Tag Archives: WW1

La surmortalité dans les asiles psychiatriques en Belgique (1914-18)

Black-windows_542931
La situation historiographique

En ce moment, je travaille avec Anne Roekens sur la situation des hôpitaux psychiatriques en Belgique occupée pendant la Première Guerre mondiale et plus spécifiquement sur la question du ravitaillement et de la mortalité dans ces institutions. Le sujet est un black hole historiographique, contrairement à l’étranger où les travaux de Heinz Faulstich pour l’Allemagne, d’Isabelle von Bueltzingsloewen pour la France et de Peter Schwarz pour l’Autriche permettent de voir plus clair.

Non seulement les historiens ne se sont guère intéressés à la question, mais les contemporains des quatre années d’occupation non plus. Si la statistique des aliénés en Belgique est assez détaillée depuis la deuxième moitié du 19e siècle, sa publication s’arrête pour les années 1917 et 1918. Il n’y a donc pas de bilan chiffré au niveau national. À partir des chiffres existants, j’ai essayé d’extrapoler des chiffres pour les années manquantes.

Tableau 1 – Chiffres publiés pour les années 1914-19191

Malades mentaux colloqués Entrants Sortants Décès % décès population2 Mort supplémentaires3
1914

19177

4089

1981

1954

10,9 %

77

1915

19789

3418

1293

2114

11,7 %

257

1916

19545

3604

1300

2572

14,8 %

860

1919

15243

4815

2430

1784

13,3 %

442

À en juger les trois premières années de la guerre, on n’observe pas une hausse importante des sorties (guérison, repris par des parents…) et le nombre des entrants se stabilise après une baisse importante lors de la première année. Si on postule que ces phénomènes ne changent pas fondamentalement pendant les deux dernières années, la baisse importante serait alors uniquement liée à la hausse de la mortalité.

Tableau 2 – Chiffres estimés pour les années 1917-1918

Malades mentaux colloqués Entrants Sortants Décès % décès population Morts supplémentaires
1917

18111

3500

1300

2900

16,1 %

1032

1918

16667

3500

1300

2900

17,4 %

1167

1 Leroy, ‘Un péril social : Le nombre des malades mentaux augmente d’une façon continue en Belgique’, Acta Neurologica et Psychiatrica Belgica, no. 4 (1949): 215–219.

2 Ce pourcentage présenté par Leroy est calculé de manière non-orthodoxe. Normalement pour établir la mortalité, le nombre de décès est divisé par la somme des malades présents au 1er janvier et des entrants pendant l’année Treizième rapport sur la situation des asiles d’aliénées du Royaume(1883-1892) (Bruxelles: Goemaere, 1895), LXII; Heinz Faulstich, Hungersterben in der Psychiatrie 1914-1949: mit einer Topographie der NS-Psychiatrie (Freiburg im Breisgau: Lambertus, 1998), 60.. Alphonse Leroy s’est limité à diviser le nombre de décès par la population présente au 1er janvier de l’année . Pour permettre la comparaison et comme c’est souvent les seules informations dont on dispose pour les années de guerre, nous allons garder cette manière non-orthodoxe.

3 Calculé par rapport à la moyenne des années 1910-1912 où la moyenne de mortalité est de 10,4 %.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

CfP – ​ The Face of First World War Battlefields and Battles

Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre,
Photo Y. Medmoun

Summer School for Graduate students

With financial support from the Conseil départemental de la Somme, the Mission du Centenaire 14-18, and the Office franco-allemand pour la jeunesse.

June 26th to July 2nd 2016, Péronne & Verdun

The International Research Centre of the Historial de la Grande Guerre, Péronne, with its partners at the EHESS Paris, the Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, Potsdam and the Université de Picardie Jules Vernes invites applications for its summer school in Verdun and Péronne for graduate students working on the First World War or modern conflicts more generally.

Aims
We aim to bring together an international group of outstanding young scholars with interests in, but not limited to, the military, cultural, social, and environmental histories of war. Over the course of a week, students will spend time in discussion with their peers, but also a wide range of leading international academics. Excursions and visits are an integral part of the programme and serve to enrich the experience.

Topic
The centenary in 2016 of the two iconic battles of the First World War–Verdun and the Somme–leads us to reconsider battles and battlefields in the historiography of the First World War. Since John Keegan’s pioneering Face of Battle (1976), generations of historians have expanded our understanding of the experience of combat, as well as our knowledge of the literary and artistic representations of the battlefield. The way we think about the legacy of battles in the memory of the First World War around the world, too, has changed. Our week in Verdun and Péronne (three days each) will not only give us time to reflect on the current state of research on the battles of the First World War and discover the most recent advancements in battlefield archeology and environmental history of warfare, but also confront these readings with on-the-ground visits to the sites studied.

Programme highlights
Activities will include guided tours of battlefields and memorial sites around Verdun and at the Somme, with local guides and specialists of battlefield archeology. Lectures by and debates with renowned historians of the First World War (including Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen and Jay Winter) will supplement our smaller seminar sessions with the summer school organizing historians (see below). On July 1st, 2016 we have seats reserved for all participants at the Somme centenary commemoration in Thiepval.

Conditions
The working languages of the summer school will be English and French. In order to participate in the full programme and in particular the guided tours of the battlefields a good passive knowledge of French (the capacity to understand a native speaker giving a fairly technical talk) is indispensable.

In order to allow for the greatest possible interaction and debate during the summer school, participants will be expected to read a certain number of documents ahead of time and prepare them for presentation.

We will cover accommodation (in 1 and 2-bed-rooms, shared bathrooms), all local transport (leaving and returning to Paris), entry fees for the various sites and most meals. We will also be able to provide assistance for travel costs to/from Paris for participants, especially those whose academic institutions do not cover such expenses.
Organizing committee:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)

Tomás Irish (Swansea University)

Benoît Majerus (University of Luxembourg)

Gene Tempest (Insignia Films)
Applications (in English or French) consisting of a 1-page summary of the candidate’s field of research [or: “research interests”] and a 1-page academic CV must be received before midnight on 15th February 2016 online: http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=en
Procedure:
1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.
2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.
3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».
4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.
We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2016.

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Le Centenaire de la Première Guerre mondiale au Luxembourg

Screenshot from 2015-07-10 19:29:36
Xavier Bettel rend hommages aux volontaires luxembourgeois engagés dans les armées alliées. © SIP/Charles Caratini

Ce texte a été rédigé pour l’Observatoire du Centenaire à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 
La Première Guerre mondiale est une « petite guerre » dans la mémoire luxembourgeoise. Jugée peu glorieuse par rapport à la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire de ces quatre ans occupe une place réduite dans l’imaginaire du Grand-Duché. Les années de guerre sont compliquées à intégrer dans un récit national. La politique d’accommodation poursuivie par le gouvernement luxembourgeois face à l’occupant allemand et les tensions sociales et politiques exacerbées expliquent que la Première Guerre mondiale devient un non-événement commémoratif dès l’entre-deux-guerres.

 
La commémoration autour du Centenaire de la Première Guerre mondiale confirme ce constat général. Dans un rapport de septembre 2011, Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale , avait noté que la politique attentiste du gouvernement luxembourgeois entre 1914-18 pourrait « expliquer que le Luxembourg ne prévoie pas, pour le moment, d’actions commémoratives spécifiques ».1 Les instituts de recherches historiques directement dépendant du gouvernement luxembourgeois ne pouvaient de prime abord pas jouer leur rôle d’animateur commémoratif officiel, leurs activités de recherche étant focalisées sur la Deuxième Guerre mondiale et l’intégration européenne.2 Le gouvernement luxembourgeois a donc commandé, tardivement, à l’Université du Luxembourg une exposition sur les années de guerre qui aurait dû s’ouvrir en 2015. Après une année de préparation elle a été annulée en mars 2014 pour des raisons budgétaires.3 En absence d’une pratique commémorative propre à la Première Guerre mondiale, les actes mémoriels posés jusqu’à ce jour par l’état luxembourgeois sont peu nombreux. Le 2 août 2014, cent ans après l’invasion, les sirènes d’alarmes ont sonné pendant deux minutes à travers tout le pays et une cérémonie de dépôt de fleurs avait lieu auprès de la Gëlle Fra, un monument commémorant les Luxembourgeois ayant combattu dans les armées alliées et inauguré en 1923. Un an plus tard, en juin 2015, le premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, inaugurait, à l’Hôtel national des Invalides à Paris, une plaque commémorative pour les volontaires luxembourgeois engagés durant la Première Guerre Mondiale aux côtés des armées de l’Entente.4
Cette quasi non-commémoration officielle n’a guère été contrebalancée par des acteurs privés5 : les initiatives mémorielles et historiographiques existantes présentent donc un caractère très éclaté et reposent souvent sur des initiatives personnelles et ponctuelles.

 
Le Centre national de littérature a consacré une exposition importante à l’influence de la Grande Guerre sur la vie culturelle au Luxembourg (novembre 2014 à septembre 2015), exposition qui est accompagnée d’un ouvrage qui dépasse le simple catalogue, en essayant de présenter une synthèse sur l’histoire de la Première Guerre mondiale au Luxembourg à travers le regard des littéraires.6 L’équipe de l’Université du Luxembourg qui avait préparé l’exposition, a sorti un ouvrage collectif rassemblant le travail d’une quinzaine d’historiens luxembourgeois et étrangers sur la Première Guerre mondiale au Grand-Duché : le livre illustre néanmoins la faiblesse de l’historiographie luxembourgeoise sur ces quatre années d’occupation. La plupart des auteurs ne sont pas des spécialistes de la Première Guerre mondiale, mais ont abordé leur thématique de recherche traditionnelle à travers le prisme de la Grande Guerre.7

 
À côté de ces deux initiatives qui s’inscrivent directement dans le cadre de recherches scientifiques, d’autres actions s’orientent davantage vers un public plus large. L’Institut Pierre Werner qui rassemble l’ancien Institut Français et l’ancien Goethe Institut organise un cycle de conférences en invitant les grands noms de l’historiographie internationale avec quelques succès de public notamment pour Christopher Clarke. Le Musée National d’Histoire Militaire de Diekirch, porté par des historiens amateurs essentiellement intéressés par la bataille des Ardennes, a de son côté organisé une exposition dédiée à la Première Guerre mondiale, mais qui n’était ouverte que trois semaine en novembre 1914.

 
Finalement, des journaux comme le quotidien Luxemburger Wort ou l’hebdomadaire d’Lëtzebuerger Land ont, pendant la première année de la commémoration, consacré des articles historiques à intervalles réguliers sur le Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale

 
Cette énumération descriptive montre l’absence d’un véritable fil rouge. Les remous provoqués par l’annulation de l’exposition, le succès rencontré par le livre Guerre(s) au Luxembourg qui a connu très rapidement une deuxième édition, l’affluence aux conférences organisés par l’Institut Pierre Werner montrent un certain élan mémoriel dans la société luxembourgeoise. La raison n’est pas à chercher dans une politique mémorielle particulière. Reste à savoir si cet élan se nourrit d’une vague commémorative européenne par laquelle la société luxembourgeoise a été emportée ou si c’est un symptôme d’un regain d’intérêt interne au Grand-Duché.

 

  1.  Joseph Zimet, “Commémorer La Grande Guerre,” 2011, p. 45. []
  2.  En 2014, le gouvernement luxembourgeois dispose de quatre instituts de recherches historiques : le Centre d’études et de recherches européennes Robert Schuman, le Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, le Centre de documentation et de recherche sur la Résistance et le Centre de documentation et de recherche sur l’enrôlement forcé. []
  3. Une exposition numérique financée par le gouvernement luxembourgeois est maintenant prévue pour fin 2016. []
  4. Bellion, Joe. “Luxemburger in der französischen Armee während des Esten Weltkriegs.” Hémecht 65, no. 3 (2013): 267–98. []
  5. Déjà dans l’entre-deux-guerres, l’absence d’anciens combattants pour porter une mémoire d’en bas avait différencié le Luxembourg de ses pays voisins. []
  6. Daniela Lieb, Pierre Marson, and Josiane Weber, eds., Luxemburg und der erste Weltkrieg : Literaturgeschiche(n) (Mersch: Centre national de littérature, 2014). []
  7. Benoît Majerus, Charel Roemer, and Gianna Thommes, eds., 1914-1918. Guerre(s) Au Luxembourg (Luxembourg: Capybarabooks, 2014). []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Francophone comics on World War One (part 1)

"C'était la guerre des tranchées" published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One
“C’était la guerre des tranchées” published by Tardi in 1993 is probably the most famous French comic on World War One

 

 

In order to prepare a communication on “Francophone comics on World War One” for a conference cycle on Literature and the Great War at the University of Luxembourg, I tried to establish a complete corpus of volumes1, which gives already an interesting idea of a chronology of publications2.

Continue reading Francophone comics on World War One (part 1)

  1. I used among others: Denéchère B. et L. Révillon, 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant, Cheminements, 2008; CIBDI, Bibliographie sélective de la Première Guerre mondiale dans la bande dessinée, https://fr.scribd.com/doc/199085759/Selection-des-BD-sur-la-guerre-14-18, consulté le 5 mars 2015. []
  2. In 2014, 20 volumes have been published []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

1914-1918: Guerre(s) au Luxembourg

Screenshot from 2014-11-14 18:04:45

Le titre de cet ouvrage collectif Guerre(s) au Luxembourg trouve son origine dans deux constats structure ce livre. C’est que tant d’un point de vue historique que d’un point de vue historiographique, la Première Guerre mondiale au Luxembourg cache sous sa forme singulière de nombreuses guerres.

Du point de vue historique, il y a tout d’abord la plus évidente : l’occupation d’un Grand-Duché par un Empire. Avec la violation de la neutralité luxembourgeoise par les troupes allemandes débute une occupation militaire qui durera plus de quatre ans. Tout au long de ces années, environ 5000 soldats allemands sont stationnés au Luxembourg et vont cohabiter – de manière parfois conflictuelle, mais pas toujours – avec la population locale. Pendant qu’une partie des expatriés luxembourgeois décide de s’engager dans les rangs des armées française ou belge et fera donc l’expérience de la guerre des tranchées, la population restée au pays fera l’expérience de l’occupation, élément central du phénomène de « guerre totale » que constituera pour la première fois la Première Guerre mondiale.

Cette occupation militaire et la présence importante de troupes qui l’accompagne, ne parvient cependant pas à apaiser les tensions qui traversent la société luxembourgeoise depuis plusieurs décennies déjà. L’opposition politique entre la droite et la gauche continue avec la même violence qu’avant la guerre et va plonger le pays dans une période d’instabilité politique accrue suite à la mort du Premier Ministre Paul Eyschen en 1915. Mais cette instabilité ne se limitera pas au monde politique car les années de guerre ravivent d’autres conflits encore : le monde ouvrier se radicalise dans son opposition au patronat suite à la détérioration des conditions de vie de toute une population, les citadins sans terres envient les ruraux dont la situation alimentaire est moins catastrophique, les pourfendeurs de la monarchie trouvent de nouveaux arguments républicains dans le positionnement de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde pendant la guerre, la définition de ce qu’est un « vrai Luxembourgeois » connaît un premier moment paroxystique et les visées annexionnistes de l’Allemagne puis de la Belgique interrogent la légitimité d’un Luxembourg indépendant. Autant d’éléments qui font des années 1914-1918 au Luxembourg une histoire complexe et ambigüe et qui font qu’on peut effectivement parler « des guerres » pour décrire l’expérience luxembourgeoise de 1914-1918. Bien que se trouvant à une certaine distance du front et ne faisant pas partie des belligérants, le Luxembourg connaîtra la guerre, celle des bombardements alliés sur les sites industriels et ferroviaires, mais aussi celle du front intérieur que les nations belligérantes n’étaient pas les seules à devoir affronter.

Cette histoire d’un pays profondément divisé qui doit faire face à des crises internes et externes est difficilement conciliable avec le master narrative prédominant d’une nation luxembourgeoise traversant fièrement les intempéries de l’histoire, raison probable pour laquelle dès 1945, la Première Guerre mondiale fut reléguée, sur le plan mémoriel, derrière la Seconde Guerre mondiale. Avec un siècle de recul, on peut clairement affirmer qu’au Luxembourg, la « Grande Guerre » est restée une petite guerre sur le plan historiographique.

Si le Centième anniversaire de ce premier conflit mondial a quelque peu remis cette histoire sur l’agenda des historiens, beaucoup de travail de recherche reste à faire avant de pouvoir proposer une vue d’ensemble sur l’histoire de cette Première guerre mondiale au Luxembourg. Le pluriel de « guerre » se réfère donc également au livre-même que vous tenez entre les mains. Son plus grand défaut – l’absence d’un fil rouge cohérent – s’explique par la faiblesse de la recherche sur cette petite guerre – historiographiquement parlant. Rassembler des auteurs autour de ces quatre années reste un pari difficile au Luxembourg. Les historiens racontent chacun leur guerre et semblent encore loin de présenter un récit de la guerre. La diversité des approches des différents sujets se reflète aussi dans le recours à des types de sources distincts selon les auteurs : cartes postales, annonces publicitaires, manuels d’histoire, articles de journaux, roman, et documents d’archives. Si l’absence d’un fil conducteur ne favorise pas l’élaboration d’une vue d’ensemble sur cette guerre, l’hétérogénéité des récits a tout de même un avantage considérable : elle permet de s’ouvrir à des approches qui dépassent l’histoire politique très prédominante dans le cadre de la Grande Guerre au Luxembourg. L’histoire sociale mais surtout l’histoire culturelle font – tardivement – leur entrée sur scène et permettront ainsi de développer un autre regard sur l’expérience de la Première Guerre mondiale au Luxembourg.

Pour conclure cette brève introduction, il reste à dire au lecteur que ce livre apparaît aussi dans le contexte de la polémique autour de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Reflétant avant tout le rapport ambigu que le Luxembourg entretient avec ce passé de la Première Guerre mondiale, mais aussi celui qui existe entre politique et histoire, cette polémique a surtout montré une chose : il y a dans la population une envie, mais aussi un besoin de connaître l’histoire de cette guerre. Cet ouvrage ne prétend pas répondre à lui seul à ce besoin, mais il propose des regards croisés sur ces quatre années de guerre qui permettront, on l’espère, une meilleure appréhension du sujet. A ces fins, ce livre s’adresse à un public large en se présentant comme un ouvrage qui se fonde sur une méthodologie scientifique tout en choisissant une approche de communication qui se veut accessible au grand public.

Si cet ouvrage permet d’apercevoir plusieurs guerres, il permettra aussi, on l’espère, de générer l’intérêt du public autour de l’histoire cette Première guerre mondiale qui a si profondément marqué le pays, que ce soit sur le plan politique, économique, social ou culturel.

Benoît Majerus, Charel Roemer & Gianna Thommes

Pour avoir cet article en pdf, cliquez ici.

 

 

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

La Première Guerre mondiale au Luxembourg en infographies

Screenshot from 2014-09-18 21:28:24Il y a six mois, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé que l’exposition prévue au Musée Drei Eechelen et préparée par Charel Roemer, Gianna Thommes et moi-même n’aura pas lieu. L’écho dans la presse était étonnamment grand et depuis lors nous sommes tous les trois contactés régulièrement pour participer à des initiatives diverses et variées.  Il y a 2-3 mois, Jan Hilken s’adressait à nous pour collaborer à un nouveau magazine luxembourgeois, intitulé 137p5.com, qui propose du journalisme infographique sur le Luxembourg. Dans leur deuxième numéro, nous avons réalisé cinq infographies consacrées à la Première Guerre mondiale au Grand-Duché en reprenant des sujets de l’exposition annulée: “Occupation of Luxembourg”, “Chronicle of Luxembourg”, “Air Attacks”, “Hunger” et “D’Gëlle Fra”. L’expérience a été très intéressante: Jan Hilken a réussi à mettre en images nos textes trop longs et remplis de notes en bas de page. En voyant les cinq récits proposés par Jan, je reste frustré par l’approche textuelle à laquelle les historiens restent viscéralement attachés. Est-ce qu’on verra un jour des mémoires et thèses infographiques?

Le magazine peut être acheté dans les bons magasins de journaux et sur le site de 137p5.com. Les cinq infographies dédiées aux années 14-18 peuvent être téléchargées ici.

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts