Tag Archives: Belgium

Les papiers de la folie

Screenshot from 2015-10-05 06:29:42En 2014, une petite équipe de chercheurs (Veerle Massin, Anne Roekens, Xavier Rousseaux et moi-même) avait organisé une journée d’étude sur la question des archives psychiatriques en Belgique réunissant historiens, archivistes et responsables d’hôpitaux psychiatriques.

Afin de donner une suite à cette journée intéressante, nous avons décidé de réaliser quelques capsules vidéo autour des questions abordées à l’époque.

Bonne vision! Continue reading Les papiers de la folie

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

[Book announcement] With the mad. A social history of psychiatry in the 20th century

Screenshot from 2013-11-11 10:48:05

The challenge of this book is to tell the story of psychiatry in the 20th century not through psychiatric handbooks or nosological controversies, but through the daily life of one asylum. This approach enables to discover  actors that are still largely excluded from the traditional narrative on psychiatry be it patients but also nurses, social workers… This historiographical gaze gives new readings of classical themes in the field such as the spatial settings of enclosure or the link between knowledge and power. It also questions the chronology by revisiting the so-called chemical revolution in the 1950s or the deinstitutionalisation from the 1960s on.

Patients’ records are a fascinating material to get access to psychiatric practice. The organisation of work, the forms of knowledge, the medical gaze, the experience of mental illness by the patient or the physician are all topics that are too often described and analysed through medical reports or through the published literature in psychiatric journals. Considering these questions from below offers an intriguing insight in the tensions between discourse and practice, between representation of a field and its actual functioning.

This book is part of a larger narrative that goes beyond a historiography of psychiatry still too often entangled in a dichotomous narrative: medical progress or disciplinarisation. Combining micro-history and sciences studies, it hopes to participate in the historicisation of a topic difficult to grapple, but particularly rich for a history of the 20th century through the margins.

To get the two first chapters, click here.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Histoire, archives et psychiatrie: Quelles perspectives pour la Belgique?

Screenshot from 2013-11-04 19:58:28

Cette journée vise à souligner l’importance d’un questionnement commun et public sur l’histoire de la psychiatrie et sur le sort à réserver aux archives du secteur de la santé mentale. Concrètement il s’agit, d’une part, d’établir un « panorama » des recherches en cours en histoire de la psychiatrie en Belgique et, d’autre part, de poser la question délicate du traitement des archives des institutions psychiatriques en Belgique. Ces deux objectifs ont une résonance particulière à l’heure où l’histoire de la psychiatrie connait un renouveau incontestable et où les questions de protection de la vie privée et du secret médical, aussi légitimes soient-elles, tendent à primer sur la liberté de la recherche.

Au niveau international, l’histoire de la psychiatrie s’est remarquablement développée au cours de ces trente dernières années. C’est qu’au-delà du traitement réservé et souvent imposé aux personnes taxées de « folie », les modes d’exclusion et de prise en charge des « aliénés » se révèlent particulièrement révélateurs des normes et des marges qu’une société tend à définir. Cette approche sociétale de la psychiatrie s’est récemment doublée d’une étude plus concrète des pratiques curatives et du quotidien des malades et donc, d’une meilleure connaissance des populations soignantes et soignées, des patients et des rapports thérapeutiques.

En Belgique, l’histoire de la psychiatrie en est à ses balbutiements mais connaît de récents développements tant dans les universités francophones que flamandes ; elle suppose de dépasser l’analyse des textes théoriques au profit des sources sur les pratiques psychiatriques. Si quelques travaux ont ouvert le champ de recherche (entre autres Nys et al. 2002, Missa 2006, Majerus 2013), de nombreuses questions restent à explorer ou à généraliser à l’ensemble du pays, comme les liens entre initiatives publiques et privées, les discours et pratiques thérapeutiques, la formation et la spécialisation des professionnels de la santé mentale, les rapports entre certains milieux sociaux et la psychiatrisation. Une telle généralisation suppose de multiplier les études locales, comme en témoigne une série de recherches récentes. Pour l’historien, il est indispensable de continuer à ouvrir et développer ce champ de recherche, ce qui n’est possible que par une collaboration avec les institutions productrices d’archives.

Une fois lancés sur leur terrain d’investigation, les chercheurs sont confrontés à d’importantes difficultés liées à l’accessibilité d’archives qui s’explique par le caractère privé des institutions et de la documentation ou par le secret médical. Comment faciliter la communication avec les institutions psychiatriques privées ? Ces dernières abritent des mines d’information dans leurs archives : registres, dossiers des patients, archives administratives, documents iconographiques voire objets. Face à cette documentation, elles sont en droit de se poser des questions : que faire des archives qui dorment dans les institutions? Quels sont les champs de recherche encore à explorer grâce à elles? Est-il utile de se pencher sur un passé parfois difficile et déjà malmené par certains historiens (antipsychiatrie)?

Cette journée vise à donner la parole à des

  • chercheurs qui feront état de leurs projets dans le domaine de l’histoire de la psychiatrie et de leur utilisation des archives qui y sont liées
  • responsables des institutions psychiatriques qui gèrent l’accès et le traitement d’une telle documentation
  • archivistes qui mettent en place les modalités qui garantissent à la fois liberté de la recherche et protection de la vie privée.

Cet événement est organisé conjointement par :

Benoît Majerus, Université du Luxembourg

Veerle Massin, CHDJ, Université catholique de Louvain

Anne Roekens, Université de Namur

Xavier Rousseaux, CHDJ, Université catholique de Louvain

Avec le soutien du FRS-FNRS“Justice & Populations”. et du Pôle d’Attraction Interuniversitaire IAP

Pour une proposition d’intervention ou une demande de participation, vous pouvez contacter, avant le 30 décembre 2013 : Anne Roekens : anne.roekens@unamur.be ou  Veerle Massin : veerle.massin@uclouvain.be

Le programme définitif sera communiqué en janvier 2014. La journée « Histoire, archives et psychiatrie : quelles perspectives pour la Belgique » se déroulera le 16 mai 2014 à l’Espace Léon Cassiers de l’Hôpital psychiatrique du Beau Vallon (Namur).

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La Sipo-SD en Belgique. Une police faible

indexL’article La Sipo-SD en Belgique a une très longue histoire de gestation. En 2004, le CIERA organise une journée d’étude sur la  répression des résistances en Europe occupée (1939-1945). J’étais au début de ma thèse et je venais de découvrir les travaux de Gerhard Paul et Klaus Mallmann1 qui n’avaient pas encore trouvé des “adeptes” en Belgique. J’ai donc essayé d’appliquer leur lecture au cas belge. Le projet d’en faire un numéro spéciale pour la revue Vingtième Siècle n’aboutissait pas à l’époque.

Sept ans plus tard, la Fondation Auschwitz organise une journée d’étude sur le siège de la Gestapo à Bruxelles suite à une discussion sur un éventuel classement des caves des bâtiments. Les murs y sont couverts de graffitis des prisonniers2, graffitis qui risquent néanmoins de disparaître.

Je redécouvre mon papier… et une littérature qui est devenue plus abondante sur le sujet pour la France (Gaël Eismann, Bernd Kasten, Laurent Thierry…) et la Belgique (Robby Van Eetvelde, Insa Meinen…). La journée devient donc intéressante parce que les interprétations sont bien sûr différentes. Les organisateurs de la journée publient les actes du colloque dans leur ecollection Entre histoire et mémoire. Je décide de passer par une revue avec comité de lecture car une évaluation allait décider en 2012 de ma titularisation, l’Université du Luxembourg ayant repris le modèle américain de la tenure track.

Le résumé de l’article

L’article propose une relecture de la Sipo-SD, — présentée souvent comme une police toute-puissante, en Belgique occupée. Cette police allemande est essentiellement une petite institution bureaucratique qui fonctionne comme police ré-active et non proactive. Notre argument se construit autour de trois thèses. Premièrement, la Sipo-SD n’est qu’un appareil répressif parmi d’autres. Deuxièmement, son positionnement dans le dispositif policier allemand n’est pas déterminé par des phénomènes de concurrence avec d’autres institutions allemandes, notamment l’administration militaire. Troisièmement, cette police politique ne forme pas un bloc homogène mais est traversée par plusieurs lignes de partage.

Pour télécharger l’article, cliquez ici.

  1. Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo: Mythos Und Realität. Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995 et Paul, Gerhard, and Klaus-Michael Mallmann, eds. Die Gestapo Im Zweiten Weltkrieg : “Heimatfront” Und Besetztes Europa. Darmstadt: Primus, 2000. []
  2. Ponteville I. (dir.), Avenue Louise 347 : dans les caves de la Gestapo, Brussels, Buch edition, 1996. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Why the Holocaust does not matter

The conference was organised at the Lamot center (Malines), a perfect location for such an occasion

In March 2012, Belgium took over the Chairmanship of the Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research. Today, an academic conference with the title National Police Forces in Europe and the Holocaust 1939-1945 took place in Mechelen as the beginning of a two-day plenary meeting. My paper entitled Why the Holocaust does not matter? Explaining the (non-)participation of policemen in the arrest of Jews in Belgium during World War Two argued that as long as the Holocaust Studies remain a distinct research field that does not integrate the larger context, the explanations for the unfolding of the persecutions of Jews remain unconvincing.

For the first thirty years after the war, the narrative about Belgium during World War Two was a narrative that did not give any specific function to the Holocaust. It was about the importance of the resistance, the ambiguous position of Leopold, the role of the communist during the liberation, the status of the secrétaires généraux, and very quickly the so-called répression of the Flemish collaboration after the war. And even on the specific topic of today i.e. policing, the persecution of Jews was a “non-topic”. Looking at the pioneering work of Albert de Jonghe or Rudi Van Doorslaer, the Holocaust does not occupy a prominent place when these authors explained how the police did work between 1940 and 1945. In the last twenty years, the situation did completely change: the persecution of the Jews became the central element around which a new narrative about the Belgium society during World War Two was organised. And this time, Holocaust and policing are intimately interwoven. The commission created in 2004 by the Belgium government proposed a new “story” on how to tell the Second World War, based on the persecution of the Jews, by calling their results: “La Belgique Docile”.

This trend is valid for Western Europe as a whole. The fate of the Jewish population in France, Belgium, the Netherlands or Luxembourg was for a long time a footnote in the history. Today, the specific national war narratives are organised around this element. This is true for academic history writing as well as private and public commemorations.

In my presentation, I argued that we have do decentralise the persecution of the Jews if we want to understand this persecution. The goal is therefore not to marginalise its importance but to reintroduce the history of the Holocaust into the larger history of World War Two. This has been recently done for the Eastern Front: it is also necessary for the occupied territories in the West. My paper placed the history of the arrest of the Jews in Belgium into the a more general policy of arrest by Belgian police forces under occupation.

In the discussion after my presentation, Herman Van Goethem challenged my statement that we should stop trying to prove that the action of local authorities and especially the police during World War Two was legally wrong. He did not really convince me but I think this was reciprocal. Below you find my presentation of this morning.

 

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Lectures – Benvindo-Peeters/Scherven

En 2002, deux chercheurs du Centre d’Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés Contemporaines, Chantal Kesteloot et José Gotovitch éditaient un livre sur la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale1. Dix ans plus tard, deux chercheurs de la même institution retentent l’exercice. Ils ont choisi la monographie et non pas le recueil d’articles comme leurs prédécesseurs. Organisé autour de quatre lieux – Breendonk, la colonne du Congrès, la tour de l’Yser et la caserne de Dossin – le livre ne se revendique pas du label “lieux de mémoire” mais entend écrire une histoire incarnée des champs mémoriels en Belgique. Les pages sur l’après 1960 sont particulièrement novatrices vu le vide historiographique existant sur la question en Belgique.

L’importance accordée à l’hétérogénéité de la mémoire flamande sur 40-45 est pour moi le point fort du livre. Souvent celle-ci est réduite à la volonté de réhabiliter les collaborateurs néerlandophones. Les chapitres rédigés par Evert Peeters et consacrés à la tour de l’Yser font apparaître une image beaucoup plus complexe. Que ce soit le dynamitage de la tour par des résistants flamands en 1945 et 1946 ou les discussions agitées après 1968, beaucoup d’éléments montrent que la mémoire flamande sur l’occupation n’est pas une mais multiple.

Les limites du livre se situe à deux niveaux. La première se trouve au niveau argumentaire. Les deux auteurs soulignent l’importance de la régionalisation/communautarisation dans la (re)mise en valeur de la mémoire sur la Deuxième Guerre mondiale par des institutions étatiques. Si l’hypothèse est convaincante pour la Flandre, elle l’est nettement moins pour le Sud du pays qui est complètement absent du livre: le livre bascule en fait en permanence entre deux niveaux la Belgique et la Flandre, les francophones n’apparaissent jamais comme groupe identitaire. S’il est possible qu’ils n’en forment pas un, il aurait néanmoins été nécessaire de s’intéresser un peu plus à cette absence.

Deuxième regret: l’absence de nouveauté méthodologique. Finalement le livre s’inscrit dans une histoire politique plutôt classique, enrichie de quelques réflexions d’histoire culturelle. A quelques moments, des pistes plus intéressantes sont poursuivies sans être approfondies. Personnellement j’aurai bien sûr été intéressé par un récit qui donne plus d’intérêt à la culture matérielle de cette mémoire. Une autre porte d’entrée aurait été une histoire des émotions mémorielles. Dans son premier chapitre sur Breendonk, Bruno Benvindo ne l’aborde cependant que brièvement sans que ce thème ne se transforme en fil rouge du livre.

  1.  Gotovitch, José, and Chantal Kesteloot, eds. Occupation, Répression : Un passé qui résiste. Bruxelles: Labor, 2002. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts