Tag Archives: Trausch

De la déconstruction à la construction – Gilbert Trausch

Gilbert Trausch, consacré personnage public par le Superjhemp dans Dynamit fir d'Dynastie publié en 1989

En novembre 2011 a eu lieu la présentation présentation officielle de l’ouvrage ” Du Luxembourg à l’Europe. Hommages à Gilbert Trausch à l’occasion de son 80e anniversaire

Déjà soupçonné de “Trausch-bashing” lors d’un compte-rendu du livre Inventing Luxembourg dans le forum1, les auteurs se voient confrontés à des sous-entendus similaires dans le cadre de la publication des Mélanges Gilbert Trausch dans la presse luxembourgeoise.2 À l’intérieur du champ historiographique deux historiens ont produit au 20e siècle un master narrative sur le Grand-Duché du Luxembourg: Arthur Herchen et Gilbert Trausch.3. C’est dans ce cadre qu’une analyse des écrits de Gilbert Trausch m’intéresse.

Pour moi, la production historiographique de Trausch est ambivalente. Influencé par les écoles des Annales, il a débuté comme un historien du social où il a produit un savoir jusqu’à aujourd’hui inégalé. Je pense notamment à ses articles sur les Structures et problèmes agraires du passé publiés entre 1968 et 1969 dans la Hémecht ou à ses Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922 (( Trausch, Gilbert. “Contributions à l’histoire sociale de la question du Luxembourg. 1914-1922.” Hémecht, no. 1 (1974): 5-118. )). Très tôt, il se lance également dans la déconstruction de plusieurs mythes de l’histoire luxembourgeoise que ce soient le Klëppelkrich4 ou la fidélité dynastique5. Il montre les acteurs de ces constructions et s’intéresse aux fonctions sociales de ces imaginaires. Les lieux de mémoire et Inventing Luxembourg s’inscrivent dans une logique similaire.

Mais dans l’oeuvre de Gilbert Trausch il y a une véritable rupture dans les années 1980. L’historien du social se transforme en historien du national. En 1989 Gilbert Trausch devient un des « prêtres » du 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg. L’idée de commémorer le 150e anniversaire de l’Indépendance du Luxembourg naît dans un cercle restreint rassemblant des diplomates et des historiens – Gilbert Trausch, Jules Christophory, Jean-Jacques Kasel et Christian Calmes – qui arrivent à avoir le soutien du ministre d’Etat Jacques Santer.6 Santer, Kasel et Trausch se connaissent bien à ce moment par des réseaux de sociabilité de la bourgeoisie luxembourgeoise. Le contexte de ces années est celui d’un regain national comme en témoignent entre autres la loi du 24 février 1984 sur le régime des langues, ainsi que la redécouverte de la Gëlle Fra, le changement d’appellation du Musée et des Archives de l’Etat en Musée et Archives nationales et l’apparition d’un parti d’extrême droite aux élections de 1989. L’accroissement des compétences de l’Union Européenne provoque de nombreuses inquiétudes. En 1990, Gilbert Trausch devient directeur du Centre d’Etudes et de Recherches Européennes Robert Schuman et en même temps Conseiller de gouvernement, grade le plus élevé pour un fonctionnaire luxembourgeois, ces nominations par le nombre limité de places disponibles étant hautement politisées et disputées. Il dépend dès lors directement du Ministre d’Etat et est chargé, parallèlement à son travail scientifique d’historien, d’encadrer comme historien les visites d’Etat.

À partir des années 1980, Gilbert Trausch offre à l’Etat luxembourgeois un discours cohérent, « rationnel » et « scientifique » sur son passé. Il entre ainsi dans une spirale de légitimation réciproque avec l’Etat. En effet, son discours historique légitime l’Etat luxembourgeois en lui conférant le titre de « nation ». De son côté, l’Etat l’institue comme la personne pouvant parler en son nom que ce soit lors des commémorations en 1989 ou lors de sa nomination de conseiller de gouvernement en 1990. Il est pour le moins ironique que celui qui a déconstruit le mythe de la fidélité dynastique des Luxembourgeois en 1984, choisit pour la réédition revue et augmentée en 2007 de son Le Luxembourg – émergence d’un état et d’un nation publié une première fois en 1989, comme ouverture un portrait de l’ancien couple grand-ducal et comme image finale un portrait du nouveau couple grand-ducal. Gilbert Trausch passe ainsi de la déconstruction à la construction.

  1. Thomas, Bernard, “Ghostbusters”, in: forum, n°297, Juni 2010, p. 4-8. []
  2.  http://www.lejeudi.lu/l-actualite/3918.html, Le Quotidien du 2 janvier 2012 []
  3.  Margue, Michel, Kmec, Sonja, « Les ‘lieux de mémoire’ ou Donner un sens à l’histoire », in : Kmec, Sonja et al., Les lieux de mémoire au Luxembourg, 2007, p. 12. []
  4.  Trausch, Gilbert. “Du nouveau sur le ‘Kleppelkrich’ : les soulèvements paysans de 1798 dans la région de Neufchâteau et leurs répercussions dans le département des forêts.” In Publications de la Section Historique de l’Institut Grand-ducal de Luxembourg, 63-135. LXXIX. Luxembourg, 1962.  []
  5.  Trausch, Gilbert. “Aux origines du sentiment national luxembourgeois : histoire et coup de pouce ou mythe et réalités.” Nos Cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur 5, no. 2 (1984): 73-111. []
  6. Interview avec Gilbert Trausch le octobre 2007 []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts