Tag Archives: WW2

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 2)

Le dos du registre d'admission consulté
Le dos du registre d’admission consulté

En arrivant aux archives du CPAS de Bruxelles, je vois que l’archiviste m’a fait remonter dans la salle de lecture deux registres d’admission datant de 1941-1942 et quatre registres médicaux de la même époque.

Le premier registre contient essentiellement des informations importantes pour la gestion administrative du patient : nom, prénom, état civil, adresse, son culte, dates d’entrée et de sortie, le moyen de transport vers l’Institut de Psychiatrie et le prix , la personne qui a demandé la collocation (le plus souvent la famille ou la police)1, la capacité financière (indigent ou patient payant), dates de notification à la sûreté publique2 et le lieu vers lequel le patient part lorsqu’il quitte l’hôpital (retour à sa maison ou transfert dans un autre hôpital psychiatrique). Les informations sur la folie se limitent à une seule rubrique qui ne s’articule qu’autour de deux notions : « affection nerveuse » ou « affection mentale ». Dans le premier cas, le patient est placé en service ouvert, dans le deuxième cas en service fermé.

Le deuxième registre est plus détaillé sur la maladie du patient: il contient le certificat d’un médecin qui justifie la collocation3 et quelques lignes du psychiatre qui a accueilli le patient. Ensuite comme ce dernier est obligé par la loi de 1873 de marquer ces observations les cinq premiers jours4, ce registre permet de suivre le patient au début de son séjour. Après les notes médicales s’espacent et deviennent mensuelles si rien d’extraordinaire n’arrive5.

Je commence avec le registre d’admission qui couvre l’été 1942, le moment où la politique de répression allemande contre les juifs connaît son paroxysme. Le premier patient du registre (n°1942-342) est une femme belge qui entre à l’Institut de Psychiatrie le 19 mai 1942. J’ouvre un mon logiciel tableur6 et décide d’y introduire d’une manière détaillée que les patients que je ‘suppose’ juifs – pour les patients ‘non-juifs’, je note juste le numéro de registre pour pouvoir rapidement évaluer la part de patients ‘juifs’. En une demie-journée je n’arrive pas à dépouiller l’entièreté du registre. Ceci est non seulement lié au fait que le nombre de patients juifs n’est pas négligeable, mais également au fait que d’autres informations attirent mon attention: des patients luxembourgeois et chinois, des patients qui viennent des prisons sous contrôle des Allemands, des patients « placées sous les ordres de l’autorité allemande », etc. Même s’ils ne sont pas du tout liés à ma recherche, je transcris leurs cas dans le tableur  : d’autres sujets de recherche s’annoncent et ne se réaliseront probablement pas7. Je perds également pas mal de temps parce que j’ai mal construit les catégories de mon tableur que je refais à trois reprises8. Lorsque je quitte la salle de consultation, je suis arrivé au patient (n°1943-386). Il me reste encore 5 pages – sur une page se trouve une dizaine de patients – à dépouiller.

La lecture est également moins rapide parce que ce qui est ‘juif’ pose difficulté. Le plus simple c’est de se fier au culte qui est systématiquement marqué. La personne9 qui remplit le registre d’admission utilise le plus souvent « israélite », parfois « juif »10. Mais en lisant le registre d’une manière attentive, on découvre d’autres patients qui sont probablement juifs, mais dont la rubrique culte indique « s.c. ». Ce travail de ‘dénicher’ des patients juifs me rend mal à l’aise. Je suppose que d’autres chercheurs ont déjà été confrontés à des problèmes similaires – si vous avez des idées/références cher lecteur, la rubrique « commentaires » attend vos suggestions.

Nombre d’entrées de patients juifs11

 

5/1942 6/1942 7/1942 8/1942 9/1942 10/1942 11/1942

0

4

3

5

9

4

0

 

12/1942 1/1943 2/1943 3/1943 4/1943 5/1943

2

2

3

3

0

1

Ce que je trouve assez étonnant c’est que l’hôpital continue à utiliser des catégories qui dans le contexte de la persécution allemande pose des sérieux problèmes. Même après les rafles de l’été 1942, le culte des patients est noté d’une manière systématique. Il est clair qu’on ne cache pas les juifs aux autorités allemandes12, mais on ne transmet pas non plus les informations aux services de l’occupant: aucun de ces juifs n’a été arrêté à l’Institut de Psychiatrie par la police allemande13. Après ces quelques heures de dépouillement dans les archives de la Ville de Bruxelles et du CPAS, ce qui m’intrigue le plus c’est l’absence de toute trace de la persécution des juifs: la guerre y est complètement absente. Je suis sûr qu’elle va néanmoins apparaître dans d’autres archives. Pour quelques-uns des noms, la banque de données de Yad Vashem indique qu’ils sont passés par Malines et puis par Auschwitz14. Et puis le chiffre assez élevé du mois de septembre 1942 (moment de la rafle) n’est probablement pas innocent. Plusieurs pistes s’ouvrent dorénavant au niveau archivistique:

  • dépouiller l’entièreté du registre des admissions pour les années de guerre, et éventuellement également pour les années 1930 pour pouvoir mieux contextualiser 1940-44,
  • regarder si les juifs admis se retrouvent également dans les registres médicaux et si des dossiers de patients individuels existent pour eux,
  • commencer à contacter les hôpitaux psychiatriques vers lesquels les juifs sont souvent envoyés après quelques semaines à l’Institut de Psychiatrie. En effet, celui-ci étant un service universitaire, les patients chroniques et/ou pas très intéressants pour l’enseignement sont envoyés en province. Des patients juifs se retrouvent ainsi à Duffel, Gheel, Titeca, …15
  • me renseigner sur les archives de la sûreté.

Mais après ces deux premiers épisodes rapprochés, il faudra attendre mi-janvier pour la suite. Entretemps je dois finir trois entrées pour l’encyclopédie virtuelle sur la Première Guerre mondiale, une autre guerre qui ne me lâche pas.

  1. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 125-142 []
  2. En fait, les dates d’entrée et de sortie des patients étrangers sont systématiquement transmises à la sûreté publique. Cette institution surveille les étrangers, mais je ne sais pas sur quel texte législatif est basé ce flux d’informations entre psychiatrie et service de renseignement civil. []
  3. Ce certificat est une obligation légale. []
  4. La loi belge est précise à ce niveau: “Pendant chacun des cinq premiers jours de son admission, l’aliéné sera visité par le médecin de l’établissement. Celui-ci consignera sur un registre à ce destiné, coté et paraphé comme il est dit à l’article 22, ses observations et le jugement qu’il en aura tiré” Sander A., Die Irrengesetze in Frankreich, Genf, den Niederlanden, England, Norwegen, Belgien und Schweden, Berlin, August Hirschwald, 1863, p. 182. []
  5. Ce registre-là je ne l’ai pas ouvert pour le moment, mais il y a quelques mois, en travaillant sur l’arrivée du concept de schizophrénie en Belgique, j’ai consulté ce même type de registre pour les années 1920. Je crois donc savoir ce que je vais y trouver. []
  6. Excel en bon français, mais comme je n’utilise pas Microsoft mais LibreOffice ça ne s’appelle pas Excel. []
  7. J’ai encore des centaines de photocopies que j’ai collectées lors de ma thèse mais que je n’ai jamais utilisées pour un article ou un livre. []
  8. Au début je n’avais repris que les catégories du registre d’admission qui me semblaient les plus intéressantes. Or comme ce qui est intéressant au début ne l’est plus nécessairement après un dépouillement d’une heure et inversement, je dois refaire une partie du dépouillement.  []
  9. Probablement une infirmière. []
  10. Une des vérifications à faire, c’est de regarder quels sont les mots utilisés dans l’entre-deux-guerres. []
  11. En ce moment, je n’y ai intégré que les patients où le culte est explicitement indiqué comme « israélite » ou « juif ». Des patients connaissent plusieurs entrées. Le transfert d’un service ouvert vers un service fermé est répertorié comme une nouvelle entrée. En écrivant ces lignes, je me rends également compte que j’aurais dû noter pour les patients non-juifs leur date d’entrée et pas seulement leur numéro de registre afin de pouvoir calculer le pourcentage de patients juifs, mois par mois. []
  12. Est-ce que les responsables allemands étaient au courant de ces registres? Je crois bien que non ? []
  13. Je suis curieux ce que la sûreté d’état fait avec ces informations: je me rends de plus en plus compte que je dois lire La Belgique docile avant d’avancer: probablement que je vais y trouver des réponses à la plupart de mes questions []
  14. Nouveau problème: comment gérer la protection de la vie privée: les noms sont publiés sur le site de Yad Vashem mais je n’ai probablement plus le droit de m’y référer directement car cela indiquerait leur passage en psychiatrie, chose que je n’ai pas le droit de divulguer. []
  15. Pas sûr que ces hôpitaux aient tous un service d’archives. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

#psychiatrie#israélite#bruxelles (épisode 1)

Au début était un rapport de la SDN sur la traite d'enfants et de femmes dans l'entre-deux-guerres
Au début était un rapport de la SDN sur la traite d’enfants et de femmes dans l’entre-deux-guerres

Ce blog qui aurait dû être un carnet de recherche est devenu de plus en plus un simple outil d’autopromotion: il témoigne peu d’une recherche en train de se faire. La semaine passée je suis tombé sur une archive qui m’a intriguée. En ce moment, je ne suis pas payé pour travailler sur la thématique qui y apparaît et je n’ai pas le temps d’y consacrer plusieurs semaines de recherche. Je sens néanmoins que dans les prochains mois je vais y revenir régulièrement dans des moments de temps libre. Et je vais essayer de documenter le cheminement, les questions, les impasses, les excitations… de cette recherche en ramenant le blog, au moins par moments, à sa première raison d’ordre d’être.

Il y a quelques mois, Jean-Michel Chaumont de l’Université catholique de Louvain et Magaly Rodriguez Garcia de la Vrije Universiteit Brussel m’ont demandé de participer à un de leurs projets. Ils sont en train de préparer une édition de documents relatifs à la prostitution et à la traite des êtres humains, produits par la Société des Nations (SDN) durant l’entre-deux-guerres1.

Des dizaines de villes ont été visitées par des ‘experts’ de la SDN parmi lesquels un certain Paul Kinsie, particulièrement prolifique, qui sera au centre de ce projet d’édition. Afin de rendre les rapports de Kinsie plus compréhensibles, les deux chercheurs demandent à des historiens de contextualiser les écrits, ville par ville. Ayant déjà travaillé avec Jean-Michel Chaumont2 et ayant publié sur la prostitution à Bruxelles pendant la Première Guerre mondiale3, ils me proposent de faire le bilan de la recherche sur l’histoire de la prostitution à Bruxelles. Cette contextualisation de 2500 mots aurait dû être un travail de 2-3 jours, mais je me rends rapidement compte que l’historiographie, très prolixe sur le 19e siècle, est presque complètement silencieuse pour l’entre-deux-guerres4: un retour aux Archives de la Ville de Bruxelles (AVB) s’impose donc. C’est un lieu que je connais bien, car j’y ai passé trois ans, jour après jour, pour écrire ma thèse sur la police bruxelloise5 : mais je n’y avais plus mis les pieds depuis longtemps. En expliquant mon problème à l’archiviste, ce dernier m’annonce qu’il y a maintenant un inventaire sommaire des archives de la police pour l’entre-deux-guerres, inexistant il y a dix ans. Plusieurs références renvoient à la prostitution, mais je me rends compte qu’il y a également une boîte d’archives consacrée aux “malades mentaux” pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui relie mon sujet de thèse et mon sujet de post-doc: je la commande donc également, par curiosité. La boîte contient essentiellement des avis de collocation (le nom qu’on donne en Belgique à l’hospitalisation forcée) de police. On y trouve la date, le nom, l’état civil, la profession, la demeure et la motivation de sa collocation6. Voilà un exemple de motivation:

“Je soussigné (…) docteur en médecine, etc., requis par le Commissaire 1ère division certifie avoir personnellement vu, exploré et interrogé la nommée B(…) C(…) née à Pabjanice le 20 avril 1911, célibataire et déclare qu’elle est atteinte d’une maladie mentale qui se caractérise par les symptômes suivants : psychose craintive, hallucinations (croit qu’on va la tuer), fugues répétées. J’estime que la susnommée est atteinte de psychose dépressive, affection mentale et qu’il est indispensable tant dans l’intérêt de sa santé que de la sécurité publique, de la mettre en observation dans un établissement spécial, pour y être soumise au traitement que réclame son état. Bruxelles, le 14 décembre 1942 (…) Nom et adresse de la personne qui s’est chargée de la garde des biens délaissés par la malade : ne possède plus rien à l’adresse on ignore où se trouvent ses effets.”7

En feuilletant ce dossier consacré à 1942, je tombe rapidement sur des noms à consonance juive (le formulaire ne contient pas des renseignements quant à la nationalité ou au “culte”) comme Adlersztejn, Israel, Wajntraub. J’ouvre Firefox – les AVB offrent entretemps le wifi – et lance les noms sur Google. Et pour la troisième personne que j’essaie, Google me renvoie au site de Yad Vashem. Le mémorial israélien est en train de construire une banque de données qui contient des juifs persécutés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Uszar Wajntraub y est répertorié: né à Varsovie dans les années 1920, elle est emprisonnée pendant la guerre à Malines d’où elle part le 31 octobre 1942 avec le convoi XVII vers Auschwitz. Voilà le résumé des informations contenues sur le site de Yad Vashem. Date de naissance et lieu de naissance correspondent avec ceux trouvés dans l’archive policière.

De prime abord il n’y a rien d’étonnant que des juifs passent par l’hôpital psychiatrique mais deux sujets me taraudent:

  • à ce que je sache il n’y a pas encore de travaux sur les juifs en tant que patients dans les hôpitaux en Belgique entre 1940 et 1945,
  • le rôle que la police communale joue dans la collocation pendant la guerre.

Il y a 11 ans j’avais publié un article sur l’implication de la police communale dans les rafles de juifs à Bruxelles en 19428. Je relis donc l’article notamment pour me retrouver dans la chronologie. À deux reprises – juillet et septembre 1942 – l’occupant allemand demande à la police de participer à des rafles. À deux reprises, la direction refuse ce qui n’empêche pas les Allemands de lancer la grande rafle bruxelloise le 3 septembre 1942. Une des frustrations de l’époque – vu l’absence d’archives – était de savoir ce que le “simple” agent de police faisait lorsqu’il rencontrait dans son travail quotidien une personne juive. Et là je me trouve face à des archives qui donnent des indices partielles. Lorsque la police communale est face à une personne – juive ou non – qui montre des signes de déséquilibre mentale, elle l’envoie à l’hôpital psychiatrique, et ce même après la rafle du 3 septembre 1942.

La question que je me pose dès lors est celle de savoir quelle est la trajectoire de ces personnes une fois internées à l’asile. Je prends un nom au hasard et l’envoie à l’archiviste du Centre Public d’Action Sociale de la ville de Bruxelles (CPAS) qui conserve les dossiers de patients de l’Institut de Psychiatrie de Brugmann, l’asile de référence pour la région bruxelloise. Ce sont des archives que je connais également très bien comme elles ont servi de base pour mon post-doc9. La réponse de l’archiviste est négative: il n’y a pas de dossier de patient à ce nom. Mais en même temps, il m’annonce que le CPAS a découvert récemment les registres d’admissions et les registres médicaux de l’Institut de Psychiatrie10 et que je pourrai les consulter.

Je me rends néanmoins compte de plusieurs problèmes dont le plus important est mon ignorance historiographique. J’ai quitté l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale et de la persécution des juifs depuis presque dix ans. Or en Belgique la recherche a été particulièrement féconde entre autres grâce à un rapport écrit à la demande du Sénat et sur injonction du gouvernement fédéral visant à examiner l’implication éventuelle des autorités belges dans l’identification, la persécution et la déportation des Juifs entre 1940 et 1944. Je suis néanmoins trop impatient de voir ces nouvelles archives: au lieu de passer d’abord par un travail bibliographique – comme je l’impose à mes étudiants – je prends rendez-vous avec l’archiviste.

Je m’interroge également sur un angle mort de Parmi les fous. J’y raconte une histoire de la psychiatrie en choisissant une approche thématique en refusant explicitement une chronologie que je trouve souvent trop politique. Le sujet de ma thèse – la Deuxième Guerre mondiale – n’y apparaît guère: cette absence est probablement liée à un “trop de guerres” pendant la thèse. Maintenant elle revient.

  1. Chaumont a déjà utilisé ces rapports dans Le mythe de la traite des Blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009. []
  2. Majerus B., « La concurrence des experts. Ou qui a le droit de dire ce qu’est la “traite des blanches” dans l’Allemagne de Weimar », Recherches sociologiques et anthropologiques, 2008, vol. 39, no 1, p. 41‑54. []
  3. Majerus B., « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre: contrôle et pratique », Crime, Histoire et Sociétés, 2003, vol. 7, no 1, p. 5‑42. []
  4. À l’exception de l’article suivant: François A. et C. Machiels, « Une guerre de chiffres: L’usage des statistiques par les discours abolitionniste et règlementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948) », Histoire & mesure, 5 décembre 2007, XXII, no 2, p. 103‑134. []
  5. Majerus B., Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007. []
  6. Ce formulaire standardisé est prescrit par la loi. []
  7. Archives de la Ville de Bruxelles, fonds de la police communale, boite 126-273. []
  8. Majerus B., « Logiques administratives et persécution anti-juive. La police bruxelloise et les arrestations de 1942 », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, 2003, no 12, p. 181‑217. []
  9. Majerus B., Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au 20e siècle, Rennes, PUR, 2013. []
  10. Des archives qui n’existaient pas au moment de la rédaction de Parmi les fous. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts

Was ist dem Staat Zeitgeschichte wert?

Robert_Krieps
Robert Krieps (1922-90), symbole de la politique culturelle et historiographique du gouvernement Thorn (1974-79)
©Library of the London School of Economics and Political Science/Wikimedia Commons/CC-0

Wer am 10. Februar die Konferenz des Historikers Christopher Clark zum Ersten Weltkrieg besuchte, konnte sich davon überzeugen, dass es in Luxemburg viel Interesse für die Geschichte des Ersten Weltkriegs gibt. In dem großen Saal mit mindestens 300 Sitzplätzen reichten die Stühle nicht. Das haben die politisch Verantwortlichen wohl nicht mitgekriegt, sonst hätten sie vielleicht ihre Entscheidung, die geplante Ausstellung zum “Kleinen Krieg” in Luxemburg zu canceln, genauer überlegt.

In Luxemburg waren wir bisher mit historischer Aufarbeitung von komplexen Ereignissen der Zeitgeschichte wenig verwöhnt. Vor allem das Geschichtsmuseum der Stadt Luxemburg traute sich mit “Et wor alles net sou einfach” und “Le grand pillage” an schwierige Themen im Zusammenhang mit dem Zweiten Weltkrieg heran, während die “Wehrmacht”-Ausstellung” in Esch heftige Diskussionen auslöste. Die Beispiele zeigen, dass Ausstellungen wichtig sind, um die Menschen zum Nachdenken über die Vergangenheit und über ihre Konsequenzen für heute nachzudenken.

Sie waren in Luxemburg umso wichtiger, da in unserem Schulsystem bislang kein Platz geschaffen wurde für die Geschichte des 20. Jahrhunderts. Seit Generationen wird die Zeitgeschichte – zwei Weltkriege inklusive – im Zeitraffer durchgenommen. Und die Luxemburger Spezifitäten zu diesen historischen Ereignissen haben im Schulsaal noch weniger Chancen, wenn ihnen nicht eine besonders motivierte Lehrkraft Zeit widmet.

Da erschien die Ankündigung der neuen Regierung, ein Institut für Zeitgeschichte schaffen zu wollen, wie ein gutes Omen. Endlich politische und finanzielle Unterstützung für eine koordinierte Geschichtsforschung zu dieser Epoche! Doch die jüngsten Entwicklungen zeigen, dass der Optimismus verfrüht war. Nach reichlich Kommunikations-Wirrwarr wurde klar, dass die in Konvention mit der Uni Luxemburg geplante und seit Monaten in Arbeit befindliche Ausstellung zum Ersten Weltkrieg, die im Museum “Dräi Eechelen” gezeigt werden sollte, auf Initiative des Staatsministeriums zumindest in ihrer ursprünglich geplanten Form gecancelt war.

Wie geht das zusammen? Wie kann man das eine wollen ohne das andere? Hätte die Ausstellung nicht gerade der Auftakt zu einer Darstellung der Zeitgeschichte sein können? Und weshalb setzt man gerade hier massiv den Rotstift an, anstatt zum Beispiel eine Reduzierung des Ausstellungsbudgets vorzuschlagen? Und statt der in der Regierungserklärung versprochenen Dialogkultur erlebten wir ein Kommunikationsfiasko, das alle, die von nah oder fern die Entwicklung des Ausstellungsprojekts mitverfolgt hatten, perplex ließ.

Die zahlreichen Pressebeiträge zu dieser Entscheidung und die noch zahlreicheren Posts auf den jeweiligen Webseiten dieser Medien zeigen, wenn auch unbeabsichtigt, wie notwendig diese Ausstellung eigentlich gewesen wäre. Die allermeisten Texte unterstützen zwar die Idee einer Ausstellung. Im Vordergrund stehen jedoch vor allem Vorschläge, auf was man sinnvoller verzichten könnte als auf die Expo – das geht von zu teuren Regierungsautos bis zur angeblich überflüssigen Tram. Man kann sich denken, aus welchem politischen Lager sie stammen. Weit weniger zahlreich, aber durchaus vorhanden sind inhaltliche Auseinandersetzungen mit dem Thema der Ausstellung. Manche finden das Thema Weltkrieg wichtig als mahnendes Beispiel, andere sehen eine Gelegenheit, die leidvollen persönlichen Kriegserfahrungen und ihre Konsequenzen für manche Familien zu thematisieren – etwas überraschend angesichts der Tatsache, dass Luxemburg nicht an den militärischen Auseinandersetzungen teilnahm, sondern vorrangig in punkto Lebensmittelversorgung stark betroffen war. Manche schließlich verstehen den Ersten Weltkrieg als Teil eines nationalen Geschichtsepos: Auch das mag verwundern angesichts einer wenig glorreichen Rolle von großherzoglichem Hof und Regierung auf der internationalen Ebene, und einer Innenpolitik, die von heftigen sozialen und politischen Protesten begleitet wurde. Nicht zuletzt der Druck der Straße sorgte für große demokratische Neuerungen wie die des “allgemeinen” Wahlrechts für LuxemburgerInnen.

Falls es noch eines Beweises bedurft hätte, zeigen die Beispiele also, dass eine Aufarbeitung der Zusammenhänge und Facetten des Ersten Weltkriegs durchaus kein Luxus ist. Die Situation Luxemburgs in der politischen und militärischen Entwicklung des Krieges, die fragwürdigen Entscheidungen der Luxemburger Regierung und der Großherzogin, die Zuspitzung der sozialen und politischen Krise, und nicht zuletzt der von Lebensmittelmangel geprägte Kriegsalltag: Das sind alles Fragen, die zum Teil noch nicht einmal erforscht sind, und von denen manche auch heute noch wunde Punkte berühren. Klammer auf: Wäre es eigentlich nicht angebracht, dass die großherzoglichen Archive nach einem bestimmten Zeitraum in die öffentliche Hand übergehen und der Geschichtsforschung zugänglich werden? Klammer zu.

Auf jeden Fall gilt für den Ersten Weltkrieg genauso wie für den Zweiten, dass eine ernsthafte Erforschung nicht aus dem Ärmel zu schütteln ist und dass ihr Produkt womöglich nicht das locker-flockig-gruselige History-Event sein wird, das sich manche erwarten. Ich bin nicht der Meinung, dass zum Zweiten Weltkrieg in Luxemburg bereits alles erforscht und gesagt ist. Aber ich bin einverstanden, dass über den Ersten Weltkrieg noch weit weniger gewusst ist. Beide Großereignisse in den größeren Rahmen des 20. Jahrhunderts zu setzen, das ist die Herausforderung an eine zeitgeschichtliche Forschung, die ihren Namen verdient.

Die sozialliberale Koalitionsregierung von 1974-1979 wird gerne als Verfechterin einer Demokratisierung der Kulturpolitik dargestellt, daran wurde auch im Wahlkampf manchmal etwas nostalgisch angeknüpft. Und wenn man das Regierungsprogramm von Dezember 2013 liest, fühlt man sich bei manchen Passagen an den damaligen Duktus erinnert. Nun, zur Kulturförderung gehört auch die der Geschichtsforschung. Wer meint, dies sei ohne Geld zu machen, irrt.

WW1 – WW2 in luxembourgish historiography 3:42

La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale ©science.lu
La Gëlle Fra: un monument qui rappelle et la Première et la Deuxième Guerre mondiale
©science.lu

Cette contribution est multifonctionnelle. Je suis en train d’écrire un petit article sur l’historiographie de la Première Guerre mondiale au Luxembourg pour un livre collectif qui devrait sortir à la fin de l’année sur la Grande Guerre au Grand-Duché. Avant de commencer à faire quelques recherches bibliographiques, il me semblait évident que l’écart de la production académique sur la Première et la Deuxième Guerre mondiale allait être énorme. Je ne m’attendais néanmoins pas à une telle différence. Si on s’intéresse aux mémoires de fin d’études et aux thèses de doctorat, le tableau se présente ainsi1.

Mémoires de fin d’études

Thèses de doctorat

Première Guerre mondiale

3

0

Deuxième Guerre mondiale

37

5

J’espère que ces chiffres permettent aussi d’objectiver un peu le débat sur la création d’un Institut d’Histoire du Temps Présent où certaines personnes plaident pour une focalisation sur la Deuxième Guerre mondiale, au moins dans un premier temps. Or c’est probablement la période la mieux étudiée du 20e siècle au Luxembourg.

Finalement, cette note est également une réponse à la Ministre de la Culture Maggy Nagel. Je comprends très bien que le nouveau gouvernement veut exprimer sa rupture avec les gouvernements précédents. Que l’histoire contemporaine soit dans ce contexte instrumentalisée pour exprimer le changement est probablement de bonne guerre vu qu’elle va en tirer du profit. Mais ces mémoires et thèses ne sont qu’une illustration parmi d’autres que “les temps où l’histoire était dictée par la politique sont révolus” depuis bien plus longtemps que le 4 décembre 2013.

Voilà la liste des travaux pris en compte. S’il y en a qui manque, n’hésitez pas à me les communiquer. Merci d’avance.

Première Guerre mondiale

  1. Hirt B., L’évolution et l’impact de l’occupation allemande au Luxembourg au cours de l’année 1914, mémoire de maîtrise, Université de Montpellier, 2008.
  2. Bellion J., Luxemburger in der französischen Armee während des Ersten Weltkrieges, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2012.
  3. Remesch-Toussaint A., Die Entwicklung des luxemburgischen Nationalismus im Ersten Weltkrieg – noch Sonderbewusstsein oder bereits Nationalgefühl?, Magisterarbeit, Universität Trier, 2012.

Deuxième Guerre mondiale

  1. Alzin R., La résistance contre le nazisme au Grand-Duché de Luxembourg de 1940 à 1945,École royale militaire, 1966.
  2. Buck M., Les jeunes Luxembourgeois « enrôlés de force » dans la Wehrmacht (1940-1945), mémoire de licence, École royale militaire, 1969.
  3. Mattart Y., Les évasions des Belges et des Luxembourgeois des pays occupés en vue de rejoindre les forces belges en Grande-Bretagne (1940-1944), mémoire de licence, Ecole royale militaire, 1971.
  4. Hoffmann S., La résistance dans le Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre Mondiale analyse de l’organisation de résistance L.V.L, mémoire de stage, , 1976.
  5. Wey C., Les fondements idéologiques et sociologiques de la collaboration luxembourgeoise pendent la deuxième guerre mondiale esquisse d’une étude d’histoire quantitative, mémoire pédagogique, , Luxembourg, 1981.
  6. Blau L., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg (1940-1945) sociologie, idéologies et programmes, mémoire de maîtrise, Université Metz, 1984.
  7. Dostert P., Luxemburg zwischen Selbstbehauptung und nationaler Selbstaufgabe die deutsche Besatzungspolitik und die Volksdeutsche Bewegung 1940-1945, Doktorarbeit, Universität Freiburg, 1984.
  8. Arendt A., La compagnie des volontaires du Grand-Duché de Luxembourg pendant la deuxième guerre mondiale,École royale militaire, 1985.
  9. Linden C., La commémoration de la résistance luxembourgeoise (1944-1985), mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg, 1985.
  10. Feider-Heiter C., Die nationalsozialistische Propaganda in der Luxemburgischen Presse (10. Mai 1940 – 10. Oktober 1941), Magisterarbeit, Universität Saarland, 1986.
  11. Dimmer M., Sport in der Parteigliederung der HJ unter besonderer Berücksichtigung der Probleme zur Zeit der Okkupation Luxemburgs, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  12. Musquar F., Die sportpolitischen Konsequenzen für das Großherzogtum Luxemburg während der deutschen Besatzungszeit von 1940-1944, mémoire de maîtrise, Universität des Saarlandes, 1996.
  13. Majerus B., Faiblesse, opportunisme, conviction… Les degrés de l’implication dans la collaboration avec l’Allemagne nationale-socialiste à travers l’exemple des Ortsgruppenleiter luxembourgeois, mémoire de licence,Université libre de Bruxelles, 1999.
  14. Meyers G., La Résistance luxembourgeoise et le renseignement de 1940 à 1944, mémoire de maîtrise, Université de Paris-Sorbonne IV, 1999.
  15. Feider J., Les enrôlés de force luxembourgeois dans les camps soviétiques, 1943-1953,J. Feider, S.l., 2001.
  16. Feierstein N., Luxemburg im Zweiten Weltkrieg Gedenkstättenpädagogik in Theorie und Praxis, travail de candidature, Luxembourg, 2003.
  17. Ha N., La Gestapo au Luxembourg. Une police secréte surpuissante, omniprésente et omnisciente?, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  18. Piazza L., Collaboration, épuration. Les femmes luxembourgeoises pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2003.
  19. Baptista Barra F.R., Les « Ostarbeiter » dans la sidérurgie luxembourgeoise (1942-1945), mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  20. Bousser D., La Résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale l’Union des mouvements de résistance luxembourgeois, mémoire de maîtrise, Université libre de Bruxelles, 2004.
  21. Geisler N., Les Kreisleiter au Luxembourg pendant la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, 2004.
  22. NG C., Collaboration et épuration. Les jugements du Tribunal d’arrondissement de Luxembourg, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2004.
  23. Schanen M., La résistance au Grand-Duché de Luxembourg pendant la Seconde Guerre Mondiale les mouvements de résistance LPL (Letzeburger Patriote Liga), mémoire de maîtrise, Université Nancy II, 2004.
  24. Feys S., La collaboration au Grand-Duché de Luxembourg vue à travers les jugements du Tribunal d’arrondissement de Diekirch, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2005.
  25. Wolter C., Les relations franco-luxembourgeoises, 1939-1945, travail de candidature, 2006.
  26. Bonifas L., Le dédommagement des enrôlés de force luxembourgeois aprés la deuxième guerre mondiale, mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, 2007.
  27. Steinmetz T., L’enseignement primaire au Grand-Duché de Luxembourg pendant l’occupation allemande de 1940 à 1945 et l’épuration administrative et pénale du corps enseignant après la libération, mémoire de licence en histoire, Université libre de Bruxelles, 2007.
  28. Ruppert F., Les réfugiés luxembourgeois dans l’Hérault du 10 mai 1940 au 11 novembre 1942, maîtrise, , 2007.
  29. Quadflieg P.M., « Zwangssoldaten und Ons Jongens » – Rekrutierungspraktiken der Wehrmacht in Eupen-Malmedy und Luxemburg während des Zweiten Weltkrieges, Magisterarbeit, RWTH Aachen, 2008.
  30. Kartheiser G., Die Umsiedlung Luxemburger Familien 1942-1945, maîtrise, , 2009.
  31. Grosbois T., Idées, réseaux et politiques européennes dans la résistance et en exil (1940-1945) en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas, thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  32. Lorent C., Die nationalsozialistische Kunst- und Kulturpolitik im Großherzogtum Luxemburg 1934-1944, Thèse de doctorat, Université du Luxembourg, 2010.
  33. Victor P., Mise au pas, initiatives d’embrigadement et tentatives de nazification de la jeunesse luxembourgeoise sous l’occupation nazie (1940-1944), maîtrise, , 2010.
  34. Marchal M., The transnational dimension of the Luxembourg resistance mouvement, PhD, University of Warwick, 2010.
  35. Artuso V., La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) accommodation, adaptation, assimilation, thèse, Université du Luxembourg, 2011.
  36. Worré O., Le recensement du 10 octobre 1941, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2011.
  37. Simoes Martins S., L’impact de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale sur la langue luxembourgeoise comme facteur d’identité nationale, mémoire de master, Université libre de Bruxelles, IEE, 2012.
  38. Alves D., Le sport-luxembourgeois sous la botte nazie: un outil de propagande, mémoire de master, Université catholique de Louvain, 2012.
  39. Geister F., Mir wëllen bleiwen wat mir sin. Eine Oral History über Desertionsmotive zwangsrekrutierter Luxemburger in der Wehrmacht, Magisterarbeit, Universität Bern, 2012.
  40. Kuntzmann M., Luxemburger in der Waffen-SS. Die Beweggründe für den freiwilligen Eintritt, mémoire de master, Université du Luxembourg, 2013.
  41. Paulus T., Die deutschen Kriegsgefangenen in Luxemburg nach dem Zweiten Weltkrieg, Magisterarbeit, Universität Köln, 2013.
  42. Hoffmann E., La mémoire de la Résistance au Luxembourg (1940-1945) – depuis 1945 à nos jours,Université de Strasbourg, 2013.

Merci à Emmanuel Debruyne, Norbert Franz, Elisabeth Hoffmann, Steve Kayser et Denis Scuto pour avoir complété la liste.

Dernière modification (31 mars 2014).

  1. Au niveau mémoriel, un déséquilibre similaire peut être réservé. La Wikipedia luxembourgeoise recense 6 monuments commémorant la Première Guerre mondiale au Luxembourg. Avec Sonja Kmec nous en avions répertorié 543 en 2009 pour la Deuxième Guerre mondiale Kmec S. et B. Majerus, « Les monuments de la Deuxième Guerre mondiale », P. Bousch, P. Gerber, C. Schulz et D. Wiktorin (dir.), Atlas du Luxembourg, Köln, Emons, 2009, p. 28‑29. []

Benoit Majerus

Since January 2011, I am working as Associate Professor at the University of Luxembourg. I have written my PhD on the occupation of Belgium during World War One and World Two. In 2013 I published a history of psychiatry in the 20th century from below. I am also co-editor of h-madness.

More Posts