Category Archives: History of Luxembourg

Pieter Lagrou sur un récent débat luxembourgeois… ou presque

Les intervenants au débat 'Kloertext - Lëtzebuerg am Zweete Weltkrich' sur la télé luxembourgeoise
Les intervenants au débat ‘Kloertext – Lëtzebuerg am Zweete Weltkrich’ sur la télé luxembourgeoise

Rituellement, le Luxembourg connaît des débats sur la Deuxième Guerre mondiale1. En 2013, l’ancien archiviste de la section contemporaine Serge Hoffmann, le député socialiste Ben Fayot et l’historien Denis Scuto l’ont relancé autour de la participation des autorités luxembourgeoises dans la persécution des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale2

Une commission sous la présidence de Michel Pauly, un médiéviste, sera probablement mise en place pour conseiller Vincent Artuso dans la réalisation d’un travail dont les contours restent encore à définir3. Il y aura donc un travail historique qui se réalisera mais les enjeux dépassent bien sûr une question purement historiographique. Sur ce blog, Renée Wagener a lancé un appel à la création d’un Institut d’histoire du temps présent au Luxembourg. Une des questions centrales sera la réaction du gouvernement luxembourgeois quant à d’éventuelles excuses qui sont exigées par une partie des acteurs.

Ce mois-ci, la revue française Vingtième Siècle publie un excellent article de Pieter Lagrou, professeur d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles, qui apparaît comme un commentaire critique de la discussion luxembourgeoise des deux derniers mois. Bien sûr, sa contribution a une dimension beaucoup plus large en réfléchissant sur la place de l’histoire du Temps Présent dans les sociétés occidentales. Néanmoins, quatre réflexions me semblent très pertinentes pour la situation actuelle au Luxembourg:

Sur la posture de l’historien, briseur de tabou:

“Le cadavre de l’histoire nationale peut être dégagé rapidement. Le château fort a été pris d’assaut et réduit en ruines. Prétendre attaquer une mémoire nationale supposée hégémonique est aujourd’hui une posture tout aussi pathétique que celle de vouloir la ressusciter.  (…) S’il y a aujourd’hui un deuil inaccompli, ce n’est pas celui du mythe héroïque national, mais tout au plus celui de l’héroïque historien briseur de tabous.” (p. 111)

Sur la “concurrence” des victimes:

“Le front commun de causes minoritaires militant pour une société plus ouverte et pour une participation politique accrue a cédé la place à une multitude de revendications identitaires mutuellement exclusives et engagées dans une concurrence mémorielle. Leurs discours de combat contre l’oubli faussent la donne, car la configuration de l’espace public mémoriel n’est pas binaire, avec un interrupteur en position «  mémoire  » ou « oubli ». La reconnaissance publique est une denrée rare (en termes de place occupée dans les programmes scolaires, de monuments, de musées et de dispositifs législatifs ; en termes, plus vulgairement aussi, d’argent public attribué à telle ou telle cause). C’est donc de son partage qu’il s’agit, de proéminence et de visibilité, toutes choses qui, comme le savent les femmes et les hommes politiques au moment de la photographie de groupe, ne peuvent être obtenues qu’en plaçant les autres à l’ombre de soi-même.” (p. 111-112)

Sur le vocabulaire juridique utilisé par les historiens:

“Le registre juridique offre tout un outillage pour sérier les problèmes, nommer des événements historiques, les classer et les comparer. (…) Une histoire qui reprend les catégories juridiques préétablies sans les interroger est une histoire à ciseaux, c’est-à-dire une addition d’événements réifiés, décontextualisés : le Rwanda, 1994  ; l’Anatolie, 1915  ; la traite atlantique, 17e siècle.  (…) est en cause moins l’intrusion de la justice et des lois mémorielles dans le pré carré de l’historien que l’avidité avec laquelle les historiens ont adopté une nomenclature qui ne leur est pas propre, qu’ils maîtrisent le plus souvent mal, mais qui leur offre une solution de facilité, un prêt-à-penser, un périmètre de la recherche sanctionné par le législateur. ” (p. 113-114)

Sur le non-sens des excuses:

“L’histoire n’est plus un discours critique ou subversif, mais une panacée pour les maux incurables de nos sociétés contemporaines. Des institutions désarmées face à la désaffectation démocratique, la xénophobie et la violence, ou tout simplement peu enclines à produire une réelle analyse du problème, se réfugient dans l’injonction mémorielle. Une nouvelle instrumentalisation de l’histoire est à l’œuvre. Plus les horreurs du passé seront passées en revue, plus nos contemporains adhéreront, par effroi, au modèle actuel de société. Pour dire les choses autrement  : le recours à l’histoire est comme une liturgie célébrant la supériorité du présent sur le passé. D’un côté figurent démocratie et droits de l’Homme, de l’autre, autoritarisme, fascisme, crimes de masse, génocide, Holocauste, racisme, esclavage, croisades et chasses aux sorcières. (…) La culture politique de repentance et d’excuses publiques pour les épisodes criminels du passé renforce cette mise à distance.” (p. 116-117)

L’actuel numéro de la revue Vingtième Siècle peut être acheté dans des bonnes librairies. L’article peut être téléchargé pour 5 euros ici.

  1. Les deux derniers en date avant celui de cette année avaient été la publication de la thèse de Paul Dostert en 1985 et le passage de la Wehrmachtsausstellung au Luxembourg en 2002 []
  2. Le déclenchement de la controverse s’est fait en trois étapes: article de Serge Hoffmann dans le tageblatt en septembre 2012, question parlementaire de Ben Fayot à la Chambre des Députés, carte blance de Denis Scuto à la radio RTL en février 2013. C’est cette dernière intervention qui a provoqué une accélération du débat avec la presse écrite et audiovisuelle qui se fait alors plus largement écho de la problématique []
  3. http://www.tageblatt.lu/nachrichten/story/Wieso-hat-Luxemburg-kollaboriert–22011673 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Besetzte Vergangenheiten. Erinnerungskulturen an den Zweiten Weltkrieg in Luxemburg – eine historiografische Baustelle

Das erste Bild das Google zum Thema “Luxemburg Zweiter Weltkrieg” vorschlägt, stammt aus einem Wikipedia-Eintrag mit dem Titel “Luxemburg im Zweiten Weltkrieg”… irgendwie logisch.

Manchmal haben Artikel eine ganz lange Entstehungsgeschichte. Besetzte Vergangenheiten. Erinnerungskulturen an den Zweiten Weltkrieg in Luxemburg – eine historiografische Baustelle, der vor kurzem im dritten Heft der luxemburgischen Geschichtszeitschrift Hémecht erschienen ist, beruht auf Forschungen aus dem Jahre 2005/6. Zu diesem Zeitpunkt arbeitete ich als wissenschaftlicher Mitarbeiter an der Universität Luxemburg an einem Projekt zu den luxemburgischen Erinnerungsorten. Von den vier Mitarbeitern des Projektes (Sonja Kmec, Michel Margue und Pit Peporte) war ich der einzige Zeithistoriker. Da der Zweite Weltkrieg zentral in der Erinnerungskultur des Grossherzogtums ist, hatte ich mich entschlossen dieses Thema zu vertiefen. Ich profitierte dabei unter anderem von den Schätzen des Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance. Der Artikel war 2007 geschrieben und sollte in einem Sammelband des städtischen Geschichtsmuseum publiziert werden, der bis heute noch nicht erschienen ist. In der Zwischenzeit zirkulierte der Artikel unter Kollegen und Studenten: er ist wahrscheinlich der meistgelesene und meistzitierte meiner Artikel… ohne dass er publiziert war. Fünf Jahre nach seiner Fertigstellung, bin ich um so glücklicher, dass er jetzt endlich auch in gedruckter Form vorliegt.

Der letzte Abschnitt der Schlussfolgerung lautet:

Zum Schluss erscheint mir noch eine Bemerkung über die Interpretation dieser Besatzung im breiteren Rahmen der Diskussion über die Luxemburger Nation von Bedeutung. Der Zweite Weltkrieg bedeutet keineswegs, wie immer wieder behauptet wurde (auch vom Autor dieses Artikels), das Ende des luxemburgischen nation-building process. Identitäten, auch nationale, zeichnen sich durch einen dynamischen Prozess der ständigen Veränderung aus. Sie unterliegen einem ständigen Neu-Definieren, Neu-Erfinden. Der Zweite Weltkrieg als teleologischer Endpunkt der Nationenentwicklung ist ahistorisch. In zwei Hinsichten stellt er jedoch eine wichtige Zäsur dar: Einerseits illustriert er den qualitativen Sprung, den das luxemburgische Nationalgefühl in den 20er und 30er Jahren erfuhr, andererseits bildet die Kriegserinnerung einen wichtigen Bestandteil zur Konstruktion der luxemburgischen Identität. Sie liefert zahlreiche Elemente für die Erfindung dessen, was ein Luxemburger ist. Sie bietet Legitimation, Mythen, Helden usw. und eine Gegen­identität (de Preiss). In diesem Zusammenhang ist das Kriegserlebnis in einer gewissen Weise nicht das Ende, sondern der Anfang einer Identitätskonstruktion, auch wenn natürlich auf zahlreiche ältere Bilder zurückgegriffen wird.

Der ganze Artikel kann hier runtergeladen werden.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Nation, nous voilà

Certains historiens continuent à bien aimer la cuisine nationale.

Pour le petit monde des historiens luxembourgeois, Woxx commence à remplacer d’Lëtzebuerger Land comme l’hebdomadaire à lire. L’ancien Grénge Spoun se détache positivement de son concurrent établi non seulement grâce à sa mise en ligne de l’intégralité de son contenu, mais aussi par l’attention qu’il accorde depuis quelques mois à la production historiographique. En décembre 2011 il consacrait une petite série aux livres de Michel Pauly1  et Emile Haag2. Et les mois d’été ont été l’occasion de réfléchir  sur “Identité et Histoire”. Pendant trois semaines le journal publiait des longs comptes-rendus de La nationalité luxembourgeoise de Denis Scuto3, de Constructing the Middle Ages de Pit Péporté4 et des Lieux de mémoire de Sonja Kmec et Pit Péporté5 Les pages que l’historien Vincent Artuso a consacré à ce dernier ouvrage étaient pour le moins étonnantes et ceci me semble lié à deux malentendus.

Le premier reproche qu’il formule est lié à l’approche culturaliste des Lieux de mémoire qui impliquerait automatiquement une vision conservatrice de l’histoire. En lisant ces lignes, je me sentais téléporté en arrière, dans la France ou l’Allemagne des années 1970, lorsque les hérauts de l’histoire sociale étaient confrontés à un courant qui mettait en cause leur approche sclérosé où l’homme disparaissait derrière des structures et des groupes dans le récit historique. L’histoire culturelle naissante en s’intéressant davantage aux codes, aux formes et aux objets était accusée de détourner le regard des “vraies” questions – sociales et économiques.

Deuxième écueil, plus étonnant encore: la défense du concept de la nation par Vincent Artuso. Le critique présente la nation comme un espace idéal où vivent des “citoyens libres et égaux, collectivement souverains” dans un “cadre d’une répartition plus équitable des richesses”. Quelque soit l’angle d’analyse – histoire sociale, politique, économique ou culturel – cette vision idéaliste n’est pas valable pour la majorité de la population masculine au 19e siècle, ni pour la totalité de la population féminine dans ce même siècle, ni pour la très grande majorité de la population étrangère jusqu’à aujourd’hui – ne parlons même pas des transfrontaliers. Critiquer la nation – nation qui a introduit la “séparation entre l’homme et le citoyen”  (Giorgio Agamben) – n’est pas une volonté de retour vers l’Ancien Régime comme le soupçonne Artuso, mais l’espoir – et là je parle dans mon nom personnel – d’un système de représentation politique qui dépasse ce cadre national.

“La révolte des clercs” pour reprendre la caractérisation des Lieux de mémoire par Artuso ne doit guère inquiéter les défenseurs de la nation (luxembourgeoise) parce que des nouveaux clercs semblent s’empresser à prendre la relève des historiens du 19e siècle pour défendre et légitimer la nation.

  1. Pauly Michel, Geschichte Luxemburgs, München, Beck  C H, 2011. []
  2. Haag Émile, Le Luxembourg une réussite originale au fil des siècles, Luxembourg, G. Binsfeld, 2011. []
  3. Scuto Denis, La nationalité luxembourgeoise (XIXe – XXIe siècles), Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2012. []
  4. Péporté Pit, Constructing the Middle Ages : historiography, collective memory and nation-building in Luxembourg, Leiden; Boston, Brill, 2011. []
  5. Kmec Sonja et Péporté Pit (éd.), Lieux de mémoire au Luxembourg II. Jeux d’échelles, Luxembourg, Saint-Paul, 2012. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Everyday Life Under German Occupation

 

Luxembourgian propaganda poster, probably edited by the government in exile
Luxembourgian propaganda poster, probably edited by the government in exile

Tatjana Tönsmeyer from the Bergische Universität Wuppertal and Peter Haslinger, director of the Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, plan a document edition on every day life under German occupation during World War Two1. They took the stimulating decision not to organise the archives around countries’ reports but to present the sources around four topics in four volumes: “Supply and Shortage”, “Rule and its Institutions”, “Labour and Exploitation” and finally “Exclusion, Forced Migration and Persecution”2. Last week they assembled historians representing 17 countries – I was invited as the Luxembourgian representative – at the Topographie des Terrors in Berlin to have a first discussion on theoretical and practical challenges. At the end of this meeting, three major elements struck me:

  • The difficulty to conceive a common European definition of occupation. As Olivier Wieviorka pointed it out: in France (and in Western Europe in general) war was the exception during the four years of occupation.3 In Eastern Europe, occupation and war were almost synonyms. Tatjana Tönsmeyer, a specialist of Central European History, characterised the history of occupation in her keynote as intrinsically marked by every day violence. Peter Romijn and myself were not so sure that this was true for large parts of the (rural) population in the Netherlands and in Luxembourg and pleaded to pay more attention to normality during occupation.
  • The different national war narratives are still considered as exceptional by the respective historiographical fields. Most of us started our brief country presentation in the morning by underlining how “unique”, “specific”, “exceptional” the situation was in Luxembourg, Denmark, Greece, France, Poland or in the Ukraine…
  • Finally, Luxembourg lags behind the rest of (Western and Eastern) Europe despite a university that will celebrate its tenth anniversary next year, a Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance, created in 2002, and a Centre de Documentation et de Recherche sur l’enrôlement forcé, created in 2008: no published guide to archives related to World War Two, no editions of documents, only a limited digitisation program…

 

  1. The whole project is financed by the Leibniz Gemeinschaft []
  2. They also plan an online edition but for the moment, the editors want to focus on the paper version []
  3. Richard Vinen wrote in his fascinating history of Europe: “In the late summer of 1940, Europe was at peace (…) the idea that Europe was at peace in 1940 is no more bizarre than the notion that it had been at peace during what historians call the ‘interwar’ period. Vinen Richard, A history in fragments: Europe in the twentieth century, Cambridge  MA, Da Capo Press, 2001, p. 63-64 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

De la déconstruction à la construction – Gilbert Trausch

Gilbert Trausch, consacré personnage public par le Superjhemp dans Dynamit fir d'Dynastie publié en 1989

En novembre 2011 a eu lieu la présentation présentation officielle de l’ouvrage ” Du Luxembourg à l’Europe. Hommages à Gilbert Trausch à l’occasion de son 80e anniversaire

Déjà soupçonné de “Trausch-bashing” lors d’un compte-rendu du livre Inventing Luxembourg dans le forum1, les auteurs se voient confrontés à des sous-entendus similaires dans le cadre de la publication des Mélanges Gilbert Trausch dans la presse luxembourgeoise.2 À l’intérieur du champ historiographique deux historiens ont produit au 20e siècle un master narrative sur le Grand-Duché du Luxembourg: Arthur Herchen et Gilbert Trausch.3. C’est dans ce cadre qu’une analyse des écrits de Gilbert Trausch m’intéresse.

Pour moi, la production historiographique de Trausch est ambivalente. Influencé par les écoles des Annales, il a débuté comme un historien du social où il a produit un savoir jusqu’à aujourd’hui inégalé. Je pense notamment à ses articles sur les Structures et problèmes agraires du passé publiés entre 1968 et 1969 dans la Hémecht ou à ses Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922 (( Trausch, Gilbert. “Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922.” Hémecht, no. 1 (1974): 5-118. )). Très tôt, il se lance également dans la déconstruction de plusieurs mythes de l’histoire luxembourgeoise que ce soient le Klëppelkrich4 ou la fidélité dynastique5. Il montre les acteurs de ces constructions et s’intéresse aux fonctions sociales de ces imaginaires. Les lieux de mémoire et Inventing Luxembourg s’inscrivent dans une logique similaire.

Mais dans l’oeuvre de Gilbert Trausch il y a une véritable rupture dans les années 1980. L’historien du social se transforme en historien du national. En 1989 Gilbert Trausch devient un des « prêtres » du 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg. L’idée de commémorer le 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg naît dans un cercle restreint rassemblant des diplomates et des historiens – Gilbert Trausch, Jules Christophory, Jean-Jacques Kasel et Christian Calmes – qui arrivent à avoir le soutien du ministre d’Etat Jacques Santer.6 Santer, Kasel et Trausch se connaissent bien à ce moment par des réseaux de sociabilité de la bourgeoisie luxembourgeoise. Le contexte de ces années est celui d’un regain national comme en témoignent entre autres la loi du 24 février 1984 sur le régime des langues, ainsi que la redécouverte de la Gëlle Fra, le changement d’appellation du Musée et des Archives de l’Etat en Musée et Archives nationales et l’apparition d’un parti d’extrême droite aux élections de 1989. L’accroissement des compétences de l’Union Européenne provoque de nombreuses inquiétudes. En 1990, Gilbert Trausch devient directeur du Centre d’Etudes et de Recherches Européennes Robert Schuman et en même temps Conseiller de gouvernement, grade le plus élevé pour un fonctionnaire luxembourgeois, ces nominations par le nombre limité de places disponibles étant hautement politisées et disputées. Il dépend dès lors directement du Ministre d’Etat et est chargé, parallèlement à son travail scientifique d’historien, d’encadrer comme historien les visites d’Etat.

À partir des années 1980, Gilbert Trausch offre à l’Etat luxembourgeois un discours cohérent, « rationnel » et « scientifique » sur son passé. Il entre ainsi dans une spirale de légitimation réciproque avec l’Etat. En effet, son discours historique légitime l’Etat luxembourgeois en lui conférant le titre de « nation ». De son côté, l’Etat l’institue comme la personne pouvant parler en son nom que ce soit lors des commémorations en 1989 ou lors de sa nomination de conseiller de gouvernement en 1990. Il est pour le moins ironique que celui qui a déconstruit le mythe de la fidélité dynastique des Luxembourgeois en 1984, choisit pour la réédition revue et augmentée en 2007 de son Le Luxembourg – émergence d’un état et d’un nation publié une première fois en 1989, comme ouverture un portrait de l’ancien couple grand-ducal et comme image finale un portrait du nouveau couple grand-ducal. Gilbert Trausch passe ainsi de la déconstruction à la construction.

  1. Thomas, Bernard, “Ghostbusters”, in: forum, n°297, Juni 2010, p. 4-8. []
  2.  http://www.lejeudi.lu/l-actualite/3918.html, Le Quotidien du 2 janvier 2012 []
  3.  Margue, Michel, Kmec, Sonja, « Les ‘lieux de mémoire’ ou Donner un sens à l’histoire », in : Kmec, Sonja et al., Les lieux de mémoire au Luxembourg, 2007, p. 12. []
  4.  Trausch, Gilbert. “Du nouveau sur le ‘Kleppelkrich’ : les soulèvements paysans de 1798 dans la région de Neufchâteau et leurs répercussions dans le département des forêts.” In Publications de la Section Historique de l’Institut Grand-ducal de Luxembourg, 63-135. LXXIX. Luxembourg, 1962.  []
  5.  Trausch, Gilbert. “Aux origines du sentiment national luxembourgeois : histoire et coup de pouce ou mythe et réalités.” Nos Cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur 5, no. 2 (1984): 73-111. []
  6. Interview avec Gilbert Trausch le octobre 2007 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts