir besoin d’asseoir son indépendance face à ses voisins qui le reconnaissent désormais comme partenaire à part entière dans une Union Européenne qui assure l’indépendance de ses États membres. Il a été permis à Michel Pauly de relativiser dans son discours le choix même de la date qui fut commémorée et de questionner les concepts de nation et de nationalité. La nature de ce discours ainsi que le fait qu’il ait été réservé à un membre de l’Université du Luxembourg, indépendante du pouvoir en place, semble démontrer que le devoir d’histoire a pris le pas sur le devoir de mémoire. Le nouveau gouvernement a le mérite d’avoir cautionné ce passage.

Une politique paradoxale en matière d’histoire

Les discussions actuelles autour de la création d’un Institut d’histoire du temps présent vont dans ce sens également. La ministre de la Culture Maggy Nagel (DP) a présenté cette création comme l’une des priorités de son mandat tout en déclarant que « les temps où l’histoire était dictée par la politique sont révolus ». Le fait que le gouvernement continue de soutenir financièrement des projets de recherche comme celui de Vincent Artuso sur la question du rôle de la Commission administrative durant la Seconde Guerre mondiale, notamment dans la déportation des Juifs, va dans ce même sens.

Le nouveau gouvernement devrait donc avoir l’ensemble de la communauté scientifique (du moins du domaine de l’histoire) derrière lui. Il n’en est cependant pas ainsi, et ce pour plusieurs raisons. Parallèlement à ces évolutions accueillies positivement par le monde académique, le gouvernement a pris des décisions qui font froid dans le dos à quiconque pratique un métier lié à l’histoire. D’une part, il y a la question peu médiatisée de la diminution du budget quadriennal de l’Université de cent millions d’euros (!) (à savoir vingt pour cent du budget total) dont les conséquences se font d’ores et déjà sentir. En prévision de ces mesures d’austérité, la direction de l’Université a en effet engagé des négociations avec les délégations syndicales en vue de diminuer de manière drastique les salaires de tous les chercheurs et collaborateurs scientifiques nouvellement engagés avec un CDD, information qui a depuis été relayée par le woxx. L’impact d’une telle décision, si elle se confirmait, aurait des conséquences néfastes pour la recherche scientifique – tous domaines confondus – au Luxembourg. D’autre part, il y a la fameuse question de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale qui, elle, a été largement relayée par les médias. Avant d’entrer plus en détails dans cette question, penchons-nous plus longuement sur cette histoire de la Première Guerre mondiale.

Une histoire et une mémoire ambigües

L’histoire du Luxembourg pendant la Première guerre mondiale est une histoire complexe et mal connue, même par les historiens. Les années 1914-18 constituent pour le Luxembourg une période d’instabilité politique accrue marquée par des crises sociales et des changements de gouvernements successifs. Si les différents gouvernements insistent régulièrement sur le statut de neutralité du pays – tel que défini par le Traité de Londres de 1839 –, les puissances de l’Entente vont lui reprocher son alliance économique avec l’Allemagne (Zollverein) et la mise à disposition de son industrie sidérurgique et de son réseau ferroviaire au service de l’effort de guerre allemand. Cet argument va d’ailleurs leur servir à justifier les bombardements aériens sur le pays ainsi que le refus d’accès à l’aide au ravitaillement en vivres par les États-Unis.

L’occupation du territoire luxembourgeois par les troupes allemandes est tout aussi ambigüe. Si le Septemberprogramm du chancelier allemand Bethmann-Hollweg prévoyait déjà une intégration du Luxembourg en tant que Bundesland dans le Reich, les dénominations du territoire (qui varient au long des années de guerre) se veulent toutefois plus nuancées : on parla d’un von deutschen Truppen besetztes ausländisches Gebiet, d’un Kriegsschauplatz ou encore d’un Durchgangsgebiet. Pour affirmer leur souveraineté nationale, les députés de la Chambre n’hésiteront pas à parler d’« occupation pacifique ». À partir de 1915, une Militärverwaltung allemande cohabite sur le territoire avec des autorités civiles luxembourgeoises. Cette cohabitation entre deux pouvoirs séparés va cependant se heurter petit à petit aux exigences de la guerre et la souveraineté luxembourgeoise (affichée par les deux côtés) sera par moments toute relative. L’occupation, avant d’être un concept juridique, est toutefois avant tout une rencontre entre des personnes. L’historiographie en sait très peu sur les hommes et les femmes qui occupèrent le pays (même le commandant en chef des troupes allemandes, Karl Richard von Tessmar, reste un personnage très méconnu). Les relations entre occupants et occupés ont trop souvent été réduites par l’historiographie traditionnelle aux contacts que la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde a eus avec les autorités allemandes et notamment à sa rencontre avec l’empereur allemand Guillaume II en 1914. Il faut cependant savoir que durant les quatre ans de guerre, 5 000 soldats furent stationnés en permanence sur le sol luxembourgeois. Ces personnes ont cohabité avec la population locale au quotidien, de manière parfois conflictuelle mais pas toujours. Les soldats participent à la vie sociale – tant en ville qu’en campagne – et le gouvernement doit veiller tout au long des années de guerre à ce que sa population s’abstienne de tout geste hostile envers l’occupant.

La notion de guerre elle-même est ambigüe pour décrire l’expérience luxembourgeoise de 1914-18. Car s’il n’y a pas eu d’affrontements directs entre les armées ennemies au Luxembourg, cette guerre accompagna la population dans son quotidien. D’une part, l’exposition permanente au Kriegsdonner fait des Luxembourgeois des témoins auditifs de cette guerre et l’arrivée au Luxembourg des soldats blessés – et avec eux les images des conséquences d’une guerre d’une violence inouïe – en fait des témoins visuels. D’autre part, les bombardements aériens, mais aussi et surtout la crise du ravitaillement font que la population subit les conséquences de la guerre au même titre que les pays en guerre, alors que le Luxembourg ne figure pas parmi les belligérants. Le Luxembourg connaît d’ailleurs à partir de 1917 la même « fatigue de guerre » que les pays en guerre.

Dès l’immédiat après-guerre, la mémoire collective de la Première Guerre au Luxembourg devient une mémoire conflictuelle et ambiguë, et ce malgré une politique mémorielle active visant à placer le Luxembourg aux côtés des Alliés (en insistant sur sa neutralité violée par l’Allemagne, ainsi que sur le rôle des volontaires luxembourgeois dans les armées belges et françaises). En matière de mémoire, le Luxembourg se distingue donc de ses pays voisins (au moins en ce qui concerne la Belgique et la France) pour lesquels le souvenir de la Première Guerre mondiale permet de commémorer une certaine unité nationale : au grand-duché, cette mémoire se divise entre germanophiles et francophiles, entre paysans et ouvriers, entre républicains et monarchistes…

L’histoire ambigüede la Gëlle Fra et le caractère non-officiel des commémorations du 11 novembre (armistice) témoignent de cette ambigüité. La Première guerre mondiale se retrouvera d’ailleurs après 1945, sur le plan mémoriel, dans l’ombre de la Seconde Guerre mondiale qui s’est rapidement imposée en tant que matrice mémorielle et historiographique pour donner sens au XXe siècle. Aujourd’hui, le centième anniversaire de la guerre semble toutefois avoir réveillé l’intérêt pour cet épisode mal connu de l’histoire du Luxembourg. En témoignent notamment les 300 personnes présentes (ainsi que la petite centaine de personnes qui s’est vue refuser l’accès, faute de place) lors de la présentation du livre de l’historien australien Christopher Clark – The Sleepwalkers – à l’Institut Pierre Werner en février dernier.

L’annulation d’une exposition pourtant si nécessaire

Si ce nouvel intérêt ainsi que l’ambigüité et la méconnaissance de cette histoire en font un sujet particulièrement attrayant pour les historiens, ces facteurs ne facilitent cependant pas sa mise en récit dans le cadre d’une exposition. La plupart des expositions dans les pays environnants optent d’ailleurs pour un master narrative simple. Au Luxembourg, une telle approche ne serait tout simplement pas possible, ou du moins pas historiquement correcte. Mais transformer un contenu thématique complexe en exposition demande un réel travail de réflexion sur la scénographie et l’espace. Le projet initialement prévu par l’Université prévoyait d’ailleurs une collaboration avec des scénographes afin d’assurer que la complexité et l’ambiguïté du sujet seraient maintenues dans un récit néanmoins accessible au grand public.

L’annonce de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg, prévue pour juillet 2015 au Musée Dräi Eechelen, a mis fin à toute collaboration en ce sens. Cette décision, suivie par une débâcle communicationnelle, a fait couler beaucoup d’encre, même au-delà des frontières du pays. La somme désormais symbolique des 256 000 Euros initialement prévue pour ce projet constituait une garantie pour les historiens et historiennes engagés dans ce projet, de pouvoir traiter le sujet dans toute sa complexité, sans devoir faire de concessions sur le plan du contenu. Les alternatives d’expositions que le gouvernement propose depuis semblent difficilement conciliables avec ces mêmes principes. D’abord, l’idée, en soi tout à fait pertinente, d’une exposition transfrontalière avec des partenaires de la Grande Région aurait nécessité un temps de préparation et de concertation tel qu’il semble impossible de le réaliser avant la fin des commémorations. Ensuite, l’idée d’une exposition itinérante pour les écoles pose également des problèmes à plusieurs égards. D’une part, une exposition destinée exclusivement à un si jeune public semble passer à côté de ce qu’exige un tel sujet, vu l’absence généralisée de cet événement dans la mémoire collective. D’autre part, il semble que le budget requis pour le transport et le montage d’une structure amovible et adaptable aux différents lieux serait justement mieux investi dans un projet de qualité ayant l’ambition de traiter le sujet dans toute sa complexité, sans que cela se fasse aux dépens de l’accessibilité.

Des paroles et des actes

Le centième anniversaire de 1914 aurait pu (et peut toujours) constituer l’occasion de faire la lumière sur cet épisode mal connu de l’histoire du Luxembourg. Le retentissement d’une exposition d’envergure serait naturellement beaucoup plus grand que celui de publications scientifiques dont le public se limite généralement au monde académique lui-même. Les expositions Et wor alles net sou einfach et Le grand pillage au Musée d’histoire de la ville de Luxembourg ont prouvé l’utilité d’une telle entreprise dans le cas de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Première guerre mondiale, une telle exposition permettrait d’en faire de même et de susciter ainsi la réflexion et le débat autour de cette guerre qui a eu un impact très important sur l’histoire du Luxembourg d’un point de vue politique, économique, social et culturel.

La légèreté avec laquelle le gouvernement a pris la décision d’annuler cette exposition (du moins sous sa forme initialement prévue) ainsi que son refus de voter l’amendement budgétaire proposé par l’opposition semblent être en contradiction directe avec ses prises de position en faveur d’une séparation stricte entre histoire et politique. Le véritable paradoxe est que le gouvernement plaide pour une historiographie critique et indépendante dont il veut se faire le défenseur – rupture qui s’est en réalité opérée depuis de longues années –, mais qu’il remet en question des projets qui se donnent cet objectif même. Car si effectivement le nouveau gouvernement dit privilégier le travail d’histoire au travail de mémoire, il ne devrait pas oublier que celui-ci ne peut se réaliser sans financement stable et indépendant. À lui de prouver désormais qu’il ne se contente pas d’actes symboliques dans le domaine de l’histoire, mais qu’il est prêt à soutenir concrètement les projets qui constituent une réelle plus-value dans la Geschichtsaufarbeitung luxembourgeoise. La balle est dans son camp…

Wechselbad der Gefühle

26. März 2014 – 6h40

Screenshot from 2014-03-27 06:28:49http://majerus.hypotheses.org/943

26. März 2014 – 11h00

Screenshot from 2014-03-27 06:29:38http://www.wort.lu/de/view/uni-ausstellung-ueber-ersten-weltkrieg-opfer-des-sparzwangs-beim-staat-5332a14ce4b0399f0f375fa3

26. März 2014 – 17h00

 

Screenshot from 2014-03-27 06:30:01http://www.100komma7.lu/emissions/2014/03/26/ausstellung-eischte-weltkrich-awer-net-annuleiert/

26. März 2014 – 21h00

Screenshot from 2014-03-27 06:34:16http://www.100komma7.lu/emissions/2014/03/26/konfusioun-am-staatsministere-ausstellung-iwwert-eischte-weltkrich-awer-ofgesot/

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La petite guerre au Luxembourg n’aura pas lieu

2915.40693.original
Distribution de pommes de terre à Bonnevoie (1916)
©europeana1914-1918

Depuis un an, une petite équipe d’historiens de l’Université du Luxembourg travaille sur une exposition relative à la Première Guerre mondiale sur demande du gouvernement luxembourgeois. La convention qui règle cette collaboration date encore du gouvernement précédant mais a été confirmée le 10 décembre 2013 par écrit par la nouvelle ministre de la Culture, Maggy Nagel.

En partant du postulat que historiographiquement la Grande Guerre a été fortement négligée, l’exposition qui aurait dû se tenir au Musée Dräi Eechelen en été 2015 était intitulée “La Petite Guerre au Luxembourg”. Afin de renouveler le récit sur ces quatre ans, nous avions prévu d’organiser notre narration autour de cinq verbes: occuper, rencontrer l’occupant, (ne pas) manger, mourir et se souvenir. En automne 2013, nous avions lancé un concours pour des bureaux des scénographes, en janvier 2014 quatre bureaux ont présenté leur projet et un jury composé de membres du ministère de la Culture, des Archives Nationales, du Musée Dräi Eechelen et de l’Université du Luxembourg ont transmis un classement aux autorités responsables. Maintenant le Conseil des ministres a décidé de ne pas assurer le financement, cependant promis contractuellement. Le nouveau gouvernement ne fait pas preuve d’une très grande cohérence.

D’abord parce que depuis quelques mois, cette exposition est utilisée dans le public pour affirmer que le gouvernement n’est pas inactif. Ainsi dans une réponse à une question parlementaire de Fernand Kartheiser d’il y a à peine deux mois, le même Xavier Bettel qui a décidé maintenant d’annuler l’exposition, affirmait encore: “mee konkret kann ech dem Députéierten awer soen, datt eng grouss Ausstellung vun der Uni Lëtzebuerg ënnert dem Titel: ‘La Petite Guerre. Le Luxembourg entre 1914 et 1918’ wäert op d’Bee gestallt gin.” Et depuis lors, cette exposition est régulièrement citée dans la presse nationale et internationale.

Ensuite parce que dans un autre dossier, celui de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), on reproche justement à l’université d’avoir trop délaissé l’époque contemporaine. Cette période semble se limiter pour les instances gouvernementales aux années 1940-1945 qui seraient apparemment le parent pauvre de l’historiographie luxembourgeoise. Comme j’ai essayé de le montrer dans un autre post, la Deuxième est beaucoup mieux étudiée que la Première Guerre mondiale. En 2011, le rapport Zimet résumait la situation luxembourgeoise ainsi: “Sous la conduite de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde, le pays restera cantonné dans une stricte neutralité durant tout le conflit. Cette attitude conduira les Alliés à provoquer le remplacement de la Grande-Duchesse, en janvier 1919, par sa soeur la Grande-Duchesse Charlotte. Ces événements pourraient expliquer que le Luxembourg ne prévoie pas, pour le moment, d’actions spécifiques pour le centenaire de la Première Guerre mondiale”. Est-ce que le refus gouvernemental s’expliquerait par un apparent tabou, sujet tellement cher à la nouvelle ministre et à ses conseillers? Se pose néanmoins la question comment un futur IHTP travaillera convenablement et d’une manière indépendante si le gouvernement peut à tout moment couper des budgets pour la recherche et sa vulgarisation.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

WW1 – WW2 in luxembourgish historiography 3:42

La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale ©science.lu
La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale
©science.lu

Cette contribution est multifonctionnelle. Je suis en train d’écrire un petit article sur l’historiographie de la Première Guerre mondiale au Luxembourg pour un livre collectif qui devrait sortir à la fin de l’année sur la Grande Guerre au Grand-Duché. Avant de commencer à faire quelques recherches bibliographiques, il me semblait évident que l’écart de la production académique sur la Première et la Deuxième Guerre mondiale allait être énorme. Je ne m’attendais néanmoins pas à une telle différence. Si on s’intéresse aux mémoires de fin d’études et aux thèses de doctorat, le tableau se présente ainsi1.

Mémoires de fin d’études

Thèses de doctorat

Première Guerre mondiale

3

0

Deuxième Guerre mondiale

37

5

J’espère que ces chiffres permettent aussi d’objectiver un peu le débat sur la création d’un Institut d’Histoire du Temps Présent où certaines personnes plaident pour une focalisation sur la Deuxième Guerre mondiale, au moins dans un premier temps. Or c’est probablement la période la mieux étudiée du 20e siècle au Luxembourg.

Finalement, cette note est également une réponse à la Ministre de la Culture Maggy Nagel. Je comprends très bien que le nouveau gouvernement veut exprimer sa rupture avec les gouvernements précédents. Que l’histoire contemporaine soit dans ce contexte instrumentalisée pour exprimer le changement est probablement de bonne guerre vu qu’elle va en tirer du profit. Mais ces mémoires et thèses ne sont qu’une illustration parmi d’autres que “les temps où l’histoire était dictée par la politique sont révolus” depuis bien plus longtemps que le 4 décembre 2013.

Voilà la liste des travaux pris en compte. S’il y en a qui manque, n’hésitez pas à me les communiquer. Merci d’avance.

Première Guerre mondiale

  1. Hirt B., L’évolution et l’impact de l’occupation allemande au Luxembourg au cours de l’année 1914, mémoire de maîtrise, Université de Montpellier, 2008.
  2. Bellion J., Luxemburger in der französischen Armee während des Ersten Weltkrieges, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2012.
  3. Remesch-Toussaint A., Die Entwicklung des luxemburgischen Nationalismus im Ersten Weltkrieg – noch Sonderbewusstsein oder bereits Nationalgefühl?, Magisterarbeit, Universität Trier, 2012.

Deuxième Guerre mondiale

  1. Alzin R., La résistance contre le nazisme au Grand-Duché de Luxembourg de 1940 à 1945,École royale militaire, 1966.
  2. Buck M., Les jeunes Luxembourgeois « enrôlés de force » dans la Wehrmacht (1940-1945), mémoire de licence, École royale militaire, 1969.
  3. Mattart Y., Les évasions des Belges et des Luxembourgeois des pays occupés en vue de rejoindre les forces belges en Grande-Bretagne (1940-1944), mémoire de licence, Ecole royale militaire, 1971.
  4. Hoffmann S., La résistance dans le Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre Mondiale analyse de l’organisation de résistance L.V.L, mémoire de stage, , 1976.
  5. Wey C., Les fondements idéologiques et sociologiques de la collaboration luxembourgeoise pendent la deuxième guerre mondiale esquisse d’une étude d’histoire quantitative, mémoire pédagogique, , Luxembourg, 1981.
  6. Blau L., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg (1940-1945) sociologie, idéologies et programmes, mémoire de maîtrise, Université Metz, 1984.
  7. Dostert P., Luxemburg zwischen Selbstbehauptung und nationaler Selbstaufgabe die deutsche Besatzungspolitik und die Volksdeutsche Bewegung 1940-1945, Doktorarbeit, Universität Freiburg, 1984.
  8. Arendt A., La compagnie des volontaires du Grand-Duché de Luxembourg pendant la deuxième guerre mondiale,École royale militaire, 1985.
  9. Linden C., La commémoration de la résistance luxembourgeoise (1944-1985), mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg, 1985.
  10. Feider-Heiter C., Die nationalsozialistische Propaganda in der Luxemburgischen Presse (10. Mai 1940 – 10. Oktober 1941), Magisterarbeit, Universität Saarland, 1986.
  11. Dimmer M., Sport in der Parteigliederung der HJ unter besonderer Berücksichtigung der Probleme zur Zeit der Okkupation Luxemburgs, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  12. Musquar F., Die sportpolitischen Konsequenzen für das Großherzogtum Luxemburg während der deutschen Besatzungszeit von 1940-1944, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  13. Majerus B., Faiblesse, opportunisme, conviction… Les degrés de l’implication dans la collaboration avec l’Allemagne nationale-socialiste à travers l’exemple des Ortsgruppenleiter luxembourgeois, mémoire de licence,Université libre de Bruxelles, 1999.
  14. Meyers G., La Résistance luxembourgeoise et le renseignement de 1940 à 1944, mémoire de maîtrise, Université de Paris-Sorbonne IV, 1999.
  15. Feider J., Les enrôlés de force luxembourgeois dans les camps soviétiques, 1943-1953,J. Feider, S.l., 2001.
  16. Feierstein N., Luxemburg im Zweiten Weltkrieg Gedenkstättenpädagogik in Theorie und Praxis, travail de candidature, Luxembourg, 2003.
  17. Ha N., La Gestapo au Luxembourg. Une police secréte surpuissante, omniprésente et omnisciente?, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  18. Piazza L., Collaboration, épuration. Les femmes luxembourgeoises pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  19. Baptista Barra F.R., Les « Ostarbeiter » dans la sidérurgie luxembourgeoise (1942-1945), mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  20. Bousser D., La Résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale l’Union des mouvements de résistance luxembourgeois, mémoire de maîtrise, Université libre de Bruxelles, 2004.
  21. Geisler N., Les Kreisleiter au Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  22. NG C., Collaboration et épuration. Les jugements du Tribunal d’arrondissement de Luxembourg, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2004.
  23. Schanen M., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Seconde Guerre Mondiale les mouvements de résistance LPL (Letzeburger Patriote Liga), mémoire de maîtrise, Université Nancy II, 2004.
  24. Feys S., La collaboration au Grand-Duché de Luxembourg vue à travers les jugements du Tribunal d’arrondissement de Diekirch, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2005.
  25. Wolter C., Les relations franco-luxembourgeoises, 1939-1945, travail de candidature, 2006.
  26. Bonifas L., Le dédommagement des enrôlés de force luxembourgeois aprés la deuxième guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2007.
  27. Steinmetz T., L’enseignement primaire au Grand-Duché de Luxembourg pendant l’occupation allemande de 1940 à 1945 et l’épuration administrative et pénale du corps enseignant après la libération, mémoire de licence en histoire, Université libre de Bruxelles, 2007.
  28. Ruppert F., Les réfugiés luxembourgeois dans l’Hérault du 10 mai 1940 au 11 novembre 1942, maîtrise, , 2007.
  29. Quadflieg P.M., « Zwangssoldaten und Ons Jongens » – Rekrutierungspraktiken der Wehrmacht in Eupen-Malmedy und Luxemburg während des Zweiten Weltkrieges, Magisterarbeit, RWTH Aachen, 2008.
  30. Kartheiser G., Die Umsiedlung Luxemburger Familien 1942-1945, maîtrise, , 2009.
  31. Grosbois T., Idées, réseaux et politiques européennes dans la résistance et en exil (1940-1945) en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas, thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  32. Lorent C., Die nationalsozialistische Kunst- und Kulturpolitik im Großherzogtum Luxemburg 1934-1944, Thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  33. Victor P., Mise au pas, initiatives d’embrigadement et tentatives de nazification de la jeunesse luxembourgeoise sous l’occupation nazie (1940-1944), maîtrise, , 2010.
  34. Marchal M., The transnational dimension of the Luxembourg resistance mouvement, PhD, University of Warwick, 2010.
  35. Artuso V., La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) accommodation, adaptation, assimilation, thèse, Université du Luxembourg, 2011.
  36. Worré O., Le recensement du 10 octobre 1941, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2011.
  37. Simoes Martins S., L’impact de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale sur la langue luxembourgeoise comme facteur d’identité nationale, mémoire de master, Université libre de Bruxelles, IEE, 2012.
  38. Alves D., Le sport-luxembourgeois sous la botte nazie: un outil de propagande, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2012.
  39. Geister F., Mir wëllen bleiwen wat mir sin. Eine Oral History über Desertionsmotive zwangsrekrutierter Luxemburger in der Wehrmacht, Magisterarbeit, Universität Bern, 2012.
  40. Kuntzmann M., Luxemburger in der Waffen-SS. Die Beweggründe für den freiwilligen Eintritt, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2013.
  41. Paulus T., Die deutschen Kriegsgefangenen in Luxemburg nach dem Zweiten Weltkrieg, Magisterarbeit, Universität Köln, 2013.
  42. Hoffmann E., La mémoire de la Résistance au Luxembourg (1940-1945) – depuis 1945 à nos jours,Université de Strasbourg, 2013.

Merci à Emmanuel Debruyne, Norbert Franz, Elisabeth Hoffmann, Steve Kayser et Denis Scuto pour avoir complété la liste.

Dernière modification (31 mars 2014).

  1. Au niveau mémoriel, un déséquilibre similaire peut être réservé. La Wikipedia luxembourgeoise recense 6 monuments commémorant la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Avec Sonja Kmec nous en avions répertorié 543 en 2009 pour la Deuxième Guerre mondiale Kmec S. et B. Majerus, « Les monuments de la Deuxième Guerre mondiale », P. Bousch, P. Gerber, C. Schulz et D. Wiktorin (dir.), Atlas du Luxembourg, Köln, Emons, 2009, p. 28‑29. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

[Guest post] Een Bild seet méi wéi dausend Wierder…. oder villäicht awer net ? by Paul Lesch

Eng problematesch Une?
Eng problematesch Une?

Les réflexions ci-dessous font suite à un premier commentaire sur le même article publié la semaine passée sous le titre Die Krux mit dem Tabu. (Benoît Majerus)

E puer Reflektiounen iwwert d’Une vun der Wochenzeitung Woxx vum 31. 05.2013

Am Kader vun engem Artikel iwwert d’Ausstellung « Between Shade and Darkness » am Musée de la Résistance zu Esch, bréngt d’Zeitung Woxx op hirer ‘Une’ eng Photo vun engem Lëtzebuerger Bistro deen « Judenfrei » ass. Den Text niewendrun suggeréiert net nëmmen dat des Photo aus den 30er Joeren staamt, mais och, dat et esou Bistroe zu Lëtzebuerg méi goufen : « Schon vor der Besatzung hatten Juden in Luxemburg keinen Zutritt zu Kneipen wie hier in der Avenue de la Liberté. »

Wéi ech d’Photo gesinn hunn war meng éischt Reaktioun déi vun Iwwerraschung. Ech wousst dat et um Ufank vun den 30er Joeren effektiv een Bistro gouf, deen ganz houfreg an der Fënster stoen hat, dat et sech ëm een « Judenfreies Lokal » géif handelen. Dovunner gëtt ët eng Photo, an duerch den Henry Miller ass den Café de la Poste esouguer an d’Literatur agaangen, well dësen huet an sengem Buch Quiet Days in Clichy dësen Bistrot erwähnt. Am Tageblatt fënnt een an där Zäit op Mannst zwee Artikelen an eng Karikatur vum Albert Simon, déi dësen Bistro dénoncéieren1 .

Et handelt sech ëm een Fall deen an enger ganzer Rëtsch vun lëtzebuerger Geschichtsbicher erwähnt gëtt ( e.a vum Paul Cerf a vum Henri Koch-Kent)2. En plus, sinn 1972/73 am Kontext vun der dänescher Verfilmung vun dem Miller sengem Buch, an der lëtzebuerger Press eng sëllech Artikelen zum Thema publizéiert ginn. Et handelt sech hei also kaum ëm een vun dem Artikel aus der Woxx zitéierten « Weissen Flecken » vun der lëtzebuerger Geschicht.

Ech sinn ëmmer dovunner ausgaang, dat den Café de la Poste deen eenzegen Café zu Lëtzebuerg war, deen an den 30er Joeren esou offensichtlech an onverstoppt antisemitesch agestallt war.

D’Zeitung Woxx, suggeréiert awer elo, dat et der doen nach méi gouf. Dat wonnert mech, vu dat an der lëtzebuerger Press vun den 30er Joeren den Café de la Poste erwähnt an als antisemitesch denoncéiert gëtt, mais awer menges Wëssen no, gëtt et keen Artikel (weder am Tageblatt, nach an aneren Zeitungen) iwwert d’Existenz vun engem weideren antisemiteschen Café. Ech hunn zwar net all Zeitungartikel aus den 30er Joeren gelies, sinn awer duerch eent jorelaangt Duerchforsten vun der lëtzebuerger Press aus den 30er Joeren op keen esou een Artikel gestouss. An dobäi hunn zemools lénksgeriichten Zeitungen antisemitesch Ausfäll regelméisseg denoncéiert. Esouguer d’Luxemburger Wort huet 1940 géint d’Opféierung vun engem antisemiteschen Film (Robert und Bertram) protestéiert3 .

Desweideren, fënnt een weder beim Henri Koch-Kent, nach beim Paul Cerf, déi sech allebéid mat antisemiteschen Aktivitéiten oder Artikelen an den 30er Joeren beschäftegen, eng Referenz op een weideren antisemiteschen Bistro. Sie denoncéieren eng Rëtsch antisemitesch Artikelen, Schmierereien oder Fluchziedelen. Den Paul Cerf analyséiert och  den « verbalen Antisemitismus », mais kënnt awer zur Conclusioun dat sech den « antisémitisme racial » zu Lëtzebuerg net hätt kënnen duerchsetzen4. Den héich unerkanntenen amerikaneschen Historiker Arno J. Mayer mat lëtzebuerger Originnen, an deen 1940 mat senger Famill an d’USA geflücht ass, insistéiert iwwregens an e puer rezenten Interviewen drop, dat et zu Lëtzebuerg an den 30er Joren haaptsächlech een « Antijudaismus » gouf, an keen regelrechten « Antisemitismus »5 . Zu dëser semantescher Fro kann een natierlech gedeelter Meenung sinn.

D’Photo op der ‘Une’ vun der Woxx, huet mech dowéinst besonnesch interpelléiert. Sollen et zu Lëtzebuerg an den 30er Joeren effektiv e puer esou Bistroen ginn sinn. War den Antisemitismus wierklech esou alldeeglech präsent, wéi hei ugedeit ?

Vu dat d’Photo an Kontradiktioun steet, mat den aneren Informatiounen déi ech bis elo zum Thema hat, hunn ech mir se emol méi genau ugekuckt. An dunn sinn mir déi heiten Saachen opgefall :

–       Den Besëtzer vun dem Zum Kölner Hof, ass deen selwechten, wéi deen vun dem Café de la Poste : Den Christophe Bintner. Hat deen an den 30er Joeren direkt zwee antisemitesch Bistroen ?

–       Wann ech dann méi genau kucken an d’Photoen vun den zwee Bistroe’en vergläichen, fällt op, dat op där vum Café de la Poste den Här Bintner säin Virnumm op Franséisch « Christophe » geschriwwen huet, an dat op der anerer Photo den selwechten Numm ouni « e », also an senger däitscher Form geschriwwen ass. Kéint et villäicht sinn, dat dës Photo net aus en 30er Joeren, mais aus der Zäit vun der Occupatioun an der vun den Nazien duerchgefouerter Germanisatioun staamt ?

–       Opfalend ass och, dat an der Fënster vum Café de la Poste um Ufank vun den 30er Joren, den Text eng Kéier op Franséisch an eng Kéier op Däitsch steet, wéi dat déi Zäit üblech war. Op der Photo vum « Kölner Hof » par contre, ass alles op Däitsch. Hei ass keen franséischen Text ze gesinn. Och dat huet mech intrigéiert.

–       Wéi ech dunn op e-luxemburgensia d’Stéchwuert « Zum Kölner Hof » aginn hunn, ass mir opgefall dat déi éischten Kéier wou een Bistro mat deem Numm an der Stad Lëtzebuerg opdaucht, den 2 Oktober 1940 ass. Dat ass natierlech keen Beweis dofir dat ët esou een Bistro virdrun net ginn ass, mais et werft awer eng Rëtsch Froen op.

–       Mat Hëllef vun e-luxemburgensia sinn ech och op den Epuratiounsprozess géint den Besëtzer Christoph(e) Bintener gestouss, en notoreschen Collaborateur. Am Abrëll 1945, gouf hien zu 3 Joer Prisong an 75.000 Fr veruerteelt: “Der Angeklagte ist überführt worden, frühzeitig in die VdB eingetreten zu sein, in seinem Lokal zwei Schilder aufgehängt zu haben, deren Inhalt lautete: “Judenfreies Lokal” , “Laufbursche gesucht, Engländer bevorzugt”, sich mit Kratzenberg photographieren zu haben und deutsch eingestellt gewesen zu sein.” (Escher Tageblatt, 24.4.1945, p.1)

Dat sinn alles Indizien déi fir mech d’Fro opwerfen op dës Photo net villäicht aus der Zeit vun der Occupatioun ass, an net aus den 30er Joeren, wat jo awer een gréisseren Ënnerscheed mëscht.

Bon mais, villäicht ieren ech mech an d’Photo ass wierklech aus den 30er Joeren … Ech lossen mech gären enges Besseren beléieren.

Paul Lesch

P.S. Erwähnen wollt ech awer och nach den Titel vun der Une deen niewent der Photo steet. Hei kann een liesen : « Resistenzmärchen ? » Ech verstinn net esou richteg, wat esou eng Frostellung mat dem Antisemitismus ze dunn huet. Grad den Fall Lëtzebuerg huet dach gewisen, dat et eng Rëtsch Resistenzler gouf, déi trotz hiere Kampf géint d’Nazien antisemitesch agestallt waren (Beispill LVL)6. Dat Ganzt ass e beschen méi komplex, wéi et hei duergestallt gëtt.

 

 

 

  1. « Hitler in Luxemburg », Escher Tageblatt, 12 November 1932, S.1 ; « Antisemitismus in Luxemburg », Escher Tageblatt, 6 Abrëll 1933 ; « Notizen und Glossen », Escher Tageblatt, 2 Februar 1934. []
  2. Paul Cerf, Longtemps j’aurais mémoire, Editions du Letzebuerger Land, Luxembourg, 1974, S. 23-24 ; Paul Cerf, L’Etoile Juive au Luxembourg, RTL Edition, Luxembourg, 1986, S. 26-27 ; Henri Koch-Kent, Vu et Entendu. Souvenirs d’une époque controversée, Luxembourg, 1983, S. 254 ; Paul Lesch, Au nom de l’ordre public & des bonnes moeurs. Contrôle des cinémas et censure de films au Luxembourg 1895-2005, Centre national de l’audiovisuel, Luxembourg, 2005, S. 151-152. []
  3. Paul Lesch, Au nom de l’ordre public & des bonnes moeurs. Contrôle des cinémas et censure de films au Luxembourg 1895-2005, op. cit., S. 89. []
  4. Paul Cerf, L’Etoile Juive au Luxembourg, op. cit., p. 30-31. Och interessant : Paul Cerf, De l’épuration au Grand-Duché de Luxembourg après la seconde guerre mondiale, Imprimerie Saint-Paul, Luxembourg, 1980, S.17-27. []
  5. « Mais je ne peux pas dire que c’était de l’antisémitisme, c’était de l’antijudaïsme et je ne pense pas que cet antijudaïsme tout seul aurait emmené des millions de personnes dans les camps de concentration. J’aimerais bien que quelqu’un écrive quelque chose sur cet antijudaïsme qui d’après moi, n’a pas de rapport direct avec l’antisémitisme politique et racial. » (« Itinéraire d’un exilé luxembourgeois » (Forum, Abrëll 2013, S.11). []
  6. Lucien Blau, « Ideologie et discours politique de la Droite et de l’Extrême-Droite au luxembourg au cours des années 30 et 40 », In : Archives Nationales (Ed.), Les courants politiques et la Résistance : Continuités ou ruptures ?, Archives Nationales, Luxembourg, 2003, S. 39-44. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts