Tag Archives: WW1

De beaux discours, une mauvaise politique – L’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg

File7026
©Ville de Dudelange

L’année 2014 est fort chargée sur le plan commémoratif. Entre le 175e anniversaire du grand-duché du Luxembourg et le Centenaire de la Première Guerre mondiale, 2014 constitue une belle occasion pour se pencher sur la question du rapport entre présent et passé.

L’instrumentalisation des commémorations

Le discours de Michel Pauly à l’occasion du 175e anniversaire du grand-duché a montré combien les gouvernements de 1939 et de 1989 avaient récupéré les commémorations à des fins politiques. Le choix même de la date à célébrer (à savoir 1839 plutôt que 1815 ou 1830) relevait d’une décision politique plutôt que d’une décision historiographique. En 1939, il s’agissait avant tout d’affirmer le caractère indépendant du Luxembourg face aux visions annexionnistes de l’Allemagne nazie. Quoi de mieux dès lors que d’organiser des festivités en grande pompe qui seront célébrées jusque dans les plus petits villages du pays. Dans un contexte de poussée nationaliste, les festivités de 1989 revêtent une dimension politique elles aussi. Le discours de Gilbert Trausch – célébrant l’image d’une nation homogène qui a su résister à l’Occupant nazi durant la Seconde Guerre mondiale et ainsi aboutir en tant que nation – vise aussi à rassurer une population inquiétée par une hausse de l’immigration et un taux de natalité décroissant.

Les festivités de 2014 ont été d’un tout autre style que celles d’il y a 75 ou 25 ans. Leur austérité aurait eu de quoi enchanter le FMI. Aux précédentes festivités pompeuses, joyeuses et pleines de liesse populaire a succédé cette année un événement très localisé et finalement assez peu festif. Pour reprendre les paroles d’Astrid Lulling à propos de la commémoration de 2014, les fanfares locales fêtent plus somptueusement leurs anniversaires. Force est donc de constater que le gouvernement actuel, contrairement aux précédents, n’essaie pas de récupérer cette commémoration à des fins politiques. Les festivités de 2014 montrent que le Luxembourg ne semble plus avoir besoin d’asseoir son indépendance face à ses voisins qui le reconnaissent désormais comme partenaire à part entière dans une Union Européenne qui assure l’indépendance de ses États membres. Il a été permis à Michel Pauly de relativiser dans son discours le choix même de la date qui fut commémorée et de questionner les concepts de nation et de nationalité. La nature de ce discours ainsi que le fait qu’il ait été réservé à un membre de l’Université du Luxembourg, indépendante du pouvoir en place, semble démontrer que le devoir d’histoire a pris le pas sur le devoir de mémoire. Le nouveau gouvernement a le mérite d’avoir cautionné ce passage.

Une politique paradoxale en matière d’histoire

Les discussions actuelles autour de la création d’un Institut d’histoire du temps présent vont dans ce sens également. La ministre de la Culture Maggy Nagel (DP) a présenté cette création comme l’une des priorités de son mandat tout en déclarant que « les temps où l’histoire était dictée par la politique sont révolus ». Le fait que le gouvernement continue de soutenir financièrement des projets de recherche comme celui de Vincent Artuso sur la question du rôle de la Commission administrative durant la Seconde Guerre mondiale, notamment dans la déportation des Juifs, va dans ce même sens.

Le nouveau gouvernement devrait donc avoir l’ensemble de la communauté scientifique (du moins du domaine de l’histoire) derrière lui. Il n’en est cependant pas ainsi, et ce pour plusieurs raisons. Parallèlement à ces évolutions accueillies positivement par le monde académique, le gouvernement a pris des décisions qui font froid dans le dos à quiconque pratique un métier lié à l’histoire. D’une part, il y a la question peu médiatisée de la diminution du budget quadriennal de l’Université de cent millions d’euros (!) (à savoir vingt pour cent du budget total) dont les conséquences se font d’ores et déjà sentir. En prévision de ces mesures d’austérité, la direction de l’Université a en effet engagé des négociations avec les délégations syndicales en vue de diminuer de manière drastique les salaires de tous les chercheurs et collaborateurs scientifiques nouvellement engagés avec un CDD, information qui a depuis été relayée par le woxx. L’impact d’une telle décision, si elle se confirmait, aurait des conséquences néfastes pour la recherche scientifique – tous domaines confondus – au Luxembourg. D’autre part, il y a la fameuse question de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale qui, elle, a été largement relayée par les médias. Avant d’entrer plus en détails dans cette question, penchons-nous plus longuement sur cette histoire de la Première Guerre mondiale.

Une histoire et une mémoire ambigües

L’histoire du Luxembourg pendant la Première guerre mondiale est une histoire complexe et mal connue, même par les historiens. Les années 1914-18 constituent pour le Luxembourg une période d’instabilité politique accrue marquée par des crises sociales et des changements de gouvernements successifs. Si les différents gouvernements insistent régulièrement sur le statut de neutralité du pays – tel que défini par le Traité de Londres de 1839 –, les puissances de l’Entente vont lui reprocher son alliance économique avec l’Allemagne (Zollverein) et la mise à disposition de son industrie sidérurgique et de son réseau ferroviaire au service de l’effort de guerre allemand. Cet argument va d’ailleurs leur servir à justifier les bombardements aériens sur le pays ainsi que le refus d’accès à l’aide au ravitaillement en vivres par les États-Unis.

L’occupation du territoire luxembourgeois par les troupes allemandes est tout aussi ambigüe. Si le Septemberprogramm du chancelier allemand Bethmann-Hollweg prévoyait déjà une intégration du Luxembourg en tant que Bundesland dans le Reich, les dénominations du territoire (qui varient au long des années de guerre) se veulent toutefois plus nuancées : on parla d’un von deutschen Truppen besetztes ausländisches Gebiet, d’un Kriegsschauplatz ou encore d’un Durchgangsgebiet. Pour affirmer leur souveraineté nationale, les députés de la Chambre n’hésiteront pas à parler d’« occupation pacifique ». À partir de 1915, une Militärverwaltung allemande cohabite sur le territoire avec des autorités civiles luxembourgeoises. Cette cohabitation entre deux pouvoirs séparés va cependant se heurter petit à petit aux exigences de la guerre et la souveraineté luxembourgeoise (affichée par les deux côtés) sera par moments toute relative. L’occupation, avant d’être un concept juridique, est toutefois avant tout une rencontre entre des personnes. L’historiographie en sait très peu sur les hommes et les femmes qui occupèrent le pays (même le commandant en chef des troupes allemandes, Karl Richard von Tessmar, reste un personnage très méconnu). Les relations entre occupants et occupés ont trop souvent été réduites par l’historiographie traditionnelle aux contacts que la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde a eus avec les autorités allemandes et notamment à sa rencontre avec l’empereur allemand Guillaume II en 1914. Il faut cependant savoir que durant les quatre ans de guerre, 5 000 soldats furent stationnés en permanence sur le sol luxembourgeois. Ces personnes ont cohabité avec la population locale au quotidien, de manière parfois conflictuelle mais pas toujours. Les soldats participent à la vie sociale – tant en ville qu’en campagne – et le gouvernement doit veiller tout au long des années de guerre à ce que sa population s’abstienne de tout geste hostile envers l’occupant.

La notion de guerre elle-même est ambigüe pour décrire l’expérience luxembourgeoise de 1914-18. Car s’il n’y a pas eu d’affrontements directs entre les armées ennemies au Luxembourg, cette guerre accompagna la population dans son quotidien. D’une part, l’exposition permanente au Kriegsdonner fait des Luxembourgeois des témoins auditifs de cette guerre et l’arrivée au Luxembourg des soldats blessés – et avec eux les images des conséquences d’une guerre d’une violence inouïe – en fait des témoins visuels. D’autre part, les bombardements aériens, mais aussi et surtout la crise du ravitaillement font que la population subit les conséquences de la guerre au même titre que les pays en guerre, alors que le Luxembourg ne figure pas parmi les belligérants. Le Luxembourg connaît d’ailleurs à partir de 1917 la même « fatigue de guerre » que les pays en guerre.

Dès l’immédiat après-guerre, la mémoire collective de la Première Guerre au Luxembourg devient une mémoire conflictuelle et ambiguë, et ce malgré une politique mémorielle active visant à placer le Luxembourg aux côtés des Alliés (en insistant sur sa neutralité violée par l’Allemagne, ainsi que sur le rôle des volontaires luxembourgeois dans les armées belges et françaises). En matière de mémoire, le Luxembourg se distingue donc de ses pays voisins (au moins en ce qui concerne la Belgique et la France) pour lesquels le souvenir de la Première Guerre mondiale permet de commémorer une certaine unité nationale : au grand-duché, cette mémoire se divise entre germanophiles et francophiles, entre paysans et ouvriers, entre républicains et monarchistes…

L’histoire ambigüede la Gëlle Fra et le caractère non-officiel des commémorations du 11 novembre (armistice) témoignent de cette ambigüité. La Première guerre mondiale se retrouvera d’ailleurs après 1945, sur le plan mémoriel, dans l’ombre de la Seconde Guerre mondiale qui s’est rapidement imposée en tant que matrice mémorielle et historiographique pour donner sens au XXe siècle. Aujourd’hui, le centième anniversaire de la guerre semble toutefois avoir réveillé l’intérêt pour cet épisode mal connu de l’histoire du Luxembourg. En témoignent notamment les 300 personnes présentes (ainsi que la petite centaine de personnes qui s’est vue refuser l’accès, faute de place) lors de la présentation du livre de l’historien australien Christopher Clark – The Sleepwalkers – à l’Institut Pierre Werner en février dernier.

L’annulation d’une exposition pourtant si nécessaire

Si ce nouvel intérêt ainsi que l’ambigüité et la méconnaissance de cette histoire en font un sujet particulièrement attrayant pour les historiens, ces facteurs ne facilitent cependant pas sa mise en récit dans le cadre d’une exposition. La plupart des expositions dans les pays environnants optent d’ailleurs pour un master narrative simple. Au Luxembourg, une telle approche ne serait tout simplement pas possible, ou du moins pas historiquement correcte. Mais transformer un contenu thématique complexe en exposition demande un réel travail de réflexion sur la scénographie et l’espace. Le projet initialement prévu par l’Université prévoyait d’ailleurs une collaboration avec des scénographes afin d’assurer que la complexité et l’ambiguïté du sujet seraient maintenues dans un récit néanmoins accessible au grand public.

L’annonce de l’annulation de l’exposition sur la Première Guerre mondiale au Luxembourg, prévue pour juillet 2015 au Musée Dräi Eechelen, a mis fin à toute collaboration en ce sens. Cette décision, suivie par une débâcle communicationnelle, a fait couler beaucoup d’encre, même au-delà des frontières du pays. La somme désormais symbolique des 256 000 Euros initialement prévue pour ce projet constituait une garantie pour les historiens et historiennes engagés dans ce projet, de pouvoir traiter le sujet dans toute sa complexité, sans devoir faire de concessions sur le plan du contenu. Les alternatives d’expositions que le gouvernement propose depuis semblent difficilement conciliables avec ces mêmes principes. D’abord, l’idée, en soi tout à fait pertinente, d’une exposition transfrontalière avec des partenaires de la Grande Région aurait nécessité un temps de préparation et de concertation tel qu’il semble impossible de le réaliser avant la fin des commémorations. Ensuite, l’idée d’une exposition itinérante pour les écoles pose également des problèmes à plusieurs égards. D’une part, une exposition destinée exclusivement à un si jeune public semble passer à côté de ce qu’exige un tel sujet, vu l’absence généralisée de cet événement dans la mémoire collective. D’autre part, il semble que le budget requis pour le transport et le montage d’une structure amovible et adaptable aux différents lieux serait justement mieux investi dans un projet de qualité ayant l’ambition de traiter le sujet dans toute sa complexité, sans que cela se fasse aux dépens de l’accessibilité.

Des paroles et des actes

Le centième anniversaire de 1914 aurait pu (et peut toujours) constituer l’occasion de faire la lumière sur cet épisode mal connu de l’histoire du Luxembourg. Le retentissement d’une exposition d’envergure serait naturellement beaucoup plus grand que celui de publications scientifiques dont le public se limite généralement au monde académique lui-même. Les expositions Et wor alles net sou einfach et Le grand pillage au Musée d’histoire de la ville de Luxembourg ont prouvé l’utilité d’une telle entreprise dans le cas de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Première guerre mondiale, une telle exposition permettrait d’en faire de même et de susciter ainsi la réflexion et le débat autour de cette guerre qui a eu un impact très important sur l’histoire du Luxembourg d’un point de vue politique, économique, social et culturel.

La légèreté avec laquelle le gouvernement a pris la décision d’annuler cette exposition (du moins sous sa forme initialement prévue) ainsi que son refus de voter l’amendement budgétaire proposé par l’opposition semblent être en contradiction directe avec ses prises de position en faveur d’une séparation stricte entre histoire et politique. Le véritable paradoxe est que le gouvernement plaide pour une historiographie critique et indépendante dont il veut se faire le défenseur – rupture qui s’est en réalité opérée depuis de longues années –, mais qu’il remet en question des projets qui se donnent cet objectif même. Car si effectivement le nouveau gouvernement dit privilégier le travail d’histoire au travail de mémoire, il ne devrait pas oublier que celui-ci ne peut se réaliser sans financement stable et indépendant. À lui de prouver désormais qu’il ne se contente pas d’actes symboliques dans le domaine de l’histoire, mais qu’il est prêt à soutenir concrètement les projets qui constituent une réelle plus-value dans la Geschichtsaufarbeitung luxembourgeoise. La balle est dans son camp…

Les Premières Fois de la Grande Guerre

Screenshot from 2014-05-20 15:50:04Du lundi 30 juin au mercredi 2 juillet aura lieu à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme) un colloque international. Voici son argumentaire et programme détaillé.

En articulant échelles individuelles et collectives, l’intention de ce colloque résolument comparatif est de repenser la question des expériences de guerre vécues par les contemporains et la manière dont ceux-ci les perçoivent, les endurent puis les « construisent » à partir d’une expérience originelle jugée le plus souvent fondatrice pour en proposer une histoire sociale et culturelle, ouverte sur les autres sciences sociales. Derrière la question des « premières fois » et des « initiations » dans la guerre de 1914-1918, c’est bien une interrogation sur le «pouvoir des commencements» que le colloque souhaite déployer. Il s’agit donc depuis l’individu jusqu’aux sociétés plongées dans la guerre, de penser la rupture et la nouveauté radicale que représenta, pour ses contemporains, celle qu’on appela, dès 1914, la Grande Guerre.

Lundi 30 juin 2014

09H00 ACCUEIL
Hervé François, Directeur de l’Historial de la Grande Guerre
Jean-Jacques Becker, Président d’Honneur du Centre international de recherche de l’Historial
Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre international de recherche de l’Historial
09h30 INTRODUCTION
Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, IUF)
10h00 – 12h30 APPRENTISSAGES – INITIATIONS
10h00 – 11h00 Modérateur : Jay Winter (Yale University)
Simon House (Londres) : Baptism of Fire : the French Army in the Ardennes, 22 August 1914
Olivier Cosson (Paris) : Faire face : le chef et l’imprévisibilité du combat dans l’armée française (1914)
PAUSE
11h30 – 12h30 Modératrice : Annie Deperchin (Université de Lille II)
Larissa Wegner (Freiburg) : The Great War and the Hague Conventions: Failed Test for “Humanity in Warfare”?
Alison Fell (University of Leeds): Striking Women: First World War Industrial Action as Initiation for Female Activists in Britain and France.
PAUSE
13h30 – 15h30 APPRENTISSAGES – INITIATIONS (Suite)
13h30 – 15h30 Modératrice : Anne Rasmussen (Université de Strasbourg)
Ken Daimaru (London University/Paris Ouest Nanterre la Défense) : La mobilisation des médecins japonais au début de la Première Guerre mondiale.
Eric Kocher-Marboeuf (Université de Poitiers) : La Grande Guerre, matrice de la bataille contre le cancer
Romaric Nouat (Université de Tours) : L’apprentissage du Service de santé aux armées de la 9e région militaire et ses missions durant la Première Guerre mondiale.
 PAUSE
16h00 – 17h30 Modérateur : Nicolas Patin (Institut Historique Allemand Paris)
Julien Gueslin (Université de Lyon III) : Naissance d’un projet national : les tirailleurs lettons ou l’initiation au sacrifice (1915-1917)
Claire Morelon (IEP Paris) : The Arrival of Galician Refugees in Bohemia during the First World War: A Problematic Encounter and the limits of Austrian Patriotism.
17h30 Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, par Christian Manable, Président du Conseil général de la Somme, Pierre Linéatte, Président de l’Historial de la Grande Guerre, Jean-Jacques Becker, Président d’Honneur et Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre
20h00 Conférence
Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, IUF) : Violences extrêmes contre les civils durant la Grande Guerre.

Mardi 1er juillet 2014

06h00 Cérémonies commémoratives de la bataille de la Somme : La Boisselle et Thiepval avec John Horne (Trinity College Dublin) et Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne) (inscription obligatoire, rdv devant l’Historial)
14h00 – 17h30 ÉMOTIONS
14h00 – 15h30 Modérateur : Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS Paris)
Jaqueline Carroy (EHESS Paris) : Rêves de guerre.
Matteo Caponi (École normale supérieure de Pise) : “Je n’aurais pas cru que cette nouvelle forme de bataille fût si terrible et épouvantable.” Les raids aériens sur les villes italiennes pendant la Grande Guerre.
PAUSE
16h00 – 17h30 Modératrice : Franziska Heimburger (EHESS Paris)
Jane Potter (Oxford Brooks University) : ‘I can find no word to qualify my experiences except de word SHEER’ : Wilfred Owen’s Letters and his Baptism of Fire.
Clémentine Vidal-Naquet (EHESS Paris) : L’écriture des sentiments. L’apprentissage épistolaire de l’intimité conjugale.
PAUSE
20h30 – 22h00 Projection du film La cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre de Laurent Veray, suivi d’un débat en présence de l’auteur, animé par Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) et Gene Tempest (Boston University) au Cinéma Le Picardy de Péronne.

Mercredi 2 juillet 2014

09h00 – 12h30 RUPTURES ET RENCONTRES
09h00 – 11h00 Modératrice : Heather Jones (London School of Economics)
Marine Branland (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Rencontres atypiques dans les camps de prisonners des la Grande Guerre
Ronan Richard (Université de Rennes 2) : Premiers contacts : l’accueil en gare des réfugiés et des prisonniers au début de la guerre. L’exemple du Grand Ouest de la France.
Nazan Maksudyan (Istanbul Kemerburgaz University) : Ottoman Orphans in Germany during the First World War.
PAUSE
11h30 – 12h30 Modérateur : Benoît Majerus (Université du Luxembourg)
Chris Kempshall (Sussex University) : ‘What Barbarians They Must think us!”. When Tommy met Poilu: Allied Interactions on the Western Front.
James Connolly (Université de Paris IV-Sorbonne): Starting as they meant to go on? Franco-German Relations in the occupied Nord.
PAUSE
13h30 – 17h30 INTERPRÉTATIONS / PREMIERS RÉCITS
13h30 – 15h00 Modératrice : Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)
Marco Mondini (Institut Historique Italo-Allemand – Fondation Bruno Kessler, Trete/Université de Padoue) : Les écrivains-combattants italiens et la guere “vita nova”.
Dunja Dusanic (Université de Belgrade) : “Nous de 1914″ : l’expérience formative de la Grande Guerre chez les écrivains serbes modernistes.
PAUSE
15h30 – 17h30 Modérateur : Arndt Weinrich (Institut Historique allemand Paris)
Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf) : Stegemann 1917. La première histoire allemande de la Grande Guerre.
Benjamin Gilles (EHESS Paris) : Premières mises en récit de l’expérience combattante collective. Anthologies de guerre en France et en Allemagne de 1914 à 1940
Jennifer Wellington (King’s College London) : National Beginnings, Tragic Pasts : Constructing First World War Memory in the British Empire.
PAUSE
17h45 – 18h30 Débats conclusifs dirigés par Gene Tempest et Manon Pignot (Université de Picardie Jules Vernes, IUF)

Pour tout renseignement, veuillez contacter: c.fontaine [@] historial.org

Comité d’organisation :

Nicolas Beaupré (UBP Clermont-Ferrand, CIRHGG, IUF),
Caroline Fontaine (CIRHGG),
Franziska Heimburger (EHESS Paris),
Benoît Majerus (Université du Luxembourg),
Nicolas Patin (Institut Historique Allemand, Paris),
Manon Pignot (Université de Picardie-Jules-Verne, IUF),
Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS Paris),
Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg),
Gene Tempest (Boston University),
Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand, Paris).

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Was ist dem Staat Zeitgeschichte wert?

Robert_Krieps
Robert Krieps (1922-90), symbole de la politique culturelle et historiographique du gouvernement Thorn (1974-79)
©Library of the London School of Economics and Political Science/Wikimedia Commons/CC-0

Wer am 10. Februar die Konferenz des Historikers Christopher Clark zum Ersten Weltkrieg besuchte, konnte sich davon überzeugen, dass es in Luxemburg viel Interesse für die Geschichte des Ersten Weltkriegs gibt. In dem großen Saal mit mindestens 300 Sitzplätzen reichten die Stühle nicht. Das haben die politisch Verantwortlichen wohl nicht mitgekriegt, sonst hätten sie vielleicht ihre Entscheidung, die geplante Ausstellung zum “Kleinen Krieg” in Luxemburg zu canceln, genauer überlegt.

In Luxemburg waren wir bisher mit historischer Aufarbeitung von komplexen Ereignissen der Zeitgeschichte wenig verwöhnt. Vor allem das Geschichtsmuseum der Stadt Luxemburg traute sich mit “Et wor alles net sou einfach” und “Le grand pillage” an schwierige Themen im Zusammenhang mit dem Zweiten Weltkrieg heran, während die “Wehrmacht”-Ausstellung” in Esch heftige Diskussionen auslöste. Die Beispiele zeigen, dass Ausstellungen wichtig sind, um die Menschen zum Nachdenken über die Vergangenheit und über ihre Konsequenzen für heute nachzudenken.

Sie waren in Luxemburg umso wichtiger, da in unserem Schulsystem bislang kein Platz geschaffen wurde für die Geschichte des 20. Jahrhunderts. Seit Generationen wird die Zeitgeschichte – zwei Weltkriege inklusive – im Zeitraffer durchgenommen. Und die Luxemburger Spezifitäten zu diesen historischen Ereignissen haben im Schulsaal noch weniger Chancen, wenn ihnen nicht eine besonders motivierte Lehrkraft Zeit widmet.

Da erschien die Ankündigung der neuen Regierung, ein Institut für Zeitgeschichte schaffen zu wollen, wie ein gutes Omen. Endlich politische und finanzielle Unterstützung für eine koordinierte Geschichtsforschung zu dieser Epoche! Doch die jüngsten Entwicklungen zeigen, dass der Optimismus verfrüht war. Nach reichlich Kommunikations-Wirrwarr wurde klar, dass die in Konvention mit der Uni Luxemburg geplante und seit Monaten in Arbeit befindliche Ausstellung zum Ersten Weltkrieg, die im Museum “Dräi Eechelen” gezeigt werden sollte, auf Initiative des Staatsministeriums zumindest in ihrer ursprünglich geplanten Form gecancelt war.

Wie geht das zusammen? Wie kann man das eine wollen ohne das andere? Hätte die Ausstellung nicht gerade der Auftakt zu einer Darstellung der Zeitgeschichte sein können? Und weshalb setzt man gerade hier massiv den Rotstift an, anstatt zum Beispiel eine Reduzierung des Ausstellungsbudgets vorzuschlagen? Und statt der in der Regierungserklärung versprochenen Dialogkultur erlebten wir ein Kommunikationsfiasko, das alle, die von nah oder fern die Entwicklung des Ausstellungsprojekts mitverfolgt hatten, perplex ließ.

Die zahlreichen Pressebeiträge zu dieser Entscheidung und die noch zahlreicheren Posts auf den jeweiligen Webseiten dieser Medien zeigen, wenn auch unbeabsichtigt, wie notwendig diese Ausstellung eigentlich gewesen wäre. Die allermeisten Texte unterstützen zwar die Idee einer Ausstellung. Im Vordergrund stehen jedoch vor allem Vorschläge, auf was man sinnvoller verzichten könnte als auf die Expo – das geht von zu teuren Regierungsautos bis zur angeblich überflüssigen Tram. Man kann sich denken, aus welchem politischen Lager sie stammen. Weit weniger zahlreich, aber durchaus vorhanden sind inhaltliche Auseinandersetzungen mit dem Thema der Ausstellung. Manche finden das Thema Weltkrieg wichtig als mahnendes Beispiel, andere sehen eine Gelegenheit, die leidvollen persönlichen Kriegserfahrungen und ihre Konsequenzen für manche Familien zu thematisieren – etwas überraschend angesichts der Tatsache, dass Luxemburg nicht an den militärischen Auseinandersetzungen teilnahm, sondern vorrangig in punkto Lebensmittelversorgung stark betroffen war. Manche schließlich verstehen den Ersten Weltkrieg als Teil eines nationalen Geschichtsepos: Auch das mag verwundern angesichts einer wenig glorreichen Rolle von großherzoglichem Hof und Regierung auf der internationalen Ebene, und einer Innenpolitik, die von heftigen sozialen und politischen Protesten begleitet wurde. Nicht zuletzt der Druck der Straße sorgte für große demokratische Neuerungen wie die des “allgemeinen” Wahlrechts für LuxemburgerInnen.

Falls es noch eines Beweises bedurft hätte, zeigen die Beispiele also, dass eine Aufarbeitung der Zusammenhänge und Facetten des Ersten Weltkriegs durchaus kein Luxus ist. Die Situation Luxemburgs in der politischen und militärischen Entwicklung des Krieges, die fragwürdigen Entscheidungen der Luxemburger Regierung und der Großherzogin, die Zuspitzung der sozialen und politischen Krise, und nicht zuletzt der von Lebensmittelmangel geprägte Kriegsalltag: Das sind alles Fragen, die zum Teil noch nicht einmal erforscht sind, und von denen manche auch heute noch wunde Punkte berühren. Klammer auf: Wäre es eigentlich nicht angebracht, dass die großherzoglichen Archive nach einem bestimmten Zeitraum in die öffentliche Hand übergehen und der Geschichtsforschung zugänglich werden? Klammer zu.

Auf jeden Fall gilt für den Ersten Weltkrieg genauso wie für den Zweiten, dass eine ernsthafte Erforschung nicht aus dem Ärmel zu schütteln ist und dass ihr Produkt womöglich nicht das locker-flockig-gruselige History-Event sein wird, das sich manche erwarten. Ich bin nicht der Meinung, dass zum Zweiten Weltkrieg in Luxemburg bereits alles erforscht und gesagt ist. Aber ich bin einverstanden, dass über den Ersten Weltkrieg noch weit weniger gewusst ist. Beide Großereignisse in den größeren Rahmen des 20. Jahrhunderts zu setzen, das ist die Herausforderung an eine zeitgeschichtliche Forschung, die ihren Namen verdient.

Die sozialliberale Koalitionsregierung von 1974-1979 wird gerne als Verfechterin einer Demokratisierung der Kulturpolitik dargestellt, daran wurde auch im Wahlkampf manchmal etwas nostalgisch angeknüpft. Und wenn man das Regierungsprogramm von Dezember 2013 liest, fühlt man sich bei manchen Passagen an den damaligen Duktus erinnert. Nun, zur Kulturförderung gehört auch die der Geschichtsforschung. Wer meint, dies sei ohne Geld zu machen, irrt.

Press release: On Twitter, history students bring the First World War back to life in real time one century later

twitter.jpegOn the occasion of the First World War commemorations, Masters of Modern European History students at the University of Luxembourg are using Twitter to recount, day after day, the twists and turns of the conflict via the @RealTimeWW1 account.

A conflict in 140 characters; an entire peace treaty in two lines; history written in tweets… and at university, what’s more…This is the wild gamble attempted by the teaching staff on the Masters in Modern European History at the University of Luxembourg, to commemorate the centenary of the First World War. Each tweet is published one hundred years day for day — or even hour for hour — after the event it recounts. Almost 200 tweets have already been published and more than 1,500 others are in the pipeline, repainting the sweeping canvas of a destructive conflict that cost 9 million lives and left 8 million with terrible injuries!

Consequently, on 24th January 2014, a tweet announced the warning from the French War Ministry of the risk of a conflict that could threaten stocks of food for the inhabitants or Paris. The next day, another tweet announced that the Paris city council had decided to purchase 400,000 euros worth of flour stocks. For Benoît Majerus, a researcher and lecturer in history, as well as the director of Masters studies, behind this initiative, the Twitter account @RealTimeWW1 makes it possible to follow “day after day, hour after hour, the sequence of minor or major events that make up an international conflict”… and which seem so similar to news that is currently reaching us from certain hot spots on the planet, such as the tweet on 11th March announcing the vote by the Russian parliament of significant credits to arm the infantry and navy.

Four classes of students involved

The Masters in Modern European History is well placed to run this project: the lectures are given in three languages (French, English and German) to students of 8 different nationalities in a country (Luxembourg) which paid a heavy tribute to the conflict and is a particular embodiment of bridges between European countries. The four classes of students involved in the project are able to consult a large range of documents from the era, in many different languages: English, French, German, Luxembourgish, Spanish, Portuguese, Serbo-Croat, Romanian, Greek and Italian.

This project is part of the “digital humanities” movement, which involves human and social sciences filtered through the prism of information technology. Digital humanities draw on the use of digitised historical sources. As a result, all the tweets on @RealTimeWW1 are accompanied by a link to a document from the era that can be consulted on line. Similarly, using an everyday social network to revive major historical occurrences is an experiment ideally designed for the discipline of digital humanities. It also makes it possible to explore means of knowledge production and broadcasting specific to the 21st century.

The social network Twitter has already been used for historic “live-tweets” of varying magnitude. The @RealTimeWWII account run by Allwin Collinson paved the way with more than 7,300 tweets published since 2012, recounting the Second World War 70 years afterwards. The University of Oxford also ran the @Arras95 account for one and a half months, covering the battle of Arras 95 years later (from 9th April to 16th May 1917/2012).

The first tweets from the @RealTimeWW1 account focused on the Balkan Wars (1912-1913), attempts by the peoples of Europe under the domination of the Ottoman Empire to emancipate themselves. These conflicts provoked the Balkan crisis of 1914 and are etched in history as the “prelude to the First World War”. After having covered the entire Great War, the account will stay live until 2018 to describe the first years of the post-war period.

___

Masters in Modern European History: a historical perspective is of paramount importance for tomorrow’s professionals working in the political, academic and business worlds in being able to tackle future socio-political matters. The Masters in Modern European History allows the students to develop the necessary expertise to explore modern European issues. With its many links to European and cultural institutions as well as multi-national companies located in Luxembourg, this course of study offers an enriching and stimulating environment. The Masters aims to develop a first-rate course of study in European history by offering lectures based on critical appreciation and theoretical thinking. The programme is focused on questions and issues that make up European history, such as the process of European integration and construction in all its political and socio-economic aspects, social and cultural construction of identities, intra- and extra-European migration, as well as European relations with other regions of the world.

The programme of studies places particular emphasis on training experts in Digital Humanities and Public History, combining historical theory and its practical application.

http://h-europe.uni.lu/ | @940europe

About the University of Luxembourg

The University of Luxembourg, founded in 2003, is a multilingual, international research university with 6200 students and staff from all over the globe. Its research focuses on international finance, ICT security, systems biomedicine, European law, business law and educational sciences.

Contact for media: Associate Professor Benoît Majerus, benoit.majerus@uni.lu, T. + 352 46 66 44 6744

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Wechselbad der Gefühle

26. März 2014 – 6h40

Screenshot from 2014-03-27 06:28:49http://majerus.hypotheses.org/943

26. März 2014 – 11h00

Screenshot from 2014-03-27 06:29:38http://www.wort.lu/de/view/uni-ausstellung-ueber-ersten-weltkrieg-opfer-des-sparzwangs-beim-staat-5332a14ce4b0399f0f375fa3

26. März 2014 – 17h00

 

Screenshot from 2014-03-27 06:30:01http://www.100komma7.lu/emissions/2014/03/26/ausstellung-eischte-weltkrich-awer-net-annuleiert/

26. März 2014 – 21h00

Screenshot from 2014-03-27 06:34:16http://www.100komma7.lu/emissions/2014/03/26/konfusioun-am-staatsministere-ausstellung-iwwert-eischte-weltkrich-awer-ofgesot/

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

WW1 – WW2 in luxembourgish historiography 3:42

La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale ©science.lu
La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale
©science.lu

Cette contribution est multifonctionnelle. Je suis en train d’écrire un petit article sur l’historiographie de la Première Guerre mondiale au Luxembourg pour un livre collectif qui devrait sortir à la fin de l’année sur la Grande Guerre au Grand-Duché. Avant de commencer à faire quelques recherches bibliographiques, il me semblait évident que l’écart de la production académique sur la Première et la Deuxième Guerre mondiale allait être énorme. Je ne m’attendais néanmoins pas à une telle différence. Si on s’intéresse aux mémoires de fin d’études et aux thèses de doctorat, le tableau se présente ainsi1.

Mémoires de fin d’études

Thèses de doctorat

Première Guerre mondiale

3

0

Deuxième Guerre mondiale

37

5

J’espère que ces chiffres permettent aussi d’objectiver un peu le débat sur la création d’un Institut d’Histoire du Temps Présent où certaines personnes plaident pour une focalisation sur la Deuxième Guerre mondiale, au moins dans un premier temps. Or c’est probablement la période la mieux étudiée du 20e siècle au Luxembourg.

Finalement, cette note est également une réponse à la Ministre de la Culture Maggy Nagel. Je comprends très bien que le nouveau gouvernement veut exprimer sa rupture avec les gouvernements précédents. Que l’histoire contemporaine soit dans ce contexte instrumentalisée pour exprimer le changement est probablement de bonne guerre vu qu’elle va en tirer du profit. Mais ces mémoires et thèses ne sont qu’une illustration parmi d’autres que “les temps où l’histoire était dictée par la politique sont révolus” depuis bien plus longtemps que le 4 décembre 2013.

Voilà la liste des travaux pris en compte. S’il y en a qui manque, n’hésitez pas à me les communiquer. Merci d’avance.

Première Guerre mondiale

  1. Hirt B., L’évolution et l’impact de l’occupation allemande au Luxembourg au cours de l’année 1914, mémoire de maîtrise, Université de Montpellier, 2008.
  2. Bellion J., Luxemburger in der französischen Armee während des Ersten Weltkrieges, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2012.
  3. Remesch-Toussaint A., Die Entwicklung des luxemburgischen Nationalismus im Ersten Weltkrieg – noch Sonderbewusstsein oder bereits Nationalgefühl?, Magisterarbeit, Universität Trier, 2012.

Deuxième Guerre mondiale

  1. Alzin R., La résistance contre le nazisme au Grand-Duché de Luxembourg de 1940 à 1945,École royale militaire, 1966.
  2. Buck M., Les jeunes Luxembourgeois « enrôlés de force » dans la Wehrmacht (1940-1945), mémoire de licence, École royale militaire, 1969.
  3. Mattart Y., Les évasions des Belges et des Luxembourgeois des pays occupés en vue de rejoindre les forces belges en Grande-Bretagne (1940-1944), mémoire de licence, Ecole royale militaire, 1971.
  4. Hoffmann S., La résistance dans le Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre Mondiale analyse de l’organisation de résistance L.V.L, mémoire de stage, , 1976.
  5. Wey C., Les fondements idéologiques et sociologiques de la collaboration luxembourgeoise pendent la deuxième guerre mondiale esquisse d’une étude d’histoire quantitative, mémoire pédagogique, , Luxembourg, 1981.
  6. Blau L., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg (1940-1945) sociologie, idéologies et programmes, mémoire de maîtrise, Université Metz, 1984.
  7. Dostert P., Luxemburg zwischen Selbstbehauptung und nationaler Selbstaufgabe die deutsche Besatzungspolitik und die Volksdeutsche Bewegung 1940-1945, Doktorarbeit, Universität Freiburg, 1984.
  8. Arendt A., La compagnie des volontaires du Grand-Duché de Luxembourg pendant la deuxième guerre mondiale,École royale militaire, 1985.
  9. Linden C., La commémoration de la résistance luxembourgeoise (1944-1985), mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg, 1985.
  10. Feider-Heiter C., Die nationalsozialistische Propaganda in der Luxemburgischen Presse (10. Mai 1940 – 10. Oktober 1941), Magisterarbeit, Universität Saarland, 1986.
  11. Dimmer M., Sport in der Parteigliederung der HJ unter besonderer Berücksichtigung der Probleme zur Zeit der Okkupation Luxemburgs, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  12. Musquar F., Die sportpolitischen Konsequenzen für das Großherzogtum Luxemburg während der deutschen Besatzungszeit von 1940-1944, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  13. Majerus B., Faiblesse, opportunisme, conviction… Les degrés de l’implication dans la collaboration avec l’Allemagne nationale-socialiste à travers l’exemple des Ortsgruppenleiter luxembourgeois, mémoire de licence,Université libre de Bruxelles, 1999.
  14. Meyers G., La Résistance luxembourgeoise et le renseignement de 1940 à 1944, mémoire de maîtrise, Université de Paris-Sorbonne IV, 1999.
  15. Feider J., Les enrôlés de force luxembourgeois dans les camps soviétiques, 1943-1953,J. Feider, S.l., 2001.
  16. Feierstein N., Luxemburg im Zweiten Weltkrieg Gedenkstättenpädagogik in Theorie und Praxis, travail de candidature, Luxembourg, 2003.
  17. Ha N., La Gestapo au Luxembourg. Une police secréte surpuissante, omniprésente et omnisciente?, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  18. Piazza L., Collaboration, épuration. Les femmes luxembourgeoises pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  19. Baptista Barra F.R., Les « Ostarbeiter » dans la sidérurgie luxembourgeoise (1942-1945), mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  20. Bousser D., La Résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale l’Union des mouvements de résistance luxembourgeois, mémoire de maîtrise, Université libre de Bruxelles, 2004.
  21. Geisler N., Les Kreisleiter au Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  22. NG C., Collaboration et épuration. Les jugements du Tribunal d’arrondissement de Luxembourg, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2004.
  23. Schanen M., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Seconde Guerre Mondiale les mouvements de résistance LPL (Letzeburger Patriote Liga), mémoire de maîtrise, Université Nancy II, 2004.
  24. Feys S., La collaboration au Grand-Duché de Luxembourg vue à travers les jugements du Tribunal d’arrondissement de Diekirch, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2005.
  25. Wolter C., Les relations franco-luxembourgeoises, 1939-1945, travail de candidature, 2006.
  26. Bonifas L., Le dédommagement des enrôlés de force luxembourgeois aprés la deuxième guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2007.
  27. Steinmetz T., L’enseignement primaire au Grand-Duché de Luxembourg pendant l’occupation allemande de 1940 à 1945 et l’épuration administrative et pénale du corps enseignant après la libération, mémoire de licence en histoire, Université libre de Bruxelles, 2007.
  28. Ruppert F., Les réfugiés luxembourgeois dans l’Hérault du 10 mai 1940 au 11 novembre 1942, maîtrise, , 2007.
  29. Quadflieg P.M., « Zwangssoldaten und Ons Jongens » – Rekrutierungspraktiken der Wehrmacht in Eupen-Malmedy und Luxemburg während des Zweiten Weltkrieges, Magisterarbeit, RWTH Aachen, 2008.
  30. Kartheiser G., Die Umsiedlung Luxemburger Familien 1942-1945, maîtrise, , 2009.
  31. Grosbois T., Idées, réseaux et politiques européennes dans la résistance et en exil (1940-1945) en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas, thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  32. Lorent C., Die nationalsozialistische Kunst- und Kulturpolitik im Großherzogtum Luxemburg 1934-1944, Thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  33. Victor P., Mise au pas, initiatives d’embrigadement et tentatives de nazification de la jeunesse luxembourgeoise sous l’occupation nazie (1940-1944), maîtrise, , 2010.
  34. Marchal M., The transnational dimension of the Luxembourg resistance mouvement, PhD, University of Warwick, 2010.
  35. Artuso V., La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) accommodation, adaptation, assimilation, thèse, Université du Luxembourg, 2011.
  36. Worré O., Le recensement du 10 octobre 1941, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2011.
  37. Simoes Martins S., L’impact de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale sur la langue luxembourgeoise comme facteur d’identité nationale, mémoire de master, Université libre de Bruxelles, IEE, 2012.
  38. Alves D., Le sport-luxembourgeois sous la botte nazie: un outil de propagande, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2012.
  39. Geister F., Mir wëllen bleiwen wat mir sin. Eine Oral History über Desertionsmotive zwangsrekrutierter Luxemburger in der Wehrmacht, Magisterarbeit, Universität Bern, 2012.
  40. Kuntzmann M., Luxemburger in der Waffen-SS. Die Beweggründe für den freiwilligen Eintritt, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2013.
  41. Paulus T., Die deutschen Kriegsgefangenen in Luxemburg nach dem Zweiten Weltkrieg, Magisterarbeit, Universität Köln, 2013.
  42. Hoffmann E., La mémoire de la Résistance au Luxembourg (1940-1945) – depuis 1945 à nos jours,Université de Strasbourg, 2013.

Merci à Emmanuel Debruyne, Norbert Franz, Elisabeth Hoffmann, Steve Kayser et Denis Scuto pour avoir complété la liste.

Dernière modification (31 mars 2014).

  1. Au niveau mémoriel, un déséquilibre similaire peut être réservé. La Wikipedia luxembourgeoise recense 6 monuments commémorant la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Avec Sonja Kmec nous en avions répertorié 543 en 2009 pour la Deuxième Guerre mondiale Kmec S. et B. Majerus, « Les monuments de la Deuxième Guerre mondiale », P. Bousch, P. Gerber, C. Schulz et D. Wiktorin (dir.), Atlas du Luxembourg, Köln, Emons, 2009, p. 28‑29. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as an historian at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a social history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts