Tag Archives: occupation

Book Review – Becker/cicatrices

Avec Les cicatrices rouges1 Annette Becker poursuit la réflexion engagée depuis quinze ans sur les régimes d’occupation pendant la Première Guerre mondiale. La professeure de Paris-Ouest-Nanterre a découvert la problématique lorsqu’elle a été nommée à l’Université Charles de Gaulle Lille III, et depuis, elle s’est positionnée comme une des spécialistes de la question dans l’historiographie française mais également internationale. Elle a largement contribué à en faire un des sujets qui ont porté le renouveau historiographique autour de la « Grande Guerre ».

Dans ce livre publié chez Fayard et suivi par Anthony Rowley, l’auteure présente une synthèse bienvenue sur la France et la Belgique qui repose d’une part sur ses propres recherches et d’autre part sur l’historiographie belge particulièrement foisonnante depuis une dizaine d’années. C’est d’ailleurs le manque relatif de travaux sur les territoires occupés à l’Est qui explique son choix géographique : les quelques excursions qu’elle se permet néanmoins dans cette direction montrent tout l’intérêt de tels travaux comparatifs.

En suivant une trace chronologique, Annette Becker nous livre une histoire des occupations en quatorze chapitres qui portent toujours des verbes comme titres : « envahir », « fuir », « être femme », « avoir faim »… Après les « Oubliés de la Grande Guerre », titre d’un premier livre publié en 1998 et consacré entre autres aux territoires occupés, l’historienne française place son ouvrage cette fois sous l’expression de « l’outre-guerre », une guerre qui ne se définit pas par l’opposition entre deux armées séparées par une ligne de front, mais par un état intermédiaire où la violence et l’affrontement ne sont pas pour autant absents. Trois idées traversent ce livre.

Les territoires occupés, 10 départements français du Nord et de l’Est et presque la totalité de la Belgique, représentent un espace où la « culture de guerre », concept développé de concert avec Stéphane Audoin-Rouzeau, est particulièrement visible. Elle explique les violences exercées par l’occupant. Elle donne un cadre de mise en sens pour les populations civiles confrontées à cette situation.

Le temps de l’occupation est également un laboratoire de la guerre totale. Annette Becker souligne l’importance de ces régions pour les nouveaux experts de la guerre qu’il s’agisse de militaires, de médecins ou de juristes. Aussi bien pendant la guerre que dans l’après-guerre, les territoires occupés servent d’espace de projection pour définir la « race allemande », un nouveau « droit des gens » ou expérimenter la déportation de populations jugées hostiles.

Liée à ce deuxième point est une réflexion plus large sur la place de la Grande Guerre dans la généalogie des conflits du XXe siècle et notamment son rapport avec la période ’39-’45.

Les deux conflits en général et leurs occupations en particulier sont en effet et avec raison de plus en plus inscrits dans une lecture comparative et croisée. Cette comparaison entre les deux historiographies m’amène néanmoins aussi aux limites de ce livre. Imaginerions-nous un moment d’intituler aujourd’hui un livre Les cicatrices rouges 40-44. France et Belgique occupées ? On nous reprocherait non sans raison que cette vision victimisante de la population occupée est datée et ne tient pas compte de la complexité des années d’occupation. Or, l’historiographie de la Grande Guerre sur l’occupation continue à livrer un récit assez manichéen opposant d’un côté l’occupant, représenté sur la couverture par un casque à pointe sur une carte de la Belgique et de la France maculée de sang, et d’un autre côté, l’occupé qui n’y apparaît qu’à la façon d’une victime. Cette vision par trop simple ne fait pas justice à un des sujets qui restent parmi les sujets les plus fascinants et riches pour une histoire du XXe siècle.

Ce compte-rendu (ne) sera (pas) publié dans Témoigner entre Histoire et Mémoire.

  1.  BECKER Annette. Les cicatrices rouges : 14-18, France et Belgique occupées. Paris, Éd. Fayard, 2010, 373 p. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts