Tag Archives: Brussels

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

IMG_20150128_101718631Épisodes 1, 2 et 3.

Ce quatrième épisode résume deux journées de travail; je n’ai pas trouvé le temps d’écrire deux posts séparés. Après les archives de la police de la ville de Bruxelles et les registres d’admissions et médicaux de l’Institut de Psychiatrie à Brugmann, je me suis intéressé aux informations contenues dans les dossiers de la police des étrangers. Elles permettent d’abord de situer “mes” personnages en dehors de leur trajectoire psychiatrique: date d’arrivée (et de départ de Belgique), lieux d’habitation, réseau familial… Continue reading #psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 4)

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 3)

z_belgiquedocile_02_592

La contribution d’aujourd’hui est un peu hétéroclite parce qu’elle comprend une note de lecture, des impressions sur le dépouillement d’archives et un commentaire sur les réactions que j’ai eues suite aux deux premiers épisodes (1 et 2).

  • J’ai enfin lu des parties de l’ouvrage par lequel j’aurai dû commencer: le rapport publié par le CEGES en 2007 suite à une demande du gouvernement belge, afin de déterminer les responsabilités des autorités belges au sujet de la spoliation et la déportations des juifs en Belgique, La Belgique docile. Frank Seberechts y consacre un chapitre aux “Affaires sociales” (p. 517-545). Dans une ordonnance du 1er juin 1942 l’occupant règle “l’exercice de l’art de guérir par les juifs”. Contrairement à ce qu’écrit Seberechts (p. 518) l’ordonnance n’indique pas que les médecins non juifs ne peuvent plus soigner les patients juifs.1 Mais dans les mois qui suivent un système médical séparé pour médecins et patients juifs se met en effet en place. Seberechts retrace d’une manière plus détaillée cette politique de séparation pour la province d’Anvers où deux exceptions sont prévues: les soins des enfants et la lutte contre la tuberculose (p. 520). Un peu plus loin, dans un sous-chapitre intitulé “Soins aux personnes handicapées”2, l’auteur indique qu’une troisième exception semble avoir existé pour les patients psychiatriques mais qui ne semble pas reposer sur un ordre écrit. Le sous-chapitre est très court – à peine plus d’une page – et consiste en une énumération non exhaustive d’asiles psychiatriques où des patients psychiatriques juifs ont été internés après l’été 1942. Le livre confirme donc l’existence de patients psychiatriques répertoriés comme juifs dans les asiles belges jusqu’à la fin de la guerre sans aller plus loin dans l’analyse3.
  • Après le dépouillement de deux registres d’admission, je me suis aujourd’hui intéressé aux registres médicales de 1941 à 1943. Je reprends ce que j’en avais écrit dans l’épisode 2: “il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive.” Je n’ai pas réussi à terminer le dépouillement donc pas de graphique comme pour le registre d’admission, mais deux remarques. Premièrement, dans le registre médical ne sont consignés que les patients en service fermé – ce qui est logique comme le registre est obligatoire dans le cadre du régime de la collocation. Mais malgré le fait que je travaille depuis quelques années sur la psychiatrie en Belgique je n’avais encore jamais eu la chance de travailler sur les deux sortes de registres en même temps pour m’en rendre compte. Deuxièmement, des personnes indiquées comme “israélite” dans le registre d’admission ne le sont pas dans le registre médical et inversement.
  • Et ceci m’amène au dernier point. Suite aux deux premiers épisodes j’ai eu plusieurs retours. Il est d’ailleurs intéressant que ces gens – que je remercie – préfère écrire des mails que mettre leurs remarques dans les commentaires. J’ai eu le plus de réactions concernant mon malaise concernant l’identification des “israélites”. Les uns me conseillent de me limiter aux identifications de l’époque, en ne m’intéressant pas au sort des juifs mais aux personnes considérées comme telles4, d’autres avouent se poser les mêmes questions. Yasmina Zian me propose la solution suivante: “Si tu veux travailler sur les traitements des juifs dans une institution psychiatrique, tu dois « identifier » comme étant « juif » l’individu qui a été identifié par l’institut psychiatrique comme étant « juif ». Si tu inclus dans ton groupe « juif », des gens qui n’ont pas été identifiés comme tels, alors ça peut poser problème. Si par contre tu veux retracer des parcours de vie ou étudier les stratégies mises en place par des juifs pour échapper à la déportation, alors c’est intéressant d’intégrer dans « tes identifiés juifs » ceux qui n’ont jamais été considérés comme juifs par une quelconque autorité… Les réflexions qui m’ont le plus aidée, c’est des passages de Saerens et Schreiber dans leur thèse respective, qui explique ce qu’ils entendent par juifs. Vu que leur perspective de recherche est différente, leur définition l’est aussi, sans qu’elles se contredisent pour autant.” Le problème qui subsiste est celui de l’écriture: est-ce que l’absence du mot “israélite” implique que l’institution – dans mon cas l’Institut de Psychiatrie – n’a pas identifiée le patient comme “israélite” ou est-ce qu’elle a juste décidé de ne pas le mettre par écrit? Un moyen de trouver peut-être un début de réponse à la question est le passage aux archives de la police des étrangers qui ne semble pas avoir éprouvé de réticences à mettre l’étiquette “israélite”: le but serait donc de comparer les registres d’admission de l’Institut de Psychiatrie avec les dossiers de la police des étrangers.

 

 

  1. Trouvant la description que l’auteur donnait de cette ordonnance un peu flou, j’ai essayé de la trouver. J’avais un souvenir vague que le CEGES avait scanné ces ordonnances mais impossible de les retrouver sur le site internet du CEGES. C’est grâce à un travail de fourmis réalisé à Florence autour d’une banque de données de sources numérisées (EHPS) que je tombe sur le sous-page du site du CEGES qui contient la version numérisée des ordonnances. Je crois que le moteur de recherche du CEGES devrait connaître une refonte. []
  2. Il s’agit en fait d’une partie consacrée aux patients psychiatriques. Je me demande si le mot “handicap” est un mot de l’époque, un anachronisme de l’auteur ou un terme proposé par le traducteur: Frank Seberechts est néerlandophone et j’utilise la version francophone du livre. []
  3. À aucun moment n’est fait référence à la littérature sur la situation de patients juifs en France ou en Allemagne – que je devrai d’ailleurs revoir également. []
  4. Une lectrice me recommande le livre de Mariot N. et C. Zalc, Face à la persécution, Paris, Odile Jacob, 2010 sur cette problématique. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 2)

Le dos du registre d'admission consulté
Le dos du registre d’admission consulté

En arrivant aux archives du CPAS de Bruxelles, je vois que l’archiviste m’a fait remonter dans la salle de lecture deux registres d’admission datant de 1941-1942 et quatre registres médicaux de la même époque.

Le premier registre contient essentiellement des informations importantes pour la gestion administrative du patient : nom, prénom, état civil, adresse, son culte, dates d’entrée et de sortie, le moyen de transport vers l’Institut de Psychiatrie et le prix , la personne qui a demandé la collocation (le plus souvent la famille ou la police)1, la capacité financière (indigent ou patient payant), dates de notification à la sûreté publique2 et le lieu vers lequel le patient part lorsqu’il quitte l’hôpital (retour à sa maison ou transfert dans un autre hôpital psychiatrique). Les informations sur la folie se limitent à une seule rubrique qui ne s’articule qu’autour de deux notions : « affection nerveuse » ou « affection mentale ». Dans le premier cas, le patient est placé en service ouvert, dans le deuxième cas en service fermé.

Le deuxième registre est plus détaillé sur la maladie du patient: il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation3 et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours4, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive5.

Je commence avec le registre d’admission qui couvre l’été 1942, le moment où la politique de répression allemande contre les juifs connaît son paroxysme. Le premier patient du registre (n°1942-342) est une femme belge qui entre à l’Institut de Psychiatrie le 19 mai 1942. J’ouvre un mon logiciel tableur6 et décide d’y introduire d’une manière détaillée que les patients que je ‘suppose’ juifs – pour les patients ‘non-juifs’, je note juste le numéro de registre pour pouvoir rapidement évaluer la part de patients ‘juifs’. En une demie-journée je n’arrive pas à dépouiller l’entièreté du registre. Ceci est non seulement lié au fait que le nombre de patients juifs n’est pas négligeable, mais également au fait que d’autres informations attirent mon attention: des patients luxembourgeois et chinois, des patients qui viennent des prisons sous contrôle des Allemands, des patients « placées sous les ordres de l’autorité allemande », etc. Même s’ils ne sont pas du tout liés à ma recherche, je transcris leurs cas dans le tableur  : d’autres sujets de recherche s’annoncent et ne se réaliseront probablement pas7. Je perds également pas mal de temps parce que j’ai mal construit les catégories de mon tableur que je refais à trois reprises8. Lorsque je quitte la salle de consultation, je suis arrivé au patient (n°1943-386). Il me reste encore 5 pages – sur une page se trouve une dizaine de patients – à dépouiller.

La lecture est également moins rapide parce que ce qui est ‘juif’ pose difficulté. Le plus simple c’est de se fier au culte qui est systématiquement marqué. La personne9 qui remplit le registre d’admission utilise le plus souvent « israélite », parfois « juif »10. Mais en lisant le registre d’une manière attentive, on découvre d’autres patients qui sont probablement juifs, mais dont la rubrique culte indique « s.c. ». Ce travail de ‘dénicher’ des patients juifs me rend mal à l’aise. Je suppose que d’autres chercheurs ont déjà été confrontés à des problèmes similaires – si vous avez des idées/références cher lecteur, la rubrique « commentaires » attend vos suggestions.

Nombre d’entrées de patients juifs11

 

5/1942 6/1942 7/1942 8/1942 9/1942 10/1942 11/1942

0

4

3

5

9

4

0

 

12/1942 1/1943 2/1943 3/1943 4/1943 5/1943

2

2

3

3

0

1

Ce que je trouve assez étonnant c’est que l’hôpital continue à utiliser des catégories qui dans le contexte de la persécution allemande pose des sérieux problèmes. Même après les rafles de l’été 1942, le culte des patients est noté d’une manière systématique. Il est clair qu’on ne cache pas les juifs aux autorités allemandes12, mais on ne transmet pas non plus les informations aux services de l’occupant: aucun de ces juifs n’a été arrêté à l’Institut de Psychiatrie par la police allemande13. Après ces quelques heures de dépouillement dans les archives de la Ville de Bruxelles et du CPAS, ce qui m’intrigue le plus c’est l’absence de toute trace de la persécution des juifs: la guerre y est complètement absente. Je suis sûr qu’elle va néanmoins apparaître dans d’autres archives. Pour quelques-uns des noms, la banque de données de Yad Vashem indique qu’ils sont passés par Malines et puis par Auschwitz14. Et puis le chiffre assez élevé du mois de septembre 1942 (moment de la rafle) n’est probablement pas innocent. Plusieurs pistes s’ouvrent dorénavant au niveau archivistique:

  • dépouiller l’entièreté du registre des admissions pour les années de guerre, et éventuellement également pour les années 1930 pour pouvoir mieux contextualiser 1940-44,
  • regarder si les juifs admis se retrouvent également dans les registres médicaux et si des dossiers de patients individuels existent pour eux,
  • commencer à contacter les hôpitaux psychiatriques vers lesquels les juifs sont souvent envoyés après quelques semaines à l’Institut de Psychiatrie. En effet, celui-ci étant un service universitaire, les patients chroniques et/ou pas très intéressants pour l’enseignement sont envoyés en province. Des patients juifs se retrouvent ainsi à Duffel, Gheel, Titeca, …15
  • me renseigner sur les archives de la sûreté.

Mais après ces deux premiers épisodes rapprochés, il faudra attendre mi-janvier pour la suite. Entretemps je dois finir trois entrées pour l’encyclopédie virtuelle sur la Première Guerre mondiale, une autre guerre qui ne me lâche pas.

  1. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 125-142 []
  2. En fait, les dates d’entrée et de sortie des patients étrangers sont systématiquement transmises à la sûreté publique. Cette institution surveille les étrangers, mais je ne sais pas sur quel texte législatif est basé ce flux d’informations entre psychiatrie et service de renseignement civil. []
  3. Ce certificat est une obligation légale. []
  4. La loi belge est précise à ce niveau: “Pendant chacun des cinq premiers jours de son admission, l’aliéné sera visité par le médecin de l’établissement. Celui-ci consignera sur un registre à ce destiné, coté et paraphé comme il est dit à l’article 22, ses observations et le jugement qu’il en aura tiré” Sander A., Die Irrengesetze in Frankreich, Genf, den Niederlanden, England, Norwegen, Belgien und Schweden, Berlin, August Hirschwald, 1863, p. 182. []
  5. Ce registre-là je ne l’ai pas ouvert pour le moment, mais il y a quelques mois, en travaillant sur l’arrivée du concept de schizophrénie en Belgique, j’ai consulté ce même type de registre pour les années 1920. Je crois donc savoir ce que je vais y trouver. []
  6. Excel en bon français, mais comme je n’utilise pas Microsoft mais LibreOffice ça ne s’appelle pas Excel. []
  7. J’ai encore des centaines de photocopies que j’ai collectées lors de ma thèse mais que je n’ai jamais utilisées pour un article ou un livre. []
  8. Au début je n’avais repris que les catégories du registre d’admission qui me semblaient les plus intéressantes. Or comme ce qui est intéressant au début ne l’est plus nécessairement après un dépouillement d’une heure et inversement, je dois refaire une partie du dépouillement.  []
  9. Probablement une infirmière. []
  10. Une des vérifications à faire, c’est de regarder quels sont les mots utilisés dans l’entre-deux-guerres. []
  11. En ce moment, je n’y ai intégré que les patients où le culte est explicitement indiqué comme « israélite » ou « juif ». Des patients connaissent plusieurs entrées. Le transfert d’un service ouvert vers un service fermé est répertorié comme une nouvelle entrée. En écrivant ces lignes, je me rends également compte que j’aurais dû noter pour les patients non-juifs leur date d’entrée et pas seulement leur numéro de registre afin de pouvoir calculer le pourcentage de patients juifs, mois par mois. []
  12. Est-ce que les responsables allemands étaient au courant de ces registres? Je crois bien que non ? []
  13. Je suis curieux ce que la sûreté d’état fait avec ces informations: je me rends de plus en plus compte que je dois lire La Belgique docile avant d’avancer: probablement que je vais y trouver des réponses à la plupart de mes questions []
  14. Nouveau problème: comment gérer la protection de la vie privée: les noms sont publiés sur le site de Yad Vashem mais je n’ai probablement plus le droit de m’y référer directement car cela indiquerait leur passage en psychiatrie, chose que je n’ai pas le droit de divulguer. []
  15. Pas sûr que ces hôpitaux aient tous un service d’archives. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 1)

Au début était un rapport de la SDN sur la traite d'enfants et de femmes dans l'entre-deux-guerres
Au début était un rapport de la SDN sur la traite d’enfants et de femmes dans l’entre-deux-guerres

Ce blog qui aurait dû être un carnet de recherche est devenu de plus en plus un simple outil d’autopromotion: il témoigne peu d’une recherche en train de se faire. La semaine passée je suis tombé sur une archive qui m’a intriguée. En ce moment, je ne suis pas payé pour travailler sur la thématique qui y apparaît et je n’ai pas le temps d’y consacrer plusieurs semaines de recherche. Je sens néanmoins que dans les prochains mois je vais y revenir régulièrement dans des moments de temps libre. Et je vais essayer de documenter le cheminement, les questions, les impasses, les excitations… de cette recherche en ramenant le blog, au moins par moments, à sa première raison d’ordre d’être.

Il y a quelques mois, Jean-Michel Chaumont de l’Université catholique de Louvain et Magaly Rodriguez Garcia de la Vrije Universiteit Brussel m’ont demandé de participer à un de leurs projets. Ils sont en train de préparer une édition de documents relatifs à la prostitution et à la traite des êtres humains, produits par la Société des Nations (SDN) durant l’entre-deux-guerres1.

Des dizaines de villes ont été visitées par des ‘experts’ de la SDN parmi lesquels un certain Paul Kinsie, particulièrement prolifique, qui sera au centre de ce projet d’édition. Afin de rendre les rapports de Kinsie plus compréhensibles, les deux chercheurs demandent à des historiens de contextualiser les écrits, ville par ville. Ayant déjà travaillé avec Jean-Michel Chaumont2 et ayant publié sur la prostitution à Bruxelles pendant la Première Guerre mondiale3, ils me proposent de faire le bilan de la recherche sur l’histoire de la prostitution à Bruxelles. Cette contextualisation de 2500 mots aurait dû être un travail de 2-3 jours, mais je me rends rapidement compte que l’historiographie, très prolixe sur le 19e siècle, est presque complètement silencieuse pour l’entre-deux-guerres4: un retour aux Archives de la Ville de Bruxelles (AVB) s’impose donc. C’est un lieu que je connais bien, car j’y ai passé trois ans, jour après jour, pour écrire ma thèse sur la police bruxelloise5 : mais je n’y avais plus mis les pieds depuis longtemps. En expliquant mon problème à l’archiviste, ce dernier m’annonce qu’il y a maintenant un inventaire sommaire des archives de la police pour l’entre-deux-guerres, inexistant il y a dix ans. Plusieurs références renvoient à la prostitution, mais je me rends compte qu’il y a également une boîte d’archives consacrée aux “malades mentaux” pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui relie mon sujet de thèse et mon sujet de post-doc: je la commande donc également, par curiosité. La boîte contient essentiellement des avis de collocation (le nom qu’on donne en Belgique à l’hospitalisation forcée) de police. On y trouve la date, le nom, l’état civil, la profession, la demeure et la motivation de sa collocation6. Voilà un exemple de motivation:

“Je soussigné (…) docteur en médecine, etc., requis par le Commissaire 1ère division certifie avoir personnellement vu, exploré et interrogé la nommée B(…) C(…) née à Pabjanice le 20 avril 1911, célibataire et déclare qu’elle est atteinte d’une maladie mentale qui se caractérise par les symptômes suivants : psychose craintive, hallucinations (croit qu’on va la tuer), fugues répétées. J’estime que la susnommée est atteinte de psychose dépressive, affection mentale et qu’il est indispensable tant dans l’intérêt de sa santé que de la sécurité publique, de la mettre en observation dans un établissement spécial, pour y être soumise au traitement que réclame son état. Bruxelles, le 14 décembre 1942 (…) Nom et adresse de la personne qui s’est chargée de la garde des biens délaissés par la malade : ne possède plus rien à l’adresse on ignore où se trouvent ses effets.”7

En feuilletant ce dossier consacré à 1942, je tombe rapidement sur des noms à consonance juive (le formulaire ne contient pas des renseignements quant à la nationalité ou au “culte”) comme Adlersztejn, Israel, Wajntraub. J’ouvre Firefox – les AVB offrent entretemps le wifi – et lance les noms sur Google. Et pour la troisième personne que j’essaie, Google me renvoie au site de Yad Vashem. Le mémorial israélien est en train de construire une banque de données qui contient des juifs persécutés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Uszar Wajntraub y est répertorié: né à Varsovie dans les années 1920, elle est emprisonnée pendant la guerre à Malines d’où elle part le 31 octobre 1942 avec le convoi XVII vers Auschwitz. Voilà le résumé des informations contenues sur le site de Yad Vashem. Date de naissance et lieu de naissance correspondent avec ceux trouvés dans l’archive policière.

De prime abord il n’y a rien d’étonnant que des juifs passent par l’hôpital psychiatrique mais deux sujets me taraudent:

  • à ce que je sache il n’y a pas encore de travaux sur les juifs en tant que patients dans les hôpitaux en Belgique entre 1940 et 1945,
  • le rôle que la police communale joue dans la collocation pendant la guerre.

Il y a 11 ans j’avais publié un article sur l’implication de la police communale dans les rafles de juifs à Bruxelles en 19428. Je relis donc l’article notamment pour me retrouver dans la chronologie. À deux reprises – juillet et septembre 1942 – l’occupant allemand demande à la police de participer à des rafles. À deux reprises, la direction refuse ce qui n’empêche pas les Allemands de lancer la grande rafle bruxelloise le 3 septembre 1942. Une des frustrations de l’époque – vu l’absence d’archives – était de savoir ce que le “simple” agent de police faisait lorsqu’il rencontrait dans son travail quotidien une personne juive. Et là je me trouve face à des archives qui donnent des indices partielles. Lorsque la police communale est face à une personne – juive ou non – qui montre des signes de déséquilibre mentale, elle l’envoie à l’hôpital psychiatrique, et ce même après la rafle du 3 septembre 1942.

La question que je me pose dès lors est celle de savoir quelle est la trajectoire de ces personnes une fois internées à l’asile. Je prends un nom au hasard et l’envoie à l’archiviste du Centre Public d’Action Sociale de la ville de Bruxelles (CPAS) qui conserve les dossiers de patients de l’Institut de Psychiatrie de Brugmann, l’asile de référence pour la région bruxelloise. Ce sont des archives que je connais également très bien comme elles ont servi de base pour mon post-doc9. La réponse de l’archiviste est négative: il n’y a pas de dossier de patient à ce nom. Mais en même temps, il m’annonce que le CPAS a découvert récemment les registres d’admissions et les registres médicaux de l’Institut de Psychiatrie10 et que je pourrai les consulter.

Je me rends néanmoins compte de plusieurs problèmes dont le plus important est mon ignorance historiographique. J’ai quitté l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale et de la persécution des juifs depuis presque dix ans. Or en Belgique la recherche a été particulièrement féconde entre autres grâce à un rapport écrit à la demande du Sénat et sur injonction du gouvernement fédéral visant à examiner l’implication éventuelle des autorités belges dans l’identification, la persécution et la déportation des Juifs entre 1940 et 1944. Je suis néanmoins trop impatient de voir ces nouvelles archives: au lieu de passer d’abord par un travail bibliographique – comme je l’impose à mes étudiants – je prends rendez-vous avec l’archiviste.

Je m’interroge également sur un angle mort de Parmi les fous. J’y raconte une histoire de la psychiatrie en choisissant une approche thématique en refusant explicitement une chronologie que je trouve souvent trop politique. Le sujet de ma thèse – la Deuxième Guerre mondiale – n’y apparaît guère: cette absence est probablement liée à un “trop de guerres” pendant la thèse. Maintenant elle revient.

  1. Chaumont a déjà utilisé ces rapports dans Le mythe de la traite des Blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009. []
  2. Majerus B., « La concurrence des experts. Ou qui a le droit de dire ce qu’est la “traite des blanches” dans l’Allemagne de Weimar », Recherches sociologiques et anthropologiques, 2008, vol. 39, no 1, p. 41‑54. []
  3. Majerus B., « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre: contrôle et pratique », Crime, Histoire et Sociétés, 2003, vol. 7, no 1, p. 5‑42. []
  4. À l’exception de l’article suivant: François A. et C. Machiels, « Une guerre de chiffres: L’usage des statistiques par les discours abolitionniste et règlementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948) », Histoire & mesure, 5 décembre 2007, XXII, no 2, p. 103‑134. []
  5. Majerus B., Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007. []
  6. Ce formulaire standardisé est prescrit par la loi. []
  7. Archives de la Ville de Bruxelles, fonds de la police communale, boite 126-273. []
  8. Majerus B., « Logiques administratives et persécution anti-juive. La police bruxelloise et les arrestations de 1942 », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, 2003, no 12, p. 181‑217. []
  9. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013. []
  10. Des archives qui n’existaient pas au moment de la rédaction de Parmi les fous. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts