Tag Archives: Luxembourg

Besetzte Vergangenheiten. Erinnerungskulturen an den Zweiten Weltkrieg in Luxemburg – eine historiografische Baustelle

Das erste Bild das Google zum Thema “Luxemburg Zweiter Weltkrieg” vorschlägt, stammt aus einem Wikipedia-Eintrag mit dem Titel “Luxemburg im Zweiten Weltkrieg”… irgendwie logisch.

Manchmal haben Artikel eine ganz lange Entstehungsgeschichte. Besetzte Vergangenheiten. Erinnerungskulturen an den Zweiten Weltkrieg in Luxemburg – eine historiografische Baustelle, der vor kurzem im dritten Heft der luxemburgischen Geschichtszeitschrift Hémecht erschienen ist, beruht auf Forschungen aus dem Jahre 2005/6. Zu diesem Zeitpunkt arbeitete ich als wissenschaftlicher Mitarbeiter an der Universität Luxemburg an einem Projekt zu den luxemburgischen Erinnerungsorten. Von den vier Mitarbeitern des Projektes (Sonja Kmec, Michel Margue und Pit Peporte) war ich der einzige Zeithistoriker. Da der Zweite Weltkrieg zentral in der Erinnerungskultur des Grossherzogtums ist, hatte ich mich entschlossen dieses Thema zu vertiefen. Ich profitierte dabei unter anderem von den Schätzen des Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance. Der Artikel war 2007 geschrieben und sollte in einem Sammelband des städtischen Geschichtsmuseum publiziert werden, der bis heute noch nicht erschienen ist. In der Zwischenzeit zirkulierte der Artikel unter Kollegen und Studenten: er ist wahrscheinlich der meistgelesene und meistzitierte meiner Artikel… ohne dass er publiziert war. Fünf Jahre nach seiner Fertigstellung, bin ich um so glücklicher, dass er jetzt endlich auch in gedruckter Form vorliegt.

Der letzte Abschnitt der Schlussfolgerung lautet:

Zum Schluss erscheint mir noch eine Bemerkung über die Interpretation dieser Besatzung im breiteren Rahmen der Diskussion über die Luxemburger Nation von Bedeutung. Der Zweite Weltkrieg bedeutet keineswegs, wie immer wieder behauptet wurde (auch vom Autor dieses Artikels), das Ende des luxemburgischen nation-building process. Identitäten, auch nationale, zeichnen sich durch einen dynamischen Prozess der ständigen Veränderung aus. Sie unterliegen einem ständigen Neu-Definieren, Neu-Erfinden. Der Zweite Weltkrieg als teleologischer Endpunkt der Nationenentwicklung ist ahistorisch. In zwei Hinsichten stellt er jedoch eine wichtige Zäsur dar: Einerseits illustriert er den qualitativen Sprung, den das luxemburgische Nationalgefühl in den 20er und 30er Jahren erfuhr, andererseits bildet die Kriegserinnerung einen wichtigen Bestandteil zur Konstruktion der luxemburgischen Identität. Sie liefert zahlreiche Elemente für die Erfindung dessen, was ein Luxemburger ist. Sie bietet Legitimation, Mythen, Helden usw. und eine Gegen­identität (de Preiss). In diesem Zusammenhang ist das Kriegserlebnis in einer gewissen Weise nicht das Ende, sondern der Anfang einer Identitätskonstruktion, auch wenn natürlich auf zahlreiche ältere Bilder zurückgegriffen wird.

Der ganze Artikel kann hier runtergeladen werden.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Nation, nous voilà

Certains historiens continuent à bien aimer la cuisine nationale.

Pour le petit monde des historiens luxembourgeois, Woxx commence à remplacer d’Lëtzebuerger Land comme l’hebdomadaire à lire. L’ancien Grénge Spoun se détache positivement de son concurrent établi non seulement grâce à sa mise en ligne de l’intégralité de son contenu, mais aussi par l’attention qu’il accorde depuis quelques mois à la production historiographique. En décembre 2011 il consacrait une petite série aux livres de Michel Pauly1  et Emile Haag2. Et les mois d’été ont été l’occasion de réfléchir  sur “Identité et Histoire”. Pendant trois semaines le journal publiait des longs comptes-rendus de La nationalité luxembourgeoise de Denis Scuto3, de Constructing the Middle Ages de Pit Péporté4 et des Lieux de mémoire de Sonja Kmec et Pit Péporté5 Les pages que l’historien Vincent Artuso a consacré à ce dernier ouvrage étaient pour le moins étonnantes et ceci me semble lié à deux malentendus.

Le premier reproche qu’il formule est lié à l’approche culturaliste des Lieux de mémoire qui impliquerait automatiquement une vision conservatrice de l’histoire. En lisant ces lignes, je me sentais téléporté en arrière, dans la France ou l’Allemagne des années 1970, lorsque les hérauts de l’histoire sociale étaient confrontés à un courant qui mettait en cause leur approche sclérosé où l’homme disparaissait derrière des structures et des groupes dans le récit historique. L’histoire culturelle naissante en s’intéressant davantage aux codes, aux formes et aux objets était accusée de détourner le regard des “vraies” questions – sociales et économiques.

Deuxième écueil, plus étonnant encore: la défense du concept de la nation par Vincent Artuso. Le critique présente la nation comme un espace idéal où vivent des “citoyens libres et égaux, collectivement souverains” dans un “cadre d’une répartition plus équitable des richesses”. Quelque soit l’angle d’analyse – histoire sociale, politique, économique ou culturel – cette vision idéaliste n’est pas valable pour la majorité de la population masculine au 19e siècle, ni pour la totalité de la population féminine dans ce même siècle, ni pour la très grande majorité de la population étrangère jusqu’à aujourd’hui – ne parlons même pas des transfrontaliers. Critiquer la nation – nation qui a introduit la “séparation entre l’homme et le citoyen”  (Giorgio Agamben) – n’est pas une volonté de retour vers l’Ancien Régime comme le soupçonne Artuso, mais l’espoir – et là je parle dans mon nom personnel – d’un système de représentation politique qui dépasse ce cadre national.

“La révolte des clercs” pour reprendre la caractérisation des Lieux de mémoire par Artuso ne doit guère inquiéter les défenseurs de la nation (luxembourgeoise) parce que des nouveaux clercs semblent s’empresser à prendre la relève des historiens du 19e siècle pour défendre et légitimer la nation.

  1. Pauly Michel, Geschichte Luxemburgs, München, Beck  C H, 2011. []
  2. Haag Émile, Le Luxembourg une réussite originale au fil des siècles, Luxembourg, G. Binsfeld, 2011. []
  3. Scuto Denis, La nationalité luxembourgeoise (XIXe – XXIe siècles), Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2012. []
  4. Péporté Pit, Constructing the Middle Ages : historiography, collective memory and nation-building in Luxembourg, Leiden; Boston, Brill, 2011. []
  5. Kmec Sonja et Péporté Pit (éd.), Lieux de mémoire au Luxembourg II. Jeux d’échelles, Luxembourg, Saint-Paul, 2012. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Everyday Life Under German Occupation

 

Luxembourgian propaganda poster, probably edited by the government in exile
Luxembourgian propaganda poster, probably edited by the government in exile

Tatjana Tönsmeyer from the Bergische Universität Wuppertal and Peter Haslinger, director of the Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, plan a document edition on every day life under German occupation during World War Two1. They took the stimulating decision not to organise the archives around countries’ reports but to present the sources around four topics in four volumes: “Supply and Shortage”, “Rule and its Institutions”, “Labour and Exploitation” and finally “Exclusion, Forced Migration and Persecution”2. Last week they assembled historians representing 17 countries – I was invited as the Luxembourgian representative – at the Topographie des Terrors in Berlin to have a first discussion on theoretical and practical challenges. At the end of this meeting, three major elements struck me:

  • The difficulty to conceive a common European definition of occupation. As Olivier Wieviorka pointed it out: in France (and in Western Europe in general) war was the exception during the four years of occupation.3 In Eastern Europe, occupation and war were almost synonyms. Tatjana Tönsmeyer, a specialist of Central European History, characterised the history of occupation in her keynote as intrinsically marked by every day violence. Peter Romijn and myself were not so sure that this was true for large parts of the (rural) population in the Netherlands and in Luxembourg and pleaded to pay more attention to normality during occupation.
  • The different national war narratives are still considered as exceptional by the respective historiographical fields. Most of us started our brief country presentation in the morning by underlining how “unique”, “specific”, “exceptional” the situation was in Luxembourg, Denmark, Greece, France, Poland or in the Ukraine…
  • Finally, Luxembourg lags behind the rest of (Western and Eastern) Europe despite a university that will celebrate its tenth anniversary next year, a Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance, created in 2002, and a Centre de Documentation et de Recherche sur l’enrôlement forcé, created in 2008: no published guide to archives related to World War Two, no editions of documents, only a limited digitisation program…

 

  1. The whole project is financed by the Leibniz Gemeinschaft []
  2. They also plan an online edition but for the moment, the editors want to focus on the paper version []
  3. Richard Vinen wrote in his fascinating history of Europe: “In the late summer of 1940, Europe was at peace (…) the idea that Europe was at peace in 1940 is no more bizarre than the notion that it had been at peace during what historians call the ‘interwar’ period. Vinen Richard, A history in fragments: Europe in the twentieth century, Cambridge  MA, Da Capo Press, 2001, p. 63-64 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Les personnes âgées en psychiatrie : une perspective historique

* Ce texte paraît aujourd’hui, sous une forme légèrement différente, dans la revue forum qui publie un numéro consacré aux Menschenrechte in der Pflege.

« Personnes âgées » et « psychiatrie » : voilà deux termes qui se croisent depuis 200 ans et qui constituent des repoussoirs l’un pour l’autre. Les personnes âgées et les responsables politiques qui développent des politiques pour ce groupe craignent le côté stigmatisant lié à l’évocation de la psychiatrie. Le vieillissement n’est pas une maladie, et surtout pas une maladie mentale, définie souvent comme persistante et inguérissable. De son côté, la psychiatrie considère les personnes âgées – pour exactement la même raison – comme une population de patients peu valorisante, surtout pendant les périodes historiques où ce champ se définit comme une approche médicale et biologique. Les difficultés thérapeutiques que posent ces patients risquent de marginaliser davantage encore une discipline qui peine à trouver sa légitimité en médecine. Les psychiatres appréhendent l’aspect chronique de ces patients qui occupent des lits, qui semblent incurables et qui sont responsables des mauvaises statistiques.

En même temps, dès sa naissance dans la première moitié du 19e siècle, la psychiatrie est confrontée à la problématique du vieillissement. Les lieux dans lesquels la psychiatrie commence à être exercée et à se construire comme profession, se caractérisent souvent par une population très hétérogène parmi laquelle les personnes âgées constituent une partie non-négligeable. À Luxembourg, l’Hospice Central d’Ettelbrück qui ouvre ses portes en 1855 et qui constitue l’ancêtre de l’actuel Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique, accueille et enferme à ses débuts différentes populations marginalisées.

La rencontre entre « psychiatrie » et « personnes âgées » est d’abord sociale avant de devenir médicale. Ces personnes que la psychiatrie – psychiatres, gardiens, sœurs – rencontre ne sont pas seulement âgées, elles sont le plus souvent également pauvres. Cette population connaît une double origine. Il s’agit d’une part de patients qui sont arrivés jeunes à l’asile et qui n’en sont jamais sortis. Le long séjour (plus de 10 ans) ne constitue pas l’expérience majoritaire des reclus, mais affecte néanmoins un groupe non-négligeable de la population asilaire1. D’autre part, les asiles accueillent des patients qui arrivent dans l’institution pour des problèmes liées spécifiquement au vieillissement : le premier patient de l’Hospice Central à Ettelbrück, un gendarme pensionné, faisait probablement partie de cette deuxième catégorie2. Avant la mise en place de services spécifiques de gériatrie, la psychiatrie est le lieu où sont « déposées » les personnes âgées jugées trop difficiles pour rester dans leurs familles ou dans un service hospitalier normal. Dans une approche quantitative, la psychiatrie reste la réponse institutionnelle pour les personnes âgées, avant que, à partir des années 1960, la multiplication des maisons de repos offre une alternative . Dans un tel contexte, l’asile a surtout une fonction de gardiennage, tous les manuels de psychiatrie s’accordent pour dire qu’au niveau thérapeutique peu de solutions s’offrent.

C’est seulement dans un deuxième temps que la présence des personnes âgées en psychiatrie est définie comme un problème médical. Pendant très longtemps, la démence sera le topo à travers lequel la psychiatrie précise sa position face au vieillissement. Philippe Pinel va « forger » la « démence » en 1785 comme terme médical. Étienne Esquirol affine la nosologie trente ans plus tard en imposant une différenciation accrue : il distinguera entre la « démence aiguë » et la « démence sénile ». Dans les années 1870, le psychiatre allemand Richard von Krafft-Ebing souligne le caractère traitable de la première et le caractère inéluctable de la deuxième démence. Pendant 70 ans la psychiatrie va surtout utiliser ce terme nosologique pour parler des personnes âgées. Le psychiatre anglais Charles Mercier qui a rédigé un manuel psychiatrique ayant connu plusieurs éditions, résume ainsi la pensée dominante de l’époque : la démence est « la condition naturelle de l’homme dans ses années déclinantes » et elle est inévitable si la mort est le résultat « de l’expiration naturelle des forces de la vie, et non pas d’un acte violent ou de la quasi-violence d’une maladie »3. C’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie va diversifier sa nosologie concernant les personnes âgées. Si elle ne joue pas un rôle central dans la naissance de la gérontologie aux États-Unis ou en Europe, elle deviendra par la suite un acteur important dans ce nouveau champ. En 1955, le psychiatre anglais Martin Roth publie son article séminal The Natural History of Mental Disorders in Old Age dans lequel il propose cinq catégories : psychose affective, psychose sénile, paraphrénie, confusion aiguë, psychose artériosclérotique. Cet article n’est pas seulement intéressant parce qu’il reconnait une autonomie à certains diagnostics auparavant subsumés sous psychoses sénile ou artériosclérotique. Il est également révélateur d’un changement d’optique : d’une approche basée sur un modèle psychodynamique, Roth passe à un paradigme qui accorde beaucoup plus d’importance à la neuropathologie4.

Cette évolution qui touche plus largement la psychiatrie est particulièrement visible dans l’essor que prend le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. « Découverte » dans les années 1900 par le psychiatre allemand Alois Alzheimer, la démence présénile caractérise dans un premier temps des personnes qui ne sont pas considérées comme vieillissantes, mais qui présentent néanmoins des symptômes similaires à la démence, la maladie (psychiatrique) par définition du vieillissement. Le psychiatre allemand accorde une place importante à une explication neurologique : des déformations du tissu cérébral sont la cause de la maladie. Pendant cinquante ans, cette description pathologique ne sera guère utilisée, ni dans la nosologie psychiatrique ni dans le language courant. Dans la deuxième édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM-II) de 1968, la bible nosologique de la psychiatrie, quelques lignes à peine sont consacrées à la démence présénile, lignes dans lesquels le nom d’Alzheimer apparaît deux fois. Vingt ans plus tard, la quatrième édition a gagné en épaisseur, mais accorde beaucoup plus d’attention à la « maladie d’Alzheimer » : elle est maintenant devenue une entrée propre et sa description occupe cinq pages.

Tableau – Part du mot « Alzheimer » dans le corpus anglais des textes scannés par Google (requête effectuée le 5 avril 2012)

Encore élément marginal dans la nosologie psychiatrique des années 1960, la maladie d’Alzheimer est devenue une description centrale dans les années 1980 jusqu’à devenir presque synonyme de maladie mentale pour personnes âgées, situation paradoxale vu qu’Alois Alzheimer l’avait justement réservée à des personnes qui n’étaient pas encore considérées comme vieilles : la première personne diagnostiquée comme telle, Auguste Deter, avait 51 ans. La différenciation nosologique est symptomatique d’un changement d’optique : les personnes âgées ne souffrent plus des conséquences inévitables du vieillissement mais d’une maladie spécifique.

À partir de l’entre-deux-guerres, la gérontologie commence à se développer comme nouveau champ interdisciplinaire s’occupant du vieillissement, d’abord aux États-Unis, puis à partir de l’après-1945 également en Europe. Dans un premier temps, on y retrouve surtout des endocrinologues, des physiologistes, des cardiologues…

Tableau 2 – Articles publiés dans le Journal of Gerontology par domaine de recherches5

1946

1947

1948

1949

1950

1951

1952

1953

Biologie/Médecine (utilisant des animaux)

13

9

4

4

4

6

10

6

Biologie/Médecine (utilisant des humains)

10

10

14

20

20

13

21

28

Sciences Sociales

8

2

5

5

6

10

11

10

Psychologie/Psychiatrie

0

2

1

4

2

2

2

5

La presqu’absence de psychiatres dans les revues fondatrices du champ ne signifie néanmoins pas l’absence du champ : dans le premier numéro de la nouvelle revue de gérontologie française qui voit le jour en 1976 six des 18 publicités sont consacrées spécifiquement à la psychiatrie6. Malgré l’ancienneté de la pratique thérapeutique des personnes âgées, la psychiatrie en tant que discipline montrera donc une certaine réticence à revendiquer un savoir-faire pour cette problématique sociétale. Dans les derniers 40 ans on observe néanmoins une institutionalisation des psychiatres qui s’intéressent spécifiquement au vieillissement. The Faculty of the Old Age Psychiatry auprès du Royal College of Psychiatry a été fondée en 1973. En 1982 se crée l’International Psychogeriatric Association (IPG). En Allemange, c’est en 1992 que se constitue la Deutsche Gesellschaft für Gerontopsychiatrie und –psychotherapie. Ces trois exemples illustrent à travers le flottement sémantique la fluidité d’un champ qui est en train de se construire. L’organisation anglaise est clairement limitée aux psychiatres. L’IPG réunit psychologues et psychiatres. L’association allemande connaît une définition plus large.

Pour conclure, revenons à l’institution où « psychiatrie » et « personnes âgées » se sont rencontrées : l’asile. Lors des derniers cinquante ans, on assiste dans de nombreux pays européens à une sortie des personnes âgées des institutions psychiatriques. Ce mouvement s’inscrit dans un développement plus large qui vise à quitter l’enfermement asilaire. Dans certains pays comme la Grande-Bretagne, cette politique a conduit à la fermeture de la plupart des grands asiles. Dans d’autres pays comme la Belgique, les grandes institutions ont diminué le nombre de leurs lits et des organisations complémentaires extra-hospitalières sont mises en place. Comme les personnes âgées occupaient un nombre important de ces lits – dans la Grande-Bretagne du début des années 1970 la moitié des patients en hôpital psychiatrique a plus de 65 ans7 – toute une panoplie de nouvelles institutions qui gèrent les différents degrés d’autonomie des personnes âgées voient le jour. Le Luxembourg a été touché tardivement par ces changements. Ce n’est que depuis six ans qu’à l’intérieur du Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique on spécifie institutionnellement l’approche thérapeutique en distinguant entre un service proprement psychiatrique, un service accompagnant les personnes âgées et un service dédié aux personnes présentant un handicap mental.

  1.  Dans l’Angleterre de la fin du 19e siècle, 10% des patients séjournent plus de 3 000 jours dans les asiles : Joseph Melling and Bill Forsythe, The Politics of Madness the State, Insanity and Society in England, 1845-1914 (London; New York: Routledge, 2006), p. 138. []
  2. Jean-Marie Majerus, ‘Das Centre Hospitalier Neuro-psychiatrique’, in Handbuch Der Sozialen Und Erzieherischen Arbeit in Luxemburg, ed. by H. Willems and others (Luxembourg: Saint-Paul, 2009), pp. 113–125 (p. 117). []
  3. Charles Mercier, Sanity and Insanity : with Illustrations (London: W. Scott, 1890), p. 370. Ce manuel, hébergé par Gallica, est accessible ici. []
  4. Jesse F. Ballenger, Self, Senility, and Alzheimer’s Disease in Modern America : a History (Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2006), pp. 53–54. []
  5. H.W. Park, ‘Refiguring Old Age: Shaping Scientific Research on Senescence, 1900-1960’ (University of Minnesota, 2009), p. 327. Pour télécharger ce travail, cliquez ici. []
  6. Benoit Majerus, ‘Defining Geriatrics’, a Notebook, 2012 [accessed 2 April 2012]. []
  7. Claire Hilton, ‘The Provision of Mental Health Services in England for People over 65 Years of Age, 1970—78’, History of Psychiatry, 19 (2008), 297–320 (p. 297). []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

De la déconstruction à la construction – Gilbert Trausch

Gilbert Trausch, consacré personnage public par le Superjhemp dans Dynamit fir d'Dynastie publié en 1989

En novembre 2011 a eu lieu la présentation présentation officielle de l’ouvrage ” Du Luxembourg à l’Europe. Hommages à Gilbert Trausch à l’occasion de son 80e anniversaire

Déjà soupçonné de “Trausch-bashing” lors d’un compte-rendu du livre Inventing Luxembourg dans le forum1, les auteurs se voient confrontés à des sous-entendus similaires dans le cadre de la publication des Mélanges Gilbert Trausch dans la presse luxembourgeoise.2 À l’intérieur du champ historiographique deux historiens ont produit au 20e siècle un master narrative sur le Grand-Duché du Luxembourg: Arthur Herchen et Gilbert Trausch.3. C’est dans ce cadre qu’une analyse des écrits de Gilbert Trausch m’intéresse.

Pour moi, la production historiographique de Trausch est ambivalente. Influencé par les écoles des Annales, il a débuté comme un historien du social où il a produit un savoir jusqu’à aujourd’hui inégalé. Je pense notamment à ses articles sur les Structures et problèmes agraires du passé publiés entre 1968 et 1969 dans la Hémecht ou à ses Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922 (( Trausch, Gilbert. “Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922.” Hémecht, no. 1 (1974): 5-118. )). Très tôt, il se lance également dans la déconstruction de plusieurs mythes de l’histoire luxembourgeoise que ce soient le Klëppelkrich4 ou la fidélité dynastique5. Il montre les acteurs de ces constructions et s’intéresse aux fonctions sociales de ces imaginaires. Les lieux de mémoire et Inventing Luxembourg s’inscrivent dans une logique similaire.

Mais dans l’oeuvre de Gilbert Trausch il y a une véritable rupture dans les années 1980. L’historien du social se transforme en historien du national. En 1989 Gilbert Trausch devient un des « prêtres » du 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg. L’idée de commémorer le 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg naît dans un cercle restreint rassemblant des diplomates et des historiens – Gilbert Trausch, Jules Christophory, Jean-Jacques Kasel et Christian Calmes – qui arrivent à avoir le soutien du ministre d’Etat Jacques Santer.6 Santer, Kasel et Trausch se connaissent bien à ce moment par des réseaux de sociabilité de la bourgeoisie luxembourgeoise. Le contexte de ces années est celui d’un regain national comme en témoignent entre autres la loi du 24 février 1984 sur le régime des langues, ainsi que la redécouverte de la Gëlle Fra, le changement d’appellation du Musée et des Archives de l’Etat en Musée et Archives nationales et l’apparition d’un parti d’extrême droite aux élections de 1989. L’accroissement des compétences de l’Union Européenne provoque de nombreuses inquiétudes. En 1990, Gilbert Trausch devient directeur du Centre d’Etudes et de Recherches Européennes Robert Schuman et en même temps Conseiller de gouvernement, grade le plus élevé pour un fonctionnaire luxembourgeois, ces nominations par le nombre limité de places disponibles étant hautement politisées et disputées. Il dépend dès lors directement du Ministre d’Etat et est chargé, parallèlement à son travail scientifique d’historien, d’encadrer comme historien les visites d’Etat.

À partir des années 1980, Gilbert Trausch offre à l’Etat luxembourgeois un discours cohérent, « rationnel » et « scientifique » sur son passé. Il entre ainsi dans une spirale de légitimation réciproque avec l’Etat. En effet, son discours historique légitime l’Etat luxembourgeois en lui conférant le titre de « nation ». De son côté, l’Etat l’institue comme la personne pouvant parler en son nom que ce soit lors des commémorations en 1989 ou lors de sa nomination de conseiller de gouvernement en 1990. Il est pour le moins ironique que celui qui a déconstruit le mythe de la fidélité dynastique des Luxembourgeois en 1984, choisit pour la réédition revue et augmentée en 2007 de son Le Luxembourg – émergence d’un état et d’un nation publié une première fois en 1989, comme ouverture un portrait de l’ancien couple grand-ducal et comme image finale un portrait du nouveau couple grand-ducal. Gilbert Trausch passe ainsi de la déconstruction à la construction.

  1. Thomas, Bernard, “Ghostbusters”, in: forum, n°297, Juni 2010, p. 4-8. []
  2.  http://www.lejeudi.lu/l-actualite/3918.html, Le Quotidien du 2 janvier 2012 []
  3.  Margue, Michel, Kmec, Sonja, « Les ‘lieux de mémoire’ ou Donner un sens à l’histoire », in : Kmec, Sonja et al., Les lieux de mémoire au Luxembourg, 2007, p. 12. []
  4.  Trausch, Gilbert. “Du nouveau sur le ‘Kleppelkrich’ : les soulèvements paysans de 1798 dans la région de Neufchâteau et leurs répercussions dans le département des forêts.” In Publications de la Section Historique de l’Institut Grand-ducal de Luxembourg, 63-135. LXXIX. Luxembourg, 1962.  []
  5.  Trausch, Gilbert. “Aux origines du sentiment national luxembourgeois : histoire et coup de pouce ou mythe et réalités.” Nos Cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur 5, no. 2 (1984): 73-111. []
  6. Interview avec Gilbert Trausch le octobre 2007 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Book Review – Volkmann, Hans-Erich. Luxemburg im Zeichen des Hakenkreuzes

Après la lecture des 530 pages, le livre de Hans-Erich Volkmann laisse un goût de trop peu. Ce sentiment n’est pas lié aux chapitres qui forment le cœur même du livre, à savoir la politique économique de l’Allemagne nazie par rapport au Luxembourg de 1933 à 1944. L’auteur y livre une étude très nourrie en se focalisant sur la sidérurgie et le monde bancaire. En adoptant le point de vue de l’occupant – le lecteur luxembourgeois aurait peut-être préféré le choix inverse – le spécialiste de l’histoire économique allemande des années nationales-socialistes remet le cas luxembourgeois dans une perspective plus large. Il approfondit les quelques pages que Paul Dostert avait consacrées à cette problématique dans sa thèse, publiée il y a déjà 25 ans. Cette monographie confirme l’importance du concept de « polycratie » pour comprendre les échecs mais également les succès de la gouvernance nationale-socialiste. Les controverses entre le Gauleiter Gustav Simon et Hermann Göring dans sa fonction de dirigeant des Reichswerke, les confrontations entre la Dresdner Bank et la Deutsche Bank font apparaître un occupant beaucoup moins homogène que sa représentation dans l’historiographie luxembourgeoise. Malheureusement Volkmann se lance peu dans la comparaison avec les autres territoires occupés ce qui aurait permis de dégager dans quelle mesure la situation du Luxembourg avait été spécifique. Les chapitres qui suivent de près les archives sont donc intéressants par leur richesse factuelle.

Mais dès que l’auteur quitte le propre de son sujet et qu’il se lance dans des interprétations plus larges, son absence de connaissance de l’historiographie luxembourgeoise ainsi qu’un style pour le moins malheureux soulèvent de nombreuses questions. Concernant l’identité luxembourgeoise, ses constats sont le plus souvent anachroniques ce qui n’est guère étonnant vu que son ouvrage de référence est un article de Nicolas Margue de 1937 (!). Ses propres analyses sont souvent marquées par des clichés nationaux, peu dignes d’un historien au début du 21e siècle, ainsi lorsqu’il parle du « ausgeprägter merkantiler Sinn de[r] Luxemburger » (p. 21). Son vocabulaire – notamment l’utilisation récurrente de la « Völkerpsychologie » – rappelle étrangement la terminologie des années 1920 et 1930. Ses comparaisons sont souvent de mauvais goût. Les intentions allemandes en 1940, même en excluant le volet antisémite, ne sont pas comparables avec celles de la Belgique et la France en 1918 (p. 24). De même, justifier l’intérêt pour les continuités qui perdurent au-delà de la fin de l’occupation en parlant de l’introduction du vin par la Rome antique sur la Moselle laisse apparaître une conception historique pour le moins douteuse. (p. 497). Finalement la formulation de certaines phrases est plus que malheureuse surtout lorsqu’elle ne permet pas de faire la distinction entre des paraphrases de l’idéologie nazie et l’opinion de l’auteur. Les chapitres d’introduction et de conclusion dans lesquels l’auteur sort du cadre purement économique posent donc clairement problème à tel point que je suis étonné que la « Fondation nationale de la Résistance » ait soutenu financièrement la publication de ce livre.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts